2021

16 avril 2021

Des présidentes et présidents des parlements caribéens participent à une réunion de travail sur le parlement ouvert

Le 19 avril, ParlAmericas tiendra la Réunion de travail des présidentes et présidents des parlements caribéens sur le parlement ouvert, qui rassemblera des parlementaires et des greffiers de 8 pays des Caraïbes pour identifier les principales priorités et les difficultés correspondantes pour les réformes pour l’ouverture conformément à la Feuille de route pour la transparence parlementaire, qui est en cours de mise à jour à travers un processus collaboratif. Cette rencontre aura pour objectif l’élaboration d’une stratégie pour appuyer la mise en œuvre de ces priorités d’ouverture législative par les parlements membres de ParlAmericas dans la région.

L’honorable Bridgid Annisette-George (Trinité-et-Tobago), présidente de la Chambre des représentants et vice-présidente de ParlAmericas, a déclaré : « Nos institutions sont au cœur des systèmes démocratiques, et assurer que nous soyons ouverts à nos citoyennes et citoyens est essentiel pour bâtir la confiance envers les institutions publiques et pour contribuer à des politiques et à des services publics bénéfiques pour tous les secteurs de nos populations. Cela est d’autant plus important dans les situations de crise comme la pandémie que nous traversons aujourd’hui et les catastrophes toujours plus nombreuses qui touchent nos pays, causées par des risques naturels et exigeant une action gouvernementale rapide et efficace, qui ne peut exister que lorsque le public a une certaine confiance envers ses institutions. »

« C'est pourquoi il est aussi important que nos parlements donnent la priorité aux initiatives qui renforcent l’ouverture des institutions démocratiques en mettant en œuvre des mécanismes (ou en renforçant des mécanismes déjà en place) pour garantir la transparence et l'accès à l’information publique, la responsabilité des institutions démocratiques, la participation des citoyens dans la prise de décision législative, et une culture de comportement éthique dans nos législatures nationales. Cette réunion nous permettra d’identifier des priorités communes et des réussites et préoccupations régionales, puis de contribuer à un plan de travail commun pour promouvoir les initiatives mentionnées précédemment dans tous nos parlements, » a ajouté l’honorable sénateur Ranard Eric Henfield (Les Bahamas), vice-président pour les Caraïbes du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas.

Pour plus d’information sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


9 avril 2021

ParlAmericas soutient les personnes touchées par l’éruption du volcan de la Soufrière à Saint-Vincent-et-les-Grenadines

ParlAmericas souhaite exprimer sa solidarité envers le peuple et le gouvernement de Saint-Vincent-et-les-Grenadines suite aux dégâts causés par la récente éruption du volcan de la Soufrière, en particulier les communautés voisines touchées par ce phénomène.

Au nom de ParlAmericas nous sommes profondément préoccupés par cette situation et espérons que les personnes vivant dans les zones proches du volcan trouveront refuge suite aux mesures d’évacuation adoptées par le gouvernement de Saint-Vincent-et-les-Grenadines et aux opérations d’aide régionale pour intervenir et réduire les dommages causés par cette menace naturelle. ParlAmericas réaffirme son engagement pour des mesures de gestion des risques de catastrophe et appelle à la coopération pour faire face à cette situation.


31 mars 2021

ParlAmericas a organisé la 3e Réunion du Réseau de fonctionnaires parlementaires pour le parlement ouvert dans le cadre de la 5e Rencontre de son Réseau pour un parlement ouvert

ParlAmericas a célébré la 3e Réunion du Réseau de fonctionnaires parlementaires pour le parlement ouvert, présentée par le Parlement du Canada le 22 mars. Cette réunion a réuni des fonctionnaires parlementaires de 19 pays d’Amérique et des Caraïbes et des spécialistes pour échanger sur leurs expériences et des bonnes pratiques en matière d’innovation technologique.

La sénatrice Silvia Giacoppo (Argentine), membre du Conseil de ParlAmericas, a inauguré la réunion en signalant que « sur le chemin de l’ouverture législative, nous devons absolument renforcer les efforts visant à intégrer des outils technologiques novateurs pouvant améliorer notre travail législatif, ainsi que nos efforts pour mieux représenter le peuple ». Dans son discours de bienvenue, M. Blair Armitage (Canada), greffier adjoint des comités du Sénat, a ajouté que « le Réseau pour un parlement ouvert et ParlAmericas sont des espaces essentiels pour développer une compréhension mutuelle et la coopération, non seulement en Amérique et aux Caraïbes, mais aussi entre la région et d'autres pays ».

Cette réunion a permis aux fonctionnaires parlementaires de participer à un dialogue avec des pairs et des spécialistes sur une série de sujets pertinents dans des groupes de travail axés sur l’intelligence artificielle, la cybersécurité, la maximisation des ressources et les sessions parlementaires virtuelles. Il y a également eu un panel sur l’innovation technologique au sein des parlements avec le Dr Tiago Peixoto, spécialiste principal du secteur public au pôle mondial d’expertise en Gouvernance de la Banque mondiale; Mme María Paz Hermosilla, directrice du laboratoire public d’innovation (GobLab) à l’École de gouvernance de l’Université Adolfo Ibáñez, au Chili ; M. Diego Subero, consultant auprès du Programme de cybersécurité du Comité interaméricain contre le terrorisme de l’Organisation des États américains ; et M. Chris Beall, responsable des politiques de la Plateforme gouvernance au Centre pour l'innovation dans la gouvernance internationale. Ce panel a exploré des stratégies visant à promouvoir l'innovation technologique, par exemple à travers l’intelligence collective et artificielle, et à renforcer la cybersécurité tout en continuant d’appuyer l’ouverture et de combattre la désinformation.

Pour conclure la réunion, Luis Rojas (Chili), secrétaire général adjoint de la Chambre des députés, a souligné l’importance et l’utilité de ces échanges pour améliorer l’efficacité des parlements, en reconnaissant que « nos législatures ont travaillé sans relâche pour intégrer des outils technologiques au travail parlementaire, et c’est en grande partie grâce au merveilleux travail quotidien de fonctionnaires parlementaires comme vous ».

Tous les supports, y compris les présentations des intervenants, sont accessibles sur le site web de ParlAmericas.  Un rapport final décrivant les discussions tenues dans les différents groupes de travail sera publié au cours des prochaines semaines.

Pour plus d’information sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


31 mars 2021

ParlAmericas et le Parlement du Canada ont organisé la 5e Rencontre du Réseau pour un parlement ouvert : Combattre la désinformation pour promouvoir un discours public responsable

ParlAmericas a célébré la 5e rencontre de son Réseau pour un parlement ouvert intitulée « Combattre la désinformation pour promouvoir un discours public responsable, » et organisée par le Parlement du Canada. Cet événement a réuni des parlementaires de 26 pays, ainsi que du personnel parlementaire, des spécialistes en la matière, et des représentants d’organisations de la société civile et de la jeunesse de tout l’hémisphère pour une session de travail en anglais-français le 15 mars, et en espagnol-portugais le 19 mars, ainsi qu’une session plénière de clôture le 26 mars.

Dans son discours d’ouverture, l’honorable Anthony Rota (Canada), président de la Chambre des communes, a déclaré : « Le thème de la 5e rencontre du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas ne pourrait pas être plus opportun et pertinent. Tout au long de la pandémie de COVID-19, le public s’est appuyé sur des ressources en ligne pour s’informer sur le virus et la pandémie [...]. La désinformation lors d’une pandémie mondiale peut mettre en danger la santé et la sécurité publiques, en particulier si les gens croient à de faux traitements ou mesures de prévention, ou si leur confiance envers les services de santé et les institutions publiques est ébranlée. » 

En outre, l’honorable Pierrette Ringuette (Canada), présidente pro tempore du Sénat, a souligné que « les campagnes de désinformation durant une élection peuvent avoir tout une série d’effets néfastes. Par exemple, la désinformation diffusée par ces campagnes concertées peut occulter les informations légitimes pour les électeurs, polariser le discours social et miner la confiance envers le processus électoral ».   

Pour sa part, la sénatrice Blanca Ovelar (Paraguay), présidente de ParlAmericas, a ajouté que « nous avons décidé de consacrer cette 5e rencontre du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas à l’analyse du phénomène de la désinformation et de ses différents effets, reconnaissant que la nature mondialisée et multidimensionnelle de ce problème nécessite une approche coordonnée et collaborative ». 

À travers ces sessions, les participants ont pris part à des dialogues autour des effets néfastes de la désinformation et de la propagande informatique, notamment la prolifération des discours haineux, l’ingérence indue dans les processus électoraux, la limitation de la participation politique, la délégitimation des mesures et des campagnes gouvernementales, et la dégradation du dialogue démocratique, qui menace la paix et la sécurité. Ces dialogues ont été appuyés par des spécialistes comme le professeur Taylor Owen, titulaire de la chaire Beaverbrook en éthique des médias et des communications de l’École de politiques publiques Max Bell de l'Université McGill; le professeur Marco Aurelio Ruediger, directeur d’analyse des politiques publiques à la Fundación Getúlio Vargas; Nazima Raghubir, première vice-présidente de l’Association des travailleurs des médias des Caraïbes; Laura Zommer, directrice exécutive de Chequeado; Pedro Vaca Villarreal, rapporteur spécial pour la liberté d'expression de la Commission interaméricaine des droits de l’homme; Sandra Pepera, Daniel Arnaudo et Victoria Welborn de l’Institut national démocratique; Micaela Mantegna, professeure à l’Université de San Andrés et chargée de recherche au Centre Berkman Klein de l’Université Harvard; Amalia Toledo, consultante en genre et en technologie; et la professeure Elena Gil González de l’école de droit Instituto de Empresa.

La réunion a également compris un panel de haut niveau modéré par l’honorable sénateur Ranard Henfield (Les Bahamas), avec Catalina Botero Marino, membre du Conseil de surveillance de Facebook; Lucina Di Meco, experte en égalité des genres et cofondatrice de #ShePersisted Global; et le député Nathaniel Erskine-Smith (Canada), membre du Grand Comité international sur la désinformation. Les panelistes ont facilité une discussion proactive sur les effets les plus pernicieux de la désinformation, comme la violence basée sur le genre, et a présenté des initiatives novatrices pour aborder ce problème, tel que le Conseil de surveillance de Facebook et le Grand Comité international sur la désinformation.

La rencontre s'est terminée avec les rapports des délégations parlementaires sur les progrès accomplis dans la mise en œuvre des engagements présentés lors de la précédente rencontre et publiés sur l’outil sur les engagements parlementaires de ParlAmericas. Les délégations ont également présenté les nouveaux engagements qu’elles ont l’intention de mettre en place cette année. Une déclaration finale soulignant les engagements parlementaires pour lutter contre la désinformation dans l’hémisphère a été adoptée, et les résultats des élections du Comité exécutif du RPO ont été annoncés.

Pour conclure, le député Javier Macaya (Chili), nouveau président du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas, a déclaré : « Je suis certain que nous quittons cette réunion avec une meilleure compréhension de ce phénomène contemporain complexe, avec un engagement renouvelé envers les principes démocratiques de transparence, de liberté et d’inclusion, et avec de meilleurs outils pour soutenir nos efforts continus visant à renforcer la gouvernance et à combattre ce problème. »   

Tous les documents de la réunion, y compris les présentations des intervenantes et intervenants, sont accessibles sur le site web de ParlAmericas. Un rapport final décrivant les discussions tenues lors des différentes sessions de travail sera publié au cours des prochaines semaines.

Pour plus d’information sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


25 mars 2021

Le Groupe de travail interaméricain sur le leadership des femmes lance le Prix des bonnes pratiques en matière de leadership des femmes lors d’un événement en marge de la CSW65

Le 25 mars, dans le cadre de la 65e session de la Commission de la condition de la femme (CSW), le Groupe de travail interaméricain sur le leadership des femmes et le Secrétariat du Sommet des Amériques de l’OEA organisent, avec le soutien du Gouvernement du Canada, l’événement virtuel parallèle « Accélérer les efforts pour atteindre l’ODD 5.5 dans les Amériques » afin d’inspirer des engagements et des mesures concrètes en faveur du leadership des femmes dans la région.

Durant cette session, le Prix interaméricain des bonnes pratiques en matière de leadership des femmes sera lancé dans le but de reconnaître, de mettre en avant et d’amplifier les politiques publiques ainsi que les initiatives du secteur privé et de la société civile promouvant une plus grande représentation des femmes dans les postes de direction.

Cet événement commencera par un discours de bienvenue de l’honorable Marc Garneau, ministre des Affaires étrangères (Canada), une présentation principale de la vice-présidente Epsy Campbell (Costa Rica) et un dialogue entre des responsables de gouvernement, des représentantes et représentants du secteur privé et des organisations de la société civile, qui parleront de leur travail pour promouvoir le leadership des femmes dans différents secteurs et domaines de pouvoir et de prise de décision.

Cette discussion de haut niveau comptera également la participation de l’honorable Valerie Woods (Belize), présidente de la Chambre des représentants, de la sénatrice Martha L. Micher (Mexique) et du membre du Congrès Sonia M. Gutierrez (Guatemala).

Les parlementaires et autres panélistes présenteront les avancées de leur pays en termes de leadership politique des femmes. Ils proposeront également des réflexions sur les défis auxquels la région fait face pour réaliser l’Objectif de développement durable 5.5, lequel vise à garantir la participation entière et effective des femmes à tous les niveaux de décision, dans la vie politique, économique et publique.

ParlAmericas est un membre fondateur du Groupe de travail interaméricain sur le leadership des femmes.

Pour plus d’information sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


25 mars 2021

ParlAmericas fête ses 20 ans en tant qu’institution promouvant la diplomatie parlementaire au sein du système interaméricain

ParlAmericas a officiellement commencé à fêter ses 20 ans la semaine dernière, dans le cadre de la 5e Rencontre du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas. Il y a 20 ans exactement, en mars 2001, le Parlement du Canada a organisé la réunion durant laquelle le Forum interparlementaire des Amériques (FIPA, le nom de ParlAmericas jusqu’à 2011) a été officiellement créé par des parlementaires des Amériques et des Caraïbes. Il a été créé pour être un espace d’échange et de coopération interparlementaire sur des sujets d’intérêt pour l’hémisphère.

« Mes collègues et moi avons toujours pensé que [le Canada] n’était pas suffisamment actif dans les Amériques et nous étions de plus en plus impliqués dans ce que nous appelions la diplomatie parlementaire. Il nous est donc apparu naturel d’essayer activement de créer un forum en Amérique dans lequel le Canada pourrait participer et, comme ça a été le cas, servir de leader pour créer une organisation rassemblant des parlementaires. Ce forum permettrait une diplomatie parlementaire au sein de l’Amérique et des Caraïbes, renforçant ainsi nos rapports avec l’Amérique », a déclaré le premier président du FIPA, l’honorable Bill Graham, ancien parlementaire et président du Comité des Affaires étrangères de la Chambre des communes du Canada en 2001, concernant l’élan pour le rôle de leader du Canada dans la création du forum.

En commémoration de cet événement important, et en hommage à son rôle dans la création de ParlAmericas, le Parlement du Canada organise la Rencontre du RPO, qui se déroule en ligne tout au long du mois de mars. L’honorable Anthony Rota (Canada), président de la Chambre des communes, l’honorable George Furey (Canada), président du Sénat, et des membres du Comité exécutif de la Section canadienne de ParlAmericas, ont transmis des messages vidéo pour marquer le début des célébrations et inviter les parlementaires à participer à la rencontre. ParlAmericas a également présenté un historique numérique lors des sessions d’ouverture de la rencontre, détaillant les jalons importants de l’histoire de cette institution.

Tout au long de ses 20 ans d’existence, ParlAmericas a considérablement élargi son rôle dans la région, son réseau de partenariats et de collaborations, et les façons dont elle maintient sa mission initiale de faciliter l’échange interparlementaire autour des priorités de l’hémisphère. L’institution élabore des ressources personnalisées, fournit une assistance technique et coordonne des activités liées à ses trois piliers principaux : l’égalité des genres, le parlement ouvert et le changement climatique. Le travail de ParlAmericas demeure régi par et pour les parlementaires, et les membres du Conseil d'administration et du Comité exécutif de chaque programme sont élus pour représenter chaque sous-région de l’hémisphère.

La sénatrice Blanca Ovelar (Paraguay), présidente de ParlAmericas, a transmis le message suivant concernant la croissance de l’institution : « ParlAmericas est devenue l’un des principaux espaces de diplomatie parlementaire dans notre hémisphère, permettant un dialogue riche et le partage de bonnes pratiques sur des thèmes qui sont essentiels au développement durable, à la croissance égalitaire et à la bonne gouvernance dans les Amériques et les Caraïbes. Cet espace de travail dynamique donne accès à une expertise et à des ressources qui appuient tous les parlementaires et les législatures pour leur permettre d’exercer au mieux leur rôle dans la réalisation de chacun de ces objectifs. C'est un honneur de faire partie de cette organisation et je félicite toutes les personnes qui ont contribué à sa réussite dans le passé et à l'avenir. »

La célébration du 20e anniversaire de ParlAmericas se poursuivra tout au long de l’année, selon les grandes rencontres hémisphériques de l’organisation. Par exemple, une série d’entretiens vidéo avec des leaders et des partenaires ayant contribué au travail de ParlAmericas durant les deux dernières décennies sera lancée.

Pour plus d’information sur le travail de ParlAmericas, et pour suivre toutes les célébrations de notre 20e anniversaire, consultez www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


17 mars 2021

La présidente de ParlAmericas participe au panel de haut niveau sur la santé et l’économie durant le Forum des pays d’Amérique latine et des Caraïbes sur le développement durable

Le 17 mars 2021, la sénatrice Blanca Ovelar (Paraguay), présidente de ParlAmericas, a participé en tant qu’intervenante à la quatrième réunion du Forum des pays d’Amérique latine et des Caraïbes sur le développement durable, organisé par la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC). Elle a rejoint des spécialistes, des responsables gouvernementaux et des représentantes et représentants de la société civile pour partager des expériences lors d’une discussion en table ronde ayant pour thème « La santé et l’économie : un faux dilemme? ».

Ce panel visait à tenir une réflexion sur les réponses des pays de la région face à la pandémie de COVID-19, sur le renforcement des systèmes de santé et des programmes de protection sociale d’urgence, et sur la durabilité de ces mesures dans un contexte où l’espace budgétaire est limité et où la dette augmente dans la région, ainsi que sur les difficultés à fournir, distribuer et administrer des vaccins.

Ce dialogue a permis de souligner plusieurs aspects, dont l’importance de garantir la santé de la société en tant que fondement d’une économie forte, et le rôle essentiel que joue la coopération interrégionale dans la distribution équitable des vaccins. Les intervenantes et intervenants ont également parlé de l’urgence de lutter contre le changement climatique, la perte de biodiversité et la dégradation environnementale pour prévenir l’apparition ou la réapparition de zoonoses, et pour réduire leur prévalence et leur intensité, afin d’éviter une crise de taille grâce à une reprise économique verte et inclusive. Enfin, les participantes et participants ont parlé de la nécessité de développer la résilience et de se préparer correctement à une future pandémie en adoptant une gouvernance d’anticipation.

Durant son intervention, la sénatrice Ovelar a souligné : « Le rôle des pouvoirs législatifs dans ce contexte de crise sanitaire, économique et sociale est fondamental pour adopter des politiques publiques basées sur des faits et répondant aux besoins du peuple. En tant que parlementaires, nous avons le rôle essentiel d'exercer un contrôle politique sur les réponses gouvernementales face à la COVID-19, et d’évaluer et adopter des lois affectant des fonds nationaux pour répondre aux besoins des populations que nous représentons. Nous avons également la responsabilité de promouvoir la transparence autour des mesures nationales et internationales relatives à la COVID-19, aspect fondamental pour conserver la confiance du public envers les actions du gouvernement face à la pandémie, et pour garantir que les citoyennes et citoyens reçoivent les informations dont ils ont besoin. »

Pour plus d’information sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


8 mars 2021

À l’occasion de la Journée internationale des femmes, la membre de l’Assemblée Karina Arteaga organise l’événement « Impact de la COVID-19 sur les rôles d’une femme leader »

Le 8 mars, la membre de l’Assemblée Karina Arteaga (Équateur), vice-présidente pour l’Amérique du Sud du Réseau parlementaire pour l’égalité des genres de ParlAmericas, organise l’événement « Impact de la COVID-19 sur les rôles d’une femme leader » en collaboration avec ParlAmericas. Cet événement sera l’occasion d’aborder des thèmes comme les impacts différenciés de la COVID-19 sur les femmes, la hausse des violences intrafamiliales durant le confinement, les obstacles à l’autonomie économique des femmes en temps de crise et les défis des femmes leaders en politique pendant la pandémie.

Le discours d’ouverture sera prononcé par le membre de l’Assemblée Arteaga, et la membre du Congrès Arlette Contreras (Pérou) y sera intervenante, ainsi que l’honorable députée suppléante Ana Irene Delgado (Panama). Le panel sera modéré par Mme Nadia Ramos, directrice exécutive du Centre de leadership et d’innovation pour les femmes d’Amérique.

Cette activité est réalisée dans le cadre de la Journée mondiale des femmes afin de créer des espaces de discussion et de réflexion sur des thèmes importants pour toute la société, et d’intégrer la dimension de genre dans les politiques publiques répondant à la crise provoquée par la pandémie.

Pour obtenir plus d’information sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


25 février 2021

ParlAmericas et l’Assemblée nationale du Panama ont organisé une réunion pour les fonctionnaires sur la réalisation des Objectifs de développement durable au sein de l’Assemblée

Le mercredi 24 février, ParlAmericas et l’Unité des relations internationales de l’Assemblée nationale du Panama ont tenu une réunion destinée aux fonctionnaires et intitulée « Accélérer la mise en œuvre de l'Agenda 2030 au sein de l’Assemblée nationale du Panama ». Cette rencontre visait à aborder, d’un point de vue technique, une série de bonnes pratiques appliquées dans d'autres parlements afin de faire avancer l’Agenda 2030, dans le but d’échanger des apprentissages et des idées à la base du développement d’initiatives pour la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD) au sein de l’Assemblée nationale du Panama. Elle a permis de faire le suivi de la réunion parlementaire du 19 janvier, durant laquelle les parlementaires de l’Assemblée nationale du Panama ont discuté et approfondi leurs connaissances sur les mécanismes visant à mieux intégrer les objectifs de l’Agenda dans les activités parlementaires.

L’honorable député Fernando Arce (Panama), président de la Commission des relations étrangères et membre du Conseil de ParlAmericas, a prononcé un discours de bienvenue et exprimé son souhait que « les parlementaires et les fonctionnaires de l’Assemblée nationale du Panama travaillent ensemble pour construire et renforcer les dynamiques, les principes, les relations et les institutions permettant à toutes et tous de participer à la vie sociale, économique, culturelle et politique sur la base de l’égalité des droits, l’égalité et la dignité ».

La réunion a été modérée par M. Cristóbal Campos, de la Direction nationale de la participation citoyenne de l’Assemblée nationale du Panama. Ont également eu lieu des présentations de spécialistes en la matière, qui dirigent la mise en œuvre de l'Agenda 2030 dans leurs parlements respectifs, comme Pabel Muñoz (Équateur), membre de l’Assemblée et coordinateur du Groupe parlementaire pour l’éradication de la pauvreté et pour la réalisation des ODD de l’Assemblée nationale de l’Équateur; Mme Isabel Zúñiga Quiros, chef du Centre de recherche législative de l'Assemblée législative du Costa Rica; M. René Villasboa, directeur général de l’Observatoire législatif de la Chambre des sénateurs du Paraguay; et M. José María Hernández Vallejo, secrétaire technique du Groupe de travail pour le suivi de la mise en œuvre de l'Agenda 2030 de la Chambre des députés du Mexique.

Durant la réunion, Mme María Gabriela Graell, directrice de l’Unité des relations internationales de l’Assemblée nationale du Panama, a commenté qu’il est « fondamental de mettre en place une stratégie entre les fonctionnaires, et surtout l’échange de bonnes pratiques avec des pays de la région ».

Les présentations ont été suivies d'un espace de dialogue entre les participantes et participants. La réunion s’est terminée avec un discours de clôture de M. Quibián Panay, secrétaire général de l’Assemblée nationale du Panama, qui a souligné que « toutes ces alliances ont pour objectif de renforcer les législations en formant tous les acteurs du parlement pour créer des initiatives plus durables. Mais il est important de rappeler que rien de tout cela ne serait possible sans le travail considérable d’une armée de fonctionnaires dévoués qui rendent ces initiatives possibles. Derrière la volonté politique des parlementaires, il y a toujours une équipe de fonctionnaires qui apportent appui et conseil à partir de leurs connaissances et de leur expérience ».

Cette activité fait partie d’un programme plus large mené par le Bureau parlementaire du suivi et de la mise en œuvre des ODD de l’Assemblée nationale du Panama, qui continuera de travailler avec les acteurs parlementaires et des partenaires stratégiques pour soutenir l’échange de connaissances et le développement de nouveaux outils afin de stimuler un travail parlementaire en accord avec la réalisation de l'Agenda 2030.

Pour obtenir plus d’information sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


24 février 2021

ParlAmericas participe au lancement régional de l’initiative « Pour des villes résilientes 2030 » (« Making Cities Resilient 2030 » en anglais) dans les Amériques et les Caraïbes

Le 24 février 2021, l’honorable Bridgid Annisette-George (Trinité-et-Tobago), présidente de la Chambre des représentants et vice-présidente de ParlAmericas, a prononcé un discours de bienvenue lors du lancement régional de l’initiative « Pour des villes résilientes 2030 » (« Making Cities Resilient 2030 » en anglais) » ou MCR2030 dans les Amériques et les Caraïbes, organisée par le Bureau des Nations unies pour la réduction des risques de catastrophes (UNDRR) et l’ICLEI (Conseil international pour les initiatives écologiques locales).

Cet événement a rassemblé des représentants de l’UNDRR, des jeunes leaders, des responsables gouvernementaux locaux, des universitaires, des gouvernements nationaux et des partenaires de MCR pour discuter de l’importance d’améliorer la résilience et la durabilité des villes dans la région, et de la façon dont cette nouvelle initiative, MCR2030, pourrait y contribuer. MCR2030 est un partenariat visant à renforcer la résilience locale en améliorant la compréhension que les villes ont des risques, et en renforçant leur capacité à développer et à mettre en œuvre des stratégies locales inclusives pour gérer les risques de catastrophe, tout en promouvant une intégration verticale et horizontale entre les différents niveaux de gouvernement et les partenaires stratégiques.

Pendant son intervention, la présidente Annisette-George a souligné le rôle fondamental des parlementaires dans ce travail, et a affirmé que « comme le montre MCR2030, la gouvernance climatique est essentielle. Afin de renforcer la résilience générale de nos pays, nos communautés doivent disposer des outils et des ressources adaptés pour comprendre les risques de catastrophe et créer des plans de gestion des catastrophes holistiques. En tant que parlementaires, nous sommes les représentantes et représentants élus de notre peuple et nous avons la responsabilité de garantir que nos actions et nos décisions reflètent et répondent à leurs divers besoins. Cela implique que nous travaillions avec nos institutions gouvernementales locales, les législatures et les membres de la communauté ».

Pour plus d’information sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


11 février 2021

Les parlementaires du Salvador, du Honduras et du Guatemala ont participé à une série de sessions sur les Expériences de modernisation législative en Amérique latine, organisée par ParlAmericas et l’Institut national démocratique en Amérique centrale

Le 13 novembre 2020 et le 29 janvier 2021, ParlAmericas et l’Institut national démocratique (NDI, de son sigle anglais) ont mené deux sessions virtuelles destinées aux députées et députés de l'Assemblée législative du Salvador, du Congrès national du Honduras et du Congrès de la République du Guatemala, dans le cadre de la série Expériences de modernisation législative en Amérique latine. Ces activités visaient à apporter des connaissances pratiques aux parlementaires des pays du nord de l’Amérique centrale sur la modernisation législative, à faciliter l’échange d'expériences avec des parlementaires d’autres pays d’Amérique latine, à identifier les éléments de base nécessaires pour structurer un agenda interparlementaire pour la modernisation législative, et à promouvoir la collaboration entre les parlements de ces trois pays d’Amérique centrale.

La première réunion a eu lieu le 13 novembre 2020 et a été inaugurée par la membre de l’Assemblée Elizabeth Cabezas (Équateur), présidente de ParlAmericas, qui a souligné l’importance de la modernisation législative dans la situation actuelle : « La modernisation et le renforcement du travail parlementaire sont fondamentaux car ils permettent de faire des améliorations et de poursuivre l'exercice de nos fonctions de législation, de représentation et de contrôle politique. Dans des contextes aussi difficiles que ceux que nous connaissons actuellement dû à la pandémie de COVID-19, le rôle des parlementaires est essentiel pour une reprise économique respectant les Objectifs de développement durable de l’Agenda 2030. »

Le directeur du Programme régional pour l’Amérique centrale du NDI, M. Eduardo Núñez Vargas, qui a également souhaité la bienvenue aux participantes et participants, a mis en évidence les opportunités pour l’innovation et l'adaptation des parlements : « La pandémie a imposé des besoins d’innovation pour que les parlements puissent continuer d'exercer leurs fonctions stratégiques; il faut voir cette conjoncture comme une opportunité pour aligner ces exigences contextuelles avec des approches à moyen et long termes de réforme et de modernisation parlementaire, en tant qu’outil d'adaptation au changement et comme une façon de redéfinir la relation entre les parlements et le public. » M. Núñez a également modéré cette session, qui a inclus des présentations sur les réformes pour le renforcement institutionnel dans une perspective comparée, ainsi que les cas de l’Équateur et de l’Argentine. D’une part, Mme Pamela Lozano, invitée et spécialiste de l’ouverture législative, a mentionné les processus de modernisation de la gouvernance mis en place en Amérique latine, et que les lois et les politiques approuvées dans cette optique ont également contribué aux efforts récents des parlements pour passer aux sessions à distance. D’autre part, le membre de l’Assemblée nationale César Solórzano (Équateur), vice-président de l’Assemblée nationale et membre du Groupe pour un parlement ouvert, a fait part de ses réflexions sur les opportunités et les défis liés à la mise en place de sessions plénières virtuelles au sein de l’Assemblée nationale pour adapter le travail parlementaire au contexte de la pandémie. Il a aussi parlé de la récente réforme de la loi organique sur la fonction législative, en soulignant son axe sur le renforcement des principes d’éthique, de responsabilité et de transparence. La députée Daniela Vilar (Argentine), présidente de la Commission spéciale sur la modernisation du fonctionnement parlementaire, a quant à elle présenté les progrès en matière de renforcement des fonctions parlementaires en Argentine grâce au programme de modernisation, dont les efforts pour un parlement ouvert, comme les processus mis en œuvre en novembre pour cocréer un plan d'action et les mesures adoptées pour garantir des sessions parlementaires virtuelles à travers l'approbation du Protocole parlementaire à distance de la Chambre des députés d’Argentine.

Suite à ces exposés, le député Cornelio García (Guatemala), la députée Anabel Belloso (Le Salvador) et le député Enrique Yllescas (Honduras), ont fait part des avancées en matière de modernisation législative dans leurs parlements respectifs, en soulignant les difficultés particulières concernant l'adoption des technologies nécessaires pour rendre possibles les sessions plénières virtuelles et sur l’importance de tenir compte des expériences et des pratiques mises en place dans différents pays de l’hémisphère en réponse à la pandémie dans le cadre de réformes plus larges. Après ces présentations, les parlementaires participants ont pu poser des questions aux intervenants et échanger des réflexions supplémentaires sur le sujet. Cette session s'est terminée avec le discours de clôture de la membre de l’Assemblée Elizabeth Cabezas et d’Alejandro Urizar, directeur du NDI au Honduras.

La deuxième session de cette série, consacrée à l’innovation et à la participation citoyenne, a eu lieu le 29 janvier 2021. Elle a également rassemblé des fonctionnaires parlementaires des pays du nord de l’Amérique centrale, ainsi que l’ambassadrice du Canada au Guatemala, Rita Rudaitis-Renaud. Cette réunion a débuté avec un discours de bienvenue de la députée Cristina Cornejo (Le Salvador), membre du Conseil de ParlAmericas, qui a fait part de réflexions sur les progrès du Salvador en la matière. Elle a souligné que « la capacité d’adaptation des parlements face à des contextes politiques changeants est essentielle pour garantir la prise en compte des demandes du public et la prise de décisions effectives pour la stabilité politique, surtout lors de périodes aussi difficiles que celle que nous avons traversée dû à la pandémie de COVID-19 ».

De même, le député Víctor Martínez (Honduras) a parlé de la Commission sur le parlement ouvert du Congrès national du Honduras, qui a mis en place des formations sur des outils d’ouverture et de participation citoyenne, destinées aux députés de la commission ainsi qu’à l’équipe technique chargée des différentes directions du parlement afin d’orienter le processus de cocréation pour le plan d'action pour un parlement ouvert prévu. La députée Sofía Hernández (Guatemala), première vice-présidente du Congrès de la République du Guatemala, a quant à elle réalisé une présentation sur la mise en œuvre d’initiatives du parlement qui utilisent les technologies de l’information et de la communication pour élargir les méthodes d’interaction avec le peuple guatémaltèque, comme les réseaux sociaux, une chaîne de télévision et une application mobile. De plus, elle a souligné l'importance de l’Unité de l’accès à l’information publique en tant que mécanisme de responsabilité pour le public. 

Durant la présentation des expériences régionales, la députée Ana Lucía Delgado (Costa Rica), première secrétaire de Directorio Legislativo, a expliqué les expériences et apprentissages liés à l’évolution des efforts pour l'ouverture législative et une participation citoyenne plus effective au sein de l’Assemblée législative au fil des années, y compris des jalons clés comme la Politique institutionnelle sur le parlement ouvert adoptée en 2019 et l’adoption prochaine du règlement de la Commission institutionnelle sur le parlement ouvert, qui sera composée de représentantes et représentants de la société civile, de parlementaires et de fonctionnaires du parlement. De même, le député Vlado Mirosevic (Chili), membre du Groupe bicaméral sur la transparence du Congrès national, a souligné l’importance d'avoir des initiatives visant à répondre aux demandes citoyennes dans le contexte des tensions démocratiques existant dans la région et dans le monde entier. Aussi, il a mentionné des stratégies et des progrès importants au Chili, comme le Règlement sur la participation citoyenne et le Congrès virtuel, un outil numérique permettant de faciliter et de visualiser les contributions du public aux débats sur les projets de loi.

Suite à ces interventions, les parlementaires ont échangé des réflexions lors d’un dialogue sur un potentiel agenda interparlementaire pour la modernisation législative dans les pays du nord de l’Amérique centrale. Ce dialogue a été modéré par M. Eduardo Núñez Vargas et Mme Josseline Matute, chargée de programme principale du NDI. La réunion s'est achevée avec un discours de clôture de M. Alejandro Urizar, directeur du NDI au Honduras, et de Mme Natalí Casanova, chargée sénior du Programme pour un parlement ouvert de ParlAmericas.

Pour plus d’information, nous vous invitons à consulter les sites web de ParlAmericas et du NDI en Amérique centrale, ainsi qu’à suivre les comptes suivants sur les réseaux sociaux : @ParlAmericas, @NDIcentroameric et @NDI.


8 février 2021

La CARICOM et le Bureau multipays de l’ONU Femmes pour les Caraïbes organisent une réunion multipartite pour une position coordonnée pour les Caraïbes en amont de la CSW65, avec le soutien de ParlAmericas et d’autres partenaires régionaux

Les 8 et 12 février 2021, le Programme sur le genre et le développement du Secrétariat de la CARICOM et le Bureau multipays de l’ONU Femmes pour les Caraïbes, ainsi que ParlAmericas, l’Institut caribéen pour le leadership des femmes (CIWiL) et l’Institut pour les études sur le genre et le développement de l’Université des Indes occidentales, organisent une réunion préparatoire en amont de la 65e session de la Commission de la condition de la femme de l’ONU (CSW65), reconnaissant qu’il est important que la région des Caraïbes se réunisse dans un contexte multipartite pour établir ses priorités et élaborer une position concrète avant cet événement mondial.

La CSW65 se déroulera au siège des Nations Unies du 15 au 26 mars, avec la possibilité de participer virtuellement. Le thème prioritaire est « Participation pleine et effective des femmes à la prise de décisions dans la sphère publique, élimination de la violence, réalisation de l’égalité des sexes et autonomisation de toutes les femmes et de toutes les filles ».

Cette réunion préparatoire, intitulée Construire une position coordonnée pour les Caraïbes pour la CSW65, rassemblera des ministres chargés des affaires de genre, des parlementaires, des responsables d’organismes nationaux pour l’égalité des genres, des représentantes et représentants de la société civile et des universitaires. Ces acteurs auront des conversations ciblées sur le processus de la CSW, le thème prioritaire de cette année, et la position de la CARICOM.

Cette réunion comportera différentes sessions, dont un panel parlementaire sur « L’Impact du leadership des femmes ». Ce panel sera modéré par l’honorable sénateur Ranard Henfield (Les Bahamas), vice-président pour les Caraïbes du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas. Il inclura les présentations de l’honorable Pennelope Beckles (Trinité-et-Tobago), membre du parlement et ministre du Logement et de l’Urbanisme; et de l’honorable Dre Vindhya Persaud (Guyana), membre du parlement et ministre des Services humains et de la Sécurité sociale.

Comme l'a dit l’honorable Bridgid Annisette-George, vice-présidente de ParlAmericas, « soutenir le leadership des femmes est un objectif central en soi, et c’est aussi un objectif qui a des myriades d’impacts positifs sur l’inclusivité et la qualité de nos processus décisionnels et de leurs résultats. Il est essentiel de poursuivre la collaboration avec nos partenaires de tous secteurs pour s’assurer de promouvoir davantage la représentation des femmes dans la région, et les processus intergouvernementaux comme la CSW sont une excellente opportunité de dialogue ciblé et de réflexion menant à l’action ».  

Le résultat de cette réunion sera l'adoption de la déclaration de la CARICOM pour la CSW65, qui renforcera l'alignement de la région et appuiera des initiatives visant des objectifs liés au leadership politique des femmes, à l’élimination de la violence et à l’autonomisation de toutes les femmes et de toutes les filles.

Pour plus d’information sur le travail de ParlAmericas et pour participer à cette réunion virtuellement, veuillez utiliser #ParlAmericasGEN.


29 janvier 2021

Des fonctionnaires parlementaires d’Amérique latine ont participé virtuellement à la 2e réunion du Réseau de fonctionnaires parlementaires pour le parlement ouvert de ParlAmericas

Le 22 janvier 2021, des fonctionnaires parlementaires de 15 pays d’Amérique latine ont participé à une rencontre virtuelle pour réfléchir aux progrès de l’ouverture législative dans l’hémisphère et contribuer au processus en cours de révision et de mise à jour de la Feuille de route pour la transparence parlementaire de ParlAmericas. En outre, il y a eu pendant cette réunion une présentation sur la méthode révisée de l’Indice latino-américain de transparence législative, élaboré depuis 2011 par le Réseau latino-américain pour la transparence législative.

La sénatrice Blanca Ovelar (Paraguay), présidente de ParlAmericas, a inauguré la réunion en soulignant que « les fonctionnaires parlementaires sont des acteurs clés dans l'ancrage de toutes les idées essentielles que promeut notre mission, et pour garantir l’institutionnalisation de tous les efforts d’ouverture législative ».

Pour présenter la première partie de cette activité, dédiée au processus de mise à jour de la Feuille de route pour l’ouverture législative, Mme Rocío Noriega, conseillère du Groupe bicaméral sur la transparence du Congrès national du Chili, a souligné l’utilité de cette feuille de route pour « aider à comprendre ce qu'est un parlement ouvert et quels sont ses piliers », ainsi que son importance « pendant les processus d’élaboration et de mise en œuvre de plans d’action et d’engagement dans la région ».

Suite à une présentation sur les résultats de l’enquête visant à guider la révision de la feuille de route de Mme Emilie Lemieux, directrice adjointe du parlement ouvert et du développement durable à ParlAmericas, les participantes et participants se sont divisés en cinq groupes de travail afin de recueillir davantage d’idées et de meilleures pratiques, ainsi que pour échanger des expériences servant de références dans le processus de révision. Ces groupes de travail ont été dirigés par des fonctionnaires parlementaires de l’hémisphère. M. Waldir Bezerra Miranda, secrétaire général adjoint du Bureau du Sénat fédéral du Brésil, a dirigé le groupe de travail sur la transparence et l'accès à l’information publique. Mme María Liz Sosa, directrice générale du Renforcement législatif et de la Coopération externe du Sénat du Paraguay, a mené le groupe sur la reddition de comptes. M. Juan Carlos Chavarría, directeur du Département de la participation citoyenne de l’Assemblée législative du Costa Rica, a mené celui sur la participation citoyenne. Mme Rocío Noriega a dirigé le groupe de travail sur l’éthique et la probité. Enfin, M. Mauricio Sarabia, directeur général de la Planification de l’Assemblée nationale de l’Équateur, était chargé du groupe de travail sur la planification stratégique.

Durant la deuxième partie de cette réunion, consacrée à la présentation de la nouvelle méthodologie de l’Indice latino-américain de transparence législative par le Réseau latino-américain pour la transparence législative et EUROsociAL+, des représentantes et représentants d’organisations internationales et de la société civile ont rejoint le groupe. Mme Analina Montes, directrice générale du Congrès national du Honduras, leur a souhaité la bienvenue au nom du Réseau de fonctionnaires parlementaires pour le parlement ouvert. Elle a aussi souligné l’importance de cet indice et de collaborer avec la société civile dans les processus de cocréation de plans d'action et d’engagements pour l’ouverture législative : « ParlAmericas a établi un Protocole d’entente avec le Réseau latino-américain pour la transparence législative, qui inclut des organisations de la société civile de la région afin de consolider davantage des collaborations plus étroites entre les parlements et la société civile. » Sont également intervenus M. Marcelo Espinel, directeur de projets de la fondation Ciudadanía y Desarrollo ("Citoyenneté et Développement"), et M. Borja Diaz Rivillas, responsable de la Bonne gouvernance du Secteur de la gouvernance démocratique au sein d’EUROsociAL+.

M. Roger Celi, coordinateur du secteur législatif de la fondation Ciudadanía y Desarrollo, organisation coordinatrice du Réseau latino-américain pour la transparence législative, et M. Raúl Ferrada, consultant d’EUROsociAL+ sur le projet de renouvellement de l’Indice latino-américain de transparence législative, ont présenté les mises à jour de cet indice et ont répondu aux questions des participants. 

Pour clôturer cette réunion, Mme María Gabriela Graell, directrice des Relations internationales de l’Assemblée nationale du Panama, a souligné l’importance des outils complémentaires comme la Feuille de route pour la transparence parlementaire et l’Indice latino-américain de transparence législative. Elle a également insisté sur l’utilité des espaces comme le Réseau de fonctionnaires parlementaires pour le parlement ouvert de ParlAmericas, qui permet d’échanger des idées : « C’est une joie de savoir que ce réseau continue de se développer et qu’il a été très bien reçu, permettant à davantage de parlements et de départements des institutions où nous travaillons de s’impliquer et de s'engager pour des parlements plus ouverts. »

Pour obtenir plus d’information sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


19 janvier 2021

ParlAmericas et l’Assemblée nationale du Panama organisent une réunion parlementaire pour soutenir la réalisation des Objectifs de développement durable au sein de l’Assemblée

Le mardi 19 janvier, ParlAmericas et l’Unité des relations internationales de l’Assemblée nationale du Panama ont tenu une réunion parlementaire intitulée « Accélérer la mise en œuvre de l'Agenda 2030 au sein de l’Assemblée nationale du Panama », afin de soutenir ses efforts visant à établir de nouveaux mécanismes ou pratiques pour favoriser et suivre la mise en œuvre de l’Agenda 2030 pour le développement durable et des 17 Objectifs de développement durable (ODD). Cette réunion a permis aux députées et aux députés du Panama de découvrir les expériences d’autres parlementaires de la région dans la participation à la mise en œuvre de l’Agenda 2030.

Elle a été inaugurée par l’honorable député Fernando Arce (Panama), président de la Commission des relations étrangères et membre du Conseil de ParlAmericas. Ce dernier a souligné qu’« il est maintenant nécessaire d'agir davantage; le monde nous appelle à reconstruire en mieux suite à la pandémie, et nous avons l’opportunité de garantir que nos efforts soient en faveur d’un avenir durable et équitable. À l'Assemblée du Panama, nous avons progressé et travaillé autour des différents éléments de l’Agenda 2030, mais nous pouvons fortement élargir et renforcer ces efforts pour mieux intégrer les objectifs de l’Agenda dans nos activités parlementaires ».

La réunion a été modérée par l’honorable députée Ana Giselle Rosas (Panama), qui a déclaré que « ce dialogue nous permettrait d’aborder les efforts et les obstacles que nous rencontrons dans nos pays dans la réalisation de l'Agenda 2030 et des ODD, afin de chercher collectivement des solutions, étant entendu que les difficultés complexes requièrent des réponses innovantes ». Le membre de l’Assemblée Pabel Muñoz (Équateur), coordinateur du Groupe parlementaire pour l’éradication de la pauvreté et la réalisation des ODD de l’Assemblée nationale de l’Équateur, a également présenté les expériences de l’Assemblée nationale de l’Équateur dans sa progression, ses réussites et ses difficultés lors de la mise en œuvre et du suivi des ODD.

L’Association des députés suppléants de l’Assemblée nationale a aussi participé à cette rencontre, ces derniers étant de plus en plus engagés dans les efforts pour la réalisation de l'Agenda 2030. L’honorable député Melchor Herrera a également souligné l’importance des parlementaires face à cet agenda et les défis qu’ils rencontrent dû à la COVID-19 et au débat mondial autour des effets de la pandémie.

Après cette présentation, les participantes et les participants ont pu dialoguer entre eux. La réunion s’est terminée avec l’intervention de l’honorable député Edison Broce (Panama) et de Maria Gabriela Graell, directrice des relations internationales de l’Assemblée nationale du Panama. Pendant son discours de clôture, le député Broce a déclaré : « Je vous exhorte à poursuivre notre travail d’équipe, car ce n'est qu’en équipe que nous parviendrons à réaliser plusieurs de ces projets, qui ne sont pas isolés. Ils ne changeront peut-être pas tout du jour au lendemain, mais leur ensemble et la pensée vers l'action collective peuvent nous aider à nous rapprocher des ODD. »

La directrice de l’Unité des relations internationales a quant à elle insisté sur la disposition des participantes et des participants à créer des espaces dans leur journée pour aborder les thèmes des Objectifs de développement durable, et les a invités à continuer de créer des partenariats pour progresser dans l’Agenda 2030.

Pour obtenir plus d’information sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.