Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Home NOUVEAUTÉS

2024


25 janvier 2024

ParlAmericas a participé au Programme pour les fonctionnaires parlementaires des Caraïbes de 2024 organisé par la Section du Royaume-Uni de l’Association parlementaire du Commonwealth

Aujourd’hui a eu lieu la clôture du Programme pour les fonctionnaires parlementaires des Caraïbes de 2024 organisé par la Section du Royaume-Uni de l’Association parlementaire du Commonwealth (APC UK). Ce programme en ligne de deux jours était destiné aux fonctionnaires parlementaires de la région des Caraïbes afin de faire part de leurs expériences et d’échanger des bonnes pratiques.

Le premier jour du programme était axé sur le rôle des fonctionnaires parlementaires dans le bon fonctionnement des comités, ainsi que sur l’importance de favoriser leurs opportunités de développement professionnel. Beverly Gibbons, greffière adjointe du Parlement de la Barbade et coordinatrice régionale pour les Caraïbes du Réseau de fonctionnaires parlementaires pour le parlement ouvert de ParlAmericas, et Chrisette Benjamin, chargée de programme sur l’égalité des genres à ParlAmericas, ont représenté ParlAmericas à cet événement et prononcé des discours de clôture, réitérant l’importance du travail des fonctionnaires parlementaires et de la coopération intrarégionale. Mme Gibbons a également parlé du travail des réseaux de fonctionnaires parlementaires de ParlAmericas sur le parlement ouvert, l’égalité des genres et le changement climatique et la durabilité en matière de facilitation d’échanges supplémentaires entre pairs sur ces sujets précis.

Le deuxième jour, Eilish Elliott, gestionnaire de projet sur l’égalité des genres à ParlAmericas, est intervenue lors d’une discussion sur les pratiques parlementaires en termes de sensibilisation et de mobilisation des jeunes. Mme Elliott a présenté un aperçu des programmes de ParlAmericas avec les parlements pour faire participer les jeunes aux processus parlementaires, ainsi que l’importance d’intégrer des considérations liées à l’égalité et l’inclusion dans ces initiatives de sensibilisation. L’honorable Alincia Williams-Grant (Antigua-et-Barbuda), présidente du Sénat, et Billy Helm (Royaume-Uni), chargé principal de la mobilisation de la Chambre des communes du Royaume-Uni, ont également participé à cette session avec d’autres intervenants.


14 décembre 2023

Des parlementaires échangent autour d’expériences concernant les pratiques législatives actuelles en matière de gouvernance de l’intelligence artificielle

Le Groupe numérique de ParlAmericas, lancé en juin comme groupe de travail lié au Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas, s’est réuni lors d’un dialogue virtuel sur les Expériences législatives actuelles en matière de gouvernance de l’intelligence artificielle. La réunion d’aujourd’hui a été la première d’une série de dialogues à venir visant à faciliter l’échange entre les parlementaires des Amériques et des Caraïbes sur des sujets liés à l’intelligence artificielle.

Cette session a débuté avec les discours d’ouverture de l’honorable Bridgid Annisette-George (Trinité-et-Tobago), présidente de la Chambre des représentants du Parlement et vice-présidente de ParlAmericas. Un panel a ensuite permis de mettre en avant des cas précis de cadres réglementaires liés à la gouvernance de l’intelligence artificielle, leur portée législative et leur mise en œuvre. Parmi les intervenants figuraient le sénateur Kenneth Pugh (Chili), coprésident du Groupe numérique du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas; le membre du parlement Francesco Sorbara (Canada); et l’eurodéputé Brando Benifei (Italie), co-rapporteur de la loi sur l’intelligence artificielle. Le panel a été modéré par l’honorable représentante Catherine Juvinao (Colombie), vice-présidente pour l’Amérique du Sud du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas, et Natalí Casanova-Burkholder, gestionnaire de projet pour un parlement ouvert au Secrétariat international de ParlAmericas. Il s’est concentré sur les manières dont les mesures réglementaires peuvent promouvoir des applications éthiques de l’IA qui minimisent les biais de genre et autres, sans freiner l’innovation.

Les parlementaires participants ont également été invités à faire part de leurs propres expériences nationales ainsi que de leurs questionnements en matière de gouvernance de l’intelligence artificielle. Cela comprenait des interventions du député Pedro Campos (Brésil), le membre de la Chambre des députés María Eugenia Hernández (Mexique), le membre du Congrès Karol Parades (Pérou), le représentant Rodrigo Goñi (Uruguay), et l’eurodéputé Ibán García del Blanco (Espagne). Un discours de clôture a ensuite été prononcé par l’honorable Reginald Farley (Barbade), président du Sénat et vice-président pour les Caraïbes du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas.

Citation
Sénateur Kenneth Pugh (Chili), coprésident du Groupe numérique du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas

« Grâce à la création du Groupe numérique, nous avons désormais un espace dédié pour discuter des effets des transformations numériques sur notre région, y compris l’utilisation croissante de l’intelligence artificielle. La session d’aujourd’hui a réaffirmé l’importance de cet espace, une communauté de pratique où nous pouvons échanger des bonnes pratiques législatives et identifier comment relever les défis communs de la gouvernance numérique. » 

Citation
L’honorable Bridgid Annisette-George (Trinité-et-Tobago), présidente de la Chambre des représentants et vice-présidente de ParlAmericas

« L’avenir de l’intelligence artificielle, avec ses répercussions sur la société et la nécessité qui en découle d’une évolution réglementaire et d’une gestion prudente, reste un sujet de préoccupation pour les parlementaires et les citoyens que nous représentons. Il est par conséquent important d’adopter une approche proactive pour réduire les risques existants et émergents en termes de sécurité, tout en maximisant les opportunités de développement pour nos pays. »


13 décembre 2023

La réunion du Réseau de fonctionnaires parlementaires pour l’égalité des genres de ParlAmericas met en avant des stratégies pour traiter les politiques relatives au soin dans les parlements nationaux

Des fonctionnaires parlementaires et des représentantes d’organismes nationaux sur le genre des Amériques et des Caraïbes se sont réunis en ligne à l’occasion de la 7e Réunion du Réseau de fonctionnaires parlementaires pour l’égalité des genres de ParlAmericas. La réunion d’aujourd’hui, axée sur les politiques relatives au soin dans les parlements nationaux, a comporté des présentations sur les considérations principales en ce qui concerne le travail parlementaire relatif aux soins, et a permis un dialogue entre pairs sur des initiatives actuelles et à venir. 

Cette session a été modérée par Chantal La Roche (Trinité-et-Tobago), directrice des services juridiques parlementaires. L’un des moments forts en a été un panel d’experts avec Ana Güezmes, directrice de la Division du genre de la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC) et Alejandra Mora Mora, secrétaire exécutive de la Commission interaméricaine des femmes (CIM, de son sigle espagnol). Mme Güezmes et Mme Mora Mora ont présenté des données et des concepts liés au soin utilisés pour promouvoir l’agenda sur les soins au niveau régional, en abordant les interconnexions entre le développement régional et le travail réalisé spécifiquement dans les parlements nationaux.

Le panel suivant a débuté avec un aperçu du Document d’information de ParlAmericas sur les installations pour l’allaitement et la garde d’enfants dans les parlements, qui présente des bonnes pratiques existantes dans la région et a donné le contexte, permettant ainsi aux intervenants d’expliquer plus en détail les efforts mis en œuvre dans leurs parlements respectifs. Il a été modéré par Haydeé Hernández Pérez (Costa Rica), responsable de l’Unité technique pour l’égalité des genres et l’équité de l’Assemblée législative, et a compté des présentations des fonctionnaires parlementaires suivantes :

  • Claudia Fuenzalida Cereceda (Chili), responsable de l’Unité de la planification et du contrôle de gestion et chargée des affaires de genre au Sénat de la République, et coordinatrice régionale pour l’Amérique du Sud du Réseau de fonctionnaires parlementaires pour l’égalité des genres de ParlAmericas
  • Gracielle Fernanda do Nascimento Azeredo (Brésil), analyste législative, membre du Comité permanent pour la promotion de l’égalité des genres et des races et du Groupe de travail sur l’affinité raciale du Sénat fédéral 
  • Annie Carpentier (Canada), directrice adjointe des Services en RH aux députés de la Chambre des communes

Les participants ont été accueillis à cette session par la sénatrice Carmen Gloria Aravena (Chili), première vice-présidente pour l’Amérique du Sud du Réseau de fonctionnaires parlementaires pour l’égalité des genres de ParlAmericas, et Sulma Campos Mata (Mexique), responsable de l’Unité technique pour l’égalité des genres du Sénat de la République, qui a également clôturé l’événement. 


11 décembre 2023

ParlAmericas a participé à la réunion de la Communauté de pratique sur les rapports nationaux volontaires de la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC)

ParlAmericas a participé à la réunion de la Communauté de pratique sur les rapports nationaux volontaires de la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC), pour aborder le rôle des parlements dans la mise en œuvre, la révision et le suivi de l’Agenda 2030 pour le développement durable.

Cette rencontre, inaugurée par José Manuel Salazar-Xirinachs, secrétaire adjoint de la CEPALC, a réuni la Communauté de pratique de la CEPALC sur les rapports nationaux volontaires, un espace d’échange de bonnes pratiques et d’apprentissages relatifs à la mise en œuvre de l’Agenda 2030 en général, et à la préparation des rapports en particulier. Cette communauté est composée de fonctionnaires de gouvernement, de professionnels, de représentants du monde universitaire, de spécialistes et de représentants du système des Nations Unies, de la jeunesse, de la société civile, du secteur privé et d’autres parties intéressées.

C’est dans ce cadre que le panel « Préparer le terrain : le rôle des parlementaires dans la mise en œuvre, la révision et le suivi de l’Agenda 2030 pour le développement durable » a été organisé. Anabella Zavagno, directrice générale adjointe de ParlAmericas, y a présenté le travail parlementaire en matière d’élimination de la pauvreté et les progrès vers un développement durable.

Lors de ce dialogue, Mme Zavagno a parlé du rôle stratégique que jouent les parlements nationaux pour garantir que les États mettent bien en œuvre les ODD, en soulignant le travail de ParlAmericas qui rassemble des parlementaires de l’hémisphère pour discuter de sujets directement liés à l’élimination de la pauvreté, comme la sécurité alimentaire et le phénomène migratoire.


7 décembre 2023

Déclaration de ParlAmericas sur la polémique concernant la frontière entre le Guyana et le Venezuela

Ottawa (Canada), le 7 décembre 2023 — ParlAmericas suit attentivement les dernières évolutions de la polémique concernant la frontière entre la République coopérative du Guyana et la République bolivarienne du Venezuela et, suite au référendum consultatif sur l’Essequibo tenu le 3 décembre au Venezuela, ParlAmericas

Appelle les parties à régler leurs différends à travers les instances et les tribunaux reconnus du système de justice internationale;

Rappelle que des instruments internationaux comme la Charte des Nations Unies et la Charte de l’Organisation des États américains consacrent la souveraineté et l’indépendance des États, établissent la réalisation fidèle des obligations émanant des traités et d’autres sources du droit international, et affirment que le territoire d’un État est inviolable et qu’il ne peut pas faire l’objet d’une occupation militaire ni d’aucune autre mesure de force prise par un autre État, de manière directe ou indirecte, quel qu’en soit le motif, et ce même de façon temporaire;

Et invite à ce qu’en l’honneur de la tradition de la résolution pacifique des contentieux dans les Amériques et les Caraïbes, les polémiques de nature internationales survenant entre États soient résolues via des canaux pacifiques.


6 décembre 2023

ParlAmericas a participé à la COP28 et mené des événements au tout premier pavillon parlementaire

ParlAmericas a participé cette année à la 28e Conférence des Parties (COP28) de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), organisée du 30 novembre au 12 décembre 2023 à Dubaï, aux Émirats arabes unis. Afin de représenter ParlAmericas et leurs pays respectifs à la COP28, la sénatrice Rosa Galvez (Canada), présidente du Réseau parlementaire sur le changement climatique et la durabilité de ParlAmericas, l’honorable Dessima Williams (Grenade), présidente du Sénat et membre du Conseil de ParlAmericas, et l’honorable Carolyn Trench-Sandiford (Belize), présidente du Sénat et membre du Conseil de ParlAmericas, ont assisté à l’événement international. Au côté d’Alisha Todd, directrice générale de ParlAmericas, elles ont participé à plusieurs réunions et discussions avec différentes parties prenantes, dont d’autres parlementaires, des organisations internationales, des universitaires et des jeunes.

La COP28 a marqué une étape décisive pour le groupe parlementaire de la CCNUCC, dont ParlAmericas est un membre fondateur, puisqu’il s’agissait de la première COP avec la  particularité d’un pavillon parlementaire. Reconnaissant que les législatures nationales sont essentielles pour promouvoir une action climatique au niveau international et dans les Amériques et les Caraïbes, ParlAmericas a été l’hôte d’espaces d’échanges parlementaires au sein de ce pavillon.

Le 4 décembre, ParlAmericas a organisé un événement parallèle officiel réunissant des parlementaires des Amériques et des Caraïbes et des spécialistes du sujet pour examiner le rôle important que les parlements peuvent jouer dans le renforcement d’une démocratie environnementale pour contrer les inégalités de genre, via l’Accord d’Escazú et l’Action pour l’autonomisation climatique. Le panel de cette session a été modéré par Alisha Todd, directrice générale de ParlAmericas. Parmi les intervenants figuraient l’honorable Dessima Williams (Grenade), présidente du Sénat et membre du Conseil de ParlAmericas, l’honorable Carolyn Trench-Sandiford (Belize), présidente du Sénat et membre du Conseil de ParlAmericas, l’honorable représentant Juan Carlos Losada (Colombie), et Carlos de Miguel, chef du Département du développement durable et des établissements humains de la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC). Cette session a été inaugurée et clôturée par l’honorable sénatrice Rosa Galvez (Canada), présidente du Réseau parlementaire sur le changement climatique et la durabilité de ParlAmericas, qui a conclu en soulignant les résultats des discussions sur les efforts parlementaires prometteurs pour aligner les lois, les budgets et les plans nationaux sur l’Accord d’Escazú et sur la façon de renforcer les pouvoirs de la population sur les questions environnementales.

Le 5 décembre, ParlAmericas et GLOBE Legislators ont organisé un dialogue interparlementaire pour les parlementaires d’Amérique latine. Cette session a permis d’échanger sur des pratiques législatives nationales et visait à renforcer la collaboration régionale en matière d’action climatique afin de faire respecter les engagements gouvernementaux pour le climat. Le même jour, les déléguées de ParlAmericas ont également participé à des panels organisés par GLOBE Legislators pour aborder le rôle des femmes parlementaires dans la promotion de l’action pour le climat et le potentiel de la collaboration de différents partis politiques pour lutter contre le changement climatique.

Le 6 décembre, les déléguées de ParlAmericas ont assisté à la réunion organisée par l’Union interparlementaire (UIP) et le Conseil national fédéral des EAU, qui a rassemblé des représentants parlementaires du monde entier pour examiner le paysage climatique actuel et les évolutions scientifiques récentes, ainsi que pour aborder les lacunes dans les efforts d’adaptation et d’atténuation au changement climatique, et échanger des bonnes pratiques. Les discussions et les apprentissages de cette session visent à appuyer une action climatique parlementaire urgente aux niveaux national et international pour traduire les engagements de la COP en réalités exploitables.

Citations

La sénatrice Rosa Galvez (Canada), présidente du Réseau parlementaire sur le changement climatique et la durabilité de ParlAmericas

« En tant que parlementaires, nous pouvons être des acteurs clés dans l’orientation de la région vers une gouvernance environnementale globale et transformatrice qui garantisse que tous les membres de notre société sont non seulement conscients de leurs droits, mais aussi habilités à les exercer. »

 L’honorable Carolyn Trench-Sandiford (Belize), présidente du Sénat et membre du Conseil de ParlAmericas

« Le Parlement, en plus de ses fonctions de contrôle et de surveillance, peut également défendre les divers accords multilatéraux, y compris l’Accord de Paris. Par exemple, nous avons signé une Déclaration d’intention avec le Bureau de l’ONU au Belize pour que le parlement s’associe à la sensibilisation et à la connaissance de tous les accords signés par le Belize. Les parlements ont une capacité unique à contribuer à l’élaboration et à la mise en œuvre des engagements nationaux en matière de climat à travers nos diverses fonctions. »


5 décembre 2023

ParlAmericas a co organisé un séminaire virtuel pour les femmes parlementaires des Amériques et des Caraïbes sur l’agenda de la défense, la paix et la sécurité

Le séminaire virtuel intitulé « Avec tout ce qui se passe en ce moment… »: le défi du leadership politique en temps de crise a été organisé par ParlAmericas en coordination avec le Centre mondial du pluralisme et le Centre parlementaire, ce dernier faisant office de Secrétariat pour le Réseau des femmes législatrices en matière de défense, de sécurité et de paix (WLID, de son sigle anglais). Dans le contexte actuel où les crises de sécurité mondiales s’accentuent et convergent, ce séminaire était un espace sûr permettant aux femmes parlementaires de toute la région de participer à un dialogue constructif sur ces sujets avec des pairs. 

La session a démarré avec un discours de bienvenue de la membre du parlement Anita Vandenbeld (Canada) et de la sénatrice Verónica Noemí Camino Farjat (Mexique), présidente du Réseau parlementaire sur l’égalité des genres de ParlAmericas. Il s’en est suivi un panel sur la promotion du dialogue pour la paix et la sécurité, avec des présentations de la membre de la Chambre des députés Margarita Stolbizer (Argentine), rapporteuse de la 148e Assemblée de la Commission de la paix et de la sécurité internationale de l’Union interparlementaire, et de Meredith Preston McGhie, secrétaire générale du Centre mondial du pluralisme. Lors de cet échange modéré par l’ancienne parlementaire Guadalupe Valdez (République dominicaine), les présentatrices et les participantes ont réfléchi à la manière de manœuvrer un leadership et une communication politique responsables et de promouvoir des façons sensibles au genre d’aborder les agendas de la défense, la paix et la sécurité.

Suite à ce panel, le séminaire a encouragé le dialogue continu entre les parlementaires, en particulier sur les points de vue et les préoccupations des populations qu’elles représentent, sur des actions efficaces pour combattre la xénophobie et l’intolérance religieuse, et sur des apprentissages pour promouvoir l’unité et la consolidation de la paix. Enfin, la membre du parlement Stephanie Kusie (Canada), vice-présidente pour l’Amérique du Nord du Réseau parlementaire pour l’égalité des genres de ParlAmericas, a prononcé un discours de clôture.


30 novembre 2023

ParlAmericas, le Congrès de la République de Colombie et le Réseau latino-américain pour la transparence législative ont organisé une réunion de travail sur le parlement ouvert

BOGOTÁ (COLOMBIE), le 30 novembre 2023 — Des participants provenant de 12 pays d’Amérique latine ont assisté à une réunion de travail du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas intitulée Mesures et outils de transparence : opportunités pour l’ouverture législative et organisée par ParlAmericas, le Congrès de la République de Colombie et le Réseau latino-américain pour la transparence législative. Des parlementaires, des fonctionnaires de parlement et des représentants d’organisations de la société civile ont échangé des expériences et des connaissances pour des parlements plus ouverts, intègres et inclusifs. Cette activité s’est achevée aujourd’hui après deux jours de sessions à Bogotá.

Les discours d’ouverture ont été prononcés par de hautes autorités du Congrès de la République de Colombie, à savoir l’honorable Iván Name, président du Sénat; l’honorable représentant Andrés Calle, président de la Chambre des représentants; l’honorable représentante Catherine Juvinao, vice-présidente pour l’Amérique du Sud du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas; et l’honorable sénateur Germán Blanco, membre du Conseil de ParlAmericas.

Lors du premier jour des sessions, les participants ont échangé sur les avancées, les opportunités et les apprentissages en lien avec un parlement ouvert. Il fut question aussi des fenêtres d’opportunité pour progresser dans cet agenda et sur des outils de mesure utiles, comme l’Indice latino-américain de transparence législative (ILTL), qui mettent en lumière les progrès des parlements de la région dans ces domaines. L’objectif lors de cette première session était de découvrir différents points de vue sur la promotion de l’agenda pour le parlement ouvert dans la région et les différentes stratégies pour catalyser les opportunités découlant d’instruments comme l’ILTL. De plus, une autre session axée sur les expériences en matière de mesure de l’ILTL a donc été organisée, avec l’aide de groupes de travail sur les différentes dimensions de cet indice, en prenant pour référence la Feuille de route pour l’ouverture législative 2.0 de ParlAmericas.

Au deuxième jour, des échanges de bonnes pratiques pour un parlement ouvert ont eu lieu, avec un intérêt tout particulier pour l’éthique et la probité, ainsi que pour l’accessibilité et l’inclusion. Ces dialogues se sont concentrés sur les apprentissages et sur la façon de continuer à collaborer au niveau régional comme au niveau national, dans le but d’élargir les horizons et de mobiliser davantage de parlementaires, de départements ou de divisions des parlements, et des organisations de la société civile, comme, entre autres, des organisations de femmes, de peuples autochtones et de personnes en situation de handicap.

Citations

L’honorable représentante Catherine Juvinao (Colombie), vice-présidente pour l’Amérique du Sud du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas

« Le modèle du parlement ouvert est un instrument essentiel pour promouvoir l’égalité des genres au sein des législatures, tant au niveau réglementaire qu’institutionnel. Le dialogue entre plusieurs parties- prenantes et la coopération multilatérale qui ont orienté ces journées, sont fondamentaux pour atteindre cet objectif. »

L’honorable sénateur Germán Blanco (Colombie), membre du Conseil de ParlAmericas

« L’ouverture législative est un pilier fondamental dans notre travail parlementaire, non seulement en ce qu’elle nous permet de renforcer davantage le rôle du pouvoir législatif en tant que garant de la démocratie, mais aussi car elle contribue aux initiatives et aux mesures que nous menons en faveur de l’intégrité et de l’inclusion. »


20 novembre 2023

Déclaration de ParlAmericas sur la situation au Guatemala

ParlAmericas, qui suit avec attention la situation au Guatemala et reconnaissant la résolution CP/RES.1236 du Conseil permanent de l’Organisation des États américains intitulée « Événements récents affectant l’État de droit et la transition présidentielle démocratique au Guatemala », approuvée le 15 novembre 2023,

Lance un appel respectueux aux institutions démocratiques du Guatemala pour la garantie d’une passation des pouvoirs ordonnée, transparente, efficace et pacifique, et pour la défense de l’État de droit et de l’ordre constitutionnel;

Réitère l’importance de respecter la volonté du peuple guatémaltèque, exprimée librement lors des élections du 25 juin et du 20 août 2023;

Condamne vigoureusement les actions d’intimidation déployées contre des députées et des députés du Congrès de la République du Guatemala; et

Réaffirme l’importance du rôle du pouvoir législatif, en tant que représentant de la volonté du peuple, dans une passation des pouvoirs pacifique, un fondement des sociétés démocratiques.

20 novembre 2023


9 novembre 2023

ParlAmericas et la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC) ont signé un Protocole d’entente

ParlAmericas et la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC) ont signé un Protocole d’entente pour renforcer leur travail commun en matière de développement durable.

La rencontre a eu lieu dans le but d’institutionnaliser le lien historique entre ces deux institutions, avec la présence des signataires le député Vlado Mirosevic (Chili), membre du Conseil de ParlAmericas, et José Manuel Salazar-Xirinachs, secrétaire exécutif de la CEPALC. 

Durant le dialogue, les signataires ont réaffirmé leur engagement à créer un cadre général de collaboration interinstitutionnelle pour les questions relatives à la gestion, à la promotion et à la diffusion d’actions pour soutenir des politiques en faveur du développement durable, promouvoir une récupération socioéconomique transformatrice et inclusive, encourager des actions d’adaptation et d’atténuation du changement climatique et favoriser des politiques de promotion de l’égalité des genres.

Les activités de coopération incluent, entre autres, la convocation de spécialistes à des rencontres parlementaires régionales, l’organisation de séminaires et/ou d’ateliers à caractère technique et à l’approche régionale, et la participation de parlementaires à des conférences et des forums organisés ou coorganisés par la CEPALC. Le but de la participation parlementaire est d’intégrer les points de vue législatifs dans les différentes discussions de politique publique, comme les forums des pays d’Amérique latine et des Caraïbes sur le développement durable et le suivi régional de l’Agenda 2030, les conférences régionales sur la femme en Amérique latine et dans les Caraïbes et les réunions de la Conférence des Parties de l’Accord d’Escazú, entre autres.

La réunion s’est conclue en soulignant le potentiel de collaboration dans les nouveaux caucus de ParlAmericas – dont la création a été approuvée par des parlementaires de l’hémisphère au sein du Conseil d’administration de ParlAmericas – sur des thèmes urgents comme la transformation numérique et l’économie verte, afin de promouvoir davantage le dialogue et la coopération régionale pour relever les défis communs. En ce sens, le cadre que présentent ces groupes permet aussi de travailler conjointement avec la CEPALC pour identifier des diagnostics et promouvoir des solutions législatives.


2 novembre 2023

Des représentantes de caucus de femmes des Caraïbes se sont réunies lors d’un échange parlementaire à la Sainte-Lucie

Des membres de caucus parlementaires de femmes des Caraïbes se sont rassemblées aujourd’hui à Gros Islet, à la Sainte-Lucie, à l’occasion d’un échange sur les priorités actuelles et les bonnes pratiques pour le bon fonctionnement des caucus. Cette réunion a été coorganisée par ParlAmericas, le Bureau multipays de l’ONU Femmes pour les Caraïbes et le Parlement de la Sainte-Lucie, dans le but de renforcer les réseaux entre les caucus de femmes des Caraïbes.

Les discours d’ouverture ont été prononcés par l’honorable sénatrice Alvina Reynolds (Sainte-Lucie), présidente du Sénat et Alisha Todd, directrice générale de ParlAmericas, et la réunion a été facilitée par Letitia Nicholas, analyste du contrôle et des notifications de l’ONU Femmes Caraïbes.

Le programme comprenait une table ronde interactive, durant laquelle les représentantes de caucus parlementaires ont pu faire part de leurs priorités et de leurs projets actuels. Les participantes ont également échangé sur les possibilités des caucus actuels d’aider et de soutenir d’autres parlements envisageant de créer des caucus de femmes. Elles ont ensuite exploré des domaines où une assistance technique de la part de ParlAmericas et du Bureau multipays de l’ONU Femmes pour les Caraïbes peut contribuer davantage au travail en cours des caucus de femmes dans toute la région.

Cette réunion a été possible en partie grâce au soutien du Gouvernement canadien par l’entremise d’Affaires mondiales Canada et de l’Initiative Spotlight de l’UE et de l’ONU.

Citation

L’honorable Dessima Williams (Grenade), présidente du Sénat et membre du Conseil d’administration de ParlAmericas

« Nous devons absolument continuer d’amplifier les voix des femmes parlementaires dans notre région, les Caraïbes. Nous avons constaté que créer et renforcer des caucus parlementaires de femmes peut être un moyen efficace d’assurer l’émergence du leadership des femmes et que ce dernier soutienne nos pays en développement. J’ai l’espoir qu’en pouvant apprendre les unes des autres, ce travail pour le leadership continue d’avoir un effet positif sur le système parlementaire et pour notre peuple. »


1 novembre 2023

Un dialogue multipartite sur l’égalité des genres et le développement durable a été organisé par ParlAmericas, le Bureau multi-pays de l’ONU Femmes pour les Caraïbes et le Parlement de Sainte-Lucie

ParlAmericas a conclu aujourd’hui un dialogue multipartite sur deux jours, organisé à Gros Islet, à la Sainte-Lucie, conjointement avec le Bureau multi-pays de l’ONU Femmes pour les Caraïbes et le Parlement de Sainte-Lucie. Cet événement visant à explorer les questions de développement durable avec une approche de genre a rassemblé des parlementaires des Caraïbes et des représentants d’organismes nationaux sur le genre et de diverses organisations internationales et de la société civile travaillant dans ces domaines.

Durant ces deux journées, les participants ont discuté des défis et des opportunités en lien avec l’égalité des genres et le développement durable dans la région, reconnaissant qu’aucun de ces objectifs n’est atteignable si les liens importants entre les deux ne sont pas abordés. À la fin de l’événement, une déclaration conjointe a été rédigée pour réaffirmer que tout effort contre l’inégalité de genre et la violence envers les femmes et les filles est également un effort pour le développement durable. Les participants se sont engagés dans cette déclaration à traiter ces inégalités de façon inclusive, globale et collaborative. Cette réunion a aussi aidé les participants à se préparer pour des forums internationaux sur le développement durable, comme la 4e Conférence internationale sur les petits États insulaires en développement, qui aura lieu en mai 2024 à Antigua-et-Barbuda.

Au premier jour de l’événement, les discours de bienvenue ont été prononcés par Tonni Brodber, représentante du Bureau multi-pays de l’ONU Femmes pour les Caraïbes, Alisha Todd, directrice générale de ParlAmericas, l’honorable Claudius Francis (Sainte-Lucie), président de la Chambre de l’Assemblée et membre du Conseil d’administration de ParlAmericas, et l’honorable sénatrice Alvina Reynolds (Sainte-Lucie), présidente du Sénat. Suite à cela, des discussions ont mis en avant le coût de la violence contre les femmes et les filles (VCFF), des initiatives innovantes pour mettre fin à la VCFF et des bonnes pratiques pour créer des partenariats visant à promouvoir l’égalité des genres et le développement durable.

Lors de la deuxième journée, les participants ont pu continuer à échanger en se concentrant sur les aspects liés au genre du développement au sein des petits États insulaires en développement (PEID), les moyens de promouvoir l’égalité des genres dans et à travers le parlement, et l’apprentissage interactif pour appliquer une approche de genre dans le travail législatif et de plaidoyer.

Cette réunion a été possible en partie grâce au soutien du Gouvernement canadien par l’entremise d’Affaires mondiales Canada et de l’Initiative Spotlight de l’UE et de l’ONU. 

Citation

L’honorable Claudius Francis (Sainte-Lucie), président de la Chambre de l’Assemblée et membre du Conseil d’administration de ParlAmericas 

« Lorsque nous parlons de développement durable, nous entendons un avenir où la croissance économique, le bien-être social et la protection de l’environnement sont en équilibre. L’égalité des genres est l’une des pierres angulaires de cette vision. »


25 octobre 2023

Des parlementaires d’Amérique latine et des Caraïbes ont participé à une réunion sur les énergies renouvelables

Des législatrices et des législateurs de 14 pays d’Amérique latine et des Caraïbes ont participé à la rencontre interparlementaire intitulée Promouvoir les énergies renouvelables pour le bien-être commun : le rôle des parlements, organisée par ParlAmericas, IRENA et le Global Renewables Congress (GRC).

À cet événement, qui a eu lieu dans le cadre de la Semaine du climat 2023 en Amérique latine et dans les Caraïbes, ont également participé des spécialistes et des représentants d’organismes multilatéraux et d’organisations de la société civile pour discuter des méthodes et des possibilités pour accélérer le déploiement des énergies renouvelables dans les différents contextes nationaux de la région.

La session a été inaugurée par l’honorable député Fernando Arce (Panama), membre du Conseil de ParlAmericas, et par Bärbel Höhn (Allemagne), présidente du GRC et ambassadrice par intérim de la réforme énergétique en Afrique. Juan Carlos Villalonga, président de GLOBE Legislators, a prononcé le discours d’ouverture. En outre, un panel intitulé Perspectives multipartites pour le déploiement inclusif des énergies renouvelables a été modéré par le sénateur Anthony Vieira (Trinité-et-Tobago), vice-président pour les Caraïbes du Réseau parlementaire sur le changement climatique et la durabilité de ParlAmericas. Y ont participé l’honorable Oscar Mira (Belize), ministre d’État au Ministère de la sécurité nationale et de la défense; Paola Vega (Costa Rica), membre du Global Renewables Congress; Charlin Bodley, responsable, au sein de l’Initiative Clinton pour le climat, de l’Académie de la transition énergétique de RMI du Réseau de femmes dans les énergies renouvelables (WIRE, de son sigle anglais); et Joice Méndez, membre du Groupe consultatif de la jeunesse sur les changements climatiques auprès du Secrétaire général des Nations Unies et jeune leader d’IRENA. 

Lors de ces déchanges, les participants ont mis de l’avant des mécanismes permettant aux parlements de faire avancer des actions pour une transition énergétique juste et inclusive, mobilisant la société civile, y compris les femmes, et en particulier celles qui vivent en zone rurale, afin de garantir que la transition réponde à leurs besoins, fasse la promotion de leur autonomisation et favorise des activités génératrices de revenus.

L’événement a été clôturé par la Dre Guadalupe González (Panama), directrice du Département de l’électricité du Secrétariat national de l’énergie.

Citation

Sénateur Anthony Vieira (Trinité-et-Tobago), vice-président pour les Caraïbes du Réseau parlementaire sur le changement climatique et la durabilité de ParlAmericas

« Il est clair que nous devons promouvoir des politiques favorisant une transition juste vers des systèmes énergétiques faibles en émissions de carbone, et ce à travers des mesures qui renforcent la production d’énergie propre et encouragent l’efficience énergétique. La transition peut jouer un rôle vital, non seulement parce qu’elle suppose de décarboner nos modèles énergétiques, mais aussi parce qu’elle présente des opportunités d’expansion et d’accessibilité à l’électricité auprès des communautés rurales et des groupes historiquement marginalisés. Les discussions intergénérationnelles sont essentielles à cet égard. Cette génération tente de créer un pont vers l’avenir. »


29 septembre 2023

Des parlementaires des Amériques et des Caraïbes adoptent une déclaration sur la création d’un avenir de sécurité alimentaire

Aujourd’hui, ParlAmericas a conclu son événement rassemblant la 7e Rencontre du Réseau parlementaire sur le changement climatique (RPCC) et la 15e Rencontre du Réseau parlementaire pour l’égalité des genres (RPEG). Cette rencontre, intitulée « Un avenir de sécurité alimentaire : construire des stratégies axées sur les personnes et la planète », a été organisée avec le Sénat de la République du Mexique pour réunir dans la ville de Mexico plus de 50 parlementaires de 18 pays des Amériques et des Caraïbes.

Les délégations présentes ont adopté une déclaration dans laquelle ils s’engagent à appliquer les principes de la souveraineté alimentaire pour promouvoir des mesures législatives contre l’insécurité alimentaire; à donner une place aux groupes traditionnellement marginalisés et sous-représentés dans les processus décisionnels; et à encourager l’utilisation de l’analyse sensible au genre en tant qu’outil pour élaborer des lois relatives à la sécurité alimentaire, entre autres engagements.

La rencontre a débuté le jeudi 28 septembre et s’est déroulée sur deux jours au Sénat du Mexique. Les parlementaires, des spécialistes et des représentants d’organisations régionales et internationales ont participé à des sessions de travail sur l’atténuation et l’adaptation au changement climatique dans les systèmes agroalimentaires, les efforts nationaux pour mettre fin à l’insécurité alimentaire et à la pauvreté, et le rôle du leadership des femmes dans ces initiatives. Durant cet événement, ParlAmericas a également lancé son nouveau « Précis sur le travail parlementaire sensible au genre en matière de sécurité alimentaire ».

Parmi les moments importants de la dernière journée de la rencontre, les nouveaux comités exécutifs du Réseau parlementaire sur le changement climatique (RPCC) et du Réseau parlementaire pour l’égalité des genres (RPEG) de ParlAmericas ont été annoncés. 

Le Comité du RPCC sera composé de :

  • Présidente : L’honorable sénatrice Rosa Galvez (Canada)
  • Vice-président pour l’Amérique du Nord : Sénateur Raúl Bolaños-Cacho Cué (Mexique)
  • Vice-président pour l’Amérique centrale : Membre de l’Assemblée législative Óscar Izquierdo Sandí (Costa Rica)
  • Premier vice-président pour les Caraïbes : Sénateur Anthony Vieira (Trinité-et-Tobago) 
  • Deuxième vice-présidente pour les Caraïbes : Députée Nelsa Shoraya Suárez Ariza (République dominicaine)
  • Première vice-présidente pour l’Amérique du Sud : Membre de la Chambre des députés Margarita Stolbizer (Argentine)
  • Deuxième vice-président pour l’Amérique du Sud : Membre de l’Assemblée nationale Radjendrekoemar Debie (Suriname)

Le Comité du RPEG sera composé de :

  • Présidente : Sénatrice Verónica Noemí Camino Farjat (Mexique)
  • Vice-présidente pour l’Amérique du Nord : Membre du Parlement Stephanie Kusie (Canada)
  • Première vice-présidente pour l’Amérique centrale : Membre de l’Assemblée nationale Kayra Harding Bart (Panama)
  • Deuxième vice-présidente pour l’Amérique centrale : Membre du Congrès Andrea Villagrán Ánton (Guatemala)
  • Vice-présidente pour les Caraïbes : Sénatrice Lisa Jawahir (Sainte-Lucie)
  • Première vice-présidente pour l’Amérique du Sud : Sénatrice Carmen Gloria Aravena (Chili)
  • Deuxième vice-présidente pour l’Amérique du Sud : Sénatrice Daniella Velloso Borges Ribeiro (Brésil)

27 septembre 2023

ParlAmericas a participé au 2e Sommet mondial des commissions du futur 2023, organisé par le Parlement de l’Uruguay et l’Union interparlementaire (UIP)

Le député Vlado Mirosevic (Chili), membre du Conseil d’administration de ParlAmericas, et Michelle Volpin, chargée de projets sur l’égalité des genres et le changement climatique du Secrétariat international de ParlAmericas, ont participé au 2e Sommet mondial des commissions du futur 2023, organisé conjointement par le Parlement de l’Uruguay et l’Union interparlementaire (UIP). Cet événement a eu lieu les 25, 26 et 27 septembre à Montevideo, en Uruguay.

Le 2e Sommet mondial des commissions du futur 2023 a réuni des parlementaires, des fonctionnaires parlementaires, des organisations internationales, des représentants du secteur privé et des experts pour explorer le rôle du parlement face aux défis engendrés pour la démocratie par l’intelligence artificielle (IA) et les autres formes de technologie émergentes. Le député Vlado Mirosevic a présenté le Groupe numérique du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas durant la table ronde intitulée « Défis pour le travail parlementaire dans un contexte inaugurant l’avenir ». Durant son intervention, il a souligné le mandat de ce nouveau groupe de travail parlementaire de ParlAmericas de développer des propositions législatives sur la gouvernance numérique, y compris la réglementation de l’intelligence artificielle, à travers des approches inclusives et multidimensionnelles. À cet égard, le député Mirosevic a déclaré : « Ce caucus est une communauté de pratique législative qui permet d’échanger sur des bonnes pratiques et coordonner différents acteurs de l’hémisphère dans le but de créer des propositions d’actions promouvant une gouvernance numérique transparente, responsable et inclusive. L’un de ses objectifs est d’offrir aux parlementaires des Amériques et des Caraïbes des ressources et des outils législatifs spécialisés afin de soutenir, entre autres, leur travail en matière de protection des données, de transparence et de gouvernance multilatérale,. » 

La participation du Groupe numérique au 2e Sommet mondial des commissions du futur 2023 découle  d’ actions stratégiques pour que les parlementaires des Amériques et des Caraïbes, en particulier dans les pays du Sud, puissent participer de façon significative à la discussion sur la portée de l’intelligence artificielle et des droits numériques, afin de garantir que les modèles de gouvernance de l’intelligence artificielle reflètent des principes communs concernant la démocratie, l’État de droit, la paix, les droits de la personne, l’élimination de la pauvreté, la justice, la transparence et l’égalité.

Toujours dans le cadre de ce Sommet, le député Mirosevic a également rencontré le président de la Chambre des représentants de l’Uruguay, le député Sebastián Andujar. Ils ont discuté ensemble de l’importance de la diplomatie parlementaire dans l’hémisphère pour renforcer la démocratie et le travail de ParlAmericas au sein du système interaméricain.


27 septembre 2023

Des parlementaires des Amériques et des Caraïbes se réuniront dans la ville de Mexico, au Mexique, pour discuter de la sécurité alimentaire dans l’hémisphère

Plus de 50 parlementaires de 18 pays des Amériques et des Caraïbes assisteront à la 7e Rencontre du Réseau parlementaire sur le changement climatique de ParlAmericas et à la 15e Rencontre du Réseau parlementaire pour l’égalité des genres de ParlAmericas. Cette rencontre conjointe, organisée par ParlAmericas et le Sénat de la république du Mexique, aura lieu du 28 au 29 septembre dans la ville de Mexico, sous le thème « Un avenir de sécurité alimentaire : construire des stratégies axées sur les personnes et la planète. »

Pendant cette rencontre, des parlementaires et des représentants d’organisations multilatérales, d’organisations de femmes et de la société civile, ainsi que des jeunes leaders communautaires, aborderont ensemble des questions de sécurité alimentaire à travers un prisme intersectionnel et sensible au genre. Les participants exploreront des pratiques multisectorielles, innovantes, durables, inclusives et résilientes, et s’intéresseront tout particulièrement au rôle du leadership des femmes dans ces initiatives. 

L’événement débutera avec les discours de bienvenue du sénateur Sergio Pérez (Mexique), vice-président du Sénat de la république, de la sénatrice Blanca Ovelar (Paraguay), présidente de ParlAmericas, et du sénateur Eduardo Ramírez (Mexique), président du Conseil de coordination politique. La sénatrice Verónica Noemí Camino Farjat (Mexique), présidente du Réseau parlementaire pour l’égalité des genres de ParlAmericas, et l’honorable sénatrice Rosa Galvez (Canada), présidente du Réseau parlementaire sur le changement climatique de ParlAmericas, souhaiteront également la bienvenue aux participants en tant que représentantes de leur réseau respectif. L’intervention principale sera effectuée par Guadalupe Valdez, ambassadrice spéciale de la FAO pour la Faim zéro pour l’Amérique latine et les Caraïbes et ancienne députée (République dominicaine).

Citations

Sénatrice Verónica Noemí Camino Farjat (Mexique), présidente du Réseau parlementaire sur l’égalité des genres de ParlAmericas

« Pour traverser la crise de la sécurité alimentaire, nous devons dépasser les inégalités de genre ancrées dans les systèmes agricoles de notre région. C’est la volonté de rendre les femmes autonomes et de réduire les écarts de genre dans ces systèmes qui nous anime, et c’est précisément pourquoi ParlAmericas et le Sénat du Mexique ont convié des parlementaires des Amériques et des Caraïbes : pour échanger des stratégies axées sur les individus et la planète afin de créer un avenir de sécurité alimentaire.

L’honorable sénatrice Rosa Galvez (Canada), présidente du Réseau parlementaire sur le changement climatique de ParlAmericas

« Nous devons impérativement reconnaître les liens grandissants entre le changement climatique et la crise de l’insécurité alimentaire dans notre région. En tant que parlements, il est de notre responsabilité de soutenir une action législative tenant compte des principes de souveraineté alimentaire ainsi que d’égalité des genres, afin de contribuer à bâtir des systèmes plus résilients face au climat et plus durables pour toutes et tous. »


11 septembre 2023

Lancement du livre pour enfants Isis et ses amis, une aventure dans les récifs ! à l’Assemblée législative du Costa Rica

Ce matin a eu lieu le lancement du livre pour enfants Isis et ses amis, une aventure dans les récifs!, qui promeut des valeurs comme la coopération, l’égalité, la protection de l’environnement et le leadership des filles. Il raconte l’histoire d’Isis et de ses quatre amies et amis, qui s’embarquent dans une aventure pour découvrir la mystérieuse raison pour laquelle l’état des récifs se dégrade. À travers leurs conversations avec différents animaux, ils apprennent les concepts d’écosystème, de l’importance de maintenir les équilibres écologiques, d’écouter les opinions des autres, ainsi que des éléments des systèmes démocratiques, comme le vote.

Ce conte, écrit par les auteures costaricaines Gina Sibaja Quesada et Jeannette Soto Segura, illustré par Fiorella Artadi et conçu par Eynar Becerra, est une initiative conjointe de ParlAmericas et du Département de la participation citoyenne de l’Assemblée législative du Costa Rica, soutenue par le Gouvernement du Canada. Le livre comprend un guide didactique accompagnant la lecture de réflexions et de questions, et sera distribué gratuitement à différentes écoles, bibliothèques et organisations sociales par le Département de la participation citoyenne. Il est également disponible sous forme électronique

La cérémonie de lancement, organisée par l’Assemblée législative du Costa Rica, a été inaugurée par la députée María Marta Carballo, première secrétaire de l’Assemblée législative, Cindy Quesada, ministre de la Condition de la femme, la députée Carolina Delgado, présidente de la Commission permanente spéciale sur les femmes et membre du Conseil d’administration de ParlAmericas, Juan Carlos Chavarria, directeur du Département de la participation citoyenne de l’Assemblée législative et coordinateur pour l’Amérique centrale du Réseau de fonctionnaires parlementaires pour le parlement ouvert de ParlAmericas, Dana Cryderman, représentant de la section politique de l’ambassade du Canada au Costa Rica, Rodrigo Arias Camacho, recteur de l’Université d’État à distance, et Marianela Rojas Garbanzo, rectrice adjointe de l’Université nationale.

Les participants ont assisté durant l’événement à une présentation de la chorale du Conservatoire Castella et à deux panels sur l’importance d’innover dans les stratégies pour créer des formes de citoyenneté inclusives et promouvoir le leadership participatif dès l’enfance. Lors de ces deux sessions, auxquelles des enfants de plusieurs établissements scolaires ont participé, des représentants reconnus d’organisations de la société civile et du monde universitaire sont intervenus.

Citation

Députée Carolina Delgado (Costa Rica), membre du Conseil de ParlAmericas

« ParlAmericas ayant sorti un livre pour enfants aux objectifs similaires au Panama, je suis ravie que nous ayons pu élaborer ce projet au Costa Rica, et je suis convaincue que ce livre donnera lieu à des réflexions et des conversations fructueuses chez les enfants, les adolescents et les adultes qui auront le plaisir de le lire dans notre pays, promouvant ainsi le leadership et la participation dès l’enfance, des concepts essentiels pour notre démocratie. »


7 septembre 2023

ParlAmericas a participé au 8e Sommet mondial du Partenariat pour un gouvernement ouvert en Estonie

Les membres du Conseil d’administration de ParlAmericas, Vlado Mirosevic, membre de la Chambre des députés (Chili), et Carolina Delgado, membre de l’Assemblée législative (Costa Rica); avec les délégués de ParlAmericas Andrea Villagrán Antón, membre du Congrès (Guatemala) et l’honorable Faris Al-Rawi, ministre du Développement rural et du Gouvernement local (Trinité-et-Tobago); et Anabella Zavagno, directrice générale adjointe du Secrétariat international de ParlAmericas, ont participé à la Journée du parlement ouvert et au 8e Sommet mondial du Partenariat pour un gouvernement ouvert (OGP, acronyme en anglais), les 5, 6 et 7 septembre à Tallinn, en Estonie.

Le 8e Sommet mondial du OGP a réuni des chefs d’États et de gouvernements, des représentants de la société civile et des législateurs du monde entier pour discuter des défis et des opportunités liées au gouvernement ouvert et à la gouvernance démocratique à l’ère du numérique. Avec des dialogues de haut niveau, des ateliers et des opportunités de réseautage reflétant la nouvelle stratégie 2023-2028 du OGP, la participation de ParlAmericas au Sommet a permis de souligner l’importance de la participation parlementaire au travail pour un gouvernement ouvert.

Le programme comportait le 6 septembre une session intitulée « Examiner le leadership, les rôles et les relations dans la promotion du gouvernement ouvert ». Durant cette session, M. Mirosevic a présenté quelques-unes de ses propres contributions au travail pour un gouvernement ouvert en tant que membre de la branche législative, ainsi que son point de vue sur la façon de promouvoir ce travail dans un rôle de leadership.

Les 6 et 7 septembre, la délégation de ParlAmericas a également participé à deux tables rondes de haut niveau. Mme Villagrán a participé à la session intitulée « Soutenir le leadership et catalyser l’action mondiale contre la corruption », durant laquelle elle a parlé des efforts de mise en œuvre de la lutte anti-corruption dans les Amériques et les Caraïbes, ainsi que de la façon de transformer les engagements existants en actions. M. Mirosevic est également intervenu lors de la session intitulée « Réaliser l’ambition du gouvernement ouvert », axée spécifiquement sur la stratégie 2023-2028 du OGP et la promotion de réformes transformatrices.


24 août 2023

La première rencontre régionale de Forums des femmes des partis politiques tenue au Costa Rica se termine avec l’adoption d’une déclaration sur le leadership politique des femmes

Après deux journées de sessions dans la ville de San José, au Costa Rica, la première rencontre régionale de Forums des femmes des partis politiques au Costa Rica, intitulée Tisser des réseaux de sororité pour promouvoir l’égalité des genres, se termine avec succès. Organisée par ParlAmericas et l’Assemblée législative du Costa Rica, cette rencontre a rassemblé des législatrices et des leaders représentantes de forums et de groupes de femmes de partis politiques du Costa Rica, du Guatemala, du Honduras, du Panama et de la République dominicaine. À la fin de cet événement, ces participantes ont signé une déclaration sur les droits politiques des femmes et la participation paritaire dans l’égalité et sans violence dans tous les espaces et toutes les fonctions de la vie politique et publique.

Le programme a débuté avec un discours de bienvenue du député Rodrigo Arias (Costa Rica), président de l’Assemblée législative. Les remarques des personnalités suivantes se sont succédées : a) de l’honorable députée Kayra Harding-Bart (Panama), vice-présidente pour l’Amérique centrale du Réseau parlementaire pour l’égalité des genres de ParlAmericas; 2) de Marlene Mora, présidente du Forum des femmes politiques du Costa Rica; et 3) de la députée Carolina Delgado (Costa Rica), présidente de la Commission permanente spéciale sur les femmes, présidente du Front des femmes des partis politiques du Costa Rica et membre du Conseil d’administration de ParlAmericas. Suite à cela, la secrétaire exécutive de la Commission interaméricaine des femmes de l’Organisation des États américains (CIM-OEA), Alejandra Mora Mora, a prononcé un discours liminaire durant lequel elle a présenté le Protocole-type pour les partis politiques, un outil qui réunit des éléments clés de normes internationales pour aborder la violence politique basée sur le genre.

Un dialogue sur le rôle des forums des femmes des partis politiques dans la progression de l’égalité des genres a aussi eu lieu lors de la première journée de sessions de la rencontre. Avec la modération de la députée Kattia Rivera Soto (Costa Rica), des représentantes des forums de femmes et de groupes de femmes des partis politiques ont partagé les réussites et les leçons apprises lors de la mise en œuvre d’initiatives, de projets et de programmes pour la promotion de l’égalité des genres dans la région. Suite à ces discussions, le programme du 23 août s’est poursuivi avec un panel sur le renforcement de la représentation politique égalitaire, modéré par Adilia Caravaca, présidente exécutive de l’Institut national des femmes du Costa Rica. Les autres participantes étaient Eugenia Zamora, présidente du Tribunal suprême des élections du Costa Rica, la députée Daniela Rojas (Costa Rica), l’ancienne députée María de los Ángeles Alfaro Murillo (Costa Rica) et Allegra Baiocchi, coordinatrice résidente du Système des Nations Unies au Costa Rica.

La deuxième journée de sessions a démarré avec un entretien entre Delmy Ordóñez du Forum des femmes politiques du Honduras et l’ex-sénatrice et leader politique Máxima Apaza (Bolivie) portant sur ses expériences dans la lutte pour l’égalité des genres. Des tables rondes thématiques ont ensuite permis d’aborder des questions centrales pour les groupes politiques et les forums, comme le plaidoyer politique, l’utilisation des réseaux sociaux, le financement et les relations avec le parlement. Puis la députée María Marta Carballo Arce (Costa Rica) a modéré un dialogue ouvert visant à échanger des réflexions sur la façon de renforcer la sororité et les alliances entre les forums des femmes des partis politiques. Le programme s’est ensuite poursuivi avec un dialogue sur l’éradication de la violence politique envers les femmes, modéré par l’ancienne députée Paola Vega (Costa Rica). Les participantes étaient la ministre de la Condition de la femme, Cindy Quesada (Costa Rica), Lourdes Araya, représentante du Réseau costaricain national de femmes de gouvernements municipaux, et la députée Carolina Delgado (Costa Rica). L’événement s’est terminé avec les discours d’Elizabeth Williams, ambassadrice du Canada au Costa Rica, de la ministre Quesada et de la députée Delgado.

Citations

Députée Carolina Delgado, membre du Conseil de ParlAmericas
« Le Costa Rica ouvre ses portes aux efforts conjoints de toute une région qui s’exprime contre la violence politique que nous, les femmes, subissons, et en faveur de l’égalité, du respect de nos droits et de la non-discrimination. Avec ParlAmericas, nous avons proposé des lignes stratégiques pour que nos pays avancent conjointement dans la création de politiques publiques contribuant à atteindre l’objectif visé : que plus aucune femme ne soit victime d’aucune forme de maltraitance, de harcèlement et de violence, dont bien évidemment la violence politique. »

Député Rodrigo Arias (Costa Rica), président de l’Assemblée législative
« La violence politique envers les femmes affaiblit l’essence même de la démocratie. Aucune société ne peut se dire véritablement libre et juste tant que ces comportements et ces pratiques discriminatoires persistent. Il est fondamental de reconnaître que le harcèlement, l’intimidation et les attaques dirigées contre les femmes dans la sphère politique, simplement parce que ce sont des femmes, sont des attaques contre la pluralité des opinions et des idées qui sont à la base de la démocratie. »

L’honorable députée Kayra Harding-Bart (Panama), vice-présidente pour l’Amérique centrale du Réseau parlementaire pour l’égalité des genres de ParlAmericas
« Avec comme objectifs de favoriser l’autonomisation des femmes, d’encourager leur participation en politique et de contribuer à former une nouvelle génération de femmes leaders, le Réseau parlementaire pour l’égalité des genres de ParlAmericas développe une série d’initiatives fondées sur la valeur de la sororité entre les femmes politiques en tant que vertu nécessaire pour continuer de construire et d’avancer sur le chemin vers l’égalité, en s’appuyant sur les résultats obtenus par tant de femmes leaders, parlementaires et activistes, qui ont contribué à frayer un chemin vers l’égalité des genres et la reconnaissance des droits des femmes. »

Marlene Mora, présidente du Forum des femmes politiques du Costa Rica
« Notre attente est que toutes les femmes ici réunies dirigeront un agenda régional en faveur des droits humains des femmes et des valeurs démocratiques, et que ces deux journées de travail s’inscrivent dans la continuité de processus et d’agendas qui nous renforceront grâce à chacune des importantes expériences partagées. Promouvons la sororité, menons le progrès des droits de toutes les femmes et orientons les efforts vers un agenda intersectionnel rendant les discriminations visibles et proposant des solutions pour l’égalité. »


17 août 2023

ParlAmericas, le Forum national des jeunes des partis politiques, l’Institut républicain international et la Fondation Espacio Cívico ont organisé ensemble une réunion visant à promouvoir la participation politique des jeunes au Panama

L’événement intitulé Le rôle des jeunes dans le renforcement démocratique : bâtir un avenir juste et inclusif, coorganisé par ParlAmericas, le Forum national des jeunes des partis politiques (FNJPP), l’Institut républicain international (IRI) et la Fondation Espacio Cívico, a eu lieu aujourd’hui dans la ville de Panama. Il a réuni des représentants de différents espaces politiques dans le but d’échanger des idées, des bonnes pratiques et des stratégies d’un point de vue intersectionnel, afin de promouvoir la participation politique de la jeunesse panaméenne.

Les discours de bienvenue ont été prononcés par Lohanniz Gaitán Montenegro, présidente du FNJPP, Barry Bristman, premier secrétaire et chargé d’affaires de l’ambassade du Canada au Panama, et Anabella Zavagno, directrice générale adjointe de ParlAmericas. Ensuite, la directrice de l’Unité pour l’égalité des genres de l’Assemblée nationale du Panama, Me Kathy Ramos, coordinatrice régionale pour l’Amérique centrale du Réseau de fonctionnaires parlementaires pour l’égalité des genres de ParlAmericas, a modéré un entretien avec le plus jeune député élu de l’histoire du Panama, l’honorable Juan Diego Vasquez Gutiérrez, député indépendant. Durant cette session, le législateur a raconté son expérience en tant que membre du parlement, ses débuts en politique, ses sujets d’intérêt et l’importance de la participation des jeunes dans les questions législatives.

Le programme a continué avec un atelier de cocréation de propositions axées sur le renforcement démocratique avec une approche juste et inclusive. À travers la méthode du café de conversation, un processus de dialogue en table ronde sur des questions spécifiques pour produire des idées, des consensus et des stratégies innovantes, les participants ont analysé les défis et les opportunités en lien avec la participation politique des jeunes. Cet atelier a mis en avant les différents mécanismes de participation des jeunes en politique, leurs priorités et le rôle des partis politiques en tant que représentants de leurs intérêts. Il a été facilité par Leah Cedeño de Boersner, vice-présidente de la Fondation Espacio Cívico.

De même, les tables rondes ont été modérées par les représentants du FNJPP qui, à la fin de l’atelier de cocréation, ont expliqué les propositions élaborées de façon collaborative lors d’une mise en commun. Les modérateurs étaient : Lohanniz Gaitán Montenegro, Parti panamiste; Derick Chavarría, Parti Changement démocratique; Javier Ábrego, Parti MOLIRENA; Hussein Pitty, Parti révolutionnaire démocratique; Gustavo Ruíz Díaz, Parti alternative indépendante sociale; José Gil, Parti populaire; Jaime Díaz, Atteindre les objectifs; Adolfo Batista, Parti Alliance; et Natanael García, parti Mouvement un autre chemin.

Enfin, Beatriz de Anta, directrice de programme résident de l’IRI au Panama, a conclu l’événement en soulignant l’importance du rôle des jeunes dans le renforcement démocratique. 

Citations

Lohanniz Gaitán Montenegro, présidente du Forum national des jeunes des partis politiques

« Depuis sa création en 1990, c’est la première fois que le Forum national des jeunes des partis politiques est présidé par une femme. 700 000 jeunes voteront aux élections de 2024 au Panama, dont 300 000 le feront pour la première fois. Les partis politiques ne doivent pas exclure : les femmes ont le droit non seulement d’élire, mais aussi d’être élues. »

Barry Bristman, premier secrétaire et chargé d’affaires de l’ambassade du Canada au Panama

« Être des acteurs du changement en tant que citoyennes et citoyens politiquement actifs exige un certain travail pour promouvoir ses intérêts et ceux de sa communauté, et ainsi garantir un avenir politique, social et économique juste et inclusif. »

Anabella Zavagno, directrice générale adjointe de ParlAmericas

« L’intersectionnalité implique de reconnaître que les inégalités systémiques sont issues de la superposition de différents facteurs sociaux comme le genre, l’ethnie et la classe sociale. Par conséquent, elle est fondamentale au moment d’agir.

L’honorable Juan Diego Vasquez Gutiérrez (Panama)

« Occupons les espaces et promouvons la solidarité entre les jeunes : tendons la main, jetons des ponts et impliquons davantage de personnes. »

Leah Cedeño de Boersner, vice-présidente de la Fondation Espacio Cívico

« Ces espaces de cocréation multipartite avec les jeunes sont inspirants et nécessaires pour parvenir à des accords sur des propositions inclusives et véritablement représentatives. Ce sont des étapes importantes pour renforcer la démocratie.

Beatriz de Anta, directrice de programme résident de l’Institut républicain international

« Les jeunes sont capables de restaurer la confiance envers les partis politiques, pilier fondamental de la démocratie. Nous rencontrons des défis de taille dans la région et la démocratie a plus que jamais besoin d’eux. »


16 août 2023

ParlAmericas et le Ministère de la femme de la République du Panama ont organisé un événement sur la participation et le leadership politique des femmes

L’événement intitulé Vers l’égalité : plus de femmes pour transformer la politique, organisé par ParlAmericas et le Ministère de la femme de la République du Panama, a eu lieu aujourd’hui dans la ville de Panama. Cet événement visant à renforcer la participation et le leadership des femmes dans la sphère politique a été inauguré par Son Excellence Juana Herrera Araúz, ministre de la Femme et présidente de la Commission interaméricaine des femmes, Son Excellence Kim Ursu, ambassadrice du Canada au Panama, et l’honorable députée Kayra Harding-Bart (Panama), présidente de la Commission de la femme, de l’enfance, de la jeunesse et de la famille de l’Assemblée nationale, et vice-présidente pour l’Amérique centrale du Réseau parlementaire pour l’égalité des genres de ParlAmericas.

Le programme offrait une diversité de points de vue et de stratégies pour renforcer des processus électoraux et décisionnels inclusifs, égalitaires et transparents. Le dialogue modéré par Lohanniz Gaitán Montenegro, présidente du Forum national des jeunes des partis politiques, a rassemblé l’ancienne députée Mariela Vega, présidente de l’Association de femmes parlementaires et d’anciennes femmes parlementaires de la République du Panama (APARLEXPA, de son sigle espagnol), et la professeure Dalila Mosquera, présidente du Forum national des femmes des partis politiques du Panama (FONAMUPP). Ces dernières y ont fait part d’outils pour favoriser le leadership politique des femmes en se basant sur leurs propres expériences et parcours.

Au même moment, lors du panel modéré par la magistrate Yara I. Campo, directrice exécutive institutionnelle du Tribunal électoral, des représentantes des fronts et des secrétariats des femmes des partis politiques ont échangé des expériences, des apprentissages et des bonnes pratiques pour la promotion de la participation et du leadership des femmes dans les partis. Voici les intervenantes : Arelys González, présidente du Front féminin du Parti révolutionnaire démocratique (PRD), Katherine Guerra, secrétaire des procès-verbaux et des correspondances du Conseil directeur de la femme du Parti panamiste, Berta García de Guerrero, vice-présidente du Secrétariat de la femme du Parti populaire (PP), la députée Ana Giselle Rosas, secrétaire nationale de la femme du Parti Changement démocratique, Judy Meana, vice-présidente du Parti MOLIRENA, Amarilis Khadine Smith Saldaña, chargée du Secrétariat de la femme du parti Mouvement un autre chemin (MOCA, de son sigle espagnol), Niurka Palacios, présidente du Secrétariat national de la femme du parti Atteindre les objectifs (RM, de son sigle), Rudelda Guzmán, présidente du Secrétariat national de la femme du Parti alternative indépendante sociale (PAIS), Mariela González, secrétaire nationale de la femme du Parti Alliance (PA) et Beisy Broce, parti indépendant et coalition VAMOS.

La réunion s’est achevée avec la lecture d’une déclaration établissant l’engagement des dirigeantes à poursuivre leur travail pour répondre face aux défis et aux opportunités pour la participation politique, renforcer les espaces d’échange et conjuguer les efforts pour promouvoir activement l’égalité des genres à tous les niveaux de la sphère politique, y compris la représentation égalitaire dans les processus électoraux, l’accès à des postes de leadership et la prise de décisions dans l’exercice de fonctions publiques.

Citations

Son Excellence Juana Herrera Araúz, ministre de la Femme et présidente de la Commission interaméricaine des femmes

« Nous sommes ici aujourd’hui pour défendre la participation politique des femmes en tant que droit démocratique et condition nécessaire d’une bonne gouvernance. L’inclusion des femmes dans les discussions sur les politiques publiques a actualisé les débats en apportant des points de vue transformateurs et un engagement pour l’égalité. »

Son Excellence Kim Ursu, ambassadrice du Canada au Panama

« Des barrières à la participation politique équitable persistent. C’est pourquoi il est nécessaire de continuer de traiter l’inégalité de genre sous tous les angles, y compris dans les processus électoraux, et de considérer comme prioritaire l’éradication de la discrimination et de la violence politique. »

L’honorable députée Kayra Harding-Bart, présidente de la Commission de la femme, de l’enfance, de la jeunesse et de la famille de l’Assemblée nationale, et vice-présidente pour l’Amérique centrale du Réseau parlementaire pour l’égalité des genres de ParlAmericas

« Mon message aux femmes est toujours celui-ci : participez en politique; et pour nous qui y participons déjà, soutenons nos efforts jusqu’à ce que davantage de femmes participent… Nous devons oser car nous y sommes prêtes et nous en sommes capables. »

Magistrate Yara I. Campo, directrice exécutive institutionnelle du Tribunal électoral

« Les femmes représentent presque la moitié des membres des partis politiques, et plus de la moitié dans certains collectifs politiques. Elles sont prêtes à se présenter pour être membres des bureaux de vote et représenter les partis politiques. »


16 août 2023

ParlAmericas a organisé la deuxième réunion de son Réseau de fonctionnaires parlementaires sur le changement climatique

Des représentants du personnel parlementaire des législatures des Amériques et des Caraïbes ont participé aujourd’hui à la deuxième réunion du Réseau de fonctionnaires parlementaires sur le changement climatique de ParlAmericas (RPCC Fonctionnaires). L’objectif était de discuter des façons dont le travail technique parlementaire peut contribuer à garantir le respect des accords environnementaux et sur le changement climatique, au niveau national et international. Cet événement s’est déroulé en ligne avec plus de 50 participants.

La rencontre virtuelle a démarré avec le discours d’ouverture de Frédéric Forge (Canada), directeur principal des Affaires internationales et du Département des services de référence intégré de la Bibliothèque du Parlement du Canada, et coordinateur général du RPCC Fonctionnaires. Ensuite, Laura Prado Chacón (Costa Rica), conseillère auprès de la Direction exécutive de l’Assemblée, a modéré le panel composé de Juan Carlos Villalonga, président de GLOBE Legislators, et de Nadia Manning-Thomas, spécialiste de la planification et de la coordination de l’ONU Femmes pour la Barbade et de l’Organisation des États de la Caraïbe Orientale, chargée du projet EnGenDER. Les présentations de ce panel ont souligné l’importance d’intégrer les perspectives de genre et des droits de la personne dans les cadres juridiques et les politiques d’action en matière d’environnement et de réduction des risques de catastrophe. Elles ont également mis de l’avant le rôle du travail technique des fonctionnaires parlementaires, pour faire en sorte que les efforts législatifs nationaux soient conformes aux principaux objectifs des traités environnementaux multilatéraux, dont le Cadre de Sendai, l’Accord de Paris et l’Agenda 2030.

Suite à cela, Brian B. Caesar (Trinité-et-Tobago), greffier du Sénat, Juan Manuel Moreira (Argentine), directeur général de l’Environnement et du Développement durable de la Chambre des députés et point focal du RPCC Fonctionnaires, ainsi que María Victoria Lumaca (Uruguay), secrétaire technique du Comité sur l’environnement du Sénat et point focal du RPCC Fonctionnaires, ont fait part de certaines avancées relatives aux engagements environnementaux et climatiques, du point de vue du travail des fonctionnaires parlementaires. Les apprentissages issus des consultations menées par la Commission sur la Terre et les infrastructures physiques du Sénat de Trinité-et-Tobago ont été présentées. Ces consultations portaient sur les mesures prises par le pays pour traiter les difficultés liées au changement climatique, sur le processus de mise en œuvre de la Loi Yolanda de l’Argentine, sur sa progression et son impact, ainsi que sur les stratégies pour promouvoir la participation citoyenne au travail du Comité sur l’environnement du Sénat.

Au terme de la réunion, Alisha Todd, directrice générale du Secrétariat international de ParlAmericas, a présenté la Cartographie des stratégies et des plans des Amériques et des Caraïbes, un répertoire créé par ParlAmericas, et qui compile et systématise les plans et les stratégies en lien avec l’environnement et le développement durable adoptés par les pays de l’hémisphère.


11 août 2023

ParlAmericas et le Sénat fédéral du Brésil ont organisé une réunion sur le parlement ouvert et l’égalité des genres destinée au personnel parlementaire d’Amérique latine

Des participants provenant de 14 pays ont assisté à la réunion commune du Réseau de fonctionnaires parlementaires pour le parlement ouvert (RPO Fonctionnaires) et du Réseau de fonctionnaires parlementaires pour l’égalité des genres (RPEG Fonctionnaires) de ParlAmericas, sur le thème « Parlements ouverts et inclusifs : expériences et stratégies en Amérique latine ». Cet événement, coorganisé par ParlAmericas et le Sénat fédéral du Brésil, a pris fin aujourd’hui après deux jours de sessions à Brasilia. 

Les discours d’ouverture ont été prononcés par Ilana Trombka (Brésil), directrice générale du Sénat fédéral, Luis Rojas (Chili), secrétaire général du Processus constitutionnel et coordinateur général du RPO Fonctionnaires, et Kathy Ramos (Panama), directrice de l’Unité pour l’égalité des genres de l’Assemblée nationale et coordinatrice régionale du RPEG Fonctionnaires pour l’Amérique centrale. Lors de son intervention qui a suivi, l’honorable représentante Catherine Juvinao (Colombie), vice-présidente pour l’Amérique du Sud du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas, a souligné l’importance de l’ouverture législative et de l’inclusion dans les parlements pour renforcer la démocratie dans la région. 

L’ordre du jour de la première journée de sessions, qui a eu lieu dans le cadre de la commémoration du 17e anniversaire de la loi Maria da Penha, prévoyait un discours liminaire de Dre Lívia Maria Sant’Anna Vaz, procureure de justice du Ministère public de l’État de Bahia, au Brésil. Elle a souligné l’importance de cadres réglementaires dans la prévention et la sanction de la violence de genre. Les fonctionnaires ont également participé à un colloque pour échanger sur les bonnes pratiques en matière de parlement ouvert et d’égalité des genres, comme, entre autres, des initiatives pour la participation citoyenne, des politiques sur les soins et des stratégies pour aborder la violence de genre. Ensuite, Stella Maria Vaz Santos Valadares (Brésil), coordinatrice générale du Comité permanent pour la promotion de l’égalité des genres et des races au Sénat fédéral du Brésil, a parlé de l’expérience du Sénat dans ce domaine. Pour clôturer la journée, Tarcila Rivera Zea, fondatrice et présidente du CHIRAPAQ Centre des cultures indigènes du Pérou, et fondatrice de la Liaison continentale des femmes autochtones des Amériques (ECMIA), a fait part de ses réflexions sur les défis de la participation rencontrés par les femmes autochtones, avant la projection d’un court-métrage sur le sujet. 

Le deuxième jour, les fonctionnaires et des représentants d’organisations de la société civile ont participé à une session de cocréation d’actions et de stratégies pour un parlement ouvert sensible au genre. Les contributions apportées durant cette session, modérée par Rocío Noriega (Chili), conseillère du Groupe bicaméral sur la transparence du Congrès national, feront partie d’un nouvel outil qui sera élaboré par ParlAmericas pour fournir un appui technique aux parlements des Amériques et des Caraïbes dans le but de promouvoir des mécanismes d’ouverture législative plus inclusifs.


10 août 2023

Communiqué sur l’assassinat de Fernando Villavicencio, candidat à la présidence de la République d’Équateur

ParlAmericas condamne avec véhémence l’assassinat du candidat à la présidence de la République d’Équateur, Fernando Villavicencio, qui a eu lieu alors qu’il menait des activités de campagne dans la ville de Quito.

La violence politique est un affront au peuple équatorien et constitue une grave atteinte à la paix et la démocratie. La sécurité des candidates et des candidats à des élections populaires est indispensable pour assurer un processus électoral démocratique et libre.

ParlAmericas présente ses plus sincères condoléances aux membres de la famille de M. Villavicencio, aux membres de son parti ainsi qu’à ses sympathisants, et exprime sa solidarité avec le peuple équatorien dans ces temps difficiles.


11 juillet 2023

ParlAmericas et Action mondiale des parlementaires organisent la réunion intitulée « Vers une gouvernance environnementale efficace : accès à l’information, participation et justice »

La réunion virtuelle intitulée « Vers une gouvernance environnementale efficace : accès à l’information, participation et justice », organisée par ParlAmericas et Action Mondiale des Parlementaires (PGA, pour son sigle en anglais), a été organisée le 11 juillet 2023 dans le but d’étudier les défis et les opportunités concernant la promotion d’une gouvernance environnementale dans la région.

En tant qu’accord régional reconnaissant, protégeant et promouvant les droits d’accès à l’information, à la participation et à la justice en matière d’environnement, l’Accord d’Escazú est crucial pour orienter une gouvernance environnementale inclusive et efficace en Amérique latine et dans les Caraïbes. C’est dans cet esprit que l’importance de la participation parlementaire dans les forums régionaux et mondiaux  où se déroulent les négociations sur ce type d’accords, a été mise en avant dans les discours de bienvenue de l’honorable sénatrice Rosa Galvez (Canada), présidente du Réseau parlementaire sur le changement climatique de ParlAmericas, et de l’honorable Valerie Woods, membre du parlement (Belize), présidente de la Chambre des représentants et membre du Conseil d’administration de PGA. 

Lors de  cette réunion, David Barrio Lamarche, responsable des affaires environnementales du Secrétariat de l’Accord d’Escazú de la CEPAL, a présenté l’état actuel de l’Accord d’Escazú dans la région. Les participants ont également pu assister à une discussion animée entre la sénatrice Sophia Frazer-Binns (Jamaïque), porte-parole de l’opposition sur les questions de  territoire, d’environnement et de changement climatique; le sénateur Emilio Álvarez Icaza (Mexique), membre du Conseil d’administration de PGA; et Tyrell Gittens, jeune géographe, écologiste, défenseur de l’environnement et journaliste de Trinité-et-Tobago. Ce panel a été modéré par la députée Margarita Stolbizer (Argentine), membre du Conseil d’administration de PGA et présidente fondatrice du Réseau parlementaire pour l’égalité des genres de ParlAmericas.

Les discussions tenues lors de cette session ont abordé des stratégies que les parlements peuvent utiliser pour sensibiliser et éclairer le discours national sur la ratification et la mise en œuvre de l’Accord d’Escazú. Pour conclure la réunion, Mónica Adame, secrétaire générale de PGA, et Alisha Todd, directrice générale de ParlAmericas, ont remercié les participants et souligné l’importance des espaces comme celui-là pour échanger des connaissances au niveau inter-régional afin de renforcer la gouvernance environnementale.

Citation

L’honorable sénatrice Rosa Galvez (Canada), présidente du Réseau parlementaire sur le changement climatique de ParlAmericas

« Il est de notre responsabilité en tant que parlements de promouvoir la participation civique pour atteindre des sociétés plus inclusives et démocratiques. Dans ce but, nous devons nous assurer que tous les membres de la société soient non seulement informés de leur droit à l’accès à l’information, mais également habilités à l’exercer. »


4 juillet 2023

Une délégation de ParlAmericas assiste à la 30e Session annuelle de l’Assemblée parlementaire de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe

La 30e Session annuelle de l’Assemblée parlementaire de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (AP-OSCE) a pris fin aujourd’hui. Sous le thème « Renforcer la sécurité régionale en encourageant des sociétés démocratiques et inclusives », l’événement a eu lieu à Vancouver, au Canada, en continu depuis le 30 juin.

ParlAmericas était représentée par une délégation composée des membres de son Conseil, la sénatrice Verónica Camino Farjat (Mexique), présidente du Réseau parlementaire pour l’égalité des genres de ParlAmericas, le sénateur Germán Blanco (Colombie) et l’honorable Claudius Francis (Sainte-Lucie), président de l’Assemblée, ainsi que de la directrice générale du Secrétariat international de ParrAmericas, Alisha Todd.

La participation de cette délégation à cette Session annuelle de l’OSCE a contribué à renforcer la collaboration au plus haut niveau entre ParlAmericas et des organisations interparlementaires. Durant sa visite, la délégation de ParlAmericas a assisté à des rencontres bilatérales avec des membres des délégations du Canada et des États-Unis d’Amérique, et avec des élus membres de l’Assembléee parlementaire de l’OSCE, comme la députée Margareta Cederfelt (Suède), présidente sortante, Roberto Montella, secrétaire général, et Gustavo Pallares, secrétaire général adjoint. La délégation a également eu l’occasion de saluer la députée Pia Kauma (Finlande), nouvelle présidente de l’Assemblée.

La 30e Session annuelle de l’AP-OSCE a rassemblé plus de 225 parlementaires de 50 pays d’Amérique du Nord, d’Europe et d’Asie centrale, qui, après plusieurs jours de travail en commission, ont adopté la Déclaration de Vancouver. Ce document aborde un grand éventail de sujets, comme : l’intelligence artificielle; la sécurité énergétique; la migration; la sécurité économique; la récupération post-COVID-19; la bonne gouvernance et les stratégies contre la corruption; la pollution plastique; et la participation de la société civile aux processus décisionnels des parlements. De plus, cette Déclaration mentionne expressément le conflit Russie-Ukraine et souligne que toute solution pacifique devra respecter les lois et protocoles internationaux, les principes de l’Acte final d’Helsinki et la Charte de Paris.


19 juin 2023

ParlAmericas a participé à des forums parlementaires sur la sécurité alimentaire tenus au Chili et organisés par la FAO et le Front parlementaire contre la faim d’Amérique latine et des Caraïbes

La sénatrice Blanca Ovelar (Paraguay), présidente de ParlAmericas, et le député Vlado Mirosevic (Chili), président de la Chambre des députées et membre du Conseil de ParlAmericas, ont participé au 10e Forum du Front parlementaire contre la faim d’Amérique latine et des Caraïbes et au 2e Sommet parlementaire mondial contre la faim et la malnutrition, qui se sont tenus au Chili respectivement les 14, 15 et 16 juin.

Dans ses discours d’ouverture des deux évènements, le député Mirosevic a souligné la pertinence du dialogue et de la coopération interparlementaire pour avancer vers les objectifs communs de la lutte contre la faim. La sénatrice Ovelar a, quant à elle, mis en lumière le rôle décisif joué par les femmes dans la construction de systèmes agroalimentaires durables. Ses interventions se sont inscrites dans le cadre de panels sur le renforcement du travail parlementaire en matière de sécurité alimentaire et nutritionnelle, avec une perspective de genre.

La présidente de ParlAmericas a également eu l’occasion d’annoncer la rédaction d’un guide élaboré en collaboration avec le Front parlementaire contre la faim d’Amérique latine et des Caraïbes (FCH – Frente Parlamentario contra el Hambre). Ce guide offrira des outils pour rendre dominante la perspective de genre dans le travail législatif en matière de lutte contre la faim et contribuer à la réalisation des Objectifs de développement durable 2 et 5.

En décembre 2022, ParlAmericas et le FCH ont signé un Protocole d’accord soulignant les objectifs communs aux deux parties et du rôle essentiel des parlements en matière de promotion de débats documentés sur la sécurité alimentaire. Le Protocole prend en considération le  lien intrinsèque entre cet agenda d’une part, le changement climatique et les inégalités de genre existantes d’autre part.

Citation
Sénatrice Blanca Ovelar (Paraguay), présidente de ParlAmericas

« Les femmes jouent un rôle décisif pour atteindre la sécurité alimentaire et nutritionnelle. Elles sont productrices d’aliments, administratrices des ressources naturelles, génératrices de revenus et responsables de la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans leurs foyers et leurs communautés. »


15 juin 2023

Le Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas inaugure un nouveau groupe de travail interparlementaire axé sur l’intelligence artificielle et les droits numériques

L’« Échange parlementaire virtuel sur l’intelligence et les droits numériques » organisé par le Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas a eu lieu ce matin. L’objectif était de réunir des parlementaires des Amériques et des Caraïbes pour discuter des effets du développement accéléré de l’intelligence artificielle (IA) sur le bien-être social.

La réunion, sous forme de table ronde, de discussions et de dialogues, a souligné la nécessité que l’Amérique latine et les Caraïbes, et le Sud global en général, participent de façon substantielle aux dialogues internationaux sur l’intelligence artificielle, afin que les cadres réglementaires et les modèles pour sa gouvernance soient élaborés selon des principes démocratiques et inclusifs et reflét ent les contextes, les besoins et la diversité culturelle et linguistique de l’hémisphère.

Durant cet événement, le Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas (RPO) a présenté son Caucus numérique, un nouveau groupe de travail qui sera composé de parlementaires engagés dans l’élaboration de propositions de gouvernance de l’IA fondées sur des approches législatives multidimensionnelles. Dans une déclaration publiée aujourd’hui, ParlAmericas invite les parlementaires d’Amérique latine et des Caraïbes à adhérer à cette initiative qui tient compte des débats de plus en plus nombreux dans le monde sur le potentiel transformateur de l’intelligence artificielle, et qui répond aux appels de différents secteurs à élaborer des propositions pour sa régulation.

L’honorable Brigid Annisette-George (Trinité-et-Tobago), présidente de la Chambre des représentants et vice-présidente de ParlAmericas, a inauguré la réunion avec un discours de bienvenue. L’honorable représentante Catherine Juvinao (Colombie), vice-présidente du RPO pour l’Amérique du Sud, et la députée Margarita Stolbizer (Argentine), ont quant à elles modéré la discussion entre les participants sur les priorités du travail législatif en matière de gouvernance inclusive de l’intelligence artificielle. Ont participé, en tant qu’intervenants, l’ambassadeur Washington Abdala, représentant de la Mission permanente de la République orientale de l’Uruguay auprès de l’Organisation des États américains (OEA) et président du Conseil permanent de l’OEA; le sénateur Kenneth Pugh (Chili), président des commissions de l’Éthique et de la transparence et de la Défense nationale du Sénat; et Cecilia Danesi, chercheuse à l’Institut des études européennes et des droits de la personne (UPSA).

Citations

Députée Luz Mary Alpízar (Costa Rica), vice-présidente pour l’Amérique centrale du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas

« Comme nous l’avons vu aujourd’hui, des collègues parlementaires et des parlements de l’hémisphère travaillent avec dévouement sur des sujets liés à la technologie et aux droits numériques. Ces connaissances et expériences méritent d’être reconnues et partagées car elles constituent des bonnes pratiques pouvant enrichir les initiatives qui commencent à émerger en matière de gouvernance de l’intelligence artificielle. »

Honorable représentante Catherine Juvinao (Colombie), vice-présidente pour l’Amérique du Sud du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas

« Le Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas présente aujourd’hui son Caucus numérique, un espace de travail parlementaire à partir duquel nous pourrons créer nos propres initiatives législatives qui non seulement reflètent le cadre réglementaire international en construction en matière de gouvernance de l’intelligence artificielle, mais également nos besoins, nos réalités et les contextes de l’hémisphère. »

Sénateur Kenneth Pugh (Chili)

« Il est important de comprendre le défi auquel nous, parlementaires, faisons face afin de pouvoir créer des cadres réglementaires pour la gouvernance de l’intelligence artificielle qui protègent les individus, défendent nos démocraties et favorisent une utilisation responsable et éthique de l’IA, puisque c’est ce à quoi nous devons aspirer. L’intelligence artificielle est une technologie disruptive qui, comme toute technologie, n’est ni bonne ni mauvaise en soi, mais dont les effets dépendront de son utilisation. »


30 mai 2023

La Réunion du Réseau de fonctionnaires parlementaires pour l’égalité des genres de ParlAmericas souligne l’importance d’une approche intersectionnelle pour mettre fin à la violence de genre

La 5e réunion virtuelle du Réseau de fonctionnaires parlementaires pour l’égalité des genres de ParlAmericas a eu lieu aujourd’hui, le 30 mai, dans le but d’offrir un espace d’échange et de dialogue autour de la prévention de la discrimination et de la violence de genre dans la sphère parlementaire.

Le programme de cette réunion, intitulée « Aborder la violence de genre dans les parlements avec une approche intersectionnelle » a mis en avant l’importance de l’analyse d’initiatives visant à prévenir, à prendre en charge et à sanctionner la violence de genre grâce aux interventions de femmes fonctionnaires, comme l’exposition de Stella Maria Vaz, coordinatrice générale du Comité permanent pour la promotion de l’égalité des genres et des races au Sénat fédéral du Brésil. Les participants ont également été accompagnés par les expertes invitées, Ana Elena Obando (Equality Now) et Rosario Galarza Meza (International Disability Alliance), pour explorer comment le fait d’inclure les identités des personnes touchées par la violence de genre dans les initiatives peut renforcer les protocoles et les programmes locaux.

Les dialogues sur les clés pour aborder la violence de genre à partir des droits humains des personnes ayant des handicaps et le lien entre les initiatives visant à éradiquer le racisme et la prévention de la violence de genre ont fait partie des moments forts de la réunion. Sulma Campos Mata, titulaire de l’Unité technique pour l’égalité des genres du Sénat et coordinatrice générale du réseau, a ouvert la réunion avec un discours de bienvenue. Aussi, plusieurs modératrices y ont participé :

●    Maryan Henriquez, coordinatrice des Politiques de genre de la Chambre des députés du Chili;
●    Kathy Ramos, directrice de l’Unité pour l’égalité des genres de l’Assemblée nationale du Panama et coordinatrice régionale du réseau pour l’Amérique centrale; et
●    María Cristina Rosado, coordinatrice de la Commission juridique pour l’équité de genre du Congrès de la République de Colombie et coordinatrice régionale du réseau pour l’Amérique du Sud.

Pour conclure la réunion, Ilana Trombka, directrice générale du Sénat fédéral du Brésil, a annoncé que le Sénat accueillera la prochaine réunion en présentiel de ParlAmericas pour les fonctionnaires parlementaires d’Amérique latine, intitulée « Parlements ouverts et inclusifs : expériences et stratégies en Amérique latine », qui aura lieu les 10 et 11 août 2023.


24 mai 2023

Des parlementaires ont fait part de leurs expériences et des avancées des cadres juridiques de leurs pays lors d’une réunion sur la pollution plastique avec des spécialistes

Une réunion virtuelle intitulée « Opportunité historique : le rôle des parlements pour mettre fin à la pollution plastique » a eu lieu le 24 mai. Cette rencontre a été organisée par ParlAmericas, en coordination avec la Coalition pour l’économie circulaire d’Amérique latine et des Caraïbes, la Fondation Ellen MacArthur (FEM), le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), le Programme d’action sur les déchets et les ressources (WRAP, de son sigle anglais) et le Fonds mondial pour la nature (WWF, de son sigle anglais).

Cette réunion avait pour objectif de tirer profit de l’élan créé par l’adoption, en mars 2022, de la résolution des Nations Unies pour mettre fin à la pollution plastique et élaborer un accord international juridiquement contraignant dès 2024. Grâce à des présentations de parlementaires et de spécialistes de l’hémisphère, le programme de l’événement a permis aux plus de 100 participants d’explorer l’importance de promouvoir des initiatives législatives et des actions collaboratives complémentaires pour réduire la production et la consommation de plastiques, ainsi que le développement d’une économie circulaire avec une approche de genre et équitable.

Les discours de bienvenue ont été prononcés par l’honorable sénatrice Rosa Galvez (Canada), présidente du Réseau parlementaire sur le changement climatique de ParlAmericas, et Piedad Martín, directrice régionale adjointe du PNUE pour l’Amérique latine et les Caraïbes.

La députée Graciela Camaño (Argentine) a, quant à elle, modéré la table ronde de parlementaires qui ont échangé sur des expériences autour de l’élaboration de lois et les avancées des cadres juridiques de leurs pays afin de réduire la production et la consommation de plastique. La sénatrice Paulina Nuñez (Chili), l’honorable représentant Juan Carlos Losada (Colombie) et l’honorable Orlando Habet (Belize), ministre du Développement durable, du Changement climatique et de la Gestion des risques de catastrophe, ont participé à la discussion.

Aussi, l’honorable sénatrice Dessima Williams (Grenade), présidente du Sénat, a modéré le panel de spécialistes sur les avantages socioéconomiques de l’éradication de la pollution plastique et de la mise en œuvre d’une conception circulaire concernant les plastiques.

Citation
Sénatrice Rosa Galvez (Canada), vice-présidente du Réseau parlementaire sur le changement climatique de ParlAmericas

« Éradiquer la pollution plastique nécessite de reconnaître que la production et la prolifération de déchets sont des conséquences de pratiques non durables de conception, de fabrication et de consommation issues du modèle du tout jetable. Il y a maintenant une occasion de remédier aux impacts négatifs et des inégalités de ce modèle. Comme parlements, nous avons aujourd’hui un grand rôle à jouer pour mettre fin à la pollution du plastique : garantir que les lois locales soient conformes aux normes internationales, tenir des débats en profondeur dont les objectifs en matière de politique publique soient inclus et équilibrés, et superviser les lois et les budgets nationaux. »


29 avril 2023

ParlAmericas a participé à des forums régionaux sur le développement durable

Représenté par Anabella Zavagno, sa directrice générale adjointe, le Secrétariat international de ParlAmericas a participé à la 6e Réunion du Forum des pays d’Amérique latine et des Caraïbes sur le développement durable, qui a eu lieu du 25 au 28 avril à Santiago du Chili.

Cet événement, organisé par la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPAL), a réuni des représentants des États membres du Forum, du secteur privé, de la société civile, des banques de développement et d’autres organismes des Nations Unies. Le but était de proposer aux responsables de la mise en œuvre de l’Agenda 2030 des bonnes pratiques permettant aux pays membres du Forum de présenter des recommandations au Forum politique de haut niveau sur le développement durable, dans le cadre des contributions régionales au processus mondial de suivi et d’évaluation de l’Agenda 2030.

Par ailleurs, Michelle Volpin, chargée de projets du programme sur l’égalité des genres, a participé à l’atelier Jeter des ponts entre Escazú et le Gouvernement ouvert, organisé par le Partenariat pour un gouvernement ouvert, la CEPAL et l’Université des Hémisphères (Équateur), dans le cadre de la Conférence des Parties de l’Accord d’Escazú.

Cet atelier s’est déroulé le 21 avril à Buenos Aires et a réuni des représentants de gouvernements, de la société civile, des universitaires, des parlements et d’autres acteurs pour échanger autour de leurs expériences, discuter sur les défis et les opportunités de la mise en œuvre de l’Accord d’Escazú, et identifier ainsi des axes pour renforcer la démocratie environnementale et rapprocher les communautés de l’environnement et du gouvernement ouvert.

La participation à ces deux événements reflète l’engagement institutionnel de ParlAmericas à accompagner des initiatives en faveur du développement durable et à appuyer la mise en œuvre des instruments internationaux les plus reconnus en matière d’environnement.

Citation
Anabella Zavagno, directrice générale adjointe de ParlAmericas :
« La nature plurielle du parlement en tant que lieu de délibération publique est fondamentale pour bâtir les consensus sociaux nécessaires pour avancer vers les objectifs de l’Agenda 2030 et assurer leur durabilité. »


22 avril 2023

Des parlements des Amériques et des Caraïbes adoptent une déclaration sur l’accès inclusif, transparent et responsable au monde numérique

La 7e Rencontre du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas, organisée par ParlAmericas et le Congrès national du Chili en tant que parlement hôte, a réuni plus de 50 parlementaires de 18 pays des Amériques et des Caraïbes dans le cadre d’un dialogue sur « L’avenir de la démocratie à l’ère du numérique ».

Dans la Déclaration adoptée à cette occasion, les délégations participantes s’engagent à prôner une transformation numérique axée sur les individus, inclusive et respectant les droits de la personne, ainsi qu’à promouvoir, entre autres mesures, une utilisation fiable, sûre, responsable et durable de l’intelligence artificielle et des technologies numériques émergentes.

La rencontre a débuté le jeudi 20 avril et s’est déroulée sur trois jours au sein du bâtiment du Congrès national du Chili, à Santiago. Les parlementaires, des spécialistes et des représentants d’organisations régionales et internationales ont participé à des sessions de travail qui ont permis de souligner les synergies entre les agendas pour un parlement ouvert et pour l’égalité des genres. Les présentations ont couvert des sujets comme les normes internationales pour une utilisation fiable et inclusive d’Internet; les défis des parlements pour lutter contre la désinformation; les mesures législatives pour une gouvernance numérique inclusive; et différentes dimensions de l’inclusion numérique.

L’annonce du nouveau Comité exécutif du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas a été l’un des moments forts de la dernière journée de la rencontre. Le Comité sera composé de :

  • Président : Sénateur Javier Macaya Danús (Chili)
  • Première vice-présidente pour l’Amérique du Nord : Sénatrice Bertha Caraveo (Mexique)
  • Deuxième vice-président pour l’Amérique du Nord : L’honorable sénateur René Cormier (Canada)
  • Première vice-présidente pour l’Amérique centrale : Membre de l’Assemblée législative Luz Mary Alpízar (Costa Rica)
  • Deuxième vice-présidente pour l’Amérique centrale : Membre de l’Assemblée nationale Corina Cano (Panama)
  • Première vice-présidente pour l’Amérique du Sud : Membre de l’Assemblée nationale Wilma Andrade (Équateur)
  • Deuxième vice-présidente pour l’Amérique du Sud : Membre de la Chambre des représentants Catherine Juvinao (Colombie)
  • Vice-président pour les Caraïbes : L’honorable Reginald Farley, président du Sénat (Barbade)


Citation
Sénateur Javier Macaya Danús (Chili), président du Réseau pour un parlement ouvert
« Le monde numérique continuera d’évoluer rapidement. Le Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas continuera de promouvoir des espaces au sein de nos démocraties pour discuter des bienfaits et des défis de la transformation numérique, ainsi que de mesures législatives intégrées pour les traiter. »


19 avril 2023

Des parlementaires des Amériques et des Caraïbes se réuniront à Santiago, au Chili, pour discuter de l’impact de la transformation numérique sur les démocraties

Plus de 50 parlementaires venant de 18 pays des Amériques et des Caraïbes participeront à la 7e Rencontre du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas. Cet événement, intitulé « L’avenir de la démocratie à l’ère du numérique » et organisé par ParlAmericas et le parlement hôte, le Congrès national du Chili, aura lieu du 20 au 22 avril.

Lors de cette rencontre, des parlementaires et des spécialistes d’organisations locales, régionales et internationales analyseront les opportunités et les défis suscités par transformation numérique des systèmes démocratiques, en adoptant l’approche du parlement ouvert. Les participants exploreront également des initiatives pouvant contribuer à garantir une gouvernance inclusive, transparente et responsable. Le programme mettra en avant l’autonomisation et la participation des femmes dans le monde numérique comme une condition essentielle pour bâtir des démocraties plus fortes et robustes.

La rencontre débutera avec les discours de bienvenue du sénateur Juan Antonio Coloma, président du Sénat du Chili; du membre de la Chambre des députés Vlado Mirosevic, président de la Chambre des députés du Chili et membre du Conseil d’administration de ParlAmericas; et du sénateur Javier Macaya Danús (Chili), président du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas et hôte de l’événement. L’intervention principale sera prononcée par la secrétaire exécutive du Comité présidentiel sur l’intégrité publique et la transparence, Valeria Lübbert (Chili).

Téléchargez le programme de la 7e Rencontre du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas.

Suivez la 7e Rencontre du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas en direct à partir de 9 h (Santiago, Chili), le jeudi 20 avril.


28 mars 2023

ParlAmericas a tenu la cinquième réunion de son Réseau de fonctionnaires parlementaires pour le parlement ouvert

La cinquième réunion du Réseau de fonctionnaires parlementaires pour un parlement ouvert s’est déroulée en ligne le 24 mars 2023. Elle a réuni les fonctionnaires des parlements nationaux de 11 pays d’Amérique latine, ainsi que des représentants d’organisations internationales et du secteur universitaire, dans le but de partager leurs expériences et leurs points de vue sur l’importance de l’utilisation d’un langage inclusif et accessible dans le cadre du travail législatif avec l’objectif de favoriser une participation citoyenne éclairée et autonome aux processus parlementaires.

Cette activité a été inaugurée avec un discours de Luis Rojas Gallardo (Chili), secrétaire général du Processus constitutionnel et coordinateur général du Réseau de fonctionnaires parlementaires pour le parlement ouvert de ParlAmericas. Il a déclaré : « Écouter les réflexions et les analyses sur l’importance de l’utilisation d’un langage inclusif et accessible dans le travail législatif nous permettra d’identifier de nouvelles façons de créer des informations législatives avec une nouvelle approche, en tenant compte de la relation de nos parlements avec lles citoyens et en favorisant une plus grande transparence du processus parlementaire. »

Ensuite, Rocío Noriega (Chili), conseillère du Groupe bicaméral sur la transparence, a pris la parole pour exposer, au nom de la sénatrice Paulina Núñez (Chili), le travail en cours sur les normes relatives à l’ouverture législatives pouvant être appliquées aux comités parlementaires. Ces normes seront présentées lors de la 7e Rencontre du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas qui aura lieu du 20 au 22 avril 2023 au Chili.

Le premier panel de cette session, intitulé « Langage inclusif et accessible pour la population dans le travail législatif », a été modéré par Sulma Campos Mata (Mexique), titulaire de l’Unité technique pour l’égalité des genres du Sénat et coordinatrice générale du Réseau de fonctionnaires parlementaires pour l’égalité des genres de ParlAmericas. Des spécialistes et des représentants du secteur universitaire y ont participé, notamment : a) Cristiane Brum Bernardes, représentante du Réseau international pour la participation parlementaire (IPEN, de son sigle anglais), enseignante et chercheuse du Master en études parlementaires de la Chambre des députés du Brésil; b) Betsy Perafán Liévano, directrice académique de la Faculté de droit de l’Université des Andes (Colombie); et c) Andrea González Somellera, conseillère du Secrétariat général de la Chambre des députés du Mexique.

Lors du deuxième panel de la réunion, des fonctionnaires parlementaires ont présenté différentes bonnes pratiques qu’ils ont développées, et partagé leurs expériences en matière d’utilisation d’un langage inclusif et accessible dans le travail législatif. Ce panel a été modéré par Henrique Porath, coordinateur du Centre d’appui à l’innovation (Nainova) du Sénat fédéral du Brésil. Le Brésil, le Chili, la Colombie, le Costa Rica et le Paraguay y ont fait des présentations.

Pour conclure la réunion, Nelly González (Panama), conseillère juridique de la présidence de l’Assemblée nationale et coordinatrice régionale pour l’Amérique centrale du Réseau de fonctionnaires parlementaires pour le parlement ouvert de ParlAmericas, a souligné : « Aborder différents aspects théoriques et techniques de l’utilisation d’un langage clair, accessible et inclusif nous a permis de comprendre son importance vitale et l’impact qu’il peut avoir sur la reconfiguration de la relation des parlements avec les citoyens. »


28 mars 2023

ParlAmericas participe au Volet législatif du 2e Sommet pour la démocratie à Washington DC

À partir d’aujourd’hui et jusqu’au 30 mars, à Washington DC, ParlAmericas participera au Volet législatif organisé par le House Democratic Partnership (HDP) de la Chambre des représentants des États-Unis, dans le cadre du 2e Sommet pour la démocratie.

Le Volet législatif invite plus de 60 parlementaires et représentants de gouvernements et d’organisations de la société civile de plusieurs pays à participer à une série de sessions en présentiel. Ces sessions aborderont des sujets comme le rôle des pouvoirs législatifs dans le soutien des engagements démocratiques nationaux, l’importance de la participation citoyenne à l’action législative et la promotion de la coopération entre les partis politiques pour renforcer la résilience démocratique.

Ces sessions de haut niveau permettront aux parlementaires de l’hémisphère d’échanger sur des expériences et des bonnes pratiques législatives avec des pairs venant de plus de 30 pays du monde entier. Une table de ronde aura également lieu le 30 mars pour discuter d’approches globales pour une bonne gouvernance. Cet évènement sera modéré par Alisha Todd, directrice générale de ParlAmericas. Damon Wilson, président de la Fondation nationale pour la démocratie, y participera au côté de Clinton White, conseiller de l’Agence des États-Unis pour le développement international.

La participation de ParlAmericas au Volet législatif du 2e Sommet pour la démocratie est conforme à sa mission de faire part de perspectives législatives dans les discussions sur des questions d’importance hémisphérique et d’élever la valeur de la diplomatie parlementaire en tant qu’outil pour renforcer le dialogue politique coopératif, l’intégration régionale et la création de consensus.

À propos du Sommet pour la démocratie
Le Sommet pour la démocratie est une initiative du Gouvernement des États-Unis dont la première édition, en 2021, a réuni des dirigeants mondiaux pour établir un programme visant à renforcer la démocratie dans le monde et pour discuter d’objectifs communs comme la lutte contre la corruption et la promotion des droits de la personne. Lors de cette seconde édition, les dirigeants mondiaux partageront les progrès dans la réalisation de leurs engagements pour bâtir des démocraties plus résilientes. Ils conviendront également d’actions autour de cinq piliers : l’appui aux médias libres et indépendants, la lutte contre la corruption, le soutien aux réformes démocratiques, la promotion de la technologie pour la démocratie, et la défense des élections libres et justes et des processus politiques.


9 mars 2023

Des femmes parlementaires de la Jamaïque se préparent à mobiliser le nouveau Caucus bicaméral des femmes parlementaires

Les 4 et 5 mars 2023, des femmes parlementaires des deux chambres et des partis politiques se sont réunies lors d’une deuxième retraite de formation pour soutenir la mise en œuvre du Caucus bicaméral de femmes parlementaires en Jamaïque. Pour ce faire, elles ont eu le soutien d’une équipe d’appui technique de ParlAmericas, du Bureau multi-pays de l’ONU Femmes pour les Caraïbes, du Bureau des affaires de genre du Ministère de la culture, du genre, du divertissement et du sport, et des Chambres du Parlement.

Le 1er février 2023, les Chambres du Parlement jamaïcain ont officiellement créé le Caucus bicaméral des femmes parlementaires, suite à l’approbation du Sénat concernant un amendement des Règlements du Sénat afin de créer ce groupe en tant que Comité spécial de session au sein de cette Chambre. La Chambre des représentants avait adopté une motion similaire le 14 décembre 2022, et les deux Comités siègeront ensemble.

L’organisation de cette réunion de suivi sur la mobilisation du Caucus était un engagement pris durant la première retraite de formation des 3 et 4 décembre 2022, et fondé sur les dialogues antérieurs autour d’une collaboration multipartite en vue  d’une action transformatrice soutenant les objectifs d’égalité des genres et tenant compte des étapes suivantes nécessaires pour permettre au Caucus de se réunir.

La réunion a débuté avec les discours de bienvenue de Mme Alisha Todd, directrice générale de ParlAmericas, de Mme Tonni Brodber, représentante du Bureau multi-pays de l’ONU Femmes pour les Caraïbes, du la Dre Angela Brown Burke, membre du Parlement et présidente du Parti national du peuple, et de l’honorable Olivia Grange, OJ, CD, membre du Parlement, ministre de la Culture, du Genre, du Divertissement et du Sport, et présidente adjointe de la Chambre, dont son intervention a été prononcée par la sénatrice Natalie Campbell-Rodriques.

L’intervention virtuelle vedette a été réalisée par les membres du Congrès Brenda Lawrence (D) et Connie Morella (R), anciennes membres de la Chambre des représentants des États-Unis d’Amérique et anciennes présidentes du Caucus du Congrès des États-Unis d’Amérique pour les questions relatives aux femmes. Cette présentation et le dialogue ultérieur facilité par Dre Rosina Wiltshire, spécialiste du genre et du développement, ont exploré les avantages des caucus parlementaires de femmes et les stratégies pour travailler au sein et au-delà des partis. Le dialogue a également abordé des mesures législatives permettant de promouvoir l’égalité des genres via le caucus, avec une présentation de Mme Tonni Brodber portant sur de nouvelles recherches de l’ONU Femmes pour les Caraïbes sur le coût économique de la violence contre les femmes et les filles en Jamaïque. Il y a également eu des interventions de Mme Sharon Coburn Robinson, directrice principale du Bureau des affaires de genre, de la ministre Fayval Williams et de la sénatrice Donna Scott-Mottley.

Au terme de la réunion, les décideuses présentes sont convenues des prochaines étapes pour le Caucus bicaméral de femmes parlementaires de la Jamaïque, avec l’appui de représentantes de ParlAmericas.


1 mars 2023

ParlAmericas a organisé une séance d’apprentissage virtuelle portant sur la mobilisation des parlements concernant la migration liée aux changements climatiques, dans le cadre de la 8e session de la Plateforme régionale pour la réduction des risques de catastrophe dans les Amériques et les Caraïbes

Aujourd’hui, ParlAmericas a tenu une session virtuelle « Mobiliser les parlements concernant la migration liée aux changements climatiques », une séance d’apprentissage organisée dans le cadre de la 8e session de la Plateforme régionale pour la réduction des risques de catastrophe dans les Amériques et les Caraïbes (PR23), sous le thème de cette année « La Science et la Technologie pour une gestion intégrée des risques de catastrophe ». Cette session a permis d’explorer des stratégies permettant aux parlements de soutenir la création d’une résilience afin de prévenir la migration climatique forcée et d’intégrer des plans de relocalisation sensibles au genre dans la gestion des risques de catastrophe.

Dans son discours de bienvenue, l’honorable sénatrice Rosa Galvez (Canada), présidente du Réseau parlementaire sur le changement climatique de ParlAmericas, a déclaré : « Nous sommes aujourd’hui réunis pour prioriser la protection des personnes. En tant que parlementaires, nous devons examiner quelles stratégies nous pouvons appuyer dans le but de renforcer la résilience et de prévenir la migration climatique forcée. Nous connaissons les faits : comme conséquence du changement climatique, nous pouvons nous attendre à une hausse de la fréquence et de l’intensité des catastrophes naturelles. C’est une conversation opportune pour les pays les plus vulnérables aux risques naturels extrêmes, ainsi que pour les pays voisins pouvant devenir pays d’accueil de migrants climatiques. »

Un dialogue multipartite a eu lieu durant la session, avec des perspectives sur le travail législatif, le genre et la science et la technologie concernant la migration climatique et le renforcement de la résilience face aux catastrophes. Elle a été modérée par l’honorable membre de l’Assemblée nationale Juan Diego Vásquez (Panama). Différents intervenants y ont participé, comme l’honorable membre de la Chambre des représentants Julia Miranda Londoño (Colombie), Pablo Escribano, spécialiste régional de l’Organisation internationale pour les migrations sur la migration, l’environnement et les changements climatiques et Vanya David, présidente du Conseil des femmes de la Dominique. Parmi les éléments principaux du dialogue, on peut citer la présentation du projet de loi colombien sur les personnes déplacées pour des causes climatiques, un aperçu des modèles de migration climatique en Amérique latine et dans les Caraïbes, et des données appuyant des stratégies de relocalisation inclusives et reconnaissant que les risques naturels exacerbent les inégalités socioéconomiques, comme l’inégalité de genre, qui persistent même après la relocalisation.

Pour conclure cette session, le sénateur Anthony Vieira (Trinité-et-Tobago), vice-président pour les Caraïbes du Réseau parlementaire sur le changement climatique de ParlAmericas, a fait part de ses dernières réflexions sur l’importance de l’action parlementaire pour soutenir la gestion des risques de catastrophe : « En tant que parlementaires responsables, nous ne pouvons pas rester en retrait ou silencieux. Nous avons le devoir d’informer et d’affronter la crise émergente en garantissant que nos gouvernements respectifs prennent toutes les mesures nécessaires et adéquates. »


24 février 2023

ParlAmericas a organisé l’atelier virtuel « Renforcement de l’incidence législative des organisations féministes en Amérique latine : processus, outils et expériences »

L’atelier « Renforcement de l’incidence législative des organisations féministes en Amérique latine : processus, outils et expériences » a réuni plus de 170 participants – organisations féministes, parlementaires, fonctionnaires parlementaires et activistes – dans le but de partager les bonnes pratiques et les stratégies dans les processus de plaidoyer législatif pour l’avancement de l’égalité des genres.

La sénatrice Verónica Noemí Camino Farjat (Mexique), présidente du Réseau Parlementaire pour l’Égalité des Genres de ParlAmericas, a ouvert la séance en soulignant que « les revendications du mouvement féministe en faveur de la justice et de l’égalité ont été à la base de l’agenda régional pour l’égalité des genres et de nombreux parlements débattent aujourd’hui de sujets accompagnées par des organisations féministes, ce qui témoigne de l’importance de la participation citoyenne à l’agenda parlementaire pour l’égalité des genres. »

Michelle Volpin, Gestionnaire de Projet –  Égalité des Genres à ParlAmericas, a présenté le rapport « Ce que nous entendons : Une enquête auprès d’organisations féministes en Amérique latine sur leurs relations avec les parlements », basé sur une enquête menée auprès de plus de 150 activistes travaillant sur l’agenda du genre dans la région, qui aborde à la fois les défis et les opportunités au cours du processus de plaidoyer législatif.

L’atelier comprenait une présentation de l’ex-parlementaire Guadalupe Valdez (République dominicaine), qui a réfléchi à l’importance d’une articulation efficace et créative entre les citoyens et les parlements pour l’avancement de l’égalité des genres, basée sur l’honnêteté, la transparence, l’efficacité et la responsabilité. De même, Valentina Enciso (Colombie), coordinatrice de l’action politique de la Fundación Artemisas, a partagé son travail dans la construction de la plateforme En Colectiva, une stratégie féministe de parlement ouvert.

Après une série de questions posées par les organisations, un entretien collectif a été mené avec la participation d’ex-parlementaires, qui ont partagé leurs expériences de travail avec des organisations féministes. Modéré par l’ex-députée et sénatrice Marcela Sabat (Chili), l’entretien a été mené par l’ex-parlementaire Gina Godoy (Équateur), l’ex-parlementaire Ana Matilde Gómez (Panama) et l’ex-députée Nielsen Pérez (Costa Rica). Elles ont fourni des stratégies et des recommandations pour la construction d’un consensus sur différents thèmes de l’agenda parlementaire en matière de genre et ont souligné l’importance de mécanismes de participation inclusifs avec une perspective intersectionnelle.

Cette séance a été suivie d’une activité interactive dans des salles de travail, modérée par Friné Salguero (Mexique), directrice exécutive de l’Institut de leadership Simone de BeauvoirAna Lima (Uruguay), coordinatrice nationale de CLADEM et Justina Lee (Argentine), directrice de la gestion d’Ecofeminita, qui ont partagé leurs expériences en matière de plaidoyer législatif. Dans ces espaces de dialogue, les participants ont réfléchi collectivement à des stratégies efficaces pour défendre des causes et proposer des réformes législatives, consolider des réseaux et des alliances, et positionner des thèmes dans l’agenda public et législatif, en tenant compte de la situation politique.


22 février 2023

Des jeunes femmes de Jamaïque siègent au parlement

Le 21 février 2023, des jeunes femmes de Jamaïque ont participé à un débat parlementaire historique composé uniquement de femmes au Parlement de la Jamaïque. Cette simulation de session parlementaire marque la fin du programme jamaïcain Jeunes femmes dans le leadership (YWiL, organisé par ParlAmericas et l’Institut caribéen pour le leadership des femmes (CIWiL), en partenariat avec le Bureau des affaires de genre du Ministère de la Culture, du Genre, du Divertissement et du Sport, et des chambres du Parlement.

Le programme YWiL vise à soutenir les jeunes femmes et à les préparer à des postes de leadership actuels ou futurs, en leur offrant une formation et une éducation en matière de leadership politique, en les encourageant à envisager le leadership et le service public d’un point de vue transformateur, et en créant un espace qui favorise des communautés de soutien pour les femmes et autres alliés. Les participantes au programme en Jamaïque ont été sélectionnées en raison de leur intérêt pour l’égalité des genres et le leadership public.

En amont de la session parlementaire, et conformément aux objectifs du programme, le programme YWiLJA a consisté, de décembre 2022 à février 2023, en des sessions de formation virtuelles et en présentiel, centrées sur les principaux axes du programme : le leadership transformateur, l’égalité des genres et la prise de décisions inclusive, la procédure parlementaire, et les stratégies pour un leadership efficace. Toutes les sessions du programme ont été menées par des facilitatrices reconnues, dont des parlementaires, des leaders de la société civile, des practiciens de différents domaines et autres leaders de la Jamaïque et de toute la région. À la fin du programme, les participantes ont été encouragées à diffuser leurs apprentissages et les compétences acquises au sein de leur communauté.

La session parlementaire du YWiL a été la première session du Parlement de la Jamaïque tenue exclusivement par des femmes. Elle a eu lieu dans le cadre des célébrations autour de la Journée internationale des femmes de 2023. Chaque participante a joué le rôle d’une parlementaire ou d’une fonctionnaire duparlement lors d’un débat sur une motion fictive pour la mise en œuvre d’un plan d’action national donnant la priorité à l’égalité et à l’autonomisation économique des femmes, en accordant une attention toute particulière au secteur de l’éducation, au secteur des soins et à la transformation numérique. Les contributions des participantes durant la session étaient basées sur leur expertise et leurs recherches, et correspondaient au rôle qui leur avait été assigné.

Cette initiative fait partie d’une série d’activités similaires organisées dans des pays de la région, constituant un élément majeur du projet commun de ParlAmericas et du CIWiL visant à promouvoir la participation politique des femmes dans les Caraïbes, et appuyé par le Gouvernement canadien par l’entremise d’Affaires mondiales Canada. Des initiatives YWiL ont déjà eu lieu à Trinité-et-Tobago, à Antigua-et-Barbuda et à la Sainte-Lucie.


22 février 2023

ParlAmericas a participé à la session ordinaire du Conseil permanent de l’Organisation des États américains

La sénatrice Blanca Ovelar (Paraguay), présidente de ParlAmericas, et l’honorable Claudius J. Francis (Sainte-Lucie), président de l’Assemblée législative et membre du Conseil de ParlAmericas, ont aujourd’hui représenté ParlAmericas à la session ordinaire du Conseil permanent de l’Organisation des États américains (OEA) organisée par son président, l’ambassadeur Anthony Phillips-Spencer, représentant permanent de Trinité-et-Tobago.

Leur objectif était de présenter au Conseil permanent le bilan de notre travail depuis la participation de ParlAmericas à la session ordinaire du Conseil en février 2022. La sénatrice Ovelar et l’honorable représentant Francis ont également fourni des informations sur les actions entreprises en réponse aux mandats adoptés lors du 9e Sommet des Amériques et de la 52e Assemblée générale de l’OEA, afin de promouvoir la participation parlementaire au sein du système interaméricain via ParlAmericas. Enfin, ils ont discuté du rôle de la diplomatie interparlementaire et de la conformité des activités de ParlAmericas en 2023 avec les efforts et les priorités de l’OEA.

Lors de son intervention, la présidente Ovelar a souligné : « Nous vous réitérons aujourd’hui l’entière disposition de ParlAmericas à réaliser complètement les mandats qui lui ont été assignés et à contribuer, à des moments particulièrement sensibles pour notre hémisphère, à la recherche de solutions aux problèmes qui touchent nos concitoyens; et nous le ferons de façon concertée, dans le respect des convictions démocratiques qui nous unissent. »

L’honorable Claudius J. Francis a ajouté : « Cette année, le travail de ParlAmericas sera consacré à des thèmes comme la migration, la lutte contre la désinformation et la propagande informatique, la souveraineté et l’insécurité alimentaires, et effets combinés des crises climatiques. Tous ces défis urgents dans notre hémisphère, abordés lors de discussions politiques et dans le travail technique de l’OEA, sont également considérés comme des priorités par nos membres parlementaires. »

La participation de ParlAmericas à la dernière session du Conseil permanent de l’OEA démontre l’esprit de collaboration entre les deux organisations et reflète l’importance de promouvoir le multilatéralisme et la coopération au plus haut niveau au sein du système interaméricain, afin de traiter les questions d’importance hémisphérique.


6 février 2023

ParlAmericas rencontre des représentants du Bureau des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophes, en marge du lancement régional de l’initiative « Alertes précoces pour tous »

Le 6 février 2023, l’honorable Reginald Farley (Barbade), président du Sénat, a rencontré, au Parlement de la Barbade, Mami Mizutori, sous-secrétaire générale et représentante spéciale du Secrétariat général du Bureau des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophes (UNDRR), Raúl Salazar, chef du bureau régional pour l’Amérique latine et les Caraïbes de l’UNDRR, ainsi que d’autres représentants de haut niveau de l’UNDRR. Cette réunion accueillie par la Barbade s’est déroulée en marge du premier lancement régional au monde de l’initiative « Alertes précoces pour tous ».

Durant cette rencontre, le sénateur Farley, qui est également été vice-président pour les Caraïbes du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas, a discuté avec la sous-secrétaire générale Mizutori du nouveau Plan d’action exécutif pour 2023-2027 lancé par l’UNDRR à la COP27 de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques; du travail national réalisé à la Barbade en matière de réduction des risques de catastrophe, incluant un bilan des réussites et desdéfis; des domaines de collaboration pour une politique intégrée pour la réduction des risques de catastrophe et l’adaptation au changement climatique; et de la promotion de l’initiative « Pour des villes résilientes 2030 » et du Système d’alertes précoces multirisque.

Cette réunion illustre la relation de travail collaboratif entre ParlAmericas et l’UNDRR, formalisée : a) par une lettre de coopération avec le Bureau régional de l’UNDRR; b) une publication conjointe intitulée « Protocole parlementaire pour la réduction des risques de catastrophe et l’adaptation au changement climatique », conforme aux principes du Cadre de Sendai; et c) d’autres publications et participations de haut niveau à des réunions et événements importants.


9 janvier 2023

ParlAmericas condamne les actes de violence contre la démocratie au Brésil

ParlAmericas condamne fermement les attaques contre le Congrès, le palais présidentiel et la Cour suprême du Brésil qui ont eu lieu le dimanche 8 janvier 2023.

ParlAmericas lance un appel respectueux à tous les acteurs sociaux et politiques du Brésil pour qu’ils reprennent la transition pacifique du pouvoir dans le cadre du dialogue, défendent l’ordre démocratique, respectent l’État de droit et rétablissent la paix et la coexistence.


14 décembre 2022

ParlAmericas lance le Réseau de fonctionnaires parlementaires sur le changement climatique (RPCC – Fonctionnaires)

Le 14 décembre, le Réseau de fonctionnaires parlementaires sur le changement climatique (RPCC – Fonctionnaires) a été officiellement lancé lors de sa première réunion virtuelle. L’objectif de ce Réseau de fonctionnaires est de faciliter les échanges entre des fonctionnaires de différents parlements et des experts spécialistes des sujets pertinents, afin de contribuer à promouvoir l’adoption de bonnes pratiques issues de diverses législatures et à comprendre les processus et exigences techniques nécessaires pour mettre en œuvre ces initiatives avec succès. Le Réseau travaille également à mieux comprendre les interrelations entre le genre et le changement climatique, ainsi que les considérations sociales et économiques qui doivent être prises en compte pour assurer une action environnementale équitable, qui ne laisse personne de cotéqui renforce la prospérité et qui adopte des principes de gouvernance climatique. Tel qu’il est structuré actuellement, le RPCC – Fonctionnaires est composé d’un coordinateur général et de coordinateurs régionaux représentant chacun des pays membres du Comité exécutif du Réseau parlementaire sur le changement climatique (RPCC).

Au cours de l’allocution de bienvenue, la sénatrice Rosa Galvez (Canada), présidente du Réseau parlementaire sur le changement climatique, a souligné la grande importance qu’apportera le Réseau des fonctionnaires sur le changement climatique : « C’est en reconnaissant le rôle essentiel joué par les fonctionnaires parlementaires pour faire avancer les initiatives législatives grâce à leur dévouement et leur expertise technique inestimable que le Réseau RPCC – Fonctionnaires a été conçu. Les fonctionnaires sont le moteur de différents efforts législatifs et contribuent à assurer la durabilité de ces efforts au fil des cycles électoraux. Au nom du Comité exécutif, je me réjouis de cette occasion de renforcer encore la collaboration inter-régionale et de promouvoir l’action climatique parlementaire. »

Dans la même veine, le coordinateur général du RPCC – Fonctionnaires, Frédéric Forge (Canada), directeur principal par intérim de la Division de l’économie, des ressources et des affaires internationales, a mis en lumière l’opportunité que constitue ce Réseau des fonctionnaires : « Le changement climatique affecte nos pays de façon semblable et pourtant différente. Je nous appelle à tirer parti de cette occasion pour redoubler d’efforts et encourager des collaborations fructueuses. Des initiatives similaires ont soutenu avec succès la promotion des réseaux de fonctionnaires pour un parlement ouvert et pour l’égalité des genres dans la région. J’espère que savoir cela nous inspire pour profiter pleinement de cette dynamique et utiliser ParlAmericas comme plateforme afin d’acquérir des connaissances, échanger des idées et créer des ressources de façon collaborative. »

La réunion a également rassemblé les coordinateurs régionaux du Réseau des fonctionnaires pour le climat : la coordinatrice régionale pour l’Amérique du Nord, Jatziri Pando Medina (Mexique) ; la secrétaire technique du Comité environnement, ressources naturelles et changement climatique du Sénat et coordinatrice régionale pour les Caraïbes, Jacqueline Sampson Meiguel (Trinité-et-Tobago) ; la greffière de la chambre et coordinatrice régionale pour l’Amérique centrale, Laura Prado Chacón (Costa Rica) ; la responsable du Comité institutionnel sur la soutenabilité environnementale et coordinatrice régionale pour l’Amérique du Sud, Nuravni Sallons (Surinam) ; et, apportant son soutien scientifique et professionnel, le coordinateur régional pour l’Amérique du Sud, Gerónimo Casimiro Yantalema Cain (Équateur), conseiller de Niveau II.


7 décembre 2022

Des femmes parlementaires de Jamaïque s’engagent dans des actions collaboratives pour promouvoir l’égalité des genres dans le travail législatif

Les 3 et 4 décembre 2022, des femmes parlementaires des deux chambres et partis, ainsi que des représentantes des parlements locaux, se sont réunies lors d’une retraite de formation historique qui s’est déroulée sur une fin de semaine, avec l’appui technique de ParlAmericas, du Bureau multi-pays de l’ONU Femmes pour les Caraïbes, du Bureau des affaires de genre du Ministère de la culture, du genre, du divertissement et du sport, et des chambres du parlement.

Cet événement a été organisé en réponse à une demande de formation de la part des femmes parlementaires afin d’appuyer leur travail pour obtenir des résultats inclusifs et effectifs pour leur circonscription et poursuivre la mise en œuvre de la Politique nationale pour l’égalité des genres (2011). Il s’appuie également sur les efforts déployés au sein du Parlement de la Jamaïque pour créer un caucus de femmes bicaméral.

La réunion a débuté avec des déclarations de l’honorable Olivia Grange, OJ, CD, membre du parlement, ministre de la Culture, du Genre, du Divertissement et du Sport, et présidente adjointe de la Chambre, et de Mme Tonni Brodber, représentante du Bureau multi-pays de l’ONU Femmes pour les Caraïbes. Le discours principal a été prononcé par Dre Rosina Wiltshire, spécialiste du genre et du développement, qui a fourni des bases pour les discussions et de l’inspiration sur le rôle essentiel des femmes parlementaires dans la promotion de l’égalité des genres.

Tout au long de la retraite, les participantes ont discuté de sujets comme la promotion de la participation politique des femmes, des concepts concernant l’égalité des genres en lien avec le travail législatif, et des initiatives pour l’égalité des genres en Jamaïque, suite aux présentations de Mme Alicia Bowen-McCulskie, coordinatrice de programme de l’Initiative Spotlight Jamaïque, et de Mme Sharon Coburn Robinson, directrice principale du Bureau des affaires de genre du Ministère de la culture, du genre, du divertissement et du sport. Ce dialogue a également été l’occasion de discuter d’opportunités de collaboration entre les femmes parlementaires sur des questions prioritaires dépassant la politique, comme la violence basée sur le genre, dont la violence intrafamiliale, et le développement de capacités pour adopter une perspective de genre dans le travail législatif. Cette retraite s’est achevée avec une présentation sur les approches sensibles au genre de l’examen législatif, réalisée par le Bureau multi-pays de l’ONU Femmes pour les Caraïbes avec l’appui de ParlAmericas.

Les décideuses présentes se sont mises d’accord sur l’importance de la confiance et d’un engagement pour une communication honnête et un plaidoyer collaboratif sur les questions spécifiques aux femmes et aux enfants dans la sphère législative; la nécessité d’en apprendre davantage sur les approches plaçant les individus au centre du travail législatif et de donner la priorité à ces approches; et l’organisation d’une réunion de suivi d’ici mars 2023.

Cette activité a été possible grâce au soutien de l’Initiative Spotlight de l’UE et de l’ONU, et du Gouvernement canadien par l’entremise d’Affaires mondiales Canada.


2 décembre 2022

Des parlementaires des Amériques et des Caraïbes ont participé à la 19e Assemblée plénière de ParlAmericas qui a eu lieu à Bogotá, en Colombie, avec l’appui du Congrès de la République de Colombie

ParlAmericas a célébré sa 19e Assemblée plénière en rassemblant des parlementaires des Amériques et des Caraïbes pour échanger perspectives et réflexions sur la diplomatie parlementaire.

Durant ces rencontres, les participants ont analysé la pertinence de la diplomatie parlementaire en tant qu’instrument dans la conjoncture mondiale actuelle, et le rôle de ParlAmericas en tant qu’instance hémisphérique mandatée pour promouvoir la participation parlementaire au système interaméricain. Ces dialogues ont suivi la conférence initiale intitulée « Renforcer le multilatéralisme dans les Amériques et les Caraïbes », et prononcée la veille par Epsy Campbell, ancienne vice-présidente de la République du Costa Rica.

Les parlementaires ont affirmé à nouveau l’importance de poursuivre la collaboration, dans une perspective intersectionnelle et interculturelle, sur des thèmes d’importance régionale, comme l’égalité des genres, le développement durable, la migration, la justice sociale, la transparence et l’intégrité, ainsi que la promotion et la protection des droits de la personne.

La sénatrice Blanca Ovelar (Paraguay), présidente de ParlAmericas, a souligné : « En exerçant la diplomatie parlementaire à travers ParlAmericas, nous revendiquons la valeur du travail parlementaire et nous confirmons les convictions démocratiques qui nous unissent et sur lesquelles le système interaméricain a été bâti. » Quant à la membre de l’Assemblée Wilma Andrade (Équateur), vice-présidente pour l’Amérique du Sud du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas et modératrice du dialogue, elle a signalé : « Le multilatéralisme, l’intégration régionale et la mondialisation exigent une participation de plus en plus active des parlementaires, dépositaires de la volonté du peuple, dans les affaires internationales. »

Des élections à certains postes du Conseil d’administration de ParlAmericas ont également eu lieu durant l’Assemblée plénière, avec le renouvellement des mandats de présidence de la sénatrice Blanca Ovelar (Paraguay) et de vice-présidence de l’honorable Bridgid Annisette-George (Trinité-et-Tobago), présidente de la Chambre des représentants. De la même manière, les représentants sous-régionaux ont été élus : le Canada et le Mexique pour l’Amérique du Nord; le Costa Rica et le Nicaragua pour l’Amérique centrale; la Colombie, le Guyana et le Suriname pour l’Amérique du Sud; et la Barbade et la Jamaïque pour les Caraïbes. De plus, la députée Daniela Cicardini (Chili) a annoncé que le Congrès national du Chili accueillera l’an prochain la 7e Rencontre du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas.

La 19e Assemblée plénière s’est achevée avec le discours de clôture de l’hôtesse de l’événement, l’honorable représentante Jezmi Barraza (Colombie), vice-présidente pour l’Amérique du Sud du Réseau parlementaire pour l’égalité des genres de ParlAmericas, alors qu’elle a affirmé : « Ces journées laborieuses se terminent de manière satisfaisante. » Elle faisait référence aux débats importants qui ont eu lieu les jours précédents sur l’économie des soins : « Cette rencontre a été un exercice de gouvernance participative et une graine a été semée en nous pour travailler à la structuration des cadres régulateurs des politiques publiques dans chacun de nos pays. »


30 novembre 2022

Des parlementaires et des spécialistes de l’économie des soins discutent des investissements dans ce secteur lors de la 14e Rencontre du Réseau parlementaire pour l’égalité des genres de ParlAmericas, organisée au Congrès de la Colombie

Aujourd’hui et demain, ParlAmericas organise la 14e Rencontre du Réseau parlementaire pour l’égalité des genres (RPEG), en collaboration avec le Congrès de la République de Colombie. Cet évènement, intitulé Perspectives législatives de croissance économique inclusive : investir dans l’économie des soins, aura lieu du 30 novembre au 1er décembre à Bogotá, en Colombie. Il s’agit du premier rassemblement hémisphérique en présentiel des membres de ParlAmericas depuis le début de la pandémie de COVID-19.

Cette rencontre du RPEG réunit des parlementaires et des spécialistes de plus de 20 pays des Amériques et des Caraïbes pour échanger sur des expériences et des bonnes pratiques d’action législative en matière de travail et d’économie des soins, tout en soulignant leurs liens avec le développement et la croissance économique des pays et la réalisation des droits de la personne.

Le programme prévoit des interventions de haut niveau de représentants de l’ONU et d’organismes interaméricains comme la CARICOM, la Commission interaméricaine des femmes (CIM, en espagnol) de l’OEA, la CEPALC, la FAO et l’ONU Femmes, ainsi que de représentants d’institutions et de bureaux nationaux qui innovent en matière de prestation de services complets et de mesures statistiques des soins.

Durant les sessions de la rencontre, les délégués parlementaires et les spécialistes conviés font des présentations et participent à des panels de discussion pour explorer des thèmes comme la valeur sociale et économique des soins, les méthodes pour promouvoir la collecte de données de qualité pour quantifier le travail de soins non rémunéré, et les lois et programmes soutenant une approche globale pour répondre aux différents besoins et droits des prestataires et bénéficiaires de soins tout au long de leur vie.

L’hôtesse de la rencontre, l’honorable représentante Jezmi Barraza (Colombie), vice-présidente pour l’Amérique du Sud du RPEG, a déclaré : « J’ai le plaisir de souhaiter la bienvenue à nos collègues de tout l’hémisphère à l’occasion de cette rencontre importante, où nous examinons des mesures législatives qui peuvent promouvoir les droits des femmes. En tant que parlementaires, nous avons d’importants rôles à jouer dans la création de nouveaux paradigmes et cadres juridiques valorisant le travail de soins est essentiel pour développer les capacités humaines et une prospérité économique plus équitable. »

La présidente du RPEG, la sénatrice Verónica Noemí Camino Farjat (Mexique), a souligné : « Il est temps de prendre des mesures audacieuses : la répartition genrée du travail de soins est l’un des facteurs d’inégalité et de pauvreté les plus déterminants dans les Amériques et les Caraïbes. Je suis fière qu’à travers ParlAmericas, nous prêtions attention à cet agenda prioritaire qui nous concerne toutes et tous, hommes et femmes. »

Au terme des deux jours de rencontre du RPEG, les délégués parlementaires participeront à la 19e Assemblée plénière de ParlAmericas, le 2 décembre. Cette Assemblée plénière sera axée sur le multilatéralisme et les engagements parlementaires au sein du système interaméricain.


29 novembre 2022

ParlAmericas a organisé une réunion entre les comités parlementaires sur la transparence, la lutte anti-corruption et l’éthique en Amérique latine, afin d’explorer des normes possibles en faveur de l’ouverture législative dans le travail des comités

Le 22 novembre 2022, une réunion interparlementaire virtuelle a rassemblé des parlementaires et des fonctionnaires parlementaires de 11 pays d’Amérique latine, ainsi que des représentants d’organisations internationales et de la société civile. Suite à une initiative proposée par la sénatrice chilienne Paulina Núñez, l’objectif était de permettre aux participants d’échanger sur des expériences et la réussite de normes possibles en matière l’ouverture législative pouvant être appliquées au travail des comités parlementaires.

Cette activité a adébuté avec un discours du sénateur Javier Macaya (Chili), président du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas, qui a souligné « l’importance de continuer d’avancer vers un parlement ouvert avec des normes que les pouvoirs législatifs et leurs organes de travail, comme les comités, peuvent prendre comme références pour garantir des processus législatifs plus ouverts, inclusifs et ne laissant personne isolée».

Ensuite, Luis Rojas, secrétaire adjoint de la Chambre des députés du Chili et coordinateur général du Réseau de fonctionnaires parlementaires pour un parlement ouvert de ParlAmericas, a pris la parole. Il a présenté le document de travail élaboré pour cette réunion, basé sur la Feuille de route pour l’ouverture législative 2.0 de ParlAmericas, la Trousse d’outils pour la transparence législativel’Indice de transparence législative du Réseau latino-américain pour la transparence législative (RLTL) et les Indicateurs pour des parlements démocratiques de l’Union interparlementaire. Ces normes seront présentées lors de la 7e Rencontre du Réseau pour un parlement ouvert, qui aura lieu l’an prochain au Chili.

Durant cette réunion, les comités parlementaires sur la transparence, la lutte anti-corruption et l’éthique ont présenté des rapports, alors que les présidentes et les présidents des comités ont fait part de leurs expériences pour renforcer davantage l’ouverture législative et garantir une perspective de genre. Cette discussion a été modérée par la députée Shoraya Suárez (République dominicaine), secrétaire du Comité permanent de l’administration intérieure et secrétaire de l’organe directeur. Les parlementaires de la Bolivie, du Chili, du Costa Rica, de l’Équateur, du Honduras, du Mexique, du Pérou, de la République dominicaine et de l’Uruguay sont intervenus.

La deuxième partie de la session, intitulé « Dialogue sur les normes d’ouverture législative dans les comités » a été modérée par la députée Dolores Martínez (Argentine). Des spécialistes et des représentants de la société civile en Amérique latine y ont participé, comme par exemple Roger Celi, représentant de la coordination du RLTL, et María Barón, directrice exécutive internationale de Directorio Legislativo.

Pour conclure cette réunion, la députée Corina Cano (Panama), vice-présidente pour l’Amérique centrale du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas, a souligné : « Miser sur des parlements ouverts, c’est miser sur des démocraties de meilleure qualité. Il est clair que ces efforts nous poussent à continuer de promouvoir des mesures législatives pour la transparence, la responsabilité, la participation citoyenne et l’éthique. Par conséquent, il est essentiel que nous puissions continuer d’avancer ensemble vers cet objectif. »


21 novembre 2022

Des femmes parlementaires des Bahamas participent à une retraite sur la création de caucus organisée par ParlAmericas, le CIWiL Bahamas, l’ONU Femmes Caraïbes et l’Association parlementaire du Commonwealth

Une réunion pour créer un caucus parlementaire de femmes aux Bahamas a été organisée les 18 et 19 novembre 2022 à Nassau, aux Bahamas, par ParlAmericas, le CIWiL Bahamas (section nationale de l’Institut caribéen pour le leadership des femmes), l’ONU Femmes Caraïbes et l’Association parlementaire du Commonwealth. Cette retraite sur la création de caucus a rassemblé des femmes parlementaires, actuelles et anciennes, des deux partis politiques et chambres pour deux jours de formation et de délibérations.

Facilitée par des représentantes du CIWiL Bahamas, elle a débuté avec des discours de parlementaires des deux chambres et partis : l’honorable Patricia Deveaux, présidente de l’Assemblée, l’honorable sénatrice LaShell Adderley, présidente du Sénat, l’honorable Glenys Hanna-Martin, ministre de l’Éducation et de la formation technique et professionnelle, et l’honorable sénatrice Michela Barnett-Ellis. D’éminentes anciennes parlementaires se sont ensuite concentrées lors d’un panel sur l’importance de la pleine participation des femmes dans les espaces parlementaires, y compris dans les agendas et les processus législatifs importants. La très honorable Dame Janet Bostwick, Cynthia « Mother » Pratt, Italia Johnson, Allyson Maynard Gibson et Agatha Marcelle faisaient partie de ce panel.

D’autres sessions de formation durant la rencontre de deux jours ont abordé des questions nationales en lien avec l’égalité des genres et les droits des femmes, avec des présentations de l’ONU Femmes Caraïbes et du Département du genre et de l’enfance, et l’adoption d’une approche de genre dans le travail législatif et la promotion de l’égalité des genres dans le parlement, avec l’ONU Femmes Caraïbes, l’Association parlementaire du Commonwealth et ParlAmericas.

Ces sessions de formation ont également apporté une grande inspiration et des informations de base pour planifier la création d’un caucus parlementaire de femmes aux Bahamas, objectif principal de la rencontre. Des informations supplémentaires ont été données lors d’une présentation de ParlAmericas sur la structure, les objectifs et l’impact des caucus parlementaires de femmes, ainsi qu’à travers une étude de cas présentée par Valerie Woods, présidente de la Chambre des représentants du Belize, sur l’expérience de ce pays dans la création de ce type de caucus. Ces sessions ont débouché directement sur des dialogues guidés entre les femmes parlementaires actuelles et anciennes des Bahamas sur les objectifs et la structure de leur propre caucus de femmes. La réunion s’est achevée avec un consensus concernant les prochaines étapes de la création du caucus.


18 novembre 2022

ParlAmericas a participé à la COP27 de la CCNUCC, au Sommet GLOBE et à la réunion parlementaire de l’UIP

La 27e Conférence des Parties (COP27) à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) a eu lieu à Charm el-Cheikh, en Égypte, du 6 au 18 novembre 2022, sur le thème général de la mise en œuvre de solutions pour lutter contre le changement climatique. L’honorable sénatrice Rosa Galvez (Canada), présidente du Réseau parlementaire sur le changement climatique (RPCC) de ParlAmericas, et le sénateur Raúl Bolaños-Cacho Cué (Mexique), vice-président du RPCC pour l’Amérique du Nord, ont tous deux représenté ParlAmericas et leurs pays respectifs à la COP27, au Sommet GLOBE des législateurs de la COP27 et à la réunion parlementaire de l’Union interparlementaire (UIP).

Dans le cadre de son travail pour soutenir les parlementaires à la COP27, ParlAmericas a fourni des informations utiles sur la façon de participer virtuellement et en personne à la conférence, et a organisé une réunion en présentiel pour les parlementaires d’Amérique latine à la COP27, en collaboration avec GLOBE legislators, Clima de Eleição et POLEA. Elle a permis à différents points de vue d’émerger durant des échanges entre des parlementaires d’Argentine, du Brésil, du Canada, de la Colombie, du Mexique, du Pérou et de l’Uruguay autour de leurs expériences et stratégies. Ils ont également pu discuter de manières d’appuyer la mise en œuvre des engagements pris à la COP27 et lors des COP précédentes. Durant cette réunion, la sénatrice Rosa Galvez a souligné : « ParlAmericas s’engage à proposer des espaces permettant de créer des synergies et de garantir que le contenu des débats et des accords qui ont lieu dans des espaces comme la COP soit accessible à tous les parlementaires. Tenir compte de ces accords internationaux et du lien qui les unit peut constituer un outil essentiel, non seulement pour le dialogue et la coopération régionale, mais aussi pour prendre des mesures au niveau national et promouvoir des projets de loi intégrant l’action pour le climat avec une approche sensible au genre. »

De plus, la sénatrice Galvez et le sénateur Bolaños ont participé au Sommet GLOBE en tant qu’intervenants le 8 novembre en marge de la COP27. Ils ont présenté les stratégies du Canada et du Mexique pour aider à respecter les engagements nationaux pour le climat, ainsi que leurs liens avec la promotion de l’agenda pour la biodiversité et la lutte contre la désertification. Cette session a souligné l’importance de garantir que les trois Conventions de Rio soient mises en œuvre de façon globale. Les intervenants ont également insisté sur l’importance d’adopter une approche de genre dans ces solutions, par exemple en garantissant que les femmes aient accès à la propriété foncière et qu’elles reçoivent l’appui nécessaire pour prendre des décisions et avoir une sécurité financière suffisante pour investir dans la restauration des terres. Le sénateur Bolaños a déclaré : « Le Mexique reconnaît l’importance de passer de la conservation à la restauration des terres dégradées, et qu’une gestion plus responsable de la productivité biologique peut permettre une conservation efficace des écosystèmes et favoriser la stabilité politique et économique. Le Mexique reconnaît également qu’il est essentiel de sécuriser la propriété foncière et d’impliquer directement les propriétaires dans la gestion des ressources naturelles pour que ces programmes soient fructueux. Les décisions doivent être décentralisées et les droits des communautés autochtones et leurs pratiques traditionnelles et ceux des femmes et d’autres groupes vulnérables doivent être pris en compte, ce qui rend nécessaire d’assurer leur participation à la prise de décision. »

De la même manière, la sénatrice Galvez a modéré une session intitulée « Action climatique et développement durable : comment les parlements peuvent-ils aborder les liens existant pour un monde plus résilient? » à la réunion parlementaire de l’UIP à l’occasion de la COP27, le 13 novembre. Cette session était axée sur le lien entre le changement climatique et le développement concernant la sécurité alimentaire, les déplacements, les conflits, et l’énergie.

Pour plus d’information sur la façon dont les parlements peuvent appuyer la mise en œuvre de l’Accord de Paris et autres accords multilatéraux en matière d’environnement, veuillez consulter la publication « Les parlements et l’Accord de Paris » ou son résumé.


11 novembre 2022

ParlAmericas a participé à la XVe Conférence régionale sur les femmes en Amérique Latine et dans les Caraïbes, organisée par la CEPALC avec le soutien d’ONU Femmes

ParlAmericas a participé à la XVe Conférence régionale sur les femmes en Amérique Latine et dans les Caraïbes, organisée par la CEPALC avec le soutien d’ONU Femmes du 7 au 11 novembre 2022 à Buenos Aires, dont le thème central était  » La société de soins : horizon pour une reprise durable avec l’égalité des genres « . Pour la première fois, la Conférence comprenait un Forum parlementaire, coorganisé par le Congrès de la Nation Argentine, auquel ont participé deux membres du Conseil ParlAmericas : la sénatrice María Eugenia Catalfamo (Argentine), présidente de la Commission du Caucus des femmes du Sénat, et la députée Carolina Delgado (Costa Rica), représentante régionale du Conseil ParlAmericas pour l’Amérique centrale. L’objectif du forum parlementaire était de partager des expériences et de faire progresser l’agenda régional pour l’égalité des genres dans la sphère législative, par le développement de cadres réglementaires qui intègrent le droit aux soins, la promotion du financement public, les politiques et les systèmes de soins, ainsi que les congés de maternité, de paternité et parental et les mesures en faveur de la coresponsabilité sociale et de genre et de la reconnaissance du travail de soins non rémunéré. Dans le cadre du Forum parlementaire, le document « Avancées dans la réglementation des soins en Amérique latine et dans les Caraïbes : vers une société de soins avec l’égalité des sexes » a été présenté.

En plus, dans le cadre de la XVe Conférence régionale, s’est organisé le Forum féministe, qui a réuni plus d’un millier de personnes – représentants d’organisations féministes, d’entités de la société civile œuvrant pour l’égalité des sexes, représentants LGBT, experts du monde universitaire, leaders d’opinion, entre autres.

La 15e Conférence régionale sur les femmes d’Amérique latine et des Caraïbes s’est achevée par la lecture de l’Engagement de Buenos Aires, qui reconnaît « les soins comme un droit des personnes à soigner, à être soignées et à se soigner elles-mêmes, fondé sur les principes d’égalité, d’universalité et de coresponsabilité sociale et de genre et, par conséquent, comme une responsabilité qui doit être partagée par les personnes de tous les secteurs de la société, les familles, les communautés, les entreprises et l’État ».

L’agenda des soins est un sujet qui sera également abordé, d’un point de vue législatif, lors de la 14e Rencontre du Réseau parlementaire pour l’égalité des genres de ParlAmericas (RPIG), intitulée « Perspectives législatives pour une croissance économique inclusive : investir dans l’économie des soins », qui se tiendra du 30 novembre au 1er décembre à Bogota, en Colombie. Ana Güezmes, directrice de la division des affaires de genre de la CEPALC, participera à cette réunion en tant qu’experte. Pour les dernières mises à jour du rassemblement PNGE, suivez @ParlAmericas sur les médias sociaux en utilisant le hashtag #ParlAmericasGEN.


20 octobre 2022

ParlAmericas et le Centre parlementaire ont organisé un échange interparlementaire mondial sur le thème « Les femmes législatrices dans les portefeuilles de la défense, de la sécurité et de la paix »

Avec l’objectif d’explorer l’expérience des femmes législatrices qui travaillent sur des thèmes relatifs à la défense nationale, à la sécurité et à la consolidation de la paix, y compris dans les contextes d’insécurité et de menaces constantes, ParlAmericas, en collaboration avec le Centre parlementaire, a organisé une réunion virtuelle à laquelle ont participé des femmes parlementaires de différentes parties du monde.

La proposition était une initiative d’Anita Vandenbeld, députée (Canada), qui a prononcé le discours de bienvenue. Elle a mis l’accent sur l’importance de la consolidation de réseaux entre les femmes parlementaires qui prennent part aux débats sur les politiques publiques relatives à la défense, à la sécurité et à la paix. Elle a souligné que ces espaces de collaboration entre législatrices fournissent une voie de communication active, contribuent à l’échange de connaissances entre les femmes parlementaires, promeuvent la mise en œuvre des meilleurs pratiques et, notamment, mobilisent le soutien par les pairs en faveur des efforts pour impulser le leadership des femmes sur ces questions.

La sénatrice Verónica Noemí Camino Farjat (Mexique), présidente du Réseau parlementaire pour l’égalité des genres de ParlAmericas (RPEG) a, quant à elle, apporté des réflexions sur le contexte mondial et régional et les obstacles auxquels les femmes politiques sont confrontées pour se positionner sur cette thématique. Elle a souligné l’importance de « rendre visible la nécessité que les femmes participent sur un pied d’égalité et interviennent pleinement dans les processus de prise de décision sur ce sujet au niveau national, régional et mondial ».

Au cours de la réunion, l’accent a été mis sur l’impact différencié des conflits armés pour les femmes et les filles – en tenant compte du fait que la discrimination pour des motifs liés au genre s’accentue dans les contextes d’insécurité, en conséquence, sur l’urgence d’intégrer une perspective de genre aux opérations de maintien de la paix. Parallèlement, a été mise en évidence la nécessité d’apporter des perspectives transformatrices et inclusives, reflétant une plus grande pluralité de voix, dans les débats parlementaires sur la défense, la paix et la sécurité.

En guise de conclusion générale, les législatrices présentes ont insisté sur l’importance de continuer à favoriser et renforcer la participation des femmes parlementaires dans les ordres du jour concernant la défense nationale, la sécurité et de la consolidation de la paix. L’objectif consiste à appliquer au processus de prise de décision une approche intégrale et intersectionnelle des causes profondes à l’origine des défis du développement durable.


13 octobre 2022

La Journée internationale de prévention des catastrophes

Nous nous joignons ce 13 octobre aux Nations Unies à l’occasion de la Journée internationale de prévention des catastrophes pour souligner la grande nécessité pour les pays de poursuivre leur travail de prévention et de réduction des risques de catastrophe et des pertes en termes de vies humaines, de moyens de subsistance, économiques et d’infrastructures de base, conformément au Cadre de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe 2015-2030.

Au vu des événements météorologiques extrêmes qu’ont connus les Amériques et les Caraïbes cette année, et le changement climatique causant des risques climatiques plus fréquents, extrêmes et imprévisibles, ParlAmericas réitère son engagement à soutenir les législatures dans leur réponse à l’appel explicite du Cadre de Sendai aux parlementaires. Ces derniers sont en effet appelés à appuyer la réduction des risques de catastrophe en élaborant de nouveaux projets de lois ou en modifiant des lois existantes, en définissant des affectations budgétaires, en demandant des comptes au gouvernement, en exprimant les besoins des populations qu’ils représentent et en mobilisant la participation de tous les secteurs de la société dans la création de résilience.

Cette année, la Journée internationale de prévention des catastrophes est un appel à « améliorer l’accès des populations aux dispositifs d’alerte rapide multirisque et aux informations et évaluations relatives aux risques de catastrophe », comme le précise l’objectif G du Cadre de Sendai. Alors que les pays œuvrent à cet objectif, il est important que ces évaluations de vulnérabilité soient fondées sur des données ventilées par genre pour s’assurer de la prise en compte des impacts différenciés sur les femmes, les hommes, les filles et les garçons, et de facteurs croisés comme l’âge, l’identité de genre, le handicap, la source de revenus, la situation socioéconomique et l’ethnie, entre autres. Les parlementaires peuvent non seulement demander des comptes au gouvernement pour s’assurer que ces initiatives soient mises en place, mais aussi utiliser ces analyses physiques et sociales pour élaborer les textes législatifs et les affectations budgétaires pour la réduction des risques de catastrophe et l’adaptation au changement climatique.

Pour plus d’information sur le rôle des parlements dans le soutien à l’adaptation au changement climatique et à la réduction des risques de catastrophe, veuillez consulter notre publication conjointe avec le Bureau des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophes, intitulée « Protocole parlementaire pour la réduction des risques de catastrophe et l’adaptation au changement climatique ».


6 octobre 2022

Le Congrès de la République du Pérou et ParlAmericas ont organisé un dialogue interparlementaire de haut niveau sur la pleine participation politique des femmes, qui s’est inscrit dans le cadre de la 52e Assemblée générale de l’Organisation des États américains (OEA)

L’événement « Consolider la pleine participation politique des femmes : construire un consensus », co-organisé par ParlAmericas et le Congrès de la République du Pérou – à l’occasion de son bicentenaire – a eu lieu le 6 octobre 2022. Il s’est déroulé en marge de l’Assemblée générale de l’OEA, qui s’est tenue à Lima, au Pérou, entre le 5 et le 7 octobre et était centrée sur les inégalités et la discrimination dans les pays de la région.

Le président du Congrès de la République du Pérou, José Williams Zapata, a prononcé un discours de bienvenue mettant en avant le rôle joué par les femmes dans la politique péruvienne : « La loi établissant des quotas, et, plus tard, la loi sur la parité et l’alternance ont permis une présence accrue des femmes aux différents niveaux du gouvernement et de la représentation par le biais du vote populaire. Un bon exemple en est que l’actuelle législature affiche la plus forte proportion de femmes de toute l’histoire du parlement. » M. Williams a ajouté qu’en plus de cette plus forte présence et de ce rôle grandissant des femmes au parlement, l’agenda législatif s’est enrichi grâce à la mise en place pour le mandat 2021-2026 du Bureau des femmes parlementaires péruviennes qui apporte des contributions au débat législatif.

Pour sa part, la sénatrice Blanca Ovelar (Paraguay), présidente de ParlAmericas, a souligné « l’importance de la participation politique des femmes pour progresser dans la construction de sociétés plus justes et équitables ». Elle a fait valoir que ParlAmericas œuvre à la promotion de lois et de bonnes pratiques en matière d’égalité des genres, en accompagnant les initiatives du système interaméricain et en favorisant la construction d’une institutionnalisation solide et sûre de la démocratie, qui veille à la réalisation des objectifs de la citoyenneté. « Chez ParlAmericas, nous sommes convaincus que nous atteindrons nos objectifs en partageant nos expériences, en nous appuyant mutuellement, en nous montrant solidaires et en promouvant une représentation toujours plus authentique de la société, qui respecte de plus en plus la diversité et soit réellement l’expression du peuple. »

La sénatrice Verónica Noemí Camino Farjat (Mexique), présidente du Réseau parlementaire pour l’égalité des genres de ParlAmericas a assuré la modération du panel « Participation politique des femmes : surmonter les obstacles qui persistent ». Au cours de celui-ci, la secrétaire exécutive de la Commission interaméricaine des femmes de l’OEA, Alejandra Mora Mora, et la membre du congrès María del Carmen Alva Prieto (Pérou), présidente de la Commission des relations extérieures, ont évoqué leurs expériences. Elles ont dialogué sur différentes stratégies visant à générer des conditions favorables au leadership politique des femmes à tous les niveaux, en tenant compte de l’importance du consensus politique et de la collaboration avec d’autres acteurs de la société pour promouvoir la pleine participation politique des femmes.

Ensuite, les femmes parlementaires péruviennes ont fait part de leurs réflexions, avec la participation des membres du Congrès suivantes : Rosangela Barbarán Reyes, présidente de la Commission Économie, Banque, Finance et Intelligence financière ; Nieves Limachi, membre du Conseil du Congrès et vice-présidente du Bureau des femmes parlementaires péruviennes ; Lady Camones, vice-présidente de la Commission Constitution et Règlements ; Flor Pablo, membre du Conseil du Congrès ; Hilda Portero, présidente de la Commission spéciale multipartite de suivi, fiscalisation et contrôle du Programme « Faim zéro » ; Ruth Luque, membre du Conseil du Congrès ; Susel Paredes, Isabel Cortez et Mery Infantes.

Enfin, la membre du congrès Nieves Limachi (Pérou) a clos la session en soulignant dans son intervention l’importance de la construction d’un consensus. En conclusion, la session a donné l’opportunité aux législatrices et législateurs d’échanger leurs points de vue, expériences et bonnes pratiques en matière d’actions et de stratégies pour impulser la participation des femmes dans la sphère politique en Amérique et dans les Caraïbes, en tenant compte des défis actuels et en soulignant que les parlements constituent un maillon fondamental des systèmes démocratiques.


5 octobre 2022

ParlAmericas et la Chambre des députés de la République dominicaine ont organisé la réunion interparlementaire intitulée « Promouvoir l’ouverture législative dans la région » dans le cadre de la Conférence régionale Amérique ouverte

Le 28 septembre 2022, une réunion interparlementaire a eu lieu à Saint-Domingue, en République dominicaine, rassemblant les parlementaires et fonctionnaires parlementaires de 10 pays, ainsi que des représentants d’organisations internationales et de la société civile dans le but d’œuvrer au renforcement des pouvoirs législatifs dans la région grâce à l’ouverture législative.

Les sénateurs Eduardo Estrella (République dominicaine), président du Sénat, et Santiago Zorrilla, vice-président du Sénat, y ont participé. Les participants ont pu écouter les discours du député Alfredo Pacheco Osoria (République dominicaine), président de la Chambre des députés, de la députée Nelsa Shoraya Suárez Ariza (République dominicaine), secrétaire de l’organe directeur et hôtesse de la réunion interparlementaire, et de la sénatrice Bertha Caraveo (Mexique), vice-présidente pour l’Amérique du Nord du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas. Durant ces interventions, la sénatrice Caraveo a souligné : « Renforcer la transparence et l’accès à l’information, la responsabilité, la participation citoyenne et l’éthique et la probité est une nécessité urgente et un engagement de celles et ceux qui, comme nous, voient en l’ouverture législative un principe fondamental de la bonne gouvernance. » De même, le député Pacheco Osoria a déclaré : « Échanger autour de nos expériences en termes de renforcement de la transparence améliore le travail législatif de la région. »

Un premier panel a eu lieu pour explorer les avancées du parlement ouvert dans la région et exposer des bonnes pratiques en la matière. Ce panel a permis d’aborder des sujets allant des principaux aspects des processus de cocréation aux engagements et initiatives pour la transparence, la responsabilité, la participation citoyenne et l’éthique. Il a été modéré par Guadalupe Valdez, ancienne députée de la République dominicaine et ancienne membre du Conseil d’administration de ParlAmericas. Y ont participé la députée Carolina Delgado (Costa Rica), membre du Conseil d’administration de ParlAmericas, Mme María Barón, directrice exécutive internationale de Directorio Legislativo, le député Vlado Mirosevic (Chili), membre du Conseil de ParlAmericas, le député Elías Báez de los Santos (République dominicaine), la membre de l’Assemblée Nathalie Arias (Équateur), Mme María Liz Sosa, directrice générale de la Direction du développement institutionnel et de la coopération externe de la Chambre des sénateurs du Paraguay, et Mme Rosario Pavese, leader régionale pour l’Amérique du Sud de la Division d’appui aux pays et conseillère parlementaire principale au niveau mondial du Partenariat pour un gouvernement ouvert (PGO).

Cette activité prévoyait également des groupes de travail où les participants ont pu dialoguer sur des aspects essentiels pour renforcer davantage le travail parlementaire grâce à l’ouverture législative. Ces groupes ont été modérés par Mme Rocío Noriega, conseillère du Groupe bicaméral sur la transparence du Congrès national du Chili. Des discussions modérées par la sénatrice Caraveo et la députée Karina Paz (Guatemala) ont permis d’aborder plus en profondeur les thèmes de la participation citoyenne et de l’intégrité publique, respectivement. Durant ces dialogues, les représentants des parlements présents et de la société civile ont échangé sur leurs expériences et les enseignements concernant les initiatives pour mobiliser la population, en particulier les jeunes, ainsi que les mesures encourageant l’éthique et la probité au sein des parlements, en tenant compte de la dimension du genre et des initiatives visant à élargir la participation des femmes dans ces processus.

Pour conclure cette réunion, la députée Suárez Ariza a réitéré : « Renforcer l’intégrité publique doit être un objectif impliquant non seulement les pouvoirs étatiques, mais la société dans son ensemble afin de bâtir une culture de l’intégrité où les interactions entre les secteurs public et privé, la société civile et les personnes physiques suivent les normes juridiques et éthiques les plus élevées. » La députée Corina Cano (Panama), vice-présidente pour l’Amérique centrale du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas, a quant à elle déclaré : « Élargir et renforcer les espaces permettant à la population de participer de façon substantielle à la conversation sur les questions d’ordre public et aux processus décisionnels du parlement, implique de consolider l’offre de mécanismes de participation virtuels. »


4 octobre 2022

ParlAmericas participe à la Table ronde entre des parlementaires sur la révision à mi-parcours du Cadre de Sendai concernant la réduction des risques de catastrophe

Le 4 octobre, des membres du Comité exécutif du Réseau parlementaire sur le changement climatique de ParlAmericas (RPCC), dont l’honorable sénatrice Rosa Galvez (Canada), présidente du RPCC, le sénateur Anthony Vieira (Trinité-et-Tobago), vice-président du RPCC pour les Caraïbes, et le membre de l’Assemblée nationale Radjendrekoemar Debie (Suriname), ont participé à la Table ronde avec d’autres parlementaires sur la révision à mi-parcours du Cadre de Sendai sur la réduction des risques de catastrophe, 2015-2030. Cette réunion était organisée par le Bureau des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophes (UNDRR), avec l’appui du Groupe parlementaire du Forum de la vulnérabilité climatique et de GLOBE International.

La révision à mi-parcours vise à réaliser un inventaire des initiatives de mise en œuvre lors des sept dernières années du Cadre de Sendai, en évaluant la progression, en étudiant les difficultés rencontrées pour prévenir de nouveaux risques de catastrophe et réduire les risques existants, et en explorant des problèmes nouveaux et émergents. Étant donné que le Cadre de Sendai appelle explicitement les parlementaires à réduire les risques de catastrophe, l’objectif de cette réunion était de mieux comprendre le point de vue des parlementaires. Pour cela, la discussion a permis d’explorer les contributions parlementaires nécessaires pour soutenir les priorités du Cadre de Sendai, en lien avec leurs fonctions législatives, de contrôle, budgétaires et de représentation, ainsi que d’échanger leurs réflexions sur la façon de renforcer le Cadre et la structure de la gouvernance des risques.

La présidente du RPCC, la sénatrice Galvez, a souligné la contribution de ParlAmericas appuyant la mise en œuvre du Cadre de Sendai et d’autres accords internationaux connexes :  « À travers le Réseau parlementaire sur le changement climatique, que j’ai l’honneur de présider, et notre programme sur le climat, ParlAmericas promeut et soutient un travail parlementaire alignant l’action nationale pour le climat sur les Contributions déterminées au niveau national, le Cadre de Sendai et les Objectifs de développement durable. Nous prônons également une augmentation de l’ambition climatique et un renforcement du rôle des parlements dans ces efforts, comme l’a récemment souligné le Guide pour soutenir une reprise économique verte, suite à la COVID-19 de ParlAmericas. »


19 septembre 2022

ParlAmericas participe au programme Assemblée de jeunes organisé par l’Assemblée nationale du Panama

Le 14 septembre, l’Assemblée nationale du Panama et ParlAmericas ont organisé une session du programme Assemblée de jeunes, avec le soutien de la Fondation Espacio Cívico et du Forum national des femmes des partis politiques du Panama (FONAMUPP). Cette activité a rassemblé plus de 100 “jeunes députés” de différentes régions du Panama lors d’une session en présentiel. L’objectif y était d’explorer des stratégies visant à autonomiser les jeunes et d’examiner l’importance de ces expériences pour promouvoir des processus législatifs transparents et inclusifs ne laissant personne pour compte.

M. Juan Carlos Chavarría, directeur du Département de la participation citoyenne de l’Assemblée législative du Costa Rica a participé à cette activité pour y présenter l’expérience de son pays en matière de parlement ouvert, ainsi que des enseignements pour assurer une participation citoyenne des jeunes effective aux processus parlementaires en tenant compte de la parité et de l’inclusion. Mme Karla Sánchez, représentante du FONAMUPP, a quant à elle expliqué comment le livre de contes « Elena et les fourmis : une équipe à la rescousse » vise à promouvoir des valeurs auprès des enfants du Panama pour encourager le travail d’équipe, le leadership, l’égalité et la responsabilité. Enfin, M. Eloy Morales, représentant du programme Impacto Legislativo Joven (« Impact législatif jeune » en français), a souligné l’importance de garantir une perspective de genre dans les initiatives législatives élaborées dans le cadre de ce programme afin qu’elles correspondent aux besoins de la population et aux engagements internationaux du pays. Cet événement a été facilité par Mme Leah Cedeño de Boersner, directrice de la Fondation Espacio Cívico.

La session s’est terminée avec un dialogue entre les participants sur les différentes façons de contribuer en politique et au travail de l’Assemblée nationale du Panama, en prenant pour référence la transparence, l’élargissement de la participation citoyenne et l’inclusion.


15 septembre 2022

Le Réseau de fonctionnaires parlementaires pour le parlement ouvert de ParlAmericas organise une Réunion de travail virtuelle sur la transformation numérique avec l’appui de Bússola Tech, dans le cadre du Forum LegisTech 2022 et en commémoration de la Journée internationale de la démocratie

Organisée en ligne avec le soutien de Bússola Tech dans le cadre du Forum LegisTech 2022 en commémoration de la Journée internationale de la démocratie le 15 septembre 2022, la Réunion de travail virtuelle sur la transformation numérique a rassemblé des membres du personnel parlementaire des Amériques et des Caraïbes, pour discuter d’opportunités et de stratégies pour promouvoir l’agenda pour la transformation numérique.

Cette réunion a démarré avec les présentations de M. Luis Rojas, secrétaire général adjoint de la Chambre des députés du Chili et coordinateur général du Réseau des fonctionnaires parlementaires pour le Parlement ouvert de ParlAmericas, et de M. Luís Kimaid, directeur exécutif de Bússola Tech. M. Rojas a indiqué dans ses remarques que cette réunion était « une excellente opportunité d’échanger avec des collègues de l’hémisphère, autour d’expériences et d’enseignements tirés des transformations numériques en termes d’innovation, et de la façon dont les parlements les ont exploitées dans leurs réponses institutionnelles aux restrictions imposées par la pandémie de COVID-19 ».

Afin de mieux contextualiser l’importance de la réunion, un dialogue de haut niveau a eu lieu pour explorer les principaux effets de la transformation numérique et offrir aux parlements des recommandations pour garantir que leurs processus de modernisation parlementaire ne laissent personne pour compte. Ce panel a été modéré par Mme Martha Carrillo, secrétaire technique du Comité sur la transparence et la lutte contre la corruption de la Chambre des députés du Mexique. Les intervenants étaient le Dr Chris Beall, responsable des politiques de la Plateforme gouvernance au Centre pour l’innovation dans la gouvernance internationale, et Mme María Barón, directrice exécutive internationale de Directorio Legislativo.

Durant la réunion, les fonctionnaires parlementaires ont également pu présenter succinctement l’expérience de leur parlement national. Guidés par la modération habile de M. Soufiane Ben Moussa, dirigeant des technologies de l’information de la Chambre des communes du Canada et coordinateur régional pour l’Amérique du Nord du Réseau de fonctionnaires parlementaires pour le parlement ouvert de ParlAmericas, les fonctionnaires parlementaires ont échangé sur leurs expériences et les enseignements acquis concernant la mise en œuvre des processus de modernisation parlementaire, en tenant compte des difficultés actuelles des secteurs législatifs.

Pour clôturer la réunion, Mme Beverly Gibbons, greffière adjointe du Parlement de la Barbade et coordinatrice régionale pour les Caraïbes du Réseau de fonctionnaires parlementaires pour le Parlement ouvert de ParlAmericas, a a conclu ses réflexions en réitérant que « Les parlements sont de plus en plus conscients que l’agenda pour la transformation numérique est essentiel pour devenir des institutions en phase et réceptives aux besoins d’une population autonome. Ils reconnaissent l’importance de tisser des liens plus étroits entre le parlement et les citoyens, de renforcer leur confiance envers ses représentants et de fournir des outils permettant aux parlements de participer à desdiscussions globales. »


12 septembre 2022

ParlAmericas a organisé la 3e Réunion du Réseau de fonctionnaires parlementaires pour l’égalité des genres : « Alliées au parlement et au-delà : créer des réseaux pour promouvoir l’égalité des genres »

Des membres du Réseau de fonctionnaires parlementaires pour l’égalité des genres (RFPEG) ont participé aujourd’hui à une rencontre virtuelle qui a réuni pour la première fois du personnel parlementaire des Amériques et des Caraïbes. Avec une approche de travail technique, la réunion avait pour objectif prioritaire d’examiner des stratégies pour intégrer la perspective de genre au travail parlementaire par le biais de l’établissement de liens avec des organisations de femmes, des expertes et des activistes pour l’égalité des genres. Elle cherchait également à faire connaître diverses expériences de collaboration fructueuse dans plusieurs pays.

La réunion s’est tenue avec la participation de la présidente du Réseau parlementaire pour l’égalité des genres (RPEG), la sénatrice Verónica Noemí Camino Farjat (Mexique), qui a inauguré la séance et partagé des réflexions essentielles, en soulignant notamment : « L’Amérique latine et les Caraïbes sont la région de la planète qui souffre le plus des inégalités, de la discrimination et de la violence. La situation affecte des millions de femmes, d’adolescentes et de filles. Pour mettre fin aux inégalités et injustices existantes, il est fondamental d’évaluer quelles sont ces brèches, à quoi elles sont dues ; de réfléchir à des façons innovantes de les réduire ; et de favoriser le dialogue interparlementaire, la coordination entre les parlementaires et les fonctionnaires, les espaces d’échange au niveau régional et le travail en réseau. »

Lisane Thirsk, directrice adjointe pour l’égalité des genres et les communications de ParlAmericas, a présenté un nouveau projet visant à structurer le travail qui sera effectué par l’institution pour appuyer les parlements des Amériques et des Caraïbes, dans l’objectif de renforcer les capacités politiques en vue d’une gouvernance avec une perspective de genre. Elle a en outre partagé le document What We Heard. Celui-ci compile les principales leçons apprises qui poseront les jalons d’une programmation plus complète et de meilleure qualité, visant à établir des relations fructueuses entre les parlements et les organisations de femmes.

La réunion comprenait les présentations de deux invitées spéciales, qui ont évoqué leurs expériences tirées du travail en collaboration avec les parlements de leurs pays respectifs. La première était Natalia Gherardi, directrice générale de l’Équipe latinoaméricaine Justice et Genre (ELA), une organisation de femmes argentine qui travaille sur différents thèmes liés à l’égalité des genres, comme la promotion de la participation politique des femmes, l’élaboration de budgets avec une perspective de genre et l’agenda législatif du travail de soins. La seconde présentation a été réalisée par Gabrielle Elie, représentante du programme Les jeunes femmes dans le leadership – Sainte-Lucie (YWiL d’après le sigle en anglais), un programme intensif de formation sur le leadership transformateur, la prise de décisions inclusives et les procédures parlementaires organisé par ParlAmericas, l’Institut caribéen pour le leadership des femmes (CIWiL d’après le sigle en anglais) et le parlement de Sainte-Lucie.

Enfin, la réunion a inclus un espace de travail permettant de partager des réflexions sur l’agenda du travail de soins. Cette thématique sera abordée par les parlementaires de l’hémisphère au mois de novembre en Colombie, à l’occasion de la 19e Assemblée plénière et de la 14e Rencontre du Réseau parlementaire pour l’égalité des genres de ParlAmericas.


9 septembre 2022

Lancement de la série de formations virtuelles sur la « Participation effective aux processus parlementaires » destinée aux organisations de femmes des Caraïbes et accueillie par ParlAmericas, les Femmes pour les Caraïbes à l’ONU et le Fonds Égalité

Le 9 septembre 2022, l’ « Atelier 1 : Plaidoyer parlementaire », a eu lieu lors de la première session d’une série de formations virtuelles sur la « Participation effective aux processus parlementaires » destinée aux organisations de femmes des Caraïbes et organisée par ParlAmericas, le Bureau multipays de l’ONU Femmes pour les Caraïbes et le projet VLF – Caraïbes de Fonds Égalité et Astraea.

Cette session a démarré avec un discours de Mme Tonni Ann Brodber, représentante adjointe du Bureau multipays de l’ONU Femmes pour les Caraïbes, de Mme Tamara Huggins, directrice de Voix et leadership des femmes – Fonds Égalité pour les Caraïbes, et de Mme Lisane Thirsk, directrice adjointe pour l’Égalité des genres et les communications à ParlAmericas. Cette dernière a présenté le nouveau rapport de ParlAmericas intitulé What We Heard, qui partage les résultats d’une étude réalisée sur l’état actuel des efforts des organisations de femmes des Caraïbes en matière de participation parlementaire et sur les défisrencontrés.

Les résultats de cette enquête ont souligné l’importance donnée par les organisations de femmes au fait de promouvoir leurs objectifs politiques enagissant au sein de leur parlement national. Ils ont toutefois également révélé plusieurs obstacles rencontrés qui entravent leur participation effective. On peut citer, par exemple, le manque d’information sur les processus et les agendas parlementaires ou l’absence, au sein de leurs organisations, de compétences techniques spécifiques nécessaires au plaidoyer dans la sphère législative S’y ajoute aussi une méfiance ou un mécontentement concernant l’accessibilité aux processus parlementaires chez de nombreuses personnes interrogées, qui considèrent que des ajustements et davantage de flexibilité sont nécessaires pour qu’une plus grande diversité de voix puisse s’exprimer. La série de formations a été conçue à partir des apprentissages issus de cette enquête.

Durant la session sur le plaidoyer parlementaire, Mme Thirsk, Mme Chantal La Roche, directrice principale des affaires juridiques au Parlement de Trinité-et-Tobago, et l’intervenante principale, Mme Marsha Caddle, présidente du Parlement (Barbade), ont parlé, entre autres sujets, de l’importance de la participation parlementaire et ont recommandé des moments stratégiques et des techniques de communication pour les plaidoyers dans le processus législatif et avec les parlementaires. Ces présentations ont été suivies d’une période de questions et réponses.

La série d’ateliers « Participation effective aux processus parlementaires » vise à offrir aux organisations de femmes davantage de connaissances, des opportunités de réseautage et une aide pratique pour soutenir une plus forte participation publique de leur part et leur permettre d’être mieux représentées dans les espaces et les processus de prise de décision au sein des parlements, étant donné la valeur considérable de cette participation pour les institutions démocratiques. Les sessions à venir seront axées sur les stratégies de plaidoyer et la création de partenariats.


20 juillet 2022

ParlAmericas a célébré deux événements parallèles sur l’agriculture durable et l’économie circulaire dans le cadre de la Semaine du climat d’Amérique latine et des Caraïbes 2022

ParlAmericas a participé à la Semaine du climat d’Amérique latine et des Caraïbes 2022, qui a eu lieu du 18 au 22 juillet à Saint-Domingue, en République dominicaine. Organisée par la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) et le Gouvernement de la République dominicaine, la Semaine du climat d’Amérique latine et des Caraïbes 2022 avait pour objectif d’impliquer et d’autonomiser les parties prenantes pour favoriser l’action pour le climat dans tous les pays, toutes les communautés et toutes les économies d’Amérique latine et des Caraïbes. Anabella Zavagno, directrice générale adjointe de ParlAmericas, et la sénatrice Verónica Noemí Camino Farjat (Mexique), présidente du Réseau parlementaire pour l’égalité des genres de ParlAmericas, ont participé à différents espaces de travail visant, entre autres, à faire avancer l’action climatique, à aborder les inégalités sociales, à investir dans un développement optimal pour les personnes et la nature, à explorer la résilience face aux risques climatiques, à promouvoir la transition vers une économie peu émettrice et à créer des partenariats pour relever les défis les plus urgents.

C’est dans ce cadre et aux côtés du Front parlementaire contre la faim en Amérique latine et dans les Caraïbes, réseau interparlementaire avec le soutien de la FAO et de la Coopération espagnole, que ParlAmericas a coorganisé un événement parallèle intitulé « Vers un système agroalimentaire durable et équitable : le rôle des parlements » le 19 juillet à Saint-Domingue en République dominicaine. Cet événement a rassemblé des parlementaires, des fonctionnaires parlementaires, des organisations paysannes ainsi que des organisations de femmes des Amériques et des Caraïbes pour échanger sur des pratiques législatives pouvant servir à assurer l’autonomisation et l’implication des femmes dans la construction de systèmes alimentaires durables.

Le dialogue a été modéré par Guadalupe Valdez, ambassadrice spéciale de bonne volonté de la FAO pour la Faim zéro. Y ont participé la sénatrice Verónica Noemí Camino Farjat (Mexique), présidente du Réseau parlementaire pour l’égalité des genres de ParlAmericas, la députée Soraya Suarez (République dominicaine), coordinatrice nationale du Front parlementaire contre la faim, Elsa Sánchez, membre de l’Articulation nationale paysanne de la République dominicaine (ANC, de son sigle espagnol), et Sara Cognuck González, femme rurale et cofondatrice du Réseau sur les jeunes et le changement climatique du Costa Rica, ainsi que consultante de l’UNICEF.

La députée Soraya Suarez (République dominicaine) a déclaré : « C’est une véritable tragédie qu’aujourd’hui, en Amérique latine et dans les Caraïbes, 268 millions de personnes, principalement des femmes, souffrent d’insécurité alimentaire. Nous devons en urgence mobiliser des mesures parlementaires pour mettre fin à ce fléau dans tous nos pays. » Durant son intervention, elle a présenté les expériences de la Chambre des députés de la République dominicaine en la matière et les projets de loi sur l’alimentation scolaire et l’agriculture familiale.

La sénatrice Verónica Noemí Camino Farjat (Mexique) a parlé de l’importance des thèmes abordés durant cette rencontre et a fait part de l’expérience du Sénat du Mexique en termes d’inclusion des femmes rurales dans le travail parlementaire. Elle a ensuite affirmé : « Ce dialogue reflète le potentiel transformateur du travail parlementaire à l’écoute attentive du peuple. Il synthétise le travail que mène ParlAmericas pour promouvoir l’égalité des genres, le parlement ouvert et l’action pour le climat. Si nous souhaitons véritablement promouvoir une agriculture durable et résiliente face au changement climatique, il est nécessaire de créer des espaces comme celui-ci pour échanger des pratiques législatives entre parlementaires, et écouter et apprendre des points de vue des femmes rurales, dont les expériences et les savoirs enrichissent notre travail parlementaire. »

De même, l’événement « Créer des opportunités pour l’économie circulaire vers l’objectif de température de 1,5 °C » a été coorganisé le 20 juillet par la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE), la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPAL), la Fondation Ellen MacArthur, la Coalition pour l’économie circulaire d’Amérique latine et des Caraïbes, ParlAmericas, Climate Technology Centre and Network (CTCN), la Banque interaméricaine de développement (BID) et Deuman.

Cet événement a permis de présenter des bonnes pratiques en matière de politique publique et des actions de différents secteurs concernant l’économie circulaire en tant qu’approche transversale pour contribuer à l’action pour le climat, et en particulier aux Contributions déterminées au niveau national (CDN). Y ont participé la sénatrice Verónica Noemí Camino Farjat (Mexique), présidente du Réseau parlementaire pour l’égalité des genres de ParlAmericas;  Jimy Ferrer Carbonell, économiste de l’Unité d’économie du changement climatique au sein du Département du développement durable et des établissements humains de la CEPAL; Luisa Santiago de la Fondation Ellen MacArthur; Racquel Moses, CEO de The Caribbean Climate-Smart Accelerator; Diana Ramos Perez, responsable de la technologie climatique pour l’Amérique latine et les Caraïbes du CTCN; Cristhian Abanto, directeur commercial de Deuman; Julissa Baez, directrice exécutive de l’Association dominicaine de producteurs de ciment Portland (ADOCEM); et María Alicia Urbaneja, directrice exécutive d’ECORED.

La sénatrice Verónica Noemí Camino Farjat (Mexique) a déclaré à propos de cet événement : « La transversalisation de genre est un élément fondamental pour obtenir une économie circulaire effective et inclusive. Lorsque des décisions politiques sont prises pour promouvoir de nouveaux secteurs écoresponsables, il doit y avoir une considération consciente et délibérée des dimensions de genre, par exemple pour assurer l’égalité des perspectives professionnelles et la représentation tout au long de la chaîne de valeur et à tous les niveaux. »


5 juillet 2022

ParlAmericas a organisé la 6e Rencontre du Réseau parlementaire sur le changement climatique, intitulée « Réaliser notre avenir vert : le chemin vers les faibles émissions »

Les 23 juin et 5 juillet 2022, ParlAmericas a organisé la 6e Rencontre du Réseau parlementaire sur le changement climatique (RPCC), intitulée « Réaliser notre avenir vert : le chemin vers les faibles émissions », avec l’appui de l’Assemblée de la Dominique et du Congrès du Guatemala en tant que parlements hôtes.

Cette rencontre a réuni des parlementaires, des fonctionnaires parlementaires, et des représentants du monde universitaire et d’organisations de la société civile et de jeunes des Amériques et des Caraïbes pour explorer des initiatives législatives visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre, en particulier dans les secteurs très émetteurs : l’énergie, les transports, l’agriculture, la foresterie et autres utilisations des terres.

L’événement a démarré le 23 juin avec un dialogue interparlementaire, auquel ont participé des spécialistes et des représentants d’organisations de la société civile et de jeunes. Cette session a traité de la transition vers des énergies propres dans les secteurs des transports et de l’énergie. Les participants ont pu assister aux présentations d’Andrea Palma, conseillère technique à GIZ pour le programme Mobilité urbaine d’EuroClima+, et du Dr Devon Gardner, responsable des programmes techniques au Centre des Caraïbes pour les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique.

Une table ronde intitulée « Secteurs interconnectés, perspectives et rôle des parlements » a également réuni les représentants de différentes parties prenantes. Cette table ronde a été modérée par la sénatrice Verónica Noemí Camino Farjat (Mexique), présidente du Réseau parlementaire sur l’égalité des genres de ParlAmericas. Y ont participé l’honorable Kerrie D. Symmonds (Barbade), ministre de l’énergie et du développement commercial; le membre de l’Assemblée Óscar Izquierdo Sandí (Costa Rica); Denell Florius, jeune entrepreneur et cofondateur et directeur général d’EcoCarib, et coordinateur régional de Youth Climate Lab pour les Caraïbes; Laura Serna, défenseuse d’Escazú pour la Colombie et avocate à la Clinique juridique des affaires publiques de l’Université de Rosario; et Dre Lake Sagaris, chercheuse et professeure agrégée adjointe à l’Institut du développement durable à l’Université pontificale catholique du Chili.

Durant la session plénière du 5 juillet, les participants à la rencontre ont analysé des stratégies visant à améliorer les pratiques d’utilisation des terres afin de réduire les émissions associées au secteur agricole. Le panel « Soutenir une agriculture et des pratiques d’utilisation des terres durables et inclusives pour réduire les émissions » a eu lieu durant la session plénière. Il a été modéré par l’honorable sénatrice Rosa Galvez (Canada), présidente du RPCC de ParlAmericas. Les participants ont pu assister à des présentations de la Dre Mercedes Bustamente, professeure au département d’Écologie de l’Université de Brasilia et auteure principale du 6e rapport d’évaluation du GIEC; la Dre Osana Bonilla-Findji, agent scientifique du programme du CGIAR sur le changement climatique, l’agriculture, la sécurité alimentaire et les pratiques agricoles intelligentes face au climat; et l’honorable Matthew Samuda (Jamaïque), ministre sans portefeuille du Ministère de la croissance économique et de la création d’emploi et coprésident du Partenariat CDN.

Dans le but de renforcer les synergies institutionnelles entre ParlAmericas et l’Union interparlementaire (UIP) en faveur de la promotion de l’action pour le climat dans la région, la session plénière a également été l’occasion de présenter les principales conclusions du séminaire régional de l’UIP sur les changements climatiques à l’intention des parlements de l’Amérique latine et des Caraïbes, qui a eu lieu du 28 au 30 juin à Montevideo. Le sénateur Raúl Lozano Bonet (Uruguay), membre du Comité permanent sur le développement durable de l’UIP, a fait part des principaux messages et apprentissages du séminaire organisé au Parlement de l’Uruguay. Il a également souligné l’importance de ces espaces d’échange entre parlementaires de la région, et la nécessité de coordonner les efforts pour lutter contre les effets du changement climatique.

Lors d’une discussion ultérieure modérée par la membre du Congrès Fátima Mena Baide (Honduras), les parlementaires ont échangé sur des expériences et bonnes pratiques liées à l’électrification des transports, à l’amélioration des transports publics, à l’augmentation de l’utilisation des énergies renouvelables, à la réduction de la déforestation et à l’amélioration de l’utilisation des terres.

Enfin, la déclaration de la rencontre a été lue par le membre de l’Assemblée nationale Bruno Segovia Mejía (Équateur), premier vice-président du RPCC de ParlAmericas pour l’Amérique du Sud. La rencontre s’est achevée avec l’annonce de l’élection par acclamation du membre de l’Assemblée législative Óscar Izquierdo Sandí (Costa Rica) pour représenter l’Amérique centrale au sein du Comité exécutif du RPCC.

L’honorable sénatrice Rosa Galvez (Canada) a parlé de l’importance des questions traitées durant cette rencontre et a déclaré : « La décision de consacrer cette réunion au besoin urgent d’accélérer la transition énergétique n’est pas un hasard : comme le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat l’a souligné, malgré les grandes avancées de l’action pour le climat, l’ambition climatique actuelle ne suffira pas à limiter la hausse de la température mondiale moyenne bien en dessous de 2 °C, l’un des principaux objectifs de l’Accord de Paris. »


1 juillet 2022

ParlAmericas participe à la rencontre d’EUROsociAL+ sur les nouveaux contrats sociaux et les partenariats pour des sociétés plus résilientes et inclusives

Les 29 et 30 juin, EUROsociAL+ a organisé une rencontre à Bruxelles, en Belgique, dans le but de renforcer davantage l’intégration régionale et de consolider des politiques publiques durables et inclusives. Cet événement a réuni des représentants et autorités de différents pays d’Amérique latine, qui ont participé à des dialogues de haut niveau autour des enseignements tirés des résultats du programme EUROsociAL+. Ils ont également échangé des réflexions sur de nouveaux pactes sociaux facilitant une transition juste, verte et inclusive. La sénatrice Blanca Ovelar (Paraguay), présidente de ParlAmericas, a participé à ces dialogues pour y présenter un point de vue parlementaire.

Lors de son intervention, la sénatrice Ovelar a souligné le rôle important de la diplomatie parlementaire dans le cadre de la collaboration hémisphérique, sur des principes importants pour la convergence des actions en faveur des principes démocratiques partagés par les parlementaires qui participent aux activités et à la gouvernance de ParlAmericas. À cet égard, elle a souligné qu’il est fondamental de réduire les inégalités dominantes en Amérique latine et que la « création de nouveaux pactes sociaux nécessite également que les parlements traitent les défis actuels de façon plus intégrée et systémique ».

ParlAmericas et EUROsociAL+ ont collaboré à plusieurs activités et projets, comme la Trousse d’outils pour la transparence législative, un aspect clé pour former des sociétés plus résilientes et inclusives.


29 juin 2022

ParlAmericas a participé au lancement de l’Académie internationale pour l’autonomisation des jeunes leaders en Amérique latine de la CCNUCC

Le 29 juin 2022, ParlAmericas a participé à l’événement « Renforcer le leadership des jeunes pour l’action climatique : lancement d’AGYLE Amérique latine », organisé par le Centre de collaboration régionale de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) du Panama.

La réunion avait pour objectif principal de lancer l’Académie internationale pour l’autonomisation des jeunes leaders (AGYLE, de son sigle anglais). Cette initiative vise à former, autonomiser et relier des jeunes défenseurs et entrepreneurs qui souhaitent promouvoir un avenir durable. C’est dans ce cadre que Michelle Volpin, chargée de projets du programme sur le changement climatique et la durabilité au sein de ParlAmericas, a modéré un panel de jeunes dirigeantes issues de différents secteurs. Ces dernières ont présenté des initiatives qu’elles mettent en place pour promouvoir la participation des jeunes dans les négociations et les processus sur le climat, en mettant l’accent sur l’autonomisation des filles et des femmes.

Ont participé à ce panel Carol Simon (Panama), analyste sur le changement climatique du Ministère de l’environnement, Carolina Guerra (Panama), fondatrice de l’organisation Jóvenes y Cambio Climático, et Maria Aguilar (Colombie), resilience fellow et défenseuse de l’action climatique de la CCNUCC, en tant que représentante de YOUNGO, le groupe non gouvernemental de représentation des jeunes au sein de la CCNUCC. Cette réunion s’est terminée avec une présentation de l’UNICEF et le lancement officiel de la Plateforme d’échange de connaissances développée par AGYLE Amérique latine pour promouvoir le renforcement des capacités et permettre une participation substantielle des jeunes dans les processus décisionnels.


28 juin 2022

ParlAmericas participe au Séminaire régional de l’Union interparlementaire sur les changements climatiques à l’intention des parlements d’Amérique latine et des Caraïbes

Le 28 juin, en représentation de ParlAmericas, l’honorable sénatrice Rosa Galvez (Canada), présidente du Réseau parlementaire sur le changement climatique de ParlAmericas (RPCC), et l’honorable Manzoor Nadir (Guyane), président de l’Assemblée nationale, ont participé au panel « Accélérer une transition énergétique propre et renforcer le financement climatique pour mettre en œuvre l’Accord de Paris ». Ce panel s’inscrivait dans le cadre du Séminaire régional sur le changement climatique à l’attention des parlements d’Amérique latine et des Caraïbes. Le Séminaire était organisé conjointement par l’Union interparlementaire (UIP) et le Parlement d’Uruguay, à Montevideo (Uruguay) du 28 au 30 juin.

La présentation de la sénatrice Galvez a mis en lumière quelques-unes des pratiques que ParlAmericas et l’UIP ont en commun pour soutenir les parlements dans leurs efforts afin de faire progresser l’action climatique, ainsi que les principales conclusions du dialogue interparlementaire de la 6e Rencontre du RPCC de ParlAmericas, qui s’est tenu le 23 juin 2022. Le dialogue interparlementaire a porté sur les stratégies législatives visant à décarboniser les secteurs de l’énergie et des transports, d’une façon sensible au genre et socialement inclusive. La sénatrice a noté que le dialogue avait montré l’importance de garantir que la transition énergétique juste et inclusive tienne compte des approches intersectionnelles, afin d’encourager la participation des femmes à l’économie verte, un domaine souvent dominé par les hommes.

Dans ses remarques, la sénatrice Galvez a également déclaré qu’« avec un ensemble solide d’instruments internationaux et un agenda politique régional pour orienter l’action climatique, il incombe aux preneurs de décisions de faire avancer des politiques climatiques intégrales et ambitieuses qui incorporent des preuves scientifiques, afin de renforcer cette dynamique alors que nous avançons sur le chemin vers les faibles émissions. C’est dans ce but que le RPCC accueille sa 6e Rencontre. Il s’agit de la première rencontre parlementaire de ParlAmericas depuis le 9e Sommet des Amériques, ce qui nous donne une excellente opportunité de mettre en œuvre son plan d’action et de transformer ces engagements politiques régionaux en action législative. »

Dans sa présentation, le président Nadir a évoqué l’expérience de la Guyane en matière de transition énergétique, ainsi que le travail de ParlAmericas pour soutenir les parlements dans leur rôle financier et budgétaire pour assurer l’alignement des budgets nationaux sur les engagements climatiques de chaque pays. Il a souligné que « ParlAmericas a aujourd’hui le plus grand nombre de parlementaires caribéens siégeant à son Conseil d’administration dans l’histoire de l’institution. Le fait que ce soient des présidents des parlements des Caraïbes, comme moi-même, qui occupent ces sièges au Conseil témoigne de la valeur comme de la pertinence, pour notre réalité, du travail accompli par ParlAmericas. La région avance vers une transition énergétique propre, en accélérant le développement, le déploiement et la diffusion de technologies vertes, conformément au Pacte de Glasgow pour le climat. Dans ce contexte, les espaces interparlementaires créés par ParlAmericas et l’UIP permettant aux législateurs d’échanger sur les bonnes pratiques régionales, bénéfiques à l’atteinte de nos objectifs. » Il a en outre partagé des ressources développées par ParlAmericas, comme le « Précis sur le financement climatique » et le « Précis sur le financement du développement », récemment publiés, qui décrivent les es opportunités financières disponibles dans la région et des façons innovantes de financer le développement durable, en tenant compte des conséquences de ce financement du développement pour les flux de capitaux et les niveaux d’endettement d’un pays.


27 juin 2022

Des jeunes femmes de Sainte-Lucie siègent au parlement

Le 27 juin 2022, des jeunes femmes de Sainte-Lucie ont occupé le rôle de député et d’adjointe parlementaire lors de simulations de débats parlementaires historiques composés uniquement de femmes à l’Assemblée et au Sénat du Parlement de Sainte-Lucie. Ces sessions ont marqué la fin du programme Young Women in Leadership (« Les jeunes femmes dans le leadership ») à Sainte-Lucie (YWiL SLU), organisé par ParlAmericas, le Secrétariat régional et la Section de Sainte-Lucie de l’Institut caribéen pour le leadership des femmes (CIWiL) et le Parlement de Sainte-Lucie. Plus de 35 jeunes femmes leaders ayant de 18 à 25 ans et provenant de tout le pays ont participé à cette simulation.

Le programme YWiL soutient les jeunes femmes et développe leur leadership en leur offrant une formation et une éducation en matière de leadership politique, en les encourageant à envisager le leadership et le service public d’un point de vue transformateur et en créant un espace qui favorise des communautés de soutien pour les femmes et les autres alliés. Dans cette optique, le programme YWiL SLU était composé de sessions virtuelles et en présentiel qui ont eu lieu en mai et en juin. Elles étaient axées sur les éléments principaux du programme : leadership transformateur, égalité des genres et prise de décisions inclusive, procédure parlementaire et stratégies pour un leadership efficace. Ces sessions ont été menées par des facilitatrices et présentatrices reconnues, dont des parlementaires, des leaders de la société civile, des spécialistes de différents domaines et d’autres leaders de Sainte-Lucie et de toute la région.

Durant les sessions parlementaires de YWiL SLU, les participantes ont mobilisé leurs apprentissages lors d’un débat portant sur une motion appelant le gouvernement à développer un plan pour promouvoir l’égalité des genres et l’autonomisation économique des femmes pour se préparer à une économie en évolution. Cette motion a été étudiée par les deux chambres, alors que les participantes ont débattu sur les meilleures stratégies pour réduire les inégalités de genre dans l’économie, en s’appuyant sur leur expertise et leurs recherches, et en respectant leur rôle particulier durant la session. À la fin de ce programme, elles ont également été encouragées à diffuser leurs apprentissages et les compétences acquises dans leur communauté.

YWiL SLU est la dernière d’une série d’activités similaires organisées aux Caraïbes, constituant un élément principal du projet commun de ParlAmericas et du CIWiL visant à promouvoir la participation politique des femmes dans les Caraïbes et appuyé par le Gouvernement canadien par l’entremise d’Affaires mondiales Canada. Deux initiatives YWiL ont eu lieu précédemment dans le cadre de ce projet, soit à Trinité-et-Tobago en février-mars 2020 et à Antigua-et-Barbuda en octobre-novembre 2020.


17 juin 2022

Le Gouvernement du Canada annonce son soutien à des projets de ParlAmericas en Amérique latine et dans les Caraïbes

ParlAmericas a le plaisir de vous informer que le 10 juin 2022, le Gouvernement du Canada a annoncé des contributions à deux projets complémentaires visant à renforcer la gouvernance inclusive et sensible au genre grâce à un travail avec les parlements et la société civile en Amérique latine et dans les Caraïbes.

Renforcement des capacités politiques pour une gouvernance sensible au sexe en Amérique latine (contribution de 4,9 millions de dollars) est un projet sur quatre ans visant à favoriser une gouvernance sensible au genre dans 19 pays d’Amérique latine au moyen d’activités d’échange de connaissances et d’une aide technique qui renforceront les capacités des parlementaires, du personnel parlementaire, des défenseurs des droits des femmes et de la société civile.

De la même manière, Renforcement des capacités politiques pour une gouvernance sensible au sexe dans les Caraïbes (contribution de 2,4 millions de dollars) est un projet sur quatre ans qui vise à éliminer les obstacles politiques, structurels et législatifs à l’égalité des genres et à l’autonomisation des femmes à travers des programmes destinés aux parlementaires, au personnel parlementaire, aux défenseurs des droits des femmes et à la société civile dans 14 pays de la Communauté des Caraïbes.

« Ces projets nous permettent de continuer sur notre lancée en promouvant l’échange entre les parlements autour de l’action pour le climat, du parlement ouvert et du développement durable de nos sociétés grâce à des pratiques répondant aux besoins de toutes nos citoyennes et de tous nos citoyens, en particulier celles et ceux qui sont exclus des processus décisionnels, comme les femmes et les filles. Nous devons travailler ensemble pour donner une voix aux femmes dans nos démocraties » a déclaré la sénatrice Blanca Ovelar (Paraguay), présidente de ParlAmericas.

Cette annonce reflète les engagements pris dans la Politique d’aide internationale féministe du Canada (PAIF), qui reconnaît que réduire la pauvreté et les inégalités requiert une transformation des normes sociales et des rapports de force qui desservent les femmes et les filles. Cela est en ligne avec les activités et les principes directeurs de ParlAmericas consistant à promouvoir la participation politique des femmes et des partenariats pour une gouvernance inclusive.

« Le dialogue proactif et le renforcement des relations avec les organisations de la société civile luttant pour les droits des femmes sont importants pour garantir que notre travail de parlementaires soit éclairé par l’expérience de femmes de différents milieux. Ces projets permettront aux parlementaires de travailler ensemble et avec des défenseurs des droits des femmes à travers ParlAmericas pour lutter contre les obstacles à l’égalité des genres » a affirmé l’honorable Bridgid Annisette-George (Trinité-et-Tobago), présidente de la Chambre des représentants et vice-présidente de ParlAmericas.

Depuis plus de 20 ans, ParlAmericas organise des activités interparlementaires et des efforts collectifs pour renforcer le leadership politique des femmes et l’intégration du genre dans le travail législatif en Amérique et dans les Caraïbes. Ces efforts sont soutenus par un groupe de travail de parlementaires permanent, le Réseau parlementaire pour l’égalité des genres de ParlAmericas.


7 juin 2022

La rencontre parlementaire organisée à l’occasion du 9e Sommet des Amériques qui s’est tenue à Los Angeles est terminée

La rencontre parlementaire à l’occasion du 9e Sommet des Amériques, organisée à Los Angeles par le House Democratic Partnership (HDP) de la Chambre des représentants des États-Unis, s’est achevée aujourd’hui, le 7 juin 2022.

Une délégation de ParlAmericas composée de parlementaires des Amériques et des Caraïbes a participé à des sessions de dialogue entre des homologues parlementaires du pays hôte et ceux de différents parlements de l’hémisphère. Des questions liées aux cinq thèmes principaux du 9e Sommet des Amériques ont été abordées : gouvernance démocratique, santé et résilience, avenir vert, transition énergétique, et transformation numérique. Une discussion des délégués avec M. Luis Almagro, secrétaire général de l’Organisation des États américains, était également au programme.

Les 8 et 9 juin, grâce à une invitation faite à ParlAmericas par le Young American Business Trust, les membres de la délégation parlementaire pourront participer au 6e Forum des jeunes des Amériques.

La rencontre parlementaire dans le cadre du 9e Sommet des Amériques a proposé aux participants un espace visant à promouvoir la participation parlementaire au système interaméricain, tout en contribuant au dialogue interparlementaire nécessaire sur des thèmes d’importance régionale.


6 juin 2022

ParlAmericas participe à la rencontre parlementaire à l’occasion du 9e Sommet des Amériques qui commence aujourd’hui à Los Angeles

Une délégation de ParlAmericas composée de parlementaires des Amériques et des Caraïbes assiste à la rencontre parlementaire à l’occasion du 9e Sommet des Amériques, organisée aujourd’hui, 6 juin 2022, à Los Angeles, par le House Democratic Partnership (HDP) de la Chambre des représentants des États-Unis.

Durant les prochains jours, les parlementaires de la délégation, du pays hôte et des différents parlements de l’hémisphère, pourront échanger sur leurs expériences et leurs bonnes pratiques législatives concernant les thèmes abordés lors du 9e Sommet des Amériques, intitulé « Construire un avenir durable, résilient et équitable ». Ce sommet aura cinq thèmes principaux : gouvernance démocratique, santé et résilience, avenir vert, transition énergétique, et transformation numérique.

De plus, et grâce à une invitation faite à ParlAmericas par le Young American Business Trust, les parlementaires pourront participer au 6e Forum des jeunes des Amériques qui aura lieu les 8 et 9 juin. Ce forum présentiel et virtuel permettra aux représentants de la jeunesse de présenter au sommet des recommandations basées sur les 5 C du développement des jeunes : changement climatique, COVID-19, collaboration avec la jeunesse, combattre la corruption, et connectivité et transformation numérique.

Ces activités s’inscrivent dans les objectifs de ParlAmericas qui visent à promouvoir la participation parlementaire dans le système interaméricain et à contribuer au dialogue interparlementaire sur les thèmes importants pour la région. Depuis sa création en amont du 3e Sommet des Amériques, qui a eu lieu en 2001 à Québec, au Canada, ParlAmericas a donc dirigé la participation des parlementaires aux Sommets des Amériques.

Pour plus d’information sur la participation de ParlAmericas à la rencontre parlementaire dans le cadre du 9 Sommet des Amériques, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


1 juin 2022

ParlAmericas a organisé le dialogue de haut niveau « Promouvoir le multilatéralisme à travers la diplomatie parlementaire » en amont du 9e Sommet des Amériques

Des parlementaires des Amériques et des Caraïbes ont participé aujourd’hui à un dialogue de haut niveau intitulé « Promouvoir le multilatéralisme à travers la diplomatie parlementaire », organisé en amont du 9e Sommet des Amériques qui aura lieu du 6 au 10 juin 2022 à Los Angeles aux États-Unis.

Comme ce sommet constitue l’instance dédiée à la concertation d’actions régionales pour faire face aux défis nouveaux et préexistants dans l’hémisphère et compte tenu du rôle des pouvoirs législatifs dans la mise en œuvre des accords et des engagements qui en émanent, ParlAmericas a considéré opportun d’inviter ses membres à un dialogue de haut niveau en amont du 9e Sommet des Amériques; un dialogue sur l’importance du multilatéralisme et de la diplomatie parlementaire pour relever certains des défis que rencontre notre région.

En ce qui a trait à l’importance de la participation du pouvoir législatif dans les affaires internationales, la sénatrice Blanca Ovelar (Paraguay), présidente de ParlAmericas, a déclaré : « Ce sujet est de plus en plus important, non seulement en vertu de la collaboration et de la coordination nécessaires entre les pouvoirs publics pour assurer la réalisation des objectifs et des engagements de l’État, mais aussi en reconnaissance d’un contexte politique, social et économique complexe qui exige une coopération internationale du plus haut niveau. »

Quant à l’honorable Bridgid Annisette-George (Trinité-et-Tobago), présidente de la Chambre des représentants et vice-présidente de ParlAmericas, elle a affirmé : « Les parlements jouent un rôle essentiel dans la bonne mise en œuvre des engagements politiques résultant du Sommet des Amériques. La plupart des mandats adoptés par les gouvernements ont des implications législatives. »

Le panel « Approches multipartites dans le processus du Sommet des Amériques » a également eu lieu durant la réunion, ainsi que la présentation du document intitulé Contributions à la mise en œuvre de l’Engagement de Lima (en espagnol) par le sénateur Javier Macaya (Chili), président du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas. Cette publication décrit le travail réalisé à travers ParlAmericas pour favoriser la mise en œuvre de l’Engagement de Lima : la gouvernance démocratique face à la corruption, adopté lors du 8e Sommet des Amériques à Lima au Pérou.


31 mai 2022

Échange caribéen en ligne sur la création de caucus parlementaires de femmes, organisé par ParlAmericas, l’Association parlementaire du Commonwealth et ONU Femmes Caraïbes

Le 30 mai 2022, ParlAmericas, l’Association parlementaire du Commonwealth (CPA) et ONU Femmes Caraïbes ont rassemblé des parlementaires et du personnel parlementaire de toute la région des Caraïbes pour un échange virtuel sur la création de caucus parlementaires de femmes. Les caucus parlementaires de femmes réunissent des parlementaires s’engageant à lutter pour les droits des femmes et l’égalité des genres afin de coordonner leurs efforts et d’accélérer les progrès. Il n’existe aucun format prédéfini pour ces groupes. Ils peuvent être conçus pour atteindre les objectifs spécifiques des individus derrière leur création, en tenant compte du contexte sociopolitique national. La réunion a été organisée pour apporter un appui aux nombreux parlements de la région qui sont en train de créer ce type de groupes ou qui envisagent de le faire.

L’activité a débuté avec un discours de l’honorable Bridgid Annisette-George (Trinité-et-Tobago), présidente de la Chambre des représentants et vice-présidente de ParlAmericas, et de Mme Tonni Brodber, représentante du Bureau multipays d’ONU Femmes pour les Caraïbes. Suite à cela, des représentantes de trois caucus de femmes existant déjà ont raconté leur expérience concernant la création et le maintien de leurs groupes respectifs : l’honorable Alincia Williams-Grant (Antigua-et-Barbuda), présidente du Sénat; la très honorable Maria Miller, parlementaire et représentante du Groupe parlementaire multipartite sur les femmes du Parlement du Royaume-Uni; et l’honorable Justine Mukobwa, membre de la Chambre des députés et secrétaire générale du Forum parlementaire des femmes du Rwanda.

Après ces présentations, les intervenantes et les participants ont discuté des difficultés rencontrées et des bonnes pratiques acquises jusqu’à présent grâce à leur expérience de création de caucus parlementaires de femmes. Des représentant.e.s d’organisations partenaires ont également mis de l’avant des ressources, des outils et des possibilités d’aide pouvant servir d’appui continu aux parlements de la région dans ces efforts. La réunion a été clôturée par un discours de l’honorable Valerie Woods (Belize), présidente de la Chambre des représentants.


24 mai 2022

ParlAmericas organise une réunion d’adjoint.e.s parlementaires d’Amérique latine pour discuter de l’approche de genre dans les processus de formation et les nouvelles dynamiques de travail dans les parlements à la suite de la pandémie

Aujourd’hui, le mardi 24 mai, des représentant.e.s de parlements de plusieurs pays d’Amérique latine ont participé à la deuxième réunion virtuelle du Réseau de fonctionnaires parlementaires pour l’égalité des genres (RFPEG) de ParlAmericas.

Durant la réunion, les participant.e.s ont pu découvrir plus en détails les processus de formation sensibles au genre pour les parlementaires dans le cadre de nouveaux mandats législatifs dans certains pays comme le Costa Rica et la Colombie. Ils ont échangé sur leurs expériences concernant des initiatives promouvant l’égalité des genres dans les activités parlementaires, intentionnellement ou comme résultat collatéral. Ces initiatives, toujours en place, ont été mises en œuvre durant la pandémie et contribuent à améliorer les dynamiques de travail au sein des institutions législatives.

Le discours d’ouverture de la session de travail a été prononcé par la maître Sulma Campos Mata (Mexique), titulaire de l’Unité technique pour l’égalité des genres du Sénat et coordonnatrice générale du RFPEG de ParlAmericas. Des fonctionnaires représentant l’honorable Chambre des sénateurs du Paraguay ont également fait part d’avancées institutionnelles en matière d’égalité des genres après la présentation des résultats de l’enquête sur le harcèlement et la violence au travail réalisée avec l’accompagnement de ParlAmericas.


23 mai 2022

ParlAmericas participe à la conférence Legistech: The Americas sur la modernisation institutionnelle et la transformation numérique

Les jeudi 19 et vendredi 20 mai, Bússola Tech, une organisation brésilienne promouvant l’échange d’expériences et d’initiatives soutenues par la technologie, a tenu la conférence Legistech : The Americas. Elle a consisté en des panels de discussion thématiques, des présentations et des dialogues avec des représentants de parlements et des spécialistes invités de la région. Les participants ont échangé sur leurs expériences en termes de processus de modernisation institutionnelle et de transformation numérique dans les différentes législatures des Amériques et des Caraïbes.

La conférence a été inaugurée par M. Hernán Larraín, ancien président du Sénat du Chili et du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas, et par le député Marcelo Ramos, vice-président de la Chambre des députés du Brésil. Ensemble, ils ont discuté de l’importance du leadership au niveau institutionnel pour la modernisation des parlements. Mme Anabella Zavagno, directrice générale adjointe de ParlAmericas, a également pris part à ce dialogue pour parler des considérations clés à prendre en compte pour faciliter ces processus.

Par ailleurs, le Réseau de fonctionnaires parlementaires pour le parlement ouvert de ParlAmericas y a été représenté par M. Luis Rojas, secrétaire adjoint de la Chambre des députés du Chili, et M. Bernardo Andrés Gutiérrez Hidalgo, conseiller du Groupe thématique parlementaire sur le parlement ouvert de l’Assemblée nationale de l’Équateur. Ils ont notamment présenté les avancées en matière de modernisation dans leurs parlements respectifs et des aspects liés à l’ouverture législative qui sont capitaux pour la région. Mme Alisha Todd, directrice générale de ParlAmericas, a quant à elle expliqué comment le dialogue interparlementaire a permis de stimuler l’innovation et des processus liés à la transformation numérique dans les parlements de la région. Pour finir, Mme Natalí Casanova-Burkholder, gestionnaire de projets sur le parlement ouvert de ParlAmericas, a présenté des recommandations concernant l’innovation et la transformation numérique issues de la Feuille de route pour l’ouverture législative 2.0.


20 mai 2022

L’OEA fournit des informations à ParlAmericas avant le 9e Sommet des Amériques

Le 17 mai, les membres des organes directeurs de ParlAmericas, son Conseil d’administration et les comités exécutifs des réseaux thématiques, qui réunissent des parlementaires nommés par les parlements nationaux des Amériques et des Caraïbes, ont reçu des informations de la part de responsables de l’OEA en amont du 9e Sommet des Amériques, qui aura lieu du 6 au 10 juin à Los Angeles, aux États-Unis, sous le thème principal de la construction d’un avenir durable, résilient et équitable.

Durant la réunion, la présidente de ParlAmericas, la sénatrice Blanca Ovelar (Paraguay), et la vice-présidente Bridgid Annisette-George, présidente de la Chambre des représentants (Trinité-et-Tobago), sont intervenues. Cette rencontre a également comporté des présentations de Francisco Guerrero, secrétaire au renforcement de la démocratie de l’OEA et représentant de l’organisation auprès du Conseil de ParlAmericas, et de María Celina Conte, directrice du Secrétariat des Sommets des Amériques, étant poursuivies d’un dialogue interactif.

M. Francisco Guerrero a présenté un aperçu du climat politique dans la région et des priorités du Sommet des Amériques. Mme María Celina Conte a présenté un résumé du processus des Sommets des Amériques et les différents acteurs et forums officiels impliqués.

Reconnaissant le Sommet des Amériques comme l’instance hémisphérique en matière de coordination d’actions régionales pour relever les défis permanents et émergents dans l’hémisphère et étant donné l’importance des questions qui y sont traitées, ParlAmericas a œuvré pour renforcer la participation substantielle des parlementaires de la région dans ce processus.

Tenant compte de cela et de la nécessité de réaffirmer l’importance de la participation parlementaire dans les espaces multilatéraux, une réunion interparlementaire en amont du 9e Sommet des Amériques a été annoncée lors de la réunion.

Cette rencontre virtuelle, prévue pour le 1er juin, rassemblera des parlementaires des Amériques et des Caraïbes pour discuter de l’importance de la diplomatie parlementaire pour le multilatéralisme et l’intégration régionale.

De plus, une délégation parlementaire de ParlAmericas, composée de membres du Conseil et des comités exécutifs des réseaux de ParlAmericas, participera à la réunion parlementaire organisée dans le cadre du 9e Sommet, les 6 et 7 juin 2022 à Los Angeles.


27 avril 2022

ParlAmericas a participé à l’atelier «Leadership pour une bonne gouvernance et une transformation sociale dans les Caraïbes» organisé par le Secrétariat du Commonwealth, l’Institut caribéen pour le leadership des femmes et l’ONU Femmes Caraïbes

ParlAmericas a participé à l’atelier «Leadership pour une bonne gouvernance et une transformation sociale dans les Caraïbes» organisé du 25 au 27 avril 2022 à Bridgetown, capitale de la Barbade, par le Secrétariat du Commonwealth, l’Institut caribéen pour le leadership des femmes (CIWiL) et le Bureau multipays d’ONU Femmes pour les Caraïbes.

Cet atelier a réuni des parlementaires, des ministres, des spécialistes du genre, des activistes et des dignitaires des Caraïbes pour parler de leadership transformationnel et d’autonomisation des femmes.

Après l’inauguration officielle le 25 avril, un premier panel a ouvert la voie pour les discussions de l’atelier. Alisha Todd, directrice générale de ParlAmericas, a participé à cette session pour affirmer l’importance du leadership transformationnel et expliquer comment ParlAmericas soutient les parlements dans le renforcement de l’autonomisation politique des femmes. Elle a déclaré: «Il ne fait aucun doute que les crises que nous rencontrons aujourd’hui au niveau mondial, et qui sont amplifiées de façons multiples dans les pays des Caraïbes, nécessitent un leadership audacieux, féministe et transformationnel de la part de femmes et d’hommes. Il s’agit simplement d’une base de la bonne gouvernance: des dirigeants reconnaissant les besoins différenciés d’une société, défendant des politiques fondées sur l’équité et s’engageant politiquement pour ne laisser personne pour compte.»

A suivi une série de sessions thématiques sur des sujets comme l’égalité des genres, le leadership et la reprise à la suite de la COVID-19, la bonne gouvernance et le leadership transformationnel, les analyses de genre dans les fonctions parlementaires, et les approches efficaces pour faire tomber les barrières du leadership politique.

Lors d’une session intitulée «Utiliser les processus parlementaires pour garantir l’égalité des genres» qui a eu lieu le 26 avril, Eilish Elliott, gestionnaire de projet sur l’égalité des genres à ParlAmericas, a présenté des stratégies pour appliquer une approche genrée dans les processus parlementaires. Elle a affirmé: «En appliquant une approche de genre lors de l’élaboration ou de l’examen d’un texte de loi, d’une motion, d’un budget ou de tout autre sujet à traiter, car tous les sujets ont un angle de genre et auront un effet différent sur les personnes que vous représentez, chacune de vos interventions et de vos questions est une occasion de mettre l’égalité des genres à l’ordre du jour, de contribuer à des résultats plus inclusifs et de mieux représenter votre circonscription.»

Au dernier jour de l’atelier, le 27 avril, la sénatrice Natalie Campbell-Rodriques (Jamaïque), vice-présidente pour les Caraïbes du Réseau parlementaire pour l’égalité des genres de ParlAmericas, a modéré la session «Approches efficaces pour faire tomber les barrières du leadership politique». Le sénateur Gregory Nicholls (Barbade) y a également présenté le rôle des hommes parlementaires en tant que défenseurs du leadership des femmes et de l’égalité des genres. Les parlementaires souhaitant plus d’information sur ce sujet peuvent consulter la trousse d’outils «Alliés masculins pour l’égalité des genres», disponible sur le portail de ParlAmericas et d’ONU Femmes Caraïbes intitulé ParlGenderTools, une plateforme de ressources en ligne conçue pour aider les parlementaires à appliquer une approche de genre aux initiatives parlementaires.

Pour ParlAmericas, cette réunion multipartite a été une occasion importante d’aborder à nouveau des questions essentielles liées à la promotion de l’autonomisation politique des femmes dans les Caraïbes avec des partenaires après la pandémie de COVID-19. Le travail de ParlAmericas dans ce domaine est réalisé en collaboration avec des organisations de femmes comme le CIWiL et grâce au soutien généreux du Gouvernement du Canada par l’entremise d’Affaires mondiales Canada et à son engagement envers la promotion de l’égalité des genres dans les Caraïbes et plus largement dans tout l’hémisphère.


20 avril 2022

ParlAmericas a participé à la première réunion de la Conférence des Parties de l’Accord d’Escazú

Le 20 avril 2022, le sénateur Raúl Bolaños Cacho-Cué (Mexique), vice-président pour l’Amérique du Nord du Réseau parlementaire sur le changement climatique de ParlAmericas, a représenté notre institution lors de la session spéciale «Vers une mise en œuvre effective de l’Accord d’Escazú et une plus grande coopération» durant la première Conférence des Parties (COP) de l’Accord d’Escazú, organisée par la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPAL). Des réflexions initiales concernant l’avancée de la mise en œuvre de l’Accord d’Escazú, accord régional sur l’accès à l’information, la participation du public et la justice en matière d’environnement en Amérique latine et dans les Caraïbes ont été présentées durant cette première COP, qui a eu lieu du 20 au 22 avril 2022 à Santiago du Chili. Les participants ont entre autres abordé les thèmes à traiter établis par les articles 14, 15 et 18 de l’Accord.

Ont également participé à cette session des représentants clés de l’Union interparlementaire, du Programme des Nations Unies pour l’Environnement, de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), de la Banque mondiale et de la Communauté caribéenne (CARICOM), entre autres. Ils y ont fait part de leurs perspectives sur les avancées, les difficultés et les opportunités pour réaliser une mise en œuvre pleine et effective des droits d’accès à l’information environnementale, de participation du public aux processus décisionnels environnementaux et d’accès à la justice en matière d’environnement en Amérique latine et dans les Caraïbes. Des fonctionnaires et des spécialistes ont affirmé la nécessité de renforcer la coopération, le dialogue entre les différentes parties intéressées et le multilatéralisme en tant que stratégies pour faire progresser la mise en œuvre de l’Accord. Ils ont également réitéré leur engagement envers cet agenda.

Durant son intervention, le sénateur Bolaños a remarqué l’importance de continuer à intégrer le parlement dans ces efforts: «Nous, parlementaires des Amériques et des Caraïbes, jouons un rôle important dans la réussite de l’Accord d’Escazú. Non seulement parce que c’est le parlement qui le ratifie, mais aussi de par les fonctions de contrôle politique et budgétaires qui nous incombent pour favoriser sa mise en œuvre. Le pouvoir législatif étant l’instance de la représentation, de la délibération et de la participation substantielle de nos concitoyens à la prise de décision, la participation de parlementaires à ces événements est particulièrement pertinente pour respecter l’esprit de l’Accord.»


6 avril 2022

ParlAmericas et le parlement de la République de Trinité-et-Tobago ont organisé un atelier destiné aux parlementaires et aux fonctionnaires des parlements sur l’économie circulaire

Le 6 avril, ParlAmericas et le parlement de la République de Trinité-et-Tobago ont organisé une réunion intitulée « Vers une économie circulaire : un atelier pour les parlementaires et les fonctionnaires des parlements de Trinité-et-Tobago ». Son objectif était d’explorer des stratégies pour que le parlement soutienne et promeuve de façon inclusive la transition vers un modèle d’économie circulaire au niveau national, tout en contribuant à une reprise économique verte et tournée vers l’avenir après la COVID-19.

L’honorable Bridgid Annisette-George (Trinité-et-Tobago), présidente de la Chambre des représentants et vice-présidente de ParlAmericas, a prononcé une allocution de bienvenue en soulignant les opportunités offertes par l’économie circulaire pour faire progresser le développement durable: « Une économie circulaire stimule non seulement la croissance économique verte, mais en la mettant en œuvre dans une optique intersectionnelle, elle peut promouvoir l’égalité des genres, par exemple en apportant un soutien financier aux projets communautaires et aux entreprises des jeunes et des femmes qui promeuvent la circularité. De cette manière, nous responsabilisons également nos citoyens et citoyennes en tant qu’agents de changement dans la transition vers la circularité, tout en travaillant ensemble pour soutenir un changement de société qui s’éloigne des modes de consommation excessive et qui se rapproche des pratiques de consommation et de production durables recommandées dans l’Agenda 2030 pour le développement durable. »

Au cours de l’atelier, une série de spécialistes de l’économie circulaire ont pris la parole et montré de quelle manière un prisme circulaire peut être appliqué à un éventail de secteurs, tels que la gestion des déchets, le commerce, l’énergie, l’agriculture, le tourisme et le transport, tout en encourageant les synergies entre ceux-ci. Ces intervenants ont également souligné l’importance de la collecte de données pour surveiller la mise en œuvre des politiques en matière d’économie circulaire; les progrès accomplis jusqu’à présent et les opportunités qui se présentent à Trinité-et-Tobago afin de poursuivre sa transition vers la circularité; les bénéfices de la collaboration régionale; et enfin, la façon de mieux impliquer la communauté sur ces sujets. Ces spécialistes comprenaient: Vanessa Esslinger, spécialiste de l’économie circulaire et coordonnatrice de la Coalition pour l’économie circulaire en Amérique latine et dans les Caraïbes; David Oswald, fondateur et président de DE Design + Environment Inc., FRCGS (Membre de la Société géographique royale du Canada) et professeur agrégé, Université Royal Roads; Dr Sherwyn Millette, consultant en durabilité à la Faculté des sciences, technologies et arts appliqués de Trinité-et-Tobago; et Sian Cuffy-Young, éducateur sur la gestion des déchets, formateur, fondateur et PDG de Siel Environment Services Limited.

Le sénateur Anthony Vieira (Trinité-et-Tobago), vice-président pour les Caraïbes du Réseau parlementaire de ParlAmericas sur les changements climatiques, a modéré le débat d’experts et la section interactive de l’atelier intitulé  « De la parole aux actes ». Dans le cadre de celle-ci, les participant.e.s ont discuté des opportunités et des défis de l’intégration d’une économie circulaire à Trinité-et-Tobago, en employant une analyse SWOT pour appliquer une approche législative et une perspective intersectionnelle. Au cours de la réunion, le sénateur Vieira a souligné le rôle joué par le parlement dans cette entreprise: « Il a été dit, et je suis d’accord, que l’idée de « se débarrasser » de quelque chose est une illusion. Lorsque nous nous débarrassons d’un objet, il doit aller quelque part. Malheureusement, notre culture consiste à produire des déchets, polluer et jeter – un gaspillage irresponsable et contre-productif. Le modèle d’économie circulaire – qui encourage la réutilisation et le recyclage – adopte une approche proactive pour cesser de produire des déchets et assumer une plus grande responsabilité envers notre environnement. Il reconnaît que les déchets ne le deviennent que si nous les traitons comme tels. Nous avons besoin d’une stratégie nationale et de cadres règlementaires connexes, orientés vers une économie circulaire. Le parlement joue un rôle clé pour soutenir la promotion et l’intégration d’un modèle d’économie circulaire par le biais des fonctions législatives, de supervision et d’établissement de budgets afin d’éviter les ordures, de réduire la pollution causée par les décharges, de maintenir notre eau propre et, généralement, de protéger l’environnement ainsi que les intérêts et le bien-être de tous »

La réunion s’est terminée avec le discours de clôture de l’honorable Christine Kangaloo (Trinité-et-Tobago), présidente du Sénat, au cours duquel elle a réfléchi sur l’importance de la réunion: « L’atelier d’aujourd’hui nous a offert une double opportunité: écouter les enseignements des spécialistes sur ce sujet et être au premier plan afin d’entendre leurs expériences ainsi que discuter collectivement de la façon dont, en tant que parlementaires, nous pouvons intégrer des modèles économiques circulaires à Trinité-et-Tobago. »


30 mars 2022

ParlAmericas a participé à une conférence sur la démocratie environnementale organisée par la Fondation Westminster pour la démocratie

Le 30 mars 2022, ParlAmericas a participé à la Conférence sur la démocratie environnementale organisée par la Fondation Westminster pour la démocratie. Mme Alisha Todd, directrice générale de ParlAmericas, a modéré un panel intitulé « La participation dans la prise de décision: tendances et défis », auquel ont participé M. Edison Broce, membre de l’Assemblée nationale (Panama); Mme Birgitta Ohlsson, directrice des partis politiques de l’Institut national démocratique (NDI); Mme Hannah Mowat, coordonnatrice des campagnes du Réseau sur les ressources environnementales et forestières (FERN); et Augustine B. Njamnshi, secrétaire exécutive du Programme de conservation et de développement des bioressources (BDCPC) et membre de l’Access Initiative et du Conseil de l’Alliance panafricaine pour la justice climatique (PACJA en anglais).

Cette session visait à explorer le fonctionnement de la prise de décision en matière d’environnement et de durabilité face aux crises climatiques en identifiant des tendances et des opportunités d’innovation pour favoriser l’inclusion d’organisations, de mouvements et d’universitaires spécialisés dans les domaines de l’environnement et la démocratie, ainsi que des citoyen.ne.s intéressé.e.s dans les processus décisionnels. De plus, des présentations ont démontré comment ce processus fonctionne dans différentes régions et dans divers cadres (comme les parlements, les partis politiques, les institutions et les partenariats de la société civile) de même les différents défis qui perdurent.

Dans son discours d’ouverture de la session, Mme Alisha Todd a parlé de l’importance de promouvoir des processus décisionnels inclusifs: « Si la pandémie et les affaires internationales actuelles nous ont appris une chose, c’est à quel point nos systèmes économiques, sociaux et environnementaux sont interconnectés, et que nous dépendons les uns des autres pour prendre des décisions effectives et nous assurer que la prise de décision est inclusive et vise globalement à améliorer la qualité de vie, à renforcer la résilience et à garantir que nous assumons notre responsabilité de laisser un monde propre et sain aux générations futures, en tant que gardiens actuels de la Terre. »

Durant son intervention, le membre de l’Assemblée nationale Edison Broce (Panama) a réitéré le rôle des parlementaires dans le renforcement de la démocratie en déclarant: « En tant que parlementaires, nous représentons nos communautés et avons par conséquent l’obligation de véritablement tenir compte de leurs besoins et de garantir que leurs demandes soient bien entendues. L’une des meilleures manières de s’assurer que les besoins et les points de vue de tous les individus sont équitablement pris en compte est de placer la participation au cœur du renforcement démocratique en s’assurant que les individus soient invités à véritablement participer au processus décisionnel. »


23 mars 2022

ParlAmericas a célébré la 6e Rencontre du Réseau pour un parlement ouvert, intitulée «L’intégrité compte: construire des démocraties plus fortes»

Avec le soutien de la Chambre des sénateurs du Paraguay en tant que parlement hôte, ParlAmericas a célébré la 6e Rencontre du Réseau pour un parlement ouvert (RPO) les 9, 15 et 22 mars avec une série d’activités en ligne sous le thème de l’intégrité publique.

Cette rencontre a réuni des parlementaires, des fonctionnaires des pouvoirs législatifs et des représentants d’organisations de jeunes et de la société civile des Amériques et des Caraïbes pour discuter de l’intégrité publique en reconnaissance de son importance non seulement pour la prévention et la lutte contre la corruption, mais aussi en tant que l’un des piliers fondamentaux de la gouvernance démocratique.

L’événement a débuté le 9 mars avec une session de dialogue parlementaire regroupant des représentants de la société civile et de la jeunesse. Daniel Ortega Nieto, expert en gouvernance de la Banque mondiale, y a donné une conférence magistrale. De plus, le dialogue « Diriger avec intégrité: des mesures conjointes garantissant l’intérêt général » a été modéré par l’honorable René Cormier (Canada), sénateur et vice-président pour l’Amérique du Nord du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas. Y ont participé le sénateur Jorge Querey Rojas (Paraguay), rapporteur de la Commission spéciale sur le parlement ouvert; l’honorable Juan Edghill (Guyana), ministre du Travail public; Karina Kalpschtrej, directrice du Renforcement institutionnel à Poder Ciudadano; Svenja Bonnecke, membre de Chile Transparente et coordonnatrice du projet SANCUS; Elvis Radamés Acosta, jeune représentant du programme « Diriger avec intégrité » d’Espacio Cívico au Panama; et David Salmon, membre du Parlement des jeunes en Jamaïque.

La session de dialogue interparlementaire a eu lieu le 15 mars avec la conférence « Nouveaux défis et nouvelles tendances pour avancer dans l’intégrité publique » à laquelle ont participé René Fernández Bobadilla, ministre secrétaire exécutif du Secrétariat national anticorruption du Paraguay; Julio Bacio Terracino, chef de la Division de l’intégrité dans le secteur public; et Radivoje Grujic, agent de la Gouvernance démocratique au Bureau des institutions démocratiques et des droits de l’homme de l’OSCE. Cette session a été modérée par l’honorable Brigid Annisette-George (Trinité-et-Tobago), présidente de la Chambre des représentants et vice-présidente de ParlAmericas. En outre, deux groupes de travail ont été formés: le premier étant dédié aux conflits d’intérêts et le deuxième aux systèmes d’intégrité publique.

Enfin, la session plénière a eu lieu le 22 mars et comprenait la conférence magistrale « Renforcer l’intégrité publique pour la gouvernance démocratique » de Delia Ferreira, directrice exécutive de Transparency International. La session a été modérée par l’honorable Joseph Isaac (Dominique), président de l’Assemblée législative et membre du Conseil d’administration de ParlAmericas. Durant cette session, la sénatrice Blanca Ovelar (Paraguay), présidente de ParlAmericas, a officiellement lancé la Feuille de route pour l’ouverture législative 2.0, et Lotte Geunis, consultante dans le domaine du parlement ouvert du Partenariat pour un gouvernement ouvert, a présenté le Mémorandum de son organisation sur l’engagement parlementaire.

C’est également durant la session plénière que les résultats des engagements pour un parlement ouvert adoptés lors de la 5e rencontre de ce réseau ont été présentés, ainsi que la progression des mesures pour l’ouverture législative. L’honorable Reginald Farley (Barbade), président du Sénat, a modéré les présentations des délégations parlementaires participantes.

Enfin, la sénatrice Hermelinda Alvarenga de Ortega (Paraguay), deuxième vice-présidente de la Chambre des sénateurs de la République du Paraguay, a lu la déclaration de la 6e Rencontre du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas. Ensuite, le sénateur Javier Macaya (Chile), président du RPO, est intervenu une dernière fois pour souligner l’importance de l’intégrité dans le cadre des efforts institutionnels des parlements de la région pour renforcer l’ouverture législative. Lors de la clôture de cette réunion, la directrice générale de ParlAmericas, Alisha Todd, a annoncé l’élection de l’honorable Reginald Farley (Barbade), président du Sénat, au poste dédié aux Caraïbes au sein du Comité exécutif du RPO.

Concernant l’importance de la culture de l’intégrité, la sénatrice Blanca Ovelar (Paraguay), présidente de ParlAmericas, a déclaré : « Il s’agit d’une condition indispensable non seulement pour faire face à la corruption, phénomène complexe, malheureusement répandu et aux effets graves, mais également pour renforcer la bonne gouvernance, construire des économies plus productives et promouvoir des sociétés plus inclusives. »

Au sujet de cet événement, le sénateur Javier Macaya (Chili), président du RPO de ParlAmericas, a affirmé : « Nous avons consacré la 6e Rencontre du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas à l’importance de l’intégrité en reconnaissance de son lien étroit avec les principes d’ouverture législative et de sa pertinence en tant que pilier fondamental de la gouvernance démocratique. »

À son tour, la sénatrice Hermelinda Alvarenga de Ortega (Paraguay), a mentionné : « Nous avons pu découvrir de nouvelles perspectives et bonnes pratiques pour renforcer les codes de conduite au sein des parlements, en particulier en ce qui concerne les conflits d’intérêts. Il faut reconnaître les progrès considérables dans des domaines comme la responsabilité, la transparence et l’accès à l’information. »


22 mars 2022

Évènement parallèle « Influence des jeunes sur les parlements en vue d’une action climatique efficace dans une perspective de genre » dans le cadre du Forum des ONG de la CSW66

Aujourd’hui, dans le cadre du Forum des organisations non gouvernementales (ONG) de la 66e session de la Commission de la condition de la femme (CSW66 de son sigle anglais), ParlAmericas a organisé un évènement parallèle intitulé « Influence des jeunes sur les parlements en vue d’une action climatique efficace dans une perspective de genre ». L’objectif de cette session était d’explorer les stratégies que peuvent utiliser les jeunes en Amérique latine pour promouvoir l’action climatique féministe au niveau des parlements.

La sénatrice Verónica Noemí Camino Farjat (Mexique), présidente du Réseau parlementaire pour l’égalité des genres de ParlAmericas, était chargée de l’ouverture de l’évènement. Elle a en outre participé à une table ronde avec Mmes Andrea Chacón (Costa Rica), Martina Gómez (Argentine) et Marinés Tapiero (Panama), qui ont échangé des perspectives et des expériences sur la collaboration entre la société civile, la jeunesse et les décideurs politiques.

Durant cette session, elles ont mis en lumière différents mécanismes qui permettent de faire entendre la voix des jeunes dans les processus législatifs, et d’inclure ainsi leurs perspectives dans la construction d’agendas climatiques avec une perspective d’égalité des sexes.

En ce sens, la sénatrice Camino a assuré que « la promotion du renforcement de la participation citoyenne et notamment de la représentation intergénérationnelle dans la prise de décision législative est essentielle pour continuer à construire des démocraties plus fortes et inclusives ».


18 mars 2022

ParlAmericas a participé à un séminaire organisé par l’Université de la Colombie-Britannique sur la Charte démocratique interaméricaine

En préparation du 9e Sommet des Amériques qui aura lieu prochainement, ParlAmericas a participé à la Table ronde sur la Charte démocratique interaméricaine: apprendre grâce au dialogue avec des universitaires, des acteurs de la société civile et des dirigeants démocratiques, organisée par le Département de sciences politiques et l’École de politiques publiques et des affaires mondiales de l’Université de la Colombie-Britannique.

La sénatrice Rosa Gálvez (Canada), 2e vice-présidente du Conseil d’administration de ParlAmericas et présidente du Réseau parlementaire sur le changement climatique (RPCC), a participé à ce panel aux côtés d’universitaires de l’Université de la Pennsylvanie (États-Unis), de l’Université ibéroaméricaine (Mexique), de l’Université de São Paulo (Brésil) et de l’Université de la Colombie-Britannique (Canada), qui ont présenté des études de cas sur des questions démocratiques d’intérêt régional. De plus, Andrew Stevenson, conseiller spécial du Secrétariat des Sommets des Amériques, a abordé les liens entre le 9e Sommet et la Charte démocratique.

Durant sa présentation, la sénatrice Galvez a exposé son point de vue sur le rôle des parlements dans la construction de démocraties fortes et inclusives ainsi que sur l’intégration d’une approche intersectionnelle par les parlementaires pour un avenir équitable et durable : « Afin de restaurer la confiance politique, il est évident que nous devons nous assurer que toutes les décisions soient transparentes et fondées sur des faits. Nous devons également améliorer les mécanismes de participation citoyenne sur les questions d’ordre public, mettre à jour les systèmes de protection sociale, transformer les modèles de production et de consommation selon des paradigmes durables, et freiner les effets négatifs des changements climatiques. En tenant compte des points de vue des autres, et en particulier des populations traditionnellement marginalisées, nous pouvons créer des changements systémiques allant à la source des problèmes existant dans nos sociétés. »

Cette présentation a eu lieu lors des activités de ParlAmericas en amont du Sommet des Amériques qui visent à faire participer les parlementaires à des discussions avec des parties prenantes, comme la société civile et le monde universitaire, sur les thèmes du 9e Sommet des Amériques, lequel sera axé sur la construction d’un avenir durable, résilient et équitable. Organisé par les États-Unis d’Amérique, cet événement aura lieu cette année à Los Angeles du 6 au 10 juin, et ParlAmericas soutiendra la participation parlementaire à ce processus dans le cadre de son mandat institutionnel.


24 février 2022

ParlAmericas a participé au lancement de la Vision commune de la Coalition pour l’économie circulaire en Amérique latine et dans les Caraïbes

La sénatrice Rosa Galvez (Canada), présidente du Réseau parlementaire sur le changement climatique de ParlAmericas, a représenté l’institution lors de l’événement « Économie circulaire en Amérique latine et dans les Caraïbes: une vision commune », organisé le 24 février 2022 par la Coalition pour l’économie circulaire en Amérique latine et dans les Caraïbes. Cet événement fut l’occasion de lancer la publication élaborée par la Fondation Ellen MacArthur (EMF, de son sigle anglais) et d’autres partenaires stratégiques membres de la coalition. Ce document dévoile une vision commune de ce que devrait être l’économie circulaire en Amérique latine et dans les Caraïbes ainsi que des façons dont la région peut progresser dans cet agenda afin de devenir un leader de la circularité.

Durant l’événement, des représentants principaux du Programme des Nations Unies pour l’environnement, de la Banque interaméricaine de développement et de l’EMF ont présenté le processus d’élaboration de cette publication, ainsi que les possibilités que cette nouvelle direction offrira pour encourager une croissance économique innovante et la création d’emploi inclusifs, améliorer la protection sociale et promouvoir la protection de l’environnement afin que les générations futures puissent également bénéficier de la richesse de la biodiversité et des ressources naturelles de la région. Des hauts fonctionnaires gouvernementaux, dont le ministre colombien de l’Environnement, ont souligné le soutien de leur pays à la vision commune et les progrès réalisés dans ce domaine. De plus, des alliés de la coalition, comme la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes, l’Association industrielle de Colombie (ANDI en espagnol), la Commission européenne et ParlAmericas, ont été invités à faire part de leur engagement à promouvoir l’agenda circulaire et de leur appui au rôle important que ce nouveau cadre de travail jouera dans la transformation économique.

Lors de son intervention, la sénatrice Galvez a parlé de l’importance de continuer à inclure le parlement dans ces efforts: « Nous comprenons que la coopération régionale est essentielle pour lutter de façon effective contre les changements climatiques, la perte de biodiversité, la désertification et même les inégalités dans nos sociétés. Nous reconnaissons que ces problèmes environnementaux n’ont pas de frontières et nous réjouissons donc de l’initiative de la coalition et du lancement de cette vision commune développée par et pour la région en rassemblant les points de vue divers de différentes parties prenantes. Les parlementaires sont importants dans le soutien de la mise en œuvre de stratégies conçues pour favoriser la transition vers des modèles économiques plus durables promouvant une utilisation efficace des ressources. »


3 février 2022

ParlAmericas a assisté à la session ordinaire du Conseil permanent de l’Organisation des États américains le 2 février 2022

La sénatrice Blanca Ovelar (Paraguay), présidente de ParlAmericas, et l’honorable Bridgid Annisette-George (Trinité-et-Tobago), présidente de la Chambre des représentants et vice-présidente de ParlAmericas, ont participé à la session ordinaire du Conseil permanent de l’Organisation des États américains (OEA), organisée le 2 février 2022 par son président, l’ambassadeur Everson Hull, représentant permanent de Saint-Christophe-et-Niévès.

L’objectif de leur participation était de présenter aux délégations diplomatiques le travail que ParlAmericas a effectué dans l’hémisphère durant les 20 premières années d’existence de l’institution, ainsi que de partager les perspectives d’avenir.

Durant son intervention, la présidente Ovelar a fait référence au rôle de ParlAmericas dans le système interaméricain et a déclaré: «Nos membres actifs et diversifiés représentant les législatures de l’hémisphère reconnaissent que renforcer la coopération entre les pouvoirs exécutif et législatif des pays des Amériques et des Caraïbes est une condition fondamentale pour promouvoir la démocratie, les droits de la personne, la sécurité multidimensionnelle et le développement durable, tous des piliers de l’OEA et des causes que ParlAmericas soutient.»

La vice-présidente Annisette-George a à son tour affirmé: «Au vu des incertitudes et de la polarisation qui caractérisent notre monde aujourd’hui, il est plus urgent que jamais de coordonner nos actions et d’avoir des liens politiques forts. Nos canaux de communication doivent être ouverts et réguliers. Un échange constant entre nos organes de gouvernement, dans des espaces de haut niveau comme celui-ci, représente une opportunité essentielle pour renforcer le dialogue démocratique et le traduire en une action significative.»

La participation de ParlAmericas à la dernière session du Conseil permanent de l’OEA est le résultat d’une relation étroite entre ces deux organisations et reflète l’importance de promouvoir le multilatéralisme pour traiter des questions d’intérêt régional.

Pour visionner les interventions de la présidente Ovelar et de la vice-présidente Annisette-George, veuillez cliquer ici.


3 février 2022

La Communauté des Caraïbes (CARICOM) et ONU Femmes Caraïbes ont organisé une session de sensibilisation multipartite en collaboration avec ParlAmericas en amont de la 66e Commission de la condition de la femme (CSW66)

Aujourd’hui, le Secrétariat de la CARICOM et le Bureau multipays d’ONU Femmes pour les Caraïbes ont tenu une session de sensibilisation en collaboration avec ParlAmericas en préparation de la CSW66, laquelle se déroulera en ligne et en présentiel au siège des Nations Unies en mars 2022. Le thème prioritaire de cette année est « Atteindre l’égalité des genres et l’autonomisation de toutes les femmes et filles dans le cadre des politiques et programmes sur les changements climatiques, l’environnement et la réduction des risques de catastrophe ».

Cette réunion virtuelle a mis de l’avant les priorités des Caraïbes en ce qui concerne le thème de la CSW66 et les raisons pour lesquelles la résilience face aux changements climatiques et aux risques de catastrophe est une question de genre. Plusieurs acteurs y ont participé, comme des ministres chargés des questions de genre, des parlementaires, des représentants de l’ONU, des responsables d’organismes nationaux pour l’égalité des genres et des représentants de la société civile et du monde universitaire.

À la suite d’une série de présentations techniques sur le processus de négociation de la CSW, la Dre Asha Kambon, spécialiste de renom sur la gestion des risques de catastrophe et l’égalité des genres, a prononcé un discours. Un échange sous forme de panel a ensuite eu lieu, avec des commentaires de l’honorable Carolyn Trench-Sandiford, présidente du Sénat (Belize) et membre du Conseil d’administration de ParlAmericas; Mme Elizabeth Riley, directrice exécutive de l’Agence de gestion des urgences et catastrophes des Caraïbes (CDEMA, de son sigle anglais); Mme Joanna Edghill, cofondatrice et directrice de Megapower Limited; et Mme Sarah Bailey, chef du Programme alimentaire mondial de l’ONU au Bureau multipays pour les Caraïbes.

Durant son intervention, l’honorable Carolyn Trench-Sandiford a parlé des différentes manières dont les parlements peuvent s’impliquer dans les stratégies visant à renforcer la capacité d’adaptation pour une gestion des risques de catastrophe sensible au genre et inclusive dans les petits États insulaires en développement des Caraïbes. En plus de ses contributions concernant la législation, pour lesquelles elle s’est appuyée sur des exemples issus du contexte juridique du Belize, elle a souligné l’importance du travail des parlementaires avec les citoyennes et les citoyens qu’ils représentent et au niveau de la communauté dans le cadre des efforts de préparation aux catastrophes et de reprise.

Les contributions apportées lors de cette session de sensibilisation éclaireront l’élaboration de la déclaration de la CARICOM pour la CSW66, qui renforcera les priorités spécifiques à la région pour placer les solutions sensibles au genre au centre des questions des changements climatiques et des risques de catastrophe. La déclaration de la CARICOM pour la CSW66 sera négociée le 17 février par des ministres chargés des questions sur l’égalité des genres/des femmes.


1 février 2022

ParlAmericas a tenu la quatrième réunion de son Réseau de fonctionnaires parlementaires pour le parlement ouvert

ParlAmericas et l’Assemblée nationale de l’Équateur ont tenu la quatrième réunion du Réseau de fonctionnaires parlementaires pour le parlement ouvert de ParlAmericas le 28 janvier 2022. Cette rencontre en ligne a consisté en une session de travail en groupes thématiques et en un panel de discussion avec des représentants d’organisations de la société civile et de jeunes.

Elle a réuni des parlementaires, des fonctionnaires et des représentants d’organisations de la société civile et de jeunes d’Amérique latine pour réfléchir aux avancées régionales en matière d’ouverture législative et pour connaître l’avis de représentants des citoyennes et des citoyens sur les résultats et les impacts de la mise en œuvre de cet agenda sur la société. De plus, elle a été dirigée par les coordinatrices et les coordinateurs régionaux du réseau, qui ont fait part de leur point de vue aux groupes de travail.

La membre de l’Assemblée Wilma Andrade (Équateur), vice-présidente du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas pour l’Amérique du Sud, a déclaré : « [Cette réunion] permet d’écouter les réflexions et les analyses sur les réussites et les difficultés du travail d’intégration des principes et des mesures du parlement ouvert dans nos législatures. Il ne fait aucun doute que cet échange d’expériences et d’apprentissages sera utile pour renforcer et enrichir les processus d’ouverture législative à l’avenir. »

Luis Rojas, secrétaire adjoint de la Chambre des députés du Chili et coordinateur général du Réseau de fonctionnaires parlementaires pour le parlement ouvert, a à son tour commenté : « Il ne s’agit plus de savoir si nous devons ou non ouvrir nos parlements, mais de savoir comment le faire, de quelle manière garantir que ces pratiques durent dans le temps et soient institutionnalisées, et comment appliquer ainsi l’ouverture législative, ses processus et ses principes au travail parlementaire pour inclure tout le monde et ne laisser personne pour compte, comme l’indique l’Agenda 2030 des Objectifs de développement durable. »

Bernardo Gutiérrez, conseiller du Groupe thématique parlementaire sur le parlement ouvert de l’Assemblée nationale de l’Équateur et coordinateur régional du Réseau de fonctionnaires parlementaires pour le parlement ouvert pour l’Amérique du Sud, a affirmé : « Notre réseau vise à offrir un espace de rencontre propice au dialogue, à la construction collective et à l’échange d’expériences et de bonnes pratiques en matière d’ouverture législative pour nous permettre de mieux soutenir les initiatives que les législatures mettent en œuvre à ces fins. »


14 décembre 2021

ParlAmericas participe à la consultation parlementaire « Cadres juridiques et autonomie économique des femmes : proposition de loi-type sur les services de soins » de la CIM

Aujourd’hui, la Commission interaméricaine des femmes (CIM de l’OEA) a organisé un dialogue parlementaire dans le but de recueillir des contributions, des connaissances et des expériences de parlementaires pour renforcer le document de base de la Loi-type interaméricaine sur les services de soins, avec le soutien de l’Union européenne par l’entremise du programme EUROsociAL+.

Cette consultation s’est déroulée dans le cadre d’une série de réunions avec des organisations de la société civile et d’autres acteurs. La discussion était centrée sur l’analyse des cadres juridiques existants pour éclairer l’élaboration de recommandations pratiques pour des lois garantissant les droits économiques des femmes, en mettant l’accent sur la visibilité et la protection de celles qui réalisent des travaux de soins.

La sénatrice Verónica Noemí Camino Farjat (Mexique), présidente du Réseau parlementaire pour l’égalité des genres de ParlAmericas, a participé à cette consultation pour présenter un résumé du processus d’élaboration et de proposition du projet de loi sur un système national de services de soins au Sénat du Mexique. Cette proposition vise à garantir l’accès à une prise en charge de haute qualité pour toutes et tous, suivant le principe de coresponsabilité entre les hommes et les femmes, les familles, les communautés, le secteur privé et le gouvernement.

Madame Kathy Ramos, directrice de l’Unité sur le genre de l’Assemblée nationale du Panama, a également pris part à cet événement pour représenter l’honorable membre de l’Assemblée nationale Kayra Harding (Panama), vice-présidente du Réseau parlementaire pour l’égalité des genres de ParlAmericas pour l’Amérique centrale. Mme Ramos a présenté un aperçu des bonnes pratiques pertinentes mises en place au Panama pour promouvoir l’égalité entre les femmes et les hommes sur le marché du travail.


10 décembre 2021

ParlAmericas a tenu sa 18e Assemblée plénière intitulée « Renouveler le contrat social »

Avec le soutien du Sénat du Chili en tant que parlement hôte, la 18e Assemblée plénière de ParlAmericas a eu lieu les 26 et 29 novembre et le 10 décembre derniers avec une série d’activités virtuelles visant à explorer le renouvellement du contrat social.

L’Assemblée plénière a réuni des parlementaires, des fonctionnaires parlementaires et des représentants d’organisations de jeunes et de la société civile des Amériques et des Caraïbes. Cet événement a permis d’analyser la nécessité de renouveler le contrat social dans le cadre des efforts de récupération suite à la pandémie et en réponse à l’appel de la société civile visant à réinventer et à transformer les modèles de gouvernance et de développement à partir de principes inclusifs, durables et démocratiques ne laissant personne pour compte.

Cet événement, qui coïncidait avec le 20e anniversaire de la création de ParlAmericas et de l’adoption de la Charte démocratique interaméricaine de l’Assemblée générale de l’Organisation des États américains (OEA), a débuté le 26 novembre avec une session de dialogue interparlementaire. Cette dernière était composée d’une conférence magistrale du secrétaire général de l’OEA, M. Luis Almagro, et des discours de la sénatrice Rosa Gálvez (Canada), présidente du Réseau parlementaire sur le changement climatique de ParlAmericas, et du député Manzoor Nadir (Guyana), président de l’Assemblée nationale et membre du Conseil de ParlAmericas.

Un dialogue de haut niveau a également eu lieu, incluant une discussion, une analyse prospective et un échange sur les bonnes pratiques législatives concernant le rôle des parlements dans le renouvellement du contrat social. Ce panel, modéré par la sénatrice Verónica Noemí Camino Farjat (Mexique), présidente du Réseau parlementaire pour l’égalité des genres de ParlAmericas (RPEG), était composé du sénateur Reginald Farley (La Barbade), président du Sénat, de la députée Paola Vega (Costa Rica), vice-présidente du Réseau parlementaire sur le changement climatique de ParlAmericas pour l’Amérique centrale, et de l’honorable représentant Juan Carlos Losada (Colombie).

De plus, la session de dialogue parlementaire avec des représentants d’organisations de la société civile et de la jeunesse des Amériques et des Caraïbes a eu lieu le 29 novembre. L’ouverture de la session a été effectuée par le député Javier Macaya (Chili), président du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas, et la sénatrice Alincia Williams Grant (Antigua-et-Barbuda), présidente du Sénat et membre du Conseil de ParlAmericas. Durant la session, le député Marc Serré (Canada), membre du Conseil de ParlAmericas, a modéré une conversation à laquelle ont participé Paulina Valenzuela, membre de la Convention Constitutionnelle du Chili, et Jorge Marín, ancien député pour la jeunesse de l’Assemblée nationale du Panama et représentant du projet Impacto Legislativo Joven. Les intervenants et les participants ont profité de cette occasion pour discuter des perspectives des organisations de la société civile et de jeunes dans le processus de renouvellement du contrat social, des priorités de leurs agendas politiques et de l’importance de promouvoir la participation politique des jeunes.

Enfin, la session plénière a eu lieu le 10 décembre, débutant par des interventions de la sénatrice Blanca Ovelar (Paraguay), présidente de ParlAmericas, de l’honorable Bridgid Annisette-George (Trinité-et-Tobago), présidente de la Chambre des représentants, et de la sénatrice Marcela Sabat (Chili), représentante du parlement hôte de la 18e Assemblée plénière auprès du Conseil de ParlAmericas. Tel qu’à l’habitude, les rapports de reddition de compte des autorités du Conseil de ParlAmericas ont été présentés. Cette année, les rapports annuels de la présidence de ParlAmericas et des trois présidences des réseaux de travail ont été réalisés sous forme de vidéos sous-titrées dans toutes les langues officielles de ParlAmericas. Par la suite, la députée María Inés Solís (Costa Rica), membre du Conseil de ParlAmericas, a modéré une série d’interventions par pays, où un parlementaire désigné par son parlement a présenté quelques-unes des initiatives législatives mises en place dans différents domaines pour renouveler le contrat social avec la collaboration de la société civile et de la jeunesse.

La députée María Inés Solís (Costa Rica) a ensuite lu la déclaration de la 18e Assemblée plénière de ParlAmericas. Lors de la clôture de la réunion, la directrice générale de ParlAmericas, Alisha Todd, a annoncé les résultats des élections, dont les postes ont été attribués par acclamation.

La sénatrice Blanca Ovelar (Paraguay), présidente de ParlAmericas, a parlé de la pertinence du thème principal de cette session plénière et a déclaré : « Il est nécessaire d’établir un nouveau contrat social répondant mieux aux besoins et aux demandes des citoyennes et des citoyens qui exigent de solidifier le modèle démocratique, de renforcer les mécanismes de participation aux affaires publiques, de fortifier les systèmes de protection sociale, de transformer les modèles de production et de consommation basés sur des paradigmes durables, et de faire face aux effets des changements climatiques ».

La sénatrice Marcela Sabat (Chili), représentante du parlement hôte de la 18e Assemblée plénière auprès du Conseil de ParlAmericas, a souligné : « L’ampleur des exigences citoyennes nécessitent une action effective et efficace des pouvoirs publics pour atteindre leur niveau et canaliser l’énergie qu’elles génèrent par le biais de moyens institutionnels et juridiques. C’est à ce niveau que les institutions représentant le peuple doivent, par définition, jouer un rôle central ».


7 décembre 2021

Le sénateur Carlos Filizzola a présenté à l’assemblée plénière de la Chambre des sénateurs du Paraguay les résultats d’une enquête sur la violence au travail menée avec ParlAmericas

Le 2 décembre dernier, le sénateur Carlos Filizzola Pallarés, président de la Commission pour l’équité et le genre de l’honorable Chambre des sénateurs du Paraguay, a présenté à l’assemblée plénière les résultats finaux de la Première enquête sur la violence au travail, la violence fondée sur le genre au travail et le harcèlement sexuel sur le lieu de travail de l’honorable Chambre des sénateurs du Paraguay. Ce travail de collaboration entrepris par le Sénat du Paraguay et ParlAmericas s’inscrit dans un projet de soutien technique sur la sensibilisation des parlementaires aux questions d’égalité des genres, dans le cadre d’un protocole d’accord signé par les deux organisations.

L’enquête, réalisée par le biais d’un formulaire anonyme en ligne et distribué par le Secrétariat général et la Direction générale des ressources humaines de l’honorable Chambre à toutes et tous les fonctionnaires et les sénatrices et sénateurs en novembre 2020, avait trois objectifs principaux : réaliser une première enquête sur l’existence de situations de violence et de harcèlement dont les fonctionnaires ont été victimes et/ou témoins; connaître les perceptions des fonctionnaires sur ces situations; et rendre visible ce phénomène inacceptable comme première étape pour développer les réponses institutionnelles nécessaires à son éradication.

La violence sur le lieu de travail et la violence fondée sur le genre sont des problèmes qui touchent tous les types de lieux de travail, dont les parlements, et il est prioritaire de s’y attaquer pour garantir la sécurité et l’intégrité de toutes et tous. L’enquête est une bonne pratique au niveau régional et mondial, car elle identifie ces cas de violence et facilite l’élaboration de mesures fondées sur des données désagrégées par genre.

Dans son discours lors de l’assemblée plénière, le sénateur Filizzola Pallarés a déclaré : « Nous sommes convaincus que cette importante initiative contribuera à lutter contre la violence sur le lieu de travail, en particulier à l’encontre des femmes, et fera de cette Assemblée un espace inclusif, respectueux, convivial et sûr pour toutes et pour tous ».

De plus, le mardi 30 novembre, Lisane Thirsk, directrice adjointe – Égalité de genres de ParlAmericas, a présenté le projet lors d’une réunion de la Commission sénatoriale pour l’équité et le genre, à laquelle ont également assisté le sénateur Filizzola Pallarés, le sénatrice Georgia Arrúa, le distingué secrétaire général M. Antonio Sanchez et des représentant.e.s de différentes directions administratives. Parmi les principales conclusions de l’enquête, il est souligné que 86 % des personnes déclarant avoir été victimes d’un incident de harcèlement ou de violence sont des femmes, ce qui démontre qu’il est nécessaire d’intégrer une perspective de genre dans le traitement de cette question.


23 novembre 2021

ParlAmericas participe à l’événement « L’autonomisation économique des femmes comme outil contre la discrimination et la violence de genre »

Le mardi 23 novembre, l’événement « L’autonomisation économique des femmes comme outil contre la discrimination et la violence de genre » a eu lieu, organisé par la Mission permanente de la République dominicaine auprès de l’Organisation des États américains (OEA) et la Mission d’observation permanente de l’Espagne auprès de l’OEA.

Cet événement, qui visait à souligner l’importance d’autonomiser les femmes et les filles pour éradiquer la violence de genre, a également mis de l’avant le rôle des partenariats entre les gouvernements, les parlements, la société civile, le secteur privé et la population générale pour réaliser l’Agenda 2030 et ses Objectifs de développement durable (ODD) dans une perspective d’inclusion et d’égalité des genres afin de « ne laisser personne pour compte ».

Le panel, intitulé « Politiques publiques pour promouvoir l’autonomisation des femmes » et qui s’est déroulé en format hybride, était composé de la sénatrice Verónica Noemí Camino Farjat (Mexique), présidente du Réseau parlementaire pour l’égalité des genres de ParlAmericas, la sénatrice Faride Raful (République dominicaine), la députée Carmen Calvo (Espagne), Mme Gina Watson, directrice du Bureau de l’égalité, du genre et de la diversité culturelle de l’Organisation panaméricaine de la santé, et Mme Raquel Coello, responsable de l’autonomisation économique des femmes du Bureau régional d’ONU Femmes.

Durant son intervention, Mme Raful a déclaré : « Le pays a progressé en matière de droits des femmes et d’autonomisation. Toutefois, des défis imminents demeurent. Il est donc important de concrétiser des partenariats avec des organismes internationaux afin de travailler ensemble pour atteindre les cibles des Objectifs de développement durable et ainsi améliorer les conditions de vie des femmes et des filles de nos pays, en surmontant ensemble les obstacles qui se dressent sur le chemin. »

Lors de son intervention, la sénatrice Camino a affirmé : « La pandémie a durement frappé le secteur informel, dont les femmes constituent une grande partie. Il est par conséquent essentiel que les gouvernements proposent des solutions et des outils innovants pour permettre aux micros et aux petites entreprises, dont la majorité sont gérées par des femmes, de développer leurs activités grâce à des financements et des technologies accessibles. » La présidente du Réseau parlementaire pour l’égalité des genres de ParlAmericas a également reconnu l’importance de « promouvoir des réglementations habilitant les commerçantes et les commerçants à passer du secteur informel au secteur formel, permettant ainsi d’obtenir des données désagrégées et utiles à l’élaboration et la mise en œuvre de mesures et d’initiatives législatives répondant aux besoins de secteurs spécifiques. »


23 novembre 2021

Des fonctionnaires du Sénat et de la Chambre des députés du Mexique participent à une réunion virtuelle sur l’ouverture législative en compagnie d’autres pays de la région et du monde.

Le 23 novembre 2021 s’est tenue une réunion virtuelle destinée aux fonctionnaires et conseillères et conseillers de la Chambre des députés et du Sénat du Mexique. Elle avait pour objectif de partager des expériences et apprentissages sur la mise en œuvre d’actions visant à progresser vers l’ouverture législative et, ainsi, de poursuivre la consolidation de ces efforts.

Cette réunion virtuelle a été organisée par le Réseau mondial pour un parlement ouvert (OPeN, d’après son sigle en anglais), un consortium d’organisations internationales qui lancent des initiatives et des mesures relatives au parlement ouvert dans le monde. En cette occasion, le Réseau était représenté par ParlAmericas, la Fondation Directorio Legislativo et l’Institut national démocratique (NDI) du Mexique.

La sénatrice Bertha Caraveo (Mexique), vice-présidente du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas, a introduit la réunion en soulignant que « de la durabilité à l’institutionnalisation des initiatives en faveur de l’ouverture législative, en passant par la mise en œuvre effective, les fonctionnaires sont une pièce maîtresse des processus de parlement ouvert. L’un des aspects transversaux que nous observons dans d’autres expériences de la région est non seulement le caractère multipartite de ces efforts, mais aussi l’implication des fonctionnaires de différents bureaux et services du parlement qui permettent aux engagements reliés au parlement ouvert d’émerger et d’atteindre les résultats escomptés. »

Au cours de la réunion virtuelle, des expériences et des leçons tirées sur le parlement ouvert ont été partagées, notamment des présentations concernant le Mexique, l’Espagne et le Panama. En premier lieu, M. Fredy Erazo, coordonnateur général de l’Unité sur la transparence du Sénat du Mexique et coordonnateur régional du Réseau des fonctionnaires pour un parlement ouvert de ParlAmericas, a présenté les progrès accomplis au Mexique en lien avec la transparence et la collaboration avec la société civile dans le cadre d’un accord avec l’Observatoire législatif de l’Université nationale autonome du Mexique. D’autre part, M. Miguel Ángel Gonzalo, chef de l’Unité de la coordination et de la planification de projets du Cabinet du secrétaire général du Congrès espagnol, a mis l’accent sur les outils utilisés par le parlement espagnol pour faciliter l’accès à l’information et l’engagement de la citoyenneté. Il a également insisté sur la formation continue des députées et députés, la collaboration et le travail en équipe visant à renforcer le compromis en faveur de l’innovation législative en tant qu’éléments essentiels pour la contribution des fonctionnaires à l’ouverture législative. Enfin, les présentations se sont achevées par l’intervention de Mme Marinés Tapiero, représentante du Programme Impacto Legislativo Joven (Impact législatif des jeunes) du Panama, qui a évoqué l’expérience des jeunes dans le développement d’une initiative citoyenne présentée devant l’Assemblée nationale du Panama, avec l’appui et la contribution de fonctionnaires du parlement panaméen.

Dans le cadre d’une session de questions et réponses, un riche échange a eu lieu entre les intervenant(e)s et les participant(e)s, modéré par Keila González, directrice résidente du NDI du Mexique. L’évènement s’est conclu par les réflexions finales de Noel Alonso Murray, directrice exécutive de la Fondation Directorio Legislativo.


9 novembre 2021

ParlAmericas lance sa ressource interactive cartographiant les stratégies et les plans sur l’environnement et les changements climatiques dans les Amériques et les Caraïbes pendant la COP26

En tant que présidente du Réseau parlementaire sur le changement climatique (RPCC) de ParlAmericas, l’honorable sénatrice Rosa Galvez (Canada) présente la ressource interactive de ParlAmericas intitulée Environnement et durabilité : cartographie des stratégies et des plans des Amériques et des Caraïbes pendant la COP26 dans la série de webinaires parlementaires, organisée par GLOBE International, E3G et le World Resources Institute. Cette ressource systématise et compile les stratégies et les plans les plus récents élaborés par les pays membres de la région sur une plateforme centralisée pour permettre aux parlementaires d’y accéder facilement puisqu’ils œuvrent pour garantir que la législation nationale et les initiatives parlementaires mettent en œuvre les objectifs de l’Accord de Paris, les Contributions déterminées au niveau national (CDN), les stratégies à long terme pour le climat et l’intégration des dimensions de genre et de la participation citoyenne dans la prise de décisions en matière de climat, entre autres.

Les négociations tenues à la COP26 visent à donner lieu à des engagements pour une action climatique plus ambitieuse et inclusive afin de réaliser l’Accord de Paris, adopté à la COP21. Le Groupe parlementaire, dont ParlAmericas est un membre fondateur, organise des réunions d’information et de coordination, ainsi que des webinaires pour promouvoir le renforcement des réseaux parlementaires et l’inclusion des parlementaires à la COP26 et aux réunions de la CCNUCC. En tant que représentante de ParlAmericas à la 4e session de la série de webinaires d’aujourd’hui, la sénatrice Galvez a présenté la nouvelle ressource et a souligné : « Il est impératif que les gouvernements respectent leurs objectifs et qu’ils soient tenus responsables, grâce à nos fonctions de contrôle parlementaire, concernant les engagements pris en vertu des différents accords environnementaux internationaux et multilatéraux. Cette ressource offre une plateforme qui nous aide, en tant que parlementaires, à identifier facilement si notre pays a mis en place une stratégie pour respecter ces engagements et à accroître la sensibilisation sur les efforts d’autres pays de la région. »

En tant qu’acteurs principaux de la promotion de l’agenda climatique, les parlementaires doivent éclairer la position de négociation de leur pays sur les accords internationaux. Cette ressource favorise l’alignement entre la législation nationale pour le climat et ces accords, ainsi que les autres priorités de développement nationales. Notre récente publication Les parlements et l’Accord de Paris est complémentaire car elle met de l’avant des bonnes pratiques parlementaires internationales pour l’élaboration et l’adoption d’engagements nationaux pour le climat, et propose des questions d’orientation destinées aux parlementaires.


3 novembre 2021

Des présidents de séance caribéens ont participé à une réunion de travail sur le parlement ouvert

Le 1er novembre dernier, ParlAmericas a organisé une réunion de travail des présidents de séance caribéens sur le parlement ouvert, réunissant des présidents de séance, des parlementaires et des greffiers de 11 pays des Caraïbes pour explorer les prochaines actions possibles pour mettre en œuvre l’ouverture législative dans la région, à partir des priorités et des difficultés identifiées lors d’une réunion de travail antérieure, qui a eu lieu en avril 2021.

Les participants ont souligné l’importance de poursuivre les échanges de haut niveau entre les présidents de séance des Caraïbes afin de faciliter une plus grande coopération. Ils ont insisté sur le fait que la transparence et le partage d’information concernant les règlements, la législation et les décisions adoptées par les parlements aident à approfondir cette coopération. Ils ont également discuté de la nécessité de renforcer davantage les codes éthiques, les espaces d’interaction avec les citoyens et les mécanismes de responsabilisation, tout en insistant sur le fait que ce travail soit guidé par des considérations liées au genre.

L’honorable Bridgid Annisette-George (Trinité-et-Tobago), présidente de la Chambre des représentants et vice-présidente de ParlAmericas, a souhaité la bienvenue aux participants en déclarant : « Nous devons être des leaders au sein de nos parlements et nourrir une culture d’apprentissage et d’amélioration continue pour garantir que nos parlements montrent l’exemple d’une gouvernance plus inclusive, dynamique et efficace, en particulier lorsque nous affrontons les difficultés et les opportunités complexes que nous connaissons. »

Cette réunion a été présidée par Arthur E. Holder (Barbade), président de l’Assemblée et membre du Conseil d’administration de ParlAmericas, qui a souligné : « La promotion des initiatives pour un parlement ouvert doit être considérée comme un travail visant à améliorer nos institutions et à mieux servir les citoyennes et les citoyens. Pour ce faire, nous devons être conscients des dimensions genrées de certains aspects de nos processus institutionnels afin d’élaborer délibérément des mesures rendant nos parlements plus accessibles aux femmes comme aux hommes, de façon égale. » L’honorable Marinus Bee (Suriname), président de l’Assemblée nationale et membre du Conseil d’administration de ParlAmericas, a conclu la réunion en déclarant qu’investir dans le parlement ouvert signifie investir dans des législatures plus fortes qui se préparent à affronter des difficultés croissantes, comme la reconstruction après la pandémie de COVID-19 avec des sociétés plus fortes et résilientes.


1 novembre 2021

ParlAmericas participe à la COP26, au Sommet des législateurs de GLOBE pour la COP26 et à la rencontre parlementaire de l’UIP de la COP26

Cette année marque la 26e session de la Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), également connue sous le nom de COP26, qui réunira négociateurs, représentants des gouvernements, parlementaires, membres de la société civile et du secteur privé, ainsi que des organisations observatrices officielles comme ParlAmericas à Glasgow, au Royaume-Uni (R.-U.), sous la présidence britannique et en partenariat avec l’Italie. ParlAmericas sera représenté par l’honorable Rosa Galvez (Canada), sénatrice et présidente du Réseau parlementaire sur le changement climatique de ParlAmericas (RPCC) et Raúl Bolaños-Cacho Cué (Mexique), sénateur et vice-président pour l’Amérique du Nord du RPCC, qui participera également en sa qualité de membre de la délégation nationale du Mexique. Au cours des semaines entre le 31 octobre 2021 et le 12 novembre 2021, de nombreuses sessions couvrant divers thèmes relatifs à l’atténuation des changements climatiques et à l’adaptation à ceux-ci auront lieu, en plus des négociations de la COP pour fixer des engagements en faveur d’une action climatique plus ambitieuse et inclusive afin d’atteindre les objectifs de l’Accord de Paris, adoptés lors de la COP21.

« Les parlementaires ont la responsabilité primordiale de surveiller le pouvoir exécutif afin d’assurer l’utilisation efficace et effective des dépenses, des lois, des politiques et des programmes en vue de la mise en œuvre de l’Accord de Paris et des engagements climatiques nationaux » affirme le sénateur Bolaños, alors qu’il évoque l’importance de l’incorporation des perspectives parlementaires dans les débats climatiques. « Je suis honoré de participer à la COP26 en tant que membre de la délégation nationale du Mexique. L’intégration de parlementaires à ces négociations constitue une opportunité de construire le consensus nécessaire pour mener des actions climatiques ambitieuses. »

En marge de la COP26, la sénatrice Galvez participera au Sommet des législateurs pour la COP26 organisé par GLOBE et le parlement écossais. Cette rencontre de parlementaires, ayant pour but de faciliter l’échange d’idées innovantes et de bonnes pratiques entre des législateurs du monde entier, se tiendra virtuellement et en personne les 5-6 novembre 2021 à Édimbourg, au R.-U. Dans le cadre de son engagement, la sénatrice prendra la parole au cours d’une session comprenant une allocation d’ouverture de Marcelo Carvalho de Andrade, fondateur de ProNatural et co-fondateur de Earth Capital (mondial). Dans le cadre d’un panel aux côtés du professeur Dan Etsy de l’Université de Yale, elle abordera les réalités financières de la réalisation de la décarbonisation totale nette au niveau national, l’investissement dans l’adaptation aux changements climatiques et la conciliation des pertes et des dommages lors de la reprise suite aux crises de la COVID-19 et de la dette.  Elle discutera de la nécessité de s’assurer que les entreprises et les investisseurs s’alignent et soutiennent la réalisation des engagements climatiques grâce à l’innovation législative en matière de financement climatique. La sénatrice Galvez sera également présente à la réunion parlementaire COP26 de l’Union interparlementaire pour présenter son avis d’experte sur les changements climatiques et une reprise propre, y compris les principales conclusions de son livre blanc intitulé Se propulser vers l’avant : Une relance propre et solidaire après la pandémie de la COVID-19.

Au sujet de sa participation, la sénatrice Galvez a souligné : « Je suis ravie de représenter ParlAmericas à la COP26 et aux réunions parlementaires pour discuter comment, en tant que parlementaires, nous pouvons assurer que les accords décidés au cours de ces négociations soient respectés et restent prioritaires dans l’agenda public, les budgets publics et les propositions législatives, tout en faisant en sorte que les gouvernements assument leurs responsabilités face aux avis et aux avertissements de la communauté scientifique et académique. Nous ne pouvons ignorer les mises en garde formulées par le rapport du GIEC sur les sciences physiques du climat et le rapport de synthèse sur les CDN, qui démontrent que l’action climatique actuelle est insuffisante pour respecter l’Accord de Paris et que les pays doivent redoubler leurs efforts pour réduire considérablement les émissions de gaz à effet de serre, en accélérant l’abandon progressif des combustibles fossiles. »


4 octobre 2021

ParlAmericas,l’Assemblée nationale du Belize et la Chambre des Sénateurs de Bolivie ont organisé la 13e Rencontre du Réseau parlementaire pour l’égalité des genres de ParlAmericas, intitulée Renforcer la protection sociale au-delà de la COVID-19 : ce que disent les données

Aujourd’hui, ParlAmericas a clôturé sa dernière session virtuelle de la 13e Rencontre du Réseau parlementaire pour l’égalité des genres de ParlAmericas, intitulée Renforcer la protection sociale au-delà de la COVID-19 : ce que disent les données et organisée avec l’Assemblée nationale du Belize et la Chambre des Sénateurs de Bolivie. Cette rencontre a réuni des parlementaires de 21 pays des Amériques et des Caraïbes, ainsi que du personnel parlementaire, des spécialistes et des représentants d’organisations de la société civile et de jeunes de tout l’hémisphère.

Parmi les discours principaux inaugurant les activités de la rencontre, il y a eu des entretiens sur la protection sociale entre l’honorable Valerie Woods, présidente de la Chambre des représentants du Belize et co-hôtesse de la rencontre; et Mme Isiuwa Iyahen, spécialiste des programmes dans le domaine de l’autonomisation économique et des statistiques au Bureau multi-pays de l’ONU Femmes pour les Caraïbes (disponible en anglais en format podcast). De plus, la sénatrice Yolanda Condo Ponce de Bolivie a interviewé la Dre Roxana Mauricio, spécialiste régionale de l’économie du travail à l’Organisation internationale du travail (OIT) (disponible en espagnol en format podcast).

La première session de la rencontre a eu lieu le 13 septembre et a consisté en un dialogue interparlementaire avec des spécialistes de l’ONU sur les bienfaits d’une protection sociale inclusive. Durant cette activité, des présentations ont été réalisées lors d’un panel modéré par la sénatrice Natalie Campbell-Rodriques (Jamaïque), par Dr Carlos Maldonado, spécialiste des questions sociales de la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC); Dre Zahrah Nesbitt-Ahmed, directrice de recherche sur le genre et le développement du Bureau de recherche-Innocenti du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF); et Claudia Brito Bruno, experte en genre et systèmes sociaux et institutionnels de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Le 22 septembre, un dialogue parlementaire avec des représentants de la société civile et de la jeunesse a eu lieu. Modéré par la sénatrice Verónica Noemí Camino Farjat, vice-présidente du RPEG pour l’Amérique du Nord, ce dialogue a permis d’échanger sur les besoins les plus urgents pour répondre face à la pandémie et planifier une reprise durable à partir des données nouvelles et des expériences vécues durant la pandémie.

Cette 13e rencontre s’est achevée le 4 octobre avec une session plénière, durant laquelle était prévu un panel sur les expériences parlementaires en matière de promotion d’une protection sociale inclusive, modéré par l’honorable représentante Jezmi Barraza Arraut. De plus, la déclaration finale de la rencontre y a été adoptée et des élections à tous les postes du Comité exécutif du RPEG ont eu lieu, donnant les résultats suivants :

  • Présidente – Sénatrice Verónica Noemí Camino Farjat (Mexique)
  • Vice-présidente, Amérique du Nord – l’honorable Mobina Jaffer, sénatrice (Canada)
  • Vice-présidente, Amérique centrale – membre de l’Assemblée nationale Kayra Harding (Panama)
  • Vice-présidente, Amérique du Sud – représentante Jezmi Barraza Arraut (Colombie)
  • Vice-présidente, Caraïbes – sénatrice Natalie Campbell-Rodriques (Jamaïque)

Concernant le thème de la 13e rencontre, le sénateur Andrónico Rodríguez, président de la Chambre des Sénateurs (Bolivie) et co-hôte de la rencontre, a déclaré : « Lorsqu’ils sont fondés sur des données de qualité et qu’une analyse de genre intersectionnelle est appliquée, les systèmes de protection sociale peuvent contribuer à lutter contre les causes structurelles des inégalités sociales et de genre. »

Comme l’a affirmé l’honorable Valerie Woods, présidente de la Chambre des représentants et co-hôtesse de la rencontre : « Il nous incombe à toutes et tous d’appliquer nos apprentissages à notre travail législatif afin de contribuer à renforcer nos systèmes nationaux de protection sociale selon les principes des droits de la personne, de non-discrimination et d’accès universel. Comme nous le savons, cela est d’autant plus urgent dû à la pandémie de COVID-19, ses répercussions directes sur la santé et les effets inégaux sur la population en termes socioéconomiques. »

Quant à la députée Maya Fernández Allende (Chili), présidente sortante du RPEG, elle a déclaré : « Nous avons compris qu’une collaboration large et multisectorielle est importante pour les bonnes gouvernance et promotion des services de protection sociale disponibles, et aide à éviter les obstacles pour y accéder. »


27 septembre 2021

ParlAmericas a participé à une formation en ligne sur la cocréation de plans d’action pour un parlement ouvert organisée par l’Institut national démocratique et le Sénat du Mexique

Le vendredi 24 septembre, des membres du Congrès de l’Union et des parlements régionaux du Mexique ont participé à un module de la formation en ligne «Cocréation de plans d’action pour un parlement ouvert», organisée par l’Institut national démocratique et le Sénat du Mexique à travers le Centre de formation continue (CECAFP, de son sigle espagnol) et l’Institut Belisario Domínguez (IBD). À cette occasion, ParlAmericas était représentée par M. Fredy Erazo, coordonnateur général de l’Unité de la transparence du Sénat du Mexique, et par M. Juan Carlos Chavarría, directeur du Département de la participation citoyenne de l’Assemblée législative du Costa Rica, en tant que coordonnateurs régionaux du Réseau de fonctionnaires parlementaires pour le parlement ouvert de ParlAmericas, respectivement pour l’Amérique du Nord et du Centre. Ils étaient accompagnés de Mme Natalí Casanova, gestionnaire de projets sur le parlement ouvert.

Ce module visait à explorer les processus et les coordinations nécessaires pour cocréer des plans d’action en se basant sur les étapes décrites dans les Directives pour l’élaboration de plans d’action pour un parlement ouvert, élaborées par ParlAmericas. Les présentations ont abordé, du point de vue régional, la façon dont les différents parlements ont défini les processus les plus adaptés en matière de cocréation. Elles ont également permis d’explorer plus en profondeur le cas du Costa Rica et les considérations essentielles pour entamer un processus de cocréation efficace.

Durant cette activité, M. Erazo a déclaré: «L’ouverture législative est fondamentale, non seulement parce qu’elle renforce le travail du parlement, mais aussi parce qu’elle nous permet de disposer de meilleurs outils et de parvenir à des consensus, créant ainsi des institutions démocratiques toujours plus fortes qui ne laissent personne pour compte.» M. Chavarría a quant à lui souligné: «Les processus de cocréation au Costa Rica ont non seulement permis la participation active de la société civile, mais aussi à des organisations d’intégrer la Commission institutionnelle du parlement ouvert, l’organe parlementaire du pays qui dirige les plans d’action.»

Pour obtenir plus d’information sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


24 septembre 2021

L’honorable sénatrice Rosa Galvez (Canada) a participé au webinaire « Les parlements et l’Accord de Paris »

Le 24 septembre, l’honorable sénatrice Rosa Galvez (Canada), présidente du Réseau sur le changement climatique de ParlAmericas, a participé au webinaire intitulé « Les parlements et l’Accord de Paris ». Ce webinaire a été organisé pour lancer la publication « Les parlements et l’Accord de Paris », initiative conjointe de la Fondation Westminster pour la démocratie, ParlAmericas, GLOBE International et INTER PARES International IDEA.

À ce sujet, la sénatrice Galvez a déclaré : « Cette publication aborde le rôle important des parlements dans ces espaces, ainsi que dans l’évolution de la position de négociation et des CDN des pays. En tant que représentantes et représentants, nous pouvons contribuer à garantir que ces plans et ces positions tiennent compte des obligations vis-à-vis des droits de la personne, en particulier l’impact potentiel sur les peuples autochtones, les personnes afrodescendantes et migrantes, les enfants, et les personnes ayant un handicap ou en situation de vulnérabilité, et qu’ils comprennent une analyse comparative entre les genres et appliquent une approche intersectionnelle. »

Un panel de discussion a également eu lieu durant le webinaire pour réfléchir au rôle que les parlements ont joué dans la progression internationale des engagements climatiques et identifier comment renforcer la participation parlementaire dans l’élaboration et la mise en œuvre des engagements futurs. M. Rafael Jiménez-Aybar, conseiller principal en environnement, Fondation Westminster pour la démocratie et GLOBE, a prononcé un discours de bienvenue et modéré les présentations des intervenants, qui ont mis en avant des initiatives parlementaires en cours pour répondre aux défis de l’Accord de Paris, à partir des principes de coopération multilatérale, des responsabilités communes mais différenciées, et d’engagement multipartite. Voici quelques-uns des intervenants : M. Kevin Casas-Zamora, secrétaire général, INTER PARES/International IDEA; l’honorable sénatrice Rosa Galvez (Canada); M. Franklin De Vrieze, conseiller principal en matière de gouvernance, WFD; et Mme Malini Mehra, directrice générale, GLOBE International.

En amont de la COP26 qui aura lieu cette année, ce webinaire a été une belle occasion de comprendre comment les parlements ont organisé leur travail pour contribuer aux engagements mondiaux en matière de climat et recueillir des bonnes pratiques.

Pour plus d’information sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


15 septembre 2021

Les jeunes participants du programme Impacto Legislativo Joven (« Impact législatif des jeunes » en français) ont soumis une initiative citoyenne pour un développement inclusif et sensible au genre de l’écotourisme à l’Assemblée nationale du Panama

ParlAmericas et le Forum national des femmes des partis politiques du Panama (FONAMUPP) ont développé le programme Impacto Legislativo Joven, en coordination avec la Direction nationale pour la promotion de la participation citoyenne. Ce projet s’est déroulé entre les mois de juin et août 2021 avec la participation de jeunes anciens députés de l’Assemblée de jeunes du Panama.

Le programme, qui visait à promouvoir la participation politique des jeunes Panaméennes et Panaméens, comportait deux phases. La première a consisté en une série d’ateliers et de séminaires durant lesquels un grand nombre de futurs leaders en ont appris davantage sur le leadership politique, l’intersectionnalité et l’intégration des dimensions de genre et d’inclusion dans l’analyse des politiques publiques. Durant ces rencontres, ces jeunes ont en outre pu discuter avec d’importants parlementaires du pays et de la région et écouter leurs expériences.

Lors de la deuxième phase du programme, ils ont travaillé à cocréer une initiative citoyenne axée sur le développement de l’écotourisme au Panama, en prenant pour piliers transversaux les dimensions de genre et d’inclusion.

Durant de longues sessions de travail productives, ces jeunes ont eu l’opportunité d’interagir avec des spécialistes des thèmes concernés par la proposition. Cela leur a permis d’élaborer des concepts novateurs pour leur initiative, tels que l’importance de l’éducation et de la formation en matière de conservation de la nature, l’inclusion des communautés et des organisations communautaires, et le rôle important des femmes entrepreneuses dans les régions touristiques du Panama.

Cette initiative fait partie du projet pour la promotion du leadership politique des femmes, appuyé par le Gouvernement du Canada par l’entremise d’Affaires mondiales Canada. Le programme Impacto Legislativo Joven s’est achevé avec la remise de l’initiative citoyenne à la Direction nationale pour la promotion de la participation citoyenne de l’Assemblée nationale du Panama par les jeunes participants, le mercredi 15 septembre, à l’occasion de la Journée internationale de la démocratie.


14 septembre 2021

ParlAmericas participe à une conférence sur le renforcement de la transformation numérique législative en faveur de la démocratie

Du lundi 13 au mercredi 15 septembre, Bússola Tech, organisation brésilienne promouvant l’échange d’expériences et d’initiatives appuyées par la technologie, tiendra la conférence LegisTech for Democracy. Elle proposera 30 heures de panels, de présentations et de dialogues avec des parlements du monde entier pour penser l’innovation technologique dans les parlements et les opportunités que cette dernière présente dans la conjoncture actuelle. M. Bernardo Andrés Gutiérrez Hidalgo (Équateur), coordinateur régional pour l’Amérique du Sud du Réseau de fonctionnaires parlementaires pour le parlement ouvert de ParlAmericas, représentera notre institution en exposant des réflexions sur la transformation numérique des parlements. Mme Alisha Todd, directrice générale de ParlAmericas, proposera quant à elle une présentation sur l’évolution et la modernisation de la diplomatie parlementaire. Enfin, Natalí Casanova, gestionnaire de projets sur le parlement ouvert de ParlAmericas, ouvrira un dialogue sur les expériences des pouvoirs législatifs d’Équateur et du Suriname.

Cet événement vise à approfondir les efforts entrepris par les parlements pour repenser leurs processus internes et aller plus loin dans l’innovation afin de renforcer leurs capacités techniques et leur rôle politique, en considérant la collaboration et la coopération entre les différents acteurs comme un élément fondamental. Il est également axé sur le développement de stratégies de diplomatie parlementaire et sur l’échange de bonnes pratiques pour renforcer la transparence législative et la participation du public aux processus parlementaires.

Mme Todd mettra en avant l’idée suivante : « Nous avons plus que jamais besoin de réponses globales car les « réponses uniques » n’existent pas. La diplomatie parlementaire est une méthode d’apprentissage entre pairs et pour la promotion d’accords intégrés permettant de trouver des solutions collectives à des questions difficiles comme la désinformation et son impact profond sur la qualité de nos démocraties, ou l’adaptation au changement climatique et l’atténuation de ses effets. »

M. Gutiérrez Hidalgo parlera quant à lui des dialogues qui ont eu lieu durant la 3e réunion du Réseau de fonctionnaires parlementaires pour le parlement ouvert en mars 2021, autour de l’innovation technologique. Il soulignera également la nécessité d’« investir dans la transformation numérique pour avoir des parlements plus forts qui consolident leur relation avec le public. À cet égard, les différentes difficultés, comme la désinformation, la sécurité informatique et la polarisation, entre autres, peuvent être traitées si cet investissement dans la transformation numérique a un objectif clair : améliorer les normes de transparence et de participation citoyenne ».

Pour obtenir plus d’information sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


18 août 2021

ParlAmericas tient un dialogue interparlementaire pour célébrer 60 ans de relations diplomatiques entre le Canada et les pays d’Amérique centrale

Aujourd’hui, le Secrétariat international et la Section canadienne de ParlAmericas ont rassemblé des parlementaires et des ambassadeurs du Canada et d’Amérique centrale pour revenir sur les 60 dernières années de multilatéralisme régional et identifier des opportunités de collaborer davantage. Ce dialogue a souligné l’importance de la diplomatie parlementaire en tant que mécanisme pour relever des défis communs et atteindre les objectifs prioritaires.

Suite à l’adoption de la convention de Vienne sur les relations diplomatiques en 1961, le Canada a bâti des relations diplomatiques avec le Costa Rica, le Salvador, le Guatemala, le Honduras, le Nicaragua et le Panama. Cette convention a servi de point de référence pour l’échange et le traitement adéquat des représentants entre différents États, établissant ainsi des fondements juridiques pour renforcer la coopération entre pays. De la même manière, les parlements contribuent à renforcer les relations entre pays lors d’échanges et de dialogues de haut niveau et grâce à l’adoption d’actions concrètes pour davantage de synergies dans des espaces comme ParlAmericas.

M. Marc Serré (Canada), président de la Section canadienne de ParlAmericas, a souligné : « Le Canada a travaillé en partenariat avec les pays d’Amérique centrale pour encourager la croissance économique et le développement durable, promouvoir et défendre les droits de la personne, faire progresser l’égalité des genres et l’autonomisation politique des femmes, renforcer la démocratie, soutenir l’atténuation du changement climatique, améliorer la sécurité régionale, et augmenter les opportunités pour les groupes marginalisés. »

L’honorable sénatrice Rosa Gálvez (Canada), membre du Conseil d’administration et de la Section canadienne de ParlAmericas, a modéré les présentations des délégations parlementaires, qui ont souligné les progrès réalisés grâce à la coopération parlementaire. Voici quelques-uns des intervenants : Mme Silvia Hernández (Costa Rica), présidente de l’Assemblée législative; Mme Sofía Hernández (Guatemala), vice-présidente du Congrès de la République; M. Felícito Ávila (Honduras), vice-président du Congrès national; Mme Maritza Espinales (Nicaragua), vice-présidente de l’Assemblée nationale, membre du Conseil d’administration de ParlAmericas; M. Mariano López (Panama), président de la Commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale; et l’honorable sénatrice Mobina Jaffer (Canada).

Durant son discours de bienvenue, la membre de l’Assemblée législative María Inés Solís Quirós (Costa Rica), membre du Conseil d’administration de ParlAmericas, a déclaré : « Notre leadership, nos bonnes pratiques et nos actions, qui ont été déterminants pour renforcer nos démocraties, ouvriront la voie vers une coopération encore plus importante gouvernée par la confiance et le respect mutuels. »

La réunion s’est terminée avec le discours de clôture de M. Fernando Arce (Panama), membre du Conseil d’administration de ParlAmericas et Son Excellence Sofía Cerrato, ambassadrice du Honduras et doyenne du corps diplomatique au Canada.

Pour plus d’information sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


30 juillet 2021

ParlAmericas participe à la première Rencontre internationale sur l’administration et la gestion intégrée parlementaire, et au premier Diplôme international de diplomatie parlementaire

Le vendredi 30 juillet, Anabella Zavagno, directrice générale adjointe de ParlAmericas, a participé au Diplôme international de diplomatie parlementaire, Institutions parlementaires internationales, organisé par l’École de gouvernement de l’Université australe d’Argentine. La directrice générale adjointe a présenté le travail que réalise ParlAmericas en tant qu’institution parlementaire du système interaméricain composée des législatures nationales des Amériques et des Caraïbes, et qui a pour objectif de faciliter le dialogue politique coopératif et l’échange de bonnes pratiques législatives pour renforcer davantage le fonctionnement des pouvoirs législatifs de la région. En outre, elle a présenté les thèmes de travail prioritaires de ParlAmericas, axés sur la transversalisation de l’égalité des genres et de l’autonomisation des femmes en politique; l’encouragement des parlements ouverts favorisant la transparence, la responsabilité, la participation citoyenne et l’éthique dans le travail législatif; et la promotion de politiques et de mesures législatives pour l’atténuation et l’adaptation aux effets du changement climatique, conformément aux Objectifs de développement durable.

Le même jour, Natalí Casanova, chargée sénior du Programme pour un parlement ouvert de ParlAmericas, a participé à la première Rencontre internationale sur l’administration et la gestion intégrée parlementaire organisée par l’Association pour l’administration législative de la République d’Argentine (ASALRA). Elle est intervenue lors du panel sur le contexte actuel et les défis à venir des parlements. L’objectif de cette rencontre est d’échanger des expériences et des connaissances entre fonctionnaires de parlement et autres spécialistes autour de la thématique parlementaire afin d’améliorer le fonctionnement des pouvoirs législatifs. Cette session a été modérée par Gabriel Duarte, chef du Département de recherche et de documentation parlementaire du Congrès de la République du Pérou. Durant sa présentation, Mme Casanova a mis en avant la transition vers les sessions virtuelles et mixtes qui a eu lieu dans les parlements de la région dû à la pandémie, en soulignant que les progrès en matière de parlement ouvert ont facilité cette transition. Elle était accompagnée de Karina Millán Bueno, présidente de l’Académie de l’administration publique de l’Université autonome de l’Ouest de Culiacán, au Mexique; de Patricia Rosset, présidente de l’Association des conseillers techniques législatifs de l’Assemblée législative de l’État de São Paulo, au Brésil; et de Gustavo Sánchez Piñeiro, secrétaire rapporteur du Sénat et de l’Assemblée générale de l’Uruguay.

Pour obtenir plus d’information sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


19 juillet 2021

Des parlementaires du monde entier demandent que l’autonomisation du public soit une priorité dans l’agenda de la COP26

En collaboration avec la Fondation Westminster pour la démocratie (WFD), ParlAmericas et des parlementaires du Canada, d’Indonésie, de Géorgie, du Kenya et du Pakistan ont publié une déclaration soulignant la nécessité urgente de faire de l’autonomisation du public une priorité lors de la COP26 et son rôle dans la réalisation globale de l’Accord de Paris.

Leur déclaration reprend les six éléments de l’Action pour l’autonomisation climatique (ACE), terme adopté par la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) pour désigner les mesures associées à l’Article 6 de la Convention (1992) et à l’Article 12 de l’Accord de Paris, et visant à permettre à tous les membres de la société de s’impliquer dans l’action pour le climat à travers l’éducation, la formation, la sensibilisation, la participation du public, l’accès du public à l’information, et la coopération internationale dans ces domaines. Elle suggère qu’il conviendrait de renouveler l’engagement concernant le rôle que l’ensemble de la société peut jouer dans l’action pour le climat suite aux menaces à la démocratie de certaines réponses à la COVID-19. Elle décrit également la nécessité de renforcer la gouvernance en matière de climat et d’assurer une plus grande participation et implication dans l’action pour le climat afin de lutter contre le changement climatique. Elle reconnaît en outre le rôle important des parlementaires dans ces efforts, thème exploré lors de la 5e Rencontre du Réseau parlementaire sur le changement climatique de ParlAmericas.

Les signataires de cette déclaration sont l’honorable sénatrice Rosa Galvez (Canada), présidente du Réseau parlementaire sur le changement climatique de ParlAmericas; l’honorable Munaza Hassan (Pakistan), présidente du Comité sur le changement climatique de l’Assemblée nationale; l’honorable Fadli Zon (Indonésie), président du Comité sur la coopération interparlementaire de la Chambre des représentants; l’honorable Japhet Miriti Kareke Mbiuki (Kenya), président du Comité sur l’environnement et les ressources naturelles de l’Assemblée nationale; l’honorable Maia Bitadze (Géorgie), présidente du Comité sur la protection de l’environnement et des ressources naturelles du Parlement; Alisha Todd, directrice générale de ParlAmericas; et Rafael Jimenez Aybar, conseiller en matière de démocratie environnementale à la WFD.

Pour appuyer la déclaration, la sénatrice Rosa Galvez a commenté : « La pandémie a restreint le plein exercice des activités démocratiques, qui n’ont toujours pas été entièrement rétablies. Cela limite les mesures nécessaires pour demander des comptes aux gouvernements concernant leurs promesses en matière de climat. C’est pourquoi il est si important de faire de l’autonomisation du public une priorité et, en tant que parlementaires, nous avons le rôle fondamental de faire en sorte que des cadres et des programmes adéquats soient en place pour garantir l’accès à l’information, l’éducation et la participation du public dans l’élaboration et la mise en œuvre de la législation et des politiques. »

La déclaration est à consulter ici.


19 juillet 2021

Le Réseau de fonctionnaires parlementaires se réunit pour établir des directives pour l’échange de bonnes pratiques en matière d’égalité des genres dans les parlements d’Amérique latine

Des membres du personnel parlementaire de plusieurs pays d’Amérique latine se sont rassemblés virtuellement le 19 juillet pour la première réunion du Réseau de fonctionnaires parlementaires pour l’égalité des genres.

L’objectif de ce réseau est d’accompagner le travail mené par le Réseau parlementaire pour l’égalité des genres (RPEG), au sein duquel des parlementaires de tout l’hémisphère échangent des connaissances et des bonnes pratiques sur des questions importantes comme l’autonomisation économique des femmes, l’élimination de la violence politique sexiste et les réformes électorales pour promouvoir les candidatures de femmes, entre autres.

Durant cette réunion, les participants se sont engagés à harmoniser leurs agendas et à promouvoir un travail collaboratif pour identifier les priorités communes dans la région et les traiter. Ils sont également convenus d’élaborer un plan de travail dans les prochains mois pour aborder les difficultés et les expériences positives rencontrées dans leur travail parlementaire.

Lors de son discours de bienvenue, la députée Maya Fernández Allende (Chili) a déclaré que ce réseau « est un espace idéal pour l’échange d’expériences et l’apprentissage entre pairs autour du travail et des initiatives favorisant l’égalité des genres dans les parlements de l’hémisphère ». Elle a invité les participants à promouvoir cette « communauté de membres de personnel parlementaire, œuvrant pour l’égalité des chances pour l’ensemble de nos populations ».

Pour plus d’information sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


8 juillet 2021

Communiqué de ParlAmericas sur l’assassinat du président d’Haïti

Suite à l’assassinat du président d’Haïti le 7 juillet 2021, ParlAmericas exprime sa plus profonde sympathie et solidarité avec le peuple haïtien.

En reconnaissance du principe universel de souveraineté, ParlAmericas appelle à maintenir un dialogue pacifique entre les acteurs et institutions civiques et démocratiques en ce moment des plus regrettables. La violence n’a pas sa place dans les sociétés démocratiques et doit être condamnée sous toutes ses formes.


24 juin 2021

ParlAmericas, le Parlement de la République de Trinité-et-Tobago et le Sénat du Mexique organisent la 5e rencontre du Réseau parlementaire sur le changement climatique de ParlAmericas, intitulée, « Aborder les inégalités afin de favoriser l’ambition climatique : une transition juste pour réaliser l’Accord de Paris ».

ParlAmericas célèbre la 5e rencontre de son Réseau parlementaire sur le changement climatique, intitulée « Aborder les inégalités afin de favoriser l’ambition climatique : une transition juste pour réaliser l’Accord de Paris » et organisée avec le Parlement de la République de Trinité-et-Tobago et le Sénat du Mexique. Cette rencontre réunit des parlementaires de plus 20 pays d’Amérique et des Caraïbes, des fonctionnaires parlementaires, des spécialistes en la matière et des représentantes et représentants d’organisations de la société civile et de jeunesse de tout l’hémisphère.

La première session de cette rencontre a eu lieu le 4 juin. Elle a consisté en un dialogue interparlementaire pour analyser les stratégies visant à favoriser une action climatique inclusive en intégrant des approches intersectionnelles et de genre pour promouvoir une transition juste. Cette session a été modérée par l’honorable sénatrice Rosa Galvez (Canada), vice-présidente pour l’Amérique du Nord du Réseau parlementaire sur le changement climatique (RPCC) de ParlAmericas. Y ont participé en qualité de spécialistes Enrico Botta, coordinateur de la division de la Croissance verte et des Relations internationales de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE); Claudia de Windt, membre fondatrice et directrice exécutive de l’Institut interaméricain pour la justice et la durabilité; Samantha Smith, directrice du Centre de la transition juste de la Confédération syndicale internationale; et Eduardo Uribe-Botero, directeur du groupe Energía Bogotá.

Ensuite, le 15 juin, un dialogue a eu lieu avec des parlementaires et des représentantes et représentants d’organisations de la société civile et de jeunes en collaboration avec les bureaux régionaux de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) et du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF). Les participantes et participants ont échangé leurs points de vue sur l’action climatique inclusive intégrant des approches intersectionnelles et des processus de consultation sociale. Ils ont également parlé de l’importance de l’Action pour l’autonomisation climatique en tant qu’outil renforçant l’engagement citoyen dans l’action climatique. Cette session a été modérée par la députée Paola Vega (Costa Rica), vice-présidente pour l’Amérique centrale du RPCC, et a donné lieu à un échange interactif avec des parties prenantes pour éclairer le travail des parlementaires dans ces domaines.

La 5e rencontre s’achèvera le 25 juin, avec la session plénière. Cette dernière inclura une conférence magistrale de l’ambassadeur Luis Alfonso de Alba (Mexique), envoyé spécial du secrétaire général des Nations Unies pour le Sommet sur le changement climatique de 2019, ainsi qu’un panel sur les expériences parlementaires en termes de promotion d’une action climatique inclusive pour mettre en œuvre l’Accord de Paris. En outre, les élections aux postes vacants du Réseau parlementaire sur le changement climatique de ParlAmericas auront lieu.

Concernant le thème de la 5e rencontre, l’honorable Bridgid Annisette-George (Trinité-et-Tobago), présidente de la Chambre des représentants et vice-présidente de ParlAmericas, a déclaré : « En tant que dirigeants politiques, nous avons le devoir de mettre en œuvre un agenda climatique ambitieux, inclusif et démocratique respectant le principe de l’Agenda 2030 de ne laisser personne pour compte. Cela doit être un engagement moral et éthique envers nos enfants et l’héritage que nous léguerons aux futures générations. »

Le sénateur Eduardo Ramírez (Mexique), président du Sénat, a quant à lui affirmé : « La lutte urgente contre les effets du changement climatique exige que nous, parlementaires, intégrions des approches intersectionnelles et de genre dans notre travail pour refléter l’univers complexe des inégalités subies par les populations les plus vulnérables, et pour que les plans climatiques et les processus de transition juste vers des économies résilientes et faibles en émissions répondent à leurs besoins et n’exacerbent par les inégalités existantes. »

Pour obtenir plus d’information sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


3 juin 2021

ParlAmericas a participé à l’échange international de parlementaires du House Democratic Partnership

Les 2 et 3 juin 2021, ParlAmericas a participé à l’échange international de parlementaires du House Democratic Partnership (HDP), organisé par l’Institut national démocratique (NDI). Cet événement a rassemblé des parlementaires de Colombie, du Guatemala, d’Indonésie, d’Irak, du Liban, du Liberia, du Pérou, de Gambie, de Tunisie et des États-Unis, pour parler de l’importance de l’ouverture et de la transparence dans les institutions législatives pour créer des processus inclusifs qui garantissent que les fonctionnaires publics et de gouvernement rendent des comptes concernant les priorités des citoyennes et citoyens.

Dans le cadre de cet échange, le député Javier Macaya (Chili), président du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas (RPO), a participé en tant qu’intervenant à la session Des méthodes améliorées pour contrer la corruption grâce à l’ouverture. Il y a parlé de l’importance des efforts d’ouverture législative pour établir des normes éthiques élevées dans les institutions publiques et ainsi renforcer la confiance du peuple. Il a souligné : « Pour promouvoir l’intégrité et combattre la corruption, nous devons motiver ce comportement à travers des politiques publiques tenant compte de l’architecture du choix et du sens de la responsabilité de l’individu, ainsi que du contrôle social, impliquant que nous rejetions la corruption en tant que société. Grâce à la cocréation des engagements pour un parlement ouvert effectuée par des parlementaires, du personnel parlementaire et la société civile, des initiatives importantes et innovantes ont été développées au Congrès du Chili. Elles ont été essentielles pour renforcer nos mécanismes de contrôle. Un exemple en est la création du Bureau du budget du Congrès national, qui apporte un appui technique fondamental pour l’examen financier. »

En outre, Emilie Lemieux, directrice adjointe du Parlement ouvert et du Développement durable de ParlAmericas, a participé en tant qu’intervenante à la session L’ouverture législative dans le contexte actuel de la pandémie. Elle y a abordé les réflexions principales des parlements de l’hémisphère concernant leur transition vers les séances virtuelles ou hybrides, le grand rôle des plateformes numériques de transparence et de participation publique durant la pandémie, et les efforts continus pour élaborer des engagements et des plans d’action pour un parlement ouvert et les mettre en œuvre dans ce contexte. Elle a conclu en attirant l’attention sur les défis posés par la désinformation dans cette situation et sur l’importance de la collaboration parlementaire internationale pour développer des solutions.

Pour plus d’information sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


17 mai 2021

Des présidentes de parlements des Caraïbes échangent des bonnes pratiques pour l’égalité des genres dans la région

Le 17 mai, ParlAmericas a organisé une rencontre de présidentes de parlements des Caraïbes. Plus de la moitié des pays des Caraïbes anglophones ont actuellement une femme à la tête d’au moins une des chambres de leur parlement. L’objectif principal de cette réunion était de faciliter un dialogue sur les questions d’égalité des genres dans les stratégies et les agendas législatifs nationaux pour avancer ensemble sur des questions d’intérêt commun. Ces présidentes ont également exploré la façon de renforcer davantage les liens de soutien au sein de la communauté des dirigeants parlementaires.

L’honorable Bridgid Annisette-George (Trinité-et-Tobago), présidente de la Chambre des représentants et vice-présidente de ParlAmericas, a présidé la réunion et déclaré : « Nous devons reconnaître et célébrer les contributions positives que les progrès de la représentation politique des femmes ont apportées à nos démocraties dans les pays de la CARICOM. Les femmes ont un impact positif sur la prise de décision et les agendas législatifs, comme en témoignent les présidentes réunies virtuellement aujourd’hui. Nous savons que l’égalité des genres et les droits des femmes requièrent non seulement toute notre attention en tant que législatrices et la participation active de nos collègues masculins ; mais aussi notre solidarité et notre organisation au-delà des frontières. Ce n’est qu’avec cet appui plus large que nous pourrons espérer consolider nos efforts et susciter un plus grand élan en ces temps difficiles. »

L’honorable Alincia Williams-Grant (Antigua-et-Barbuda), présidente du Sénat et membre du Conseil d’administration de ParlAmericas, a ajouté : « L’année dernière n’a pas été facile. Nous avons affronté et surmonté des obstacles dans notre façon de travailler et de communiquer avec nos communautés. Néanmoins, l’importance capitale d’exercer nos fonctions de façon inclusive et en ciblant les droits des femmes et l’égalité des genres est plus évidente que jamais. La pandémie a exacerbé et rendu visible des inégalités existantes, et nous devons faire tout notre possible pour éradiquer ces problèmes dans l’intérêt de l’ensemble de nos populations. »

Pour plus d’information sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


17 mai 2021

Des représentants de parlements et d’organisations de la société civile d’Amérique latine participent à une réunion de cocréation pour réviser et mettre à jour la Feuille de route pour l’ouverture législative

Aujourd’hui, lundi 17 mai, des parlementaires et fonctionnaires des législatures d’Amérique latine, ainsi que des organisations de la société civile faisant partie du Réseau latino-américain pour la transparence législative, ont participé à une réunion de cocréation dans le but de réviser et de mettre à jour la Feuille de route pour l’ouverture législative de ParlAmericas, un cadre de référence et de soutien aux initiatives, aux engagements et aux plans d’action pour un parlement ouvert dans l’hémisphère.

Cette activité a permis d’aborder des thèmes relatifs au concept de parlement ouvert, aux piliers de l’ouverture législative (transparence et accès à l’information, responsabilité, participation citoyenne, et éthique et probité), ainsi que de partager des réflexions sur les façons les plus efficaces d’appliquer la Feuille de route dans les pays de la région. Parmi les contributions partagées figurent l’importance de disposer de cadres réglementaires pour la protection des données personnelles et la lutte contre la désinformation, la garantie de la responsabilité avec des données désagrégées sur le budget national et des mesures pour renforcer le contrôle politique et le suivi des progrès des Objectifs de développement durable, la promotion d’une participation inclusive ne prenant pas compte uniquement des organisations de la société civile mais aussi des secteurs universitaire et privé et du public en général, et des actions pour renforcer une culture d’éthique et de probité, tel que des systèmes d’intégrité, des sanctions en cas de harcèlement moral et sexuel, ainsi que les conflits d’intérêts et la dissidence parlementaire.

Des discours de bienvenue ont été prononcés par le député Javier Macaya (Chili) et la sénatrice Bertha Caraveo (Mexique), respectivement président et vice-présente du Réseau pour un parlement ouvert (RPO) de ParlAmericas. Le député Macaya a déclaré : « Il est très important de mettre à jour et de maintenir la validité de la Feuille de route, et encore plus de le faire dans l’esprit des processus du parlement ouvert, à savoir des espaces de cocréation où la société civile et les parlementaires dialoguent et, dans un effort conjoint, définissent l’orientation des futurs engagements et plans d’action dans nos pays. » Cette session a été modérée par la députée Ana Lucía Delgado (Costa Rica), première vice-présidente du RPO pour l’Amérique centrale, qui a fait part de l’expérience costaricienne avec la Commission institutionnelle sur le parlement ouvert comme stratégie visant à garantir la durabilité de cet agenda. Enfin, la réunion a été clôturée par la députée Corina Cano (Panama), seconde vice-présidente du RPO pour l’Amérique centrale, qui a souligné l’importance de créer davantage de synergies et de renforcer les liens entre les parlements et le public.

Le processus de révision et de mise à jour de la Feuille de route comportera une systématisation de tout ce qui a été dit aujourd’hui pour ensuite recevoir des commentaires et des contributions finales, lesquels seront intégrés dans la nouvelle version de ce document. Elle sera lancée dans les prochains mois, après son approbation par le Comité exécutif du RPO.

Pour plus d’information sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


14 mai 2021

ParlAmericas participe à un webinaire sur la transformation numérique du processus législatif

Le jeudi 6 mai, Bússola Tech, organisation brésilienne promouvant l’échange d’expériences et d’initiatives appuyées par la technologie, a organisé le webinaire « La transformation numérique du processus législatif » sur la question de la modernisation et l’innovation technologique des parlements. Mme Alisha Todd, directrice générale de ParlAmericas, y a participé au côté de M. Gustavo Sabóia Vieira (Brésil), secrétaire général du Conseil d’administration du Sénat; de M. Juan Manuel Cheppi (Argentine), secrétaire général de la Chambre des députés; et de Nicolás Robinson Andrade, directeur des relations gouvernementales chez Zoom Video Communications. Ce panel était modéré par M. Luís Kimaid, directeur exécutif de Bússola Tech.

Ce panel a permis de discuter des efforts entrepris par les parlements pour adapter leurs processus et favoriser le travail à distance, pour modifier des dispositions légales si nécessaire, et pour adopter les nouvelles TIC afin d’appuyer les processus parlementaires durant la pandémie de COVID-19. Les intervenants ont également abordé le développement de stratégies de transition vers le numérique pour renforcer l’efficacité du travail parlementaire, ainsi que la transparence et les processus participatifs. Ils ont aussi évoqué l’utilité continue de ces efforts à l’avenir, bien qu’ils aient été déployés comme des solutions temporaires à la crise actuelle.

Suite aux discussions qui ont eu lieu à la 3e Réunion du Réseau de fonctionnaires parlementaires pour le parlement ouvert axée sur l’innovation technologique, en mars 2021, Mme Todd a souligné : « La modernisation va au-delà de la seule transformation numérique car les efforts de modernisation visent à améliorer la façon dont les parlements œuvrent pour mieux servir le peuple. Toutefois, cette transformation joue un rôle important dans la modernisation car, de nos jours, un grand nombre de nos interactions se font dans la sphère numérique. Les parlements peuvent par conséquent utiliser ces outils pour améliorer l’efficacité de leur travail et rendre ce dernier plus accessible aux citoyennes et aux citoyens. »

Pour plus d’information sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez
@ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


13 mai 2021

L’atelier virtuel « Le Rôle des parlements pour réaliser les Objectifs de développement durable et l’Agenda 2030 » a eu lieu au Panama avec le soutien de ParlAmericas.

Les 5 et 6 mai, l’Assemblée du Panama, la Fondation nationale pour la démocratie (NED), l’Institut républicain international (IRI) et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) ont organisé, en collaboration avec ParlAmericas, un atelier virtuel intitulé « Le Rôle des parlements pour réaliser les Objectifs de développement durable et l’Agenda 2030 ».

Des parlementaires et des fonctionnaires de l’Assemblée y ont participé. Cet atelier avait pour but de transférer des connaissances sur les Objectifs de développement durable (ODD), l’Agenda 2030 et des actions que les parlements peuvent impulser pour promouvoir leur mise en œuvre. En outre, Emilie Lemieux, directrice adjointe du parlement ouvert et du développement durable de ParlAmericas et Maria Boada, chargée du programme sur le changement climatique de la même institution, ont présenté le rôle des parlements dans la mise en œuvre des ODD, ainsi que des bonnes pratiques de parlements de l’hémisphère.

Le député Fernando Arce (Paraguay) a participé à l’inauguration de l’atelier en tant que représentant de ParlAmericas et a déclaré : « En tant que parlementaires, nous avons la responsabilité de contribuer à la mise en œuvre des ODD à travers nos fonctions de législation, de contrôle, d’allocation budgétaire et de représentation. Le travail parlementaire est essentiel pour réaliser l’Agenda 2030 et les Objectifs de développement durable et pour satisfaire les demandes du peuple et garantir des sociétés plus justes et inclusives où personne n’est laissé pour compte. »

Cette activité fait partie d’un programme plus large mené par le Bureau parlementaire du suivi et de la mise en œuvre des ODD de l’Assemblée nationale du Panama pour soutenir l’échange de connaissances et le développement de nouveaux outils afin de stimuler un travail parlementaire permettant de réaliser l’Agenda 2030. Une autre réunion parlementaire a été organisée en collaboration avec ParlAmericas le 19 janvier 2021. Elle a permis aux parlementaires du Panama de discuter et d’approfondir leurs connaissances sur les mécanismes visant à mieux intégrer les objectifs de l’Agenda 2030 dans les activités parlementaires. Ensuite, le 24 février, une réunion technique destinée aux fonctionnaires de l’Assemblée nationale du Panama a été organisée par ParlAmericas pour aborder des bonnes pratiques adoptées par d’autres parlements afin d’échanger des apprentissages et des idées et de poser des bases pour avancer dans la réalisation des ODD. Enfin, le 20 avril, l’Unité des relations internationales de l’Assemblée nationale du Panama a organisé une réunion pour les parlementaires et fonctionnaires de l’Assemblée en collaboration avec ParlAmericas pour présenter un nouvel outil élaboré pour localiser les (ODD) dans les commissions législatives.

Pour obtenir plus d’information sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


12 mai 2021

ParlAmericas participe à la conférence virtuelle mondiale « Catalyser l’action parlementaire pour lutter contre le changement climatique »

Le Réseau parlementaire sur le changement climatique de ParlAmericas a participé à la conférence virtuelle mondiale intitulée « Catalyser l’action parlementaire pour lutter contre le changement climatique », organisée par Inter Pares, projet mondial de l’UE pour renforcer les capacités des parlements. Cet événement a eu lieu les 11 et 12 mai 2021.

Cette conférence visait à échanger des bonnes pratiques et des apprentissages européens et internationaux autour de l’action parlementaire en matière de changement climatique avec des praticiennes et praticiens et d’autres parlements du monde entier. Les participantes et participants ont découvert tout un éventail d’innovations parlementaires sur le changement climatique soulignant les principaux domaines de responsabilité parlementaire, notamment la législation, le contrôle de l’action gouvernementale, la représentation et le budget national.

La députée Paola Vega (Costa Rica), vice-présidente du Réseau parlementaire sur le changement climatique de ParlAmericas pour l’Amérique centrale, a participé à la session sur l’action parlementaire au niveau régional et mondial, modérée par Emilie Lemieux, directrice adjointe du Parlement ouvert et du Développement durable de ParlAmericas. Cette session a également rassemblé Malini Mehra, PDG de l’Organisation mondiale des législateurs pour un environnement équilibré (GLOBE, de son sigle anglais), et Michael Scoullos, secrétaire général du Cercle des parlementaires méditerranéens sur le développement durable, pour discuter des façons dont ces réseaux favorisent une plus grande action parlementaire sur les questions environnementales.

Concernant les défis actuels des parlementaires de la région, Mme Vega a observé : « Le changement climatique ne fera pas de pause pendant la pandémie ; au contraire, ses effets peuvent désormais être doublement catastrophiques. En Amérique latine, nous avons constaté la montée d’un discours introduisant une fausse opposition entre le développement économique et l’environnement. Ce discours doit être remis en cause. C’est pourquoi il est important qu’à travers ces espaces et ces réseaux d’échange de connaissances et d’expériences, nous œuvrions pour sensibiliser et pour fournir des informations afin d’établir les priorités et favoriser un dialogue éclairé fondé sur les faits. »

Pour plus d’information sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


12 mai 2021

ParlAmericas participe au panel « Unification des données sur les risques climatiques au niveau national » qui se tiendra lors de la Semaine du climat d’Amérique latine 2021

Le 13 mai, l’honorable Bridgid Annisette-George (Trinité-et-Tobago), présidente de la Chambre des représentants et vice-présidente de ParlAmericas, et la députée Paola Vega (Costa Rica), vice-présidente pour l’Amérique centrale du Réseau sur le changement climatique de ParlAmericas, représenteront notre organisation lors du panel Unification des données sur les risques climatiques au niveau national qui se déroulera dans le cadre de la Semaine du climat d’Amérique latine 2021.

Organisé par le Bureau des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophe, l’Université des Nations Unies et l’Initiative d’assurance climatique de Munich, cet événement permettra d’explorer la valeur et les défis de l’unification des données sur les risques climatiques, l’élaboration de profils de risques climatiques, et les expériences et apprentissages des pays et villes d’Amérique latine et des Caraïbes, entre autres sujets liés aux données sur les risques climatiques.

Concernant l’importance de ces données dans le contexte des petits États insulaires, l’honorable Bridgid Annisette-George (Trinité-et-Tobago) a déclaré : « Face à l’urgence climatique, les petits États insulaires en développement doivent continuer de lutter contre de nombreuses crises simultanément. Par conséquent, nous devons absolument disposer de données pour mieux comprendre l’ampleur des risques et nous permettre de mieux nous préparer aux menaces futures et de nous adapter aux effets de notre climat changeant. En tant que parlementaires, nous pouvons soutenir cet effort en encourageant l’utilisation et la collecte de données sur les risques de catastrophe. »

De son côté, la députée Paola Vega (Costa Rica) a affirmé que « la collecte de données désagrégées par genre est fondamentale pour garantir que la législation ne soit pas neutre en termes de genre et, au contraire, qu’elle reconnaisse les impacts différenciés que les effets du changement climatique ont sur les filles et les femmes ».

Cette discussion contribuera au rôle catalyseur du Mécanisme international de Varsovie (MIV) et du groupe d’expertes et d’experts techniques sur la gestion globale des risques (TEG-CRM) dans la promotion de la gestion globale du risque pour éviter, minimiser ou répondre aux impacts résiduels/inévitables du changement climatique.

Pour plus d’information sur notre travail, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


7 mai 2021

ParlAmericas, le Réseau pour la transparence et l’accès à l’information (RTA), le programme EurosociAL+ de l’Union européenne, et l’Organisation des États américains (OEA) organisent le webinaire La Loi-type interaméricaine 2.0 sur l’accès à l’information publique pour les parlements d’Amérique et des Caraïbes

Dans ce contexte de pandémie, la transparence et l’accès à l’information sont essentiels pour créer des ponts entre le gouvernement et les citoyens afin de relever ces défis avec davantage de responsabilité et de participation citoyenne. Ces questions sont particulièrement pertinentes dans la sphère parlementaire en raison de sa proximité avec les problèmes et les besoins du peuple, qui demande également à jouer un plus grand rôle dans la prise de décision et dans la construction de son propre avenir.

C’est pourquoi, suite à l’approbation de la Loi-type interaméricaine 2.0 sur l’accès à l’information publique par l’Assemblée annuelle de l’OEA en octobre 2020, il est important de faire part de sa nature et de sa portée aux parlementaires et aux fonctionnaires des parlements des Amériques et des Caraïbes, aux spécialistes internationaux et aux organismes chargés de la transparence, ainsi que de créer de nouveaux espaces de coopération.

Pour contribuer à cet effort, les parlements d’Amérique et des Caraïbes, ParlAmericas, le Réseau pour la transparence et l’accès à l’information (RTA), le programme EurosociAL+ de l’Union européenne, et l’Organisation des États américains (OEA) organiseront le webinaire « La Loi-type interaméricaine 2.0 sur l’accès à l’information publique pour les parlements des Amériques et des Caraïbes ».

Cet événement comprendra une présentation de la Loi-type interaméricaine 2.0 sur l’accès à l’information publique, qui vise à servir de référence dans l’hémisphère pour renforcer davantage les normes de transparence et d’accès à l’information pour le bénéfice des citoyennes et citoyens dans la région. Le panel « Réflexions sur les expériences nationales » sera modéré par l’experte María José Méndez, consultante d’EUROsociAL+. Y participeront Caroline Maynard (Canada), Commissaire à l’information; Gloria de la Fuente (Chili), présidente du Conseil pour la transparence; et le sénateur Ranard Eric Henfield (Bahamas), vice-président pour les Caraïbes du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas. Il promouvra l’échange de bonnes pratiques législatives pour la transparence et l’accès à l’information, des aspects figurant dans la Boîte à outils sur la transparence législative élaborée par ParlAmericas, EUROsociAL+ et le RTA.

Concernant cette boîte à outils, Felice Zaccheo, Chef d’unité pour le Mexique, l’Amérique centrale, les Caraïbes et les opérations régionales, Direction générale des partenariats internationaux de la Commission européenne, a signalé qu’elle contient de nombreuses contributions de législatures européennes, comme le Parlement européen, de l’Estonie, du Royaume-Uni, de la Géorgie, de l’Italie, de l’Espagne, de la France et de la Norvège, ainsi que « des contributions utiles de législatures d’Amérique latine et d’autres régions du monde, ce qui en fait un véritable effort international pour la gestion de la connaissance et l’échange de meilleures pratiques ».

La sénatrice Bertha Alicia Caraveo Camarena (Mexique), vice-présidente pour l’Amérique du Nord du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas, a souligné : « Pour ParlAmericas, la transparence et l’accès à l’information sont des piliers du parlement ouvert. C’est pourquoi ces sujets sont au cœur de notre agenda institutionnel. Il est fondamental de proposer ce type de dialogue informé aux parlementaires d’Amérique et des Caraïbes, où ils peuvent se familiariser avec la loi-type et renforcer la collaboration avec les organes garants des questions d’accès à l’information. »

Gabriel Delpiazzo Antón, président du RTA, a déclaré qu’« avec des parlements plus transparents, on observe une plus grande participation citoyenne, la confiance est restaurée et la société est plus démocratique ».

La membre du parlement Ana Lucia Delgado (Costa Rica), vice-présidente pour l’Amérique centrale du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas, a expliqué : « Adopter ou mettre à jour des lois sur l’accès à l’information publique est une tâche que nous ne pouvons pas remettre à plus tard car elle répond à nos engagements pour la transparence et l’ouverture. Disposer de connaissances de première main sur les propositions et les normes élaborées par l’OEA est une excellente occasion pour nous, parlementaires des Amériques et des Caraïbes, de développer nos compétences en la matière. »

Le programme du webinaire est disponible via ce lien.

Pour plus d’informations sur notre travail, rendez-vous sur nos sites web et réseaux sociaux respectifs : ParlAmericas (site web et Twitter); RTA (site web et Twitter) et EUROsociAL+ (site web et Twitter).


28 avril 2021

L’ancienne présidente de ParlAmericas participe à la réunion de révision régionale de la mise en œuvre du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières en Amérique latine et dans les Caraïbes

Le 27 avril 2021, la membre de l’Assemblée Elizabeth Cabezas (Équateur), ancienne présidente de ParlAmericas, a participé comme intervenante à la réunion de révision régionale de la mise en œuvre du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières en Amérique latine et dans les Caraïbes, organisée par la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPAL) et l’Organisation internationale des migrations (OIM). Elle a rejoint des spécialistes, des responsables gouvernementaux et des représentantes et représentants d’organisations internationales pour faire part de ses expériences lors d’un dialogue autour du thème de la lutte contre la migration irrégulière, en particulier par la gestion des frontières et la lutte contre la criminalité transnationale.

Des thèmes fondamentaux ont été abordés, comme la hausse, suite à la pandémie de COVID-19, des niveaux de vulnérabilité de certains groupes de population de migrants sujets à la discrimination basée sur le genre, les origines, l’orientation sexuelle ou la nationalité, entre autres. De plus, les panélistes ont discuté de l’importance de la coopération consulaire et internationale pour améliorer l’accès des migrantes et migrants aux services de protection et à la justice afin de réduire les taux de victimes de la traite humaine. Enfin, ils ont également abordé la nécessité de renforcer les mécanismes visant à garantir le retour et la réadmission dignes et sûrs des migrantes et migrants, en respectant le principe de non-refoulement et l’interdiction de l’expulsion collective en vertu du droit international des droits de la personne.

Ce dialogue et les interventions des invités ont permis d’identifier des recommandations pour les pays de la région où il convient d’aider davantage les personnes en situation de grande vulnérabilité face à la traite humaine dû à la hausse de la pauvreté et du chômage entraînée par la pandémie de COVID-19. Ils ont ainsi souligné l’importance de la coopération nationale entre les différents niveaux de gouvernance et la société civile, ainsi qu’au niveau international pour identifier les réseaux de criminalité transnationale et garantir l’accès des victimes à la justice et aux services de protection.

Durant son intervention, la membre de l’Assemblée Cabezas a mis en avant le rôle des parlements et leur fonction de représentation dans la discussion permanente entre les spécialistes et les groupes de la société civile travaillant dans ce domaine, les autorités gouvernementales régionales et les migrantes et migrants, pour s’assurer de l’efficacité des stratégies de sécurité et pour leur protection. Elle a ajouté qu’un autre engagement, en tant que parlementaires consiste à intégrer une législation dynamique axée sur le financement de ressources pour prendre en charge les migrantes et migrants et leur sécurité, en fonction des besoins locaux et conformément aux objectifs des stratégies internationales pour lutter contre le crime organisé transnational.

Pour obtenir plus d’information sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


21 avril 2021

L’Assemblée nationale du Panama et Smartly Emprendedorismo social en ODS ont organisé une réunion en collaboration avec ParlAmericas pour présenter un outil d’aide à la localisation des ODD au sein des commissions législatives

Le mardi 20 avril, l’Unité des relations internationales de l’Assemblée nationale du Panama et Smartly Emprendedorismo social en ODS ont organisé, en collaboration avec ParlAmericas, une réunion destinée aux parlementaires et fonctionnaires de l’Assemblée nationale du Panama pour leur présenter un nouvel outil élaboré pour localiser les Objectifs de développement durable (ODD) au sein des commissions législatives. Cette initiative s’inscrit dans le prolongement des efforts déployés par l’Assemblée nationale du Panama pour faire progresser la mise en œuvre de l’Agenda 2030 dans le travail législatif.

À cette occasion, Álvaro Terán, coordinateur des relations parlementaires de ParlAmericas, a modéré le panel auquel ont participé Evangelina Colli, directrice de la localisation des ODD et coordinatrice du Réseau des parlementaires locaux sur les ODD, et Analía Pastran, directrice exécutive de Smartly Emprendedorismo social en ODS. Elles ont présenté en détail l’importance d’utiliser cet outil technique pour identifier et mettre en œuvre les ODD dans le travail des commissions législatives. Elles ont également souligné le rôle central des fonctionnaires de ces commissions, et la pertinence de renforcer leurs capacités pour intégrer des stratégies de mise en œuvre et de suivi des ODD dans leur travail.

Cette activité fait partie d’un programme plus large mené par le Bureau parlementaire du suivi et de la mise en œuvre des ODD de l’Assemblée nationale du Panama pour soutenir l’échange de connaissances et le développement de nouveaux outils afin de promouvoir le travail parlementaire aligné sur la réalisation de l’Agenda 2030. Auparavant, une autre réunion parlementaire a été organisée en collaboration avec ParlAmericas le 19 janvier 2021. Elle a permis aux parlementaires du Panama de discuter et d’approfondir leurs connaissances sur les mécanismes visant à mieux intégrer les objectifs de l’Agenda 2030 dans les activités parlementaires. Ensuite, le 24 février, une réunion technique destinée aux fonctionnaires de l’Assemblée nationale du Panama a été organisée par ParlAmericas pour aborder des bonnes pratiques adoptées par d’autres parlements afin d’échanger des apprentissages et des idées qui jettent les bases d’un progrès vers les ODD.

Pour obtenir plus d’information sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


16 avril 2021

Des présidentes et présidents des parlements caribéens participent à une réunion de travail sur le parlement ouvert

Le 19 avril, ParlAmericas tiendra la Réunion de travail des présidentes et présidents des parlements caribéens sur le parlement ouvert, qui rassemblera des parlementaires et des greffiers de 8 pays des Caraïbes pour identifier les principales priorités et les difficultés correspondantes pour les réformes pour l’ouverture conformément à la Feuille de route pour la transparence parlementaire, qui est en cours de mise à jour à travers un processus collaboratif. Cette rencontre aura pour objectif l’élaboration d’une stratégie pour appuyer la mise en œuvre de ces priorités d’ouverture législative par les parlements membres de ParlAmericas dans la région.

L’honorable Bridgid Annisette-George (Trinité-et-Tobago), présidente de la Chambre des représentants et vice-présidente de ParlAmericas, a déclaré : « Nos institutions sont au cœur des systèmes démocratiques, et assurer que nous soyons ouverts à nos citoyennes et citoyens est essentiel pour bâtir la confiance envers les institutions publiques et pour contribuer à des politiques et à des services publics bénéfiques pour tous les secteurs de nos populations. Cela est d’autant plus important dans les situations de crise comme la pandémie que nous traversons aujourd’hui et les catastrophes toujours plus nombreuses qui touchent nos pays, causées par des risques naturels et exigeant une action gouvernementale rapide et efficace, qui ne peut exister que lorsque le public a une certaine confiance envers ses institutions. »

« C’est pourquoi il est aussi important que nos parlements donnent la priorité aux initiatives qui renforcent l’ouverture des institutions démocratiques en mettant en œuvre des mécanismes (ou en renforçant des mécanismes déjà en place) pour garantir la transparence et l’accès à l’information publique, la responsabilité des institutions démocratiques, la participation des citoyens dans la prise de décision législative, et une culture de comportement éthique dans nos législatures nationales. Cette réunion nous permettra d’identifier des priorités communes et des réussites et préoccupations régionales, puis de contribuer à un plan de travail commun pour promouvoir les initiatives mentionnées précédemment dans tous nos parlements, » a ajouté l’honorable sénateur Ranard Eric Henfield (Les Bahamas), vice-président pour les Caraïbes du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas.

Pour plus d’information sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


9 avril 2021

ParlAmericas soutient les personnes touchées par l’éruption du volcan de la Soufrière à Saint-Vincent-et-les-Grenadines

ParlAmericas souhaite exprimer sa solidarité envers le peuple et le gouvernement de Saint-Vincent-et-les-Grenadines suite aux dégâts causés par la récente éruption du volcan de la Soufrière, en particulier les communautés voisines touchées par ce phénomène.

Au nom de ParlAmericas nous sommes profondément préoccupés par cette situation et espérons que les personnes vivant dans les zones proches du volcan trouveront refuge suite aux mesures d’évacuation adoptées par le gouvernement de Saint-Vincent-et-les-Grenadines et aux opérations d’aide régionale pour intervenir et réduire les dommages causés par cette menace naturelle. ParlAmericas réaffirme son engagement pour des mesures de gestion des risques de catastrophe et appelle à la coopération pour faire face à cette situation.


31 mars 2021

ParlAmericas et le Parlement du Canada ont organisé la 5e Rencontre du Réseau pour un parlement ouvert : Combattre la désinformation pour promouvoir un discours public responsable

ParlAmericas a célébré la 5e rencontre de son Réseau pour un parlement ouvert intitulée « Combattre la désinformation pour promouvoir un discours public responsable, » et organisée par le Parlement du Canada. Cet événement a réuni des parlementaires de 26 pays, ainsi que du personnel parlementaire, des spécialistes en la matière, et des représentants d’organisations de la société civile et de la jeunesse de tout l’hémisphère pour une session de travail en anglais-français le 15 mars, et en espagnol-portugais le 19 mars, ainsi qu’une session plénière de clôture le 26 mars.

Dans son discours d’ouverture, l’honorable Anthony Rota (Canada), président de la Chambre des communes, a déclaré : « Le thème de la 5e rencontre du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas ne pourrait pas être plus opportun et pertinent. Tout au long de la pandémie de COVID-19, le public s’est appuyé sur des ressources en ligne pour s’informer sur le virus et la pandémie […]. La désinformation lors d’une pandémie mondiale peut mettre en danger la santé et la sécurité publiques, en particulier si les gens croient à de faux traitements ou mesures de prévention, ou si leur confiance envers les services de santé et les institutions publiques est ébranlée. »

En outre, l’honorable Pierrette Ringuette (Canada), présidente pro tempore du Sénat, a souligné que « les campagnes de désinformation durant une élection peuvent avoir tout une série d’effets néfastes. Par exemple, la désinformation diffusée par ces campagnes concertées peut occulter les informations légitimes pour les électeurs, polariser le discours social et miner la confiance envers le processus électoral ».

Pour sa part, la sénatrice Blanca Ovelar (Paraguay), présidente de ParlAmericas, a ajouté que « nous avons décidé de consacrer cette 5e rencontre du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas à l’analyse du phénomène de la désinformation et de ses différents effets, reconnaissant que la nature mondialisée et multidimensionnelle de ce problème nécessite une approche coordonnée et collaborative ».

À travers ces sessions, les participants ont pris part à des dialogues autour des effets néfastes de la désinformation et de la propagande informatique, notamment la prolifération des discours haineux, l’ingérence indue dans les processus électoraux, la limitation de la participation politique, la délégitimation des mesures et des campagnes gouvernementales, et la dégradation du dialogue démocratique, qui menace la paix et la sécurité. Ces dialogues ont été appuyés par des spécialistes comme le professeur Taylor Owen, titulaire de la chaire Beaverbrook en éthique des médias et des communications de l’École de politiques publiques Max Bell de l’Université McGill; le professeur Marco Aurelio Ruediger, directeur d’analyse des politiques publiques à la Fundación Getúlio Vargas; Nazima Raghubir, première vice-présidente de l’Association des travailleurs des médias des Caraïbes; Laura Zommer, directrice exécutive de Chequeado; Pedro Vaca Villarreal, rapporteur spécial pour la liberté d’expression de la Commission interaméricaine des droits de l’homme; Sandra Pepera, Daniel Arnaudo et Victoria Welborn de l’Institut national démocratique; Micaela Mantegna, professeure à l’Université de San Andrés et chargée de recherche au Centre Berkman Klein de l’Université Harvard; Amalia Toledo, consultante en genre et en technologie; et la professeure Elena Gil González de l’école de droit Instituto de Empresa.

La réunion a également compris un panel de haut niveau modéré par l’honorable sénateur Ranard Henfield (Les Bahamas), avec Catalina Botero Marino, membre du Conseil de surveillance de Facebook; Lucina Di Meco, experte en égalité des genres et cofondatrice de #ShePersisted Global; et le député Nathaniel Erskine-Smith (Canada), membre du Grand Comité international sur la désinformation. Les panelistes ont facilité une discussion proactive sur les effets les plus pernicieux de la désinformation, comme la violence basée sur le genre, et a présenté des initiatives novatrices pour aborder ce problème, tel que le Conseil de surveillance de Facebook et le Grand Comité international sur la désinformation.

La rencontre s’est terminée avec les rapports des délégations parlementaires sur les progrès accomplis dans la mise en œuvre des engagements présentés lors de la précédente rencontre et publiés sur l’outil sur les engagements parlementaires de ParlAmericas. Les délégations ont également présenté les nouveaux engagements qu’elles ont l’intention de mettre en place cette année. Une déclaration finale soulignant les engagements parlementaires pour lutter contre la désinformation dans l’hémisphère a été adoptée, et les résultats des élections du Comité exécutif du RPO ont été annoncés.

Pour conclure, le député Javier Macaya (Chili), nouveau président du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas, a déclaré : « Je suis certain que nous quittons cette réunion avec une meilleure compréhension de ce phénomène contemporain complexe, avec un engagement renouvelé envers les principes démocratiques de transparence, de liberté et d’inclusion, et avec de meilleurs outils pour soutenir nos efforts continus visant à renforcer la gouvernance et à combattre ce problème. »

Tous les documents de la réunion, y compris les présentations des intervenantes et intervenants, sont accessibles sur le site web de ParlAmericas. Un rapport final décrivant les discussions tenues lors des différentes sessions de travail sera publié au cours des prochaines semaines.

Pour plus d’information sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


31 mars 2021

ParlAmericas a organisé la 3e Réunion du Réseau de fonctionnaires parlementaires pour le parlement ouvert dans le cadre de la 5e Rencontre de son Réseau pour un parlement ouvert

ParlAmericas a célébré la 3e Réunion du Réseau de fonctionnaires parlementaires pour le parlement ouvert, présentée par le Parlement du Canada le 22 mars. Cette réunion a réuni des fonctionnaires parlementaires de 19 pays d’Amérique et des Caraïbes et des spécialistes pour échanger sur leurs expériences et des bonnes pratiques en matière d’innovation technologique.

La sénatrice Silvia Giacoppo (Argentine), membre du Conseil de ParlAmericas, a inauguré la réunion en signalant que « sur le chemin de l’ouverture législative, nous devons absolument renforcer les efforts visant à intégrer des outils technologiques novateurs pouvant améliorer notre travail législatif, ainsi que nos efforts pour mieux représenter le peuple ». Dans son discours de bienvenue, M. Blair Armitage (Canada), greffier adjoint des comités du Sénat, a ajouté que « le Réseau pour un parlement ouvert et ParlAmericas sont des espaces essentiels pour développer une compréhension mutuelle et la coopération, non seulement en Amérique et aux Caraïbes, mais aussi entre la région et d’autres pays ».

Cette réunion a permis aux fonctionnaires parlementaires de participer à un dialogue avec des pairs et des spécialistes sur une série de sujets pertinents dans des groupes de travail axés sur l’intelligence artificielle, la cybersécurité, la maximisation des ressources et les sessions parlementaires virtuelles. Il y a également eu un panel sur l’innovation technologique au sein des parlements avec le Dr Tiago Peixoto, spécialiste principal du secteur public au pôle mondial d’expertise en Gouvernance de la Banque mondiale; Mme María Paz Hermosilla, directrice du laboratoire public d’innovation (GobLab) à l’École de gouvernance de l’Université Adolfo Ibáñez, au Chili ; M. Diego Subero, consultant auprès du Programme de cybersécurité du Comité interaméricain contre le terrorisme de l’Organisation des États américains ; et M. Chris Beall, responsable des politiques de la Plateforme gouvernance au Centre pour l’innovation dans la gouvernance internationale. Ce panel a exploré des stratégies visant à promouvoir l’innovation technologique, par exemple à travers l’intelligence collective et artificielle, et à renforcer la cybersécurité tout en continuant d’appuyer l’ouverture et de combattre la désinformation.

Pour conclure la réunion, Luis Rojas (Chili), secrétaire général adjoint de la Chambre des députés, a souligné l’importance et l’utilité de ces échanges pour améliorer l’efficacité des parlements, en reconnaissant que « nos législatures ont travaillé sans relâche pour intégrer des outils technologiques au travail parlementaire, et c’est en grande partie grâce au merveilleux travail quotidien de fonctionnaires parlementaires comme vous ».

Tous les supports, y compris les présentations des intervenants, sont accessibles sur le site web de ParlAmericas.  Un rapport final décrivant les discussions tenues dans les différents groupes de travail sera publié au cours des prochaines semaines.

Pour plus d’information sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.

 


25 mars 2021

ParlAmericas fête ses 20 ans en tant qu’institution promouvant la diplomatie parlementaire au sein du système interaméricain

ParlAmericas a officiellement commencé à fêter ses 20 ans la semaine dernière, dans le cadre de la 5e Rencontre du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas. Il y a 20 ans exactement, en mars 2001, le Parlement du Canada a organisé la réunion durant laquelle le Forum interparlementaire des Amériques (FIPA, le nom de ParlAmericas jusqu’à 2011) a été officiellement créé par des parlementaires des Amériques et des Caraïbes. Il a été créé pour être un espace d’échange et de coopération interparlementaire sur des sujets d’intérêt pour l’hémisphère.

« Mes collègues et moi avons toujours pensé que [le Canada] n’était pas suffisamment actif dans les Amériques et nous étions de plus en plus impliqués dans ce que nous appelions la diplomatie parlementaire. Il nous est donc apparu naturel d’essayer activement de créer un forum en Amérique dans lequel le Canada pourrait participer et, comme ça a été le cas, servir de leader pour créer une organisation rassemblant des parlementaires. Ce forum permettrait une diplomatie parlementaire au sein de l’Amérique et des Caraïbes, renforçant ainsi nos rapports avec l’Amérique », a déclaré le premier président du FIPA, l’honorable Bill Graham, ancien parlementaire et président du Comité des Affaires étrangères de la Chambre des communes du Canada en 2001, concernant l’élan pour le rôle de leader du Canada dans la création du forum.

En commémoration de cet événement important, et en hommage à son rôle dans la création de ParlAmericas, le Parlement du Canada organise la Rencontre du RPO, qui se déroule en ligne tout au long du mois de mars. L’honorable Anthony Rota (Canada), président de la Chambre des communes, l’honorable George Furey (Canada), président du Sénat, et des membres du Comité exécutif de la Section canadienne de ParlAmericas, ont transmis des messages vidéo pour marquer le début des célébrations et inviter les parlementaires à participer à la rencontre. ParlAmericas a également présenté un historique numérique lors des sessions d’ouverture de la rencontre, détaillant les jalons importants de l’histoire de cette institution.

Tout au long de ses 20 ans d’existence, ParlAmericas a considérablement élargi son rôle dans la région, son réseau de partenariats et de collaborations, et les façons dont elle maintient sa mission initiale de faciliter l’échange interparlementaire autour des priorités de l’hémisphère. L’institution élabore des ressources personnalisées, fournit une assistance technique et coordonne des activités liées à ses trois piliers principaux : l’égalité des genres, le parlement ouvert et le changement climatique. Le travail de ParlAmericas demeure régi par et pour les parlementaires, et les membres du Conseil d’administration et du Comité exécutif de chaque programme sont élus pour représenter chaque sous-région de l’hémisphère.

La sénatrice Blanca Ovelar (Paraguay), présidente de ParlAmericas, a transmis le message suivant concernant la croissance de l’institution : « ParlAmericas est devenue l’un des principaux espaces de diplomatie parlementaire dans notre hémisphère, permettant un dialogue riche et le partage de bonnes pratiques sur des thèmes qui sont essentiels au développement durable, à la croissance égalitaire et à la bonne gouvernance dans les Amériques et les Caraïbes. Cet espace de travail dynamique donne accès à une expertise et à des ressources qui appuient tous les parlementaires et les législatures pour leur permettre d’exercer au mieux leur rôle dans la réalisation de chacun de ces objectifs. C’est un honneur de faire partie de cette organisation et je félicite toutes les personnes qui ont contribué à sa réussite dans le passé et à l’avenir. »

La célébration du 20e anniversaire de ParlAmericas se poursuivra tout au long de l’année, selon les grandes rencontres hémisphériques de l’organisation. Par exemple, une série d’entretiens vidéo avec des leaders et des partenaires ayant contribué au travail de ParlAmericas durant les deux dernières décennies sera lancée.

Pour plus d’information sur le travail de ParlAmericas, et pour suivre toutes les célébrations de notre 20e anniversaire, consultez www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


25 mars 2021

Le Groupe de travail interaméricain sur le leadership des femmes lance le Prix des bonnes pratiques en matière de leadership des femmes lors d’un événement en marge de la CSW65

Le 25 mars, dans le cadre de la 65e session de la Commission de la condition de la femme (CSW), le Groupe de travail interaméricain sur le leadership des femmes et le Secrétariat du Sommet des Amériques de l’OEA organisent, avec le soutien du Gouvernement du Canada, l’événement virtuel parallèle « Accélérer les efforts pour atteindre l’ODD 5.5 dans les Amériques » afin d’inspirer des engagements et des mesures concrètes en faveur du leadership des femmes dans la région.

Durant cette session, le Prix interaméricain des bonnes pratiques en matière de leadership des femmes sera lancé dans le but de reconnaître, de mettre en avant et d’amplifier les politiques publiques ainsi que les initiatives du secteur privé et de la société civile promouvant une plus grande représentation des femmes dans les postes de direction.

Cet événement commencera par un discours de bienvenue de l’honorable Marc Garneau, ministre des Affaires étrangères (Canada), une présentation principale de la vice-présidente Epsy Campbell (Costa Rica) et un dialogue entre des responsables de gouvernement, des représentantes et représentants du secteur privé et des organisations de la société civile, qui parleront de leur travail pour promouvoir le leadership des femmes dans différents secteurs et domaines de pouvoir et de prise de décision.

Cette discussion de haut niveau comptera également la participation de l’honorable Valerie Woods (Belize), présidente de la Chambre des représentants, de la sénatrice Martha L. Micher (Mexique) et du membre du Congrès Sonia M. Gutierrez (Guatemala).

Les parlementaires et autres panélistes présenteront les avancées de leur pays en termes de leadership politique des femmes. Ils proposeront également des réflexions sur les défis auxquels la région fait face pour réaliser l’Objectif de développement durable 5.5, lequel vise à garantir la participation entière et effective des femmes à tous les niveaux de décision, dans la vie politique, économique et publique.

ParlAmericas est un membre fondateur du Groupe de travail interaméricain sur le leadership des femmes.

Pour plus d’information sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


17 mars 2021

La présidente de ParlAmericas participe au panel de haut niveau sur la santé et l’économie durant le Forum des pays d’Amérique latine et des Caraïbes sur le développement durable

Le 17 mars 2021, la sénatrice Blanca Ovelar (Paraguay), présidente de ParlAmericas, a participé en tant qu’intervenante à la quatrième réunion du Forum des pays d’Amérique latine et des Caraïbes sur le développement durable, organisé par la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC). Elle a rejoint des spécialistes, des responsables gouvernementaux et des représentantes et représentants de la société civile pour partager des expériences lors d’une discussion en table ronde ayant pour thème « La santé et l’économie : un faux dilemme? ».

Ce panel visait à tenir une réflexion sur les réponses des pays de la région face à la pandémie de COVID-19, sur le renforcement des systèmes de santé et des programmes de protection sociale d’urgence, et sur la durabilité de ces mesures dans un contexte où l’espace budgétaire est limité et où la dette augmente dans la région, ainsi que sur les difficultés à fournir, distribuer et administrer des vaccins.

Ce dialogue a permis de souligner plusieurs aspects, dont l’importance de garantir la santé de la société en tant que fondement d’une économie forte, et le rôle essentiel que joue la coopération interrégionale dans la distribution équitable des vaccins. Les intervenantes et intervenants ont également parlé de l’urgence de lutter contre le changement climatique, la perte de biodiversité et la dégradation environnementale pour prévenir l’apparition ou la réapparition de zoonoses, et pour réduire leur prévalence et leur intensité, afin d’éviter une crise de taille grâce à une reprise économique verte et inclusive. Enfin, les participantes et participants ont parlé de la nécessité de développer la résilience et de se préparer correctement à une future pandémie en adoptant une gouvernance d’anticipation.

Durant son intervention, la sénatrice Ovelar a souligné : « Le rôle des pouvoirs législatifs dans ce contexte de crise sanitaire, économique et sociale est fondamental pour adopter des politiques publiques basées sur des faits et répondant aux besoins du peuple. En tant que parlementaires, nous avons le rôle essentiel d’exercer un contrôle politique sur les réponses gouvernementales face à la COVID-19, et d’évaluer et adopter des lois affectant des fonds nationaux pour répondre aux besoins des populations que nous représentons. Nous avons également la responsabilité de promouvoir la transparence autour des mesures nationales et internationales relatives à la COVID-19, aspect fondamental pour conserver la confiance du public envers les actions du gouvernement face à la pandémie, et pour garantir que les citoyennes et citoyens reçoivent les informations dont ils ont besoin. »

Pour plus d’information sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


8 mars 2021

À l’occasion de la Journée internationale des femmes, la membre de l’Assemblée Karina Arteaga organise l’événement « Impact de la COVID-19 sur les rôles d’une femme leader »

Le 8 mars, la membre de l’Assemblée Karina Arteaga (Équateur), vice-présidente pour l’Amérique du Sud du Réseau parlementaire pour l’égalité des genres de ParlAmericas, organise l’événement « Impact de la COVID-19 sur les rôles d’une femme leader » en collaboration avec ParlAmericas. Cet événement sera l’occasion d’aborder des thèmes comme les impacts différenciés de la COVID-19 sur les femmes, la hausse des violences intrafamiliales durant le confinement, les obstacles à l’autonomie économique des femmes en temps de crise et les défis des femmes leaders en politique pendant la pandémie.

Le discours d’ouverture sera prononcé par le membre de l’Assemblée Arteaga, et la membre du Congrès Arlette Contreras (Pérou) y sera intervenante, ainsi que l’honorable députée suppléante Ana Irene Delgado (Panama). Le panel sera modéré par Mme Nadia Ramos, directrice exécutive du Centre de leadership et d’innovation pour les femmes d’Amérique.

Cette activité est réalisée dans le cadre de la Journée mondiale des femmes afin de créer des espaces de discussion et de réflexion sur des thèmes importants pour toute la société, et d’intégrer la dimension de genre dans les politiques publiques répondant à la crise provoquée par la pandémie.

Pour obtenir plus d’information sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


25 février 2021

ParlAmericas et l’Assemblée nationale du Panama ont organisé une réunion pour les fonctionnaires sur la réalisation des Objectifs de développement durable au sein de l’Assemblée

Le mercredi 24 février, ParlAmericas et l’Unité des relations internationales de l’Assemblée nationale du Panama ont tenu une réunion destinée aux fonctionnaires et intitulée « Accélérer la mise en œuvre de l’Agenda 2030 au sein de l’Assemblée nationale du Panama ». Cette rencontre visait à aborder, d’un point de vue technique, une série de bonnes pratiques appliquées dans d’autres parlements afin de faire avancer l’Agenda 2030, dans le but d’échanger des apprentissages et des idées à la base du développement d’initiatives pour la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD) au sein de l’Assemblée nationale du Panama. Elle a permis de faire le suivi de la réunion parlementaire du 19 janvier, durant laquelle les parlementaires de l’Assemblée nationale du Panama ont discuté et approfondi leurs connaissances sur les mécanismes visant à mieux intégrer les objectifs de l’Agenda dans les activités parlementaires.

L’honorable député Fernando Arce (Panama), président de la Commission des relations étrangères et membre du Conseil de ParlAmericas, a prononcé un discours de bienvenue et exprimé son souhait que « les parlementaires et les fonctionnaires de l’Assemblée nationale du Panama travaillent ensemble pour construire et renforcer les dynamiques, les principes, les relations et les institutions permettant à toutes et tous de participer à la vie sociale, économique, culturelle et politique sur la base de l’égalité des droits, l’égalité et la dignité ».

La réunion a été modérée par M. Cristóbal Campos, de la Direction nationale de la participation citoyenne de l’Assemblée nationale du Panama. Ont également eu lieu des présentations de spécialistes en la matière, qui dirigent la mise en œuvre de l’Agenda 2030 dans leurs parlements respectifs, comme Pabel Muñoz (Équateur), membre de l’Assemblée et coordinateur du Groupe parlementaire pour l’éradication de la pauvreté et pour la réalisation des ODD de l’Assemblée nationale de l’Équateur; Mme Isabel Zúñiga Quiros, chef du Centre de recherche législative de l’Assemblée législative du Costa Rica; M. René Villasboa, directeur général de l’Observatoire législatif de la Chambre des sénateurs du Paraguay; et M. José María Hernández Vallejo, secrétaire technique du Groupe de travail pour le suivi de la mise en œuvre de l’Agenda 2030 de la Chambre des députés du Mexique.

Durant la réunion, Mme María Gabriela Graell, directrice de l’Unité des relations internationales de l’Assemblée nationale du Panama, a commenté qu’il est « fondamental de mettre en place une stratégie entre les fonctionnaires, et surtout l’échange de bonnes pratiques avec des pays de la région ».

Les présentations ont été suivies d’un espace de dialogue entre les participantes et participants. La réunion s’est terminée avec un discours de clôture de M. Quibián Panay, secrétaire général de l’Assemblée nationale du Panama, qui a souligné que « toutes ces alliances ont pour objectif de renforcer les législations en formant tous les acteurs du parlement pour créer des initiatives plus durables. Mais il est important de rappeler que rien de tout cela ne serait possible sans le travail considérable d’une armée de fonctionnaires dévoués qui rendent ces initiatives possibles. Derrière la volonté politique des parlementaires, il y a toujours une équipe de fonctionnaires qui apportent appui et conseil à partir de leurs connaissances et de leur expérience ».

Cette activité fait partie d’un programme plus large mené par le Bureau parlementaire du suivi et de la mise en œuvre des ODD de l’Assemblée nationale du Panama, qui continuera de travailler avec les acteurs parlementaires et des partenaires stratégiques pour soutenir l’échange de connaissances et le développement de nouveaux outils afin de stimuler un travail parlementaire en accord avec la réalisation de l’Agenda 2030.

Pour obtenir plus d’information sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


24 février 2021

ParlAmericas participe au lancement régional de l’initiative « Pour des villes résilientes 2030 » (« Making Cities Resilient 2030 » en anglais) dans les Amériques et les Caraïbes

Le 24 février 2021, l’honorable Bridgid Annisette-George (Trinité-et-Tobago), présidente de la Chambre des représentants et vice-présidente de ParlAmericas, a prononcé un discours de bienvenue lors du lancement régional de l’initiative « Pour des villes résilientes 2030 » (« Making Cities Resilient 2030 » en anglais) » ou MCR2030 dans les Amériques et les Caraïbes, organisée par le Bureau des Nations unies pour la réduction des risques de catastrophes (UNDRR) et l’ICLEI (Conseil international pour les initiatives écologiques locales).

Cet événement a rassemblé des représentants de l’UNDRR, des jeunes leaders, des responsables gouvernementaux locaux, des universitaires, des gouvernements nationaux et des partenaires de MCR pour discuter de l’importance d’améliorer la résilience et la durabilité des villes dans la région, et de la façon dont cette nouvelle initiative, MCR2030, pourrait y contribuer. MCR2030 est un partenariat visant à renforcer la résilience locale en améliorant la compréhension que les villes ont des risques, et en renforçant leur capacité à développer et à mettre en œuvre des stratégies locales inclusives pour gérer les risques de catastrophe, tout en promouvant une intégration verticale et horizontale entre les différents niveaux de gouvernement et les partenaires stratégiques.

Pendant son intervention, la présidente Annisette-George a souligné le rôle fondamental des parlementaires dans ce travail, et a affirmé que « comme le montre MCR2030, la gouvernance climatique est essentielle. Afin de renforcer la résilience générale de nos pays, nos communautés doivent disposer des outils et des ressources adaptés pour comprendre les risques de catastrophe et créer des plans de gestion des catastrophes holistiques. En tant que parlementaires, nous sommes les représentantes et représentants élus de notre peuple et nous avons la responsabilité de garantir que nos actions et nos décisions reflètent et répondent à leurs divers besoins. Cela implique que nous travaillions avec nos institutions gouvernementales locales, les législatures et les membres de la communauté ».

Pour plus d’information sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


11 février 2021

Les parlementaires du Salvador, du Honduras et du Guatemala ont participé à une série de sessions sur les Expériences de modernisation législative en Amérique latine, organisée par ParlAmericas et l’Institut national démocratique en Amérique centrale

Le 13 novembre 2020 et le 29 janvier 2021, ParlAmericas et l’Institut national démocratique (NDI, de son sigle anglais) ont mené deux sessions virtuelles destinées aux députées et députés de l’Assemblée législative du Salvador, du Congrès national du Honduras et du Congrès de la République du Guatemala, dans le cadre de la série Expériences de modernisation législative en Amérique latine. Ces activités visaient à apporter des connaissances pratiques aux parlementaires des pays du nord de l’Amérique centrale sur la modernisation législative, à faciliter l’échange d’expériences avec des parlementaires d’autres pays d’Amérique latine, à identifier les éléments de base nécessaires pour structurer un agenda interparlementaire pour la modernisation législative, et à promouvoir la collaboration entre les parlements de ces trois pays d’Amérique centrale.

La première réunion a eu lieu le 13 novembre 2020 et a été inaugurée par la membre de l’Assemblée Elizabeth Cabezas (Équateur), présidente de ParlAmericas, qui a souligné l’importance de la modernisation législative dans la situation actuelle : « La modernisation et le renforcement du travail parlementaire sont fondamentaux car ils permettent de faire des améliorations et de poursuivre l’exercice de nos fonctions de législation, de représentation et de contrôle politique. Dans des contextes aussi difficiles que ceux que nous connaissons actuellement dû à la pandémie de COVID-19, le rôle des parlementaires est essentiel pour une reprise économique respectant les Objectifs de développement durable de l’Agenda 2030. »

Le directeur du Programme régional pour l’Amérique centrale du NDI, M. Eduardo Núñez Vargas, qui a également souhaité la bienvenue aux participantes et participants, a mis en évidence les opportunités pour l’innovation et l’adaptation des parlements : « La pandémie a imposé des besoins d’innovation pour que les parlements puissent continuer d’exercer leurs fonctions stratégiques; il faut voir cette conjoncture comme une opportunité pour aligner ces exigences contextuelles avec des approches à moyen et long termes de réforme et de modernisation parlementaire, en tant qu’outil d’adaptation au changement et comme une façon de redéfinir la relation entre les parlements et le public. » M. Núñez a également modéré cette session, qui a inclus des présentations sur les réformes pour le renforcement institutionnel dans une perspective comparée, ainsi que les cas de l’Équateur et de l’Argentine. D’une part, Mme Pamela Lozano, invitée et spécialiste de l’ouverture législative, a mentionné les processus de modernisation de la gouvernance mis en place en Amérique latine, et que les lois et les politiques approuvées dans cette optique ont également contribué aux efforts récents des parlements pour passer aux sessions à distance. D’autre part, le membre de l’Assemblée nationale César Solórzano (Équateur), vice-président de l’Assemblée nationale et membre du Groupe pour un parlement ouvert, a fait part de ses réflexions sur les opportunités et les défis liés à la mise en place de sessions plénières virtuelles au sein de l’Assemblée nationale pour adapter le travail parlementaire au contexte de la pandémie. Il a aussi parlé de la récente réforme de la loi organique sur la fonction législative, en soulignant son axe sur le renforcement des principes d’éthique, de responsabilité et de transparence. La députée Daniela Vilar (Argentine), présidente de la Commission spéciale sur la modernisation du fonctionnement parlementaire, a quant à elle présenté les progrès en matière de renforcement des fonctions parlementaires en Argentine grâce au programme de modernisation, dont les efforts pour un parlement ouvert, comme les processus mis en œuvre en novembre pour cocréer un plan d’action et les mesures adoptées pour garantir des sessions parlementaires virtuelles à travers l’approbation du Protocole parlementaire à distance de la Chambre des députés d’Argentine.

Suite à ces exposés, le député Cornelio García (Guatemala), la députée Anabel Belloso (Le Salvador) et le député Enrique Yllescas (Honduras), ont fait part des avancées en matière de modernisation législative dans leurs parlements respectifs, en soulignant les difficultés particulières concernant l’adoption des technologies nécessaires pour rendre possibles les sessions plénières virtuelles et sur l’importance de tenir compte des expériences et des pratiques mises en place dans différents pays de l’hémisphère en réponse à la pandémie dans le cadre de réformes plus larges. Après ces présentations, les parlementaires participants ont pu poser des questions aux intervenants et échanger des réflexions supplémentaires sur le sujet. Cette session s’est terminée avec le discours de clôture de la membre de l’Assemblée Elizabeth Cabezas et d’Alejandro Urizar, directeur du NDI au Honduras.

La deuxième session de cette série, consacrée à l’innovation et à la participation citoyenne, a eu lieu le 29 janvier 2021. Elle a également rassemblé des fonctionnaires parlementaires des pays du nord de l’Amérique centrale, ainsi que l’ambassadrice du Canada au Guatemala, Rita Rudaitis-Renaud. Cette réunion a débuté avec un discours de bienvenue de la députée Cristina Cornejo (Le Salvador), membre du Conseil de ParlAmericas, qui a fait part de réflexions sur les progrès du Salvador en la matière. Elle a souligné que « la capacité d’adaptation des parlements face à des contextes politiques changeants est essentielle pour garantir la prise en compte des demandes du public et la prise de décisions effectives pour la stabilité politique, surtout lors de périodes aussi difficiles que celle que nous avons traversée dû à la pandémie de COVID-19 ».

De même, le député Víctor Martínez (Honduras) a parlé de la Commission sur le parlement ouvert du Congrès national du Honduras, qui a mis en place des formations sur des outils d’ouverture et de participation citoyenne, destinées aux députés de la commission ainsi qu’à l’équipe technique chargée des différentes directions du parlement afin d’orienter le processus de cocréation pour le plan d’action pour un parlement ouvert prévu. La députée Sofía Hernández (Guatemala), première vice-présidente du Congrès de la République du Guatemala, a quant à elle réalisé une présentation sur la mise en œuvre d’initiatives du parlement qui utilisent les technologies de l’information et de la communication pour élargir les méthodes d’interaction avec le peuple guatémaltèque, comme les réseaux sociaux, une chaîne de télévision et une application mobile. De plus, elle a souligné l’importance de l’Unité de l’accès à l’information publique en tant que mécanisme de responsabilité pour le public.

Durant la présentation des expériences régionales, la députée Ana Lucía Delgado (Costa Rica), première secrétaire de Directorio Legislativo, a expliqué les expériences et apprentissages liés à l’évolution des efforts pour l’ouverture législative et une participation citoyenne plus effective au sein de l’Assemblée législative au fil des années, y compris des jalons clés comme la Politique institutionnelle sur le parlement ouvert adoptée en 2019 et l’adoption prochaine du règlement de la Commission institutionnelle sur le parlement ouvert, qui sera composée de représentantes et représentants de la société civile, de parlementaires et de fonctionnaires du parlement. De même, le député Vlado Mirosevic (Chili), membre du Groupe bicaméral sur la transparence du Congrès national, a souligné l’importance d’avoir des initiatives visant à répondre aux demandes citoyennes dans le contexte des tensions démocratiques existant dans la région et dans le monde entier. Aussi, il a mentionné des stratégies et des progrès importants au Chili, comme le Règlement sur la participation citoyenne et le Congrès virtuel, un outil numérique permettant de faciliter et de visualiser les contributions du public aux débats sur les projets de loi.

Suite à ces interventions, les parlementaires ont échangé des réflexions lors d’un dialogue sur un potentiel agenda interparlementaire pour la modernisation législative dans les pays du nord de l’Amérique centrale. Ce dialogue a été modéré par M. Eduardo Núñez Vargas et Mme Josseline Matute, chargée de programme principale du NDI. La réunion s’est achevée avec un discours de clôture de M. Alejandro Urizar, directeur du NDI au Honduras, et de Mme Natalí Casanova, chargée sénior du Programme pour un parlement ouvert de ParlAmericas.

Pour plus d’information, nous vous invitons à consulter les sites web de ParlAmericas et du NDI en Amérique centrale, ainsi qu’à suivre les comptes suivants sur les réseaux sociaux : @ParlAmericas, @NDIcentroameric et @NDI.


8 février 2021

La CARICOM et le Bureau multipays de l’ONU Femmes pour les Caraïbes organisent une réunion multipartite pour une position coordonnée pour les Caraïbes en amont de la CSW65, avec le soutien de ParlAmericas et d’autres partenaires régionaux

Les 8 et 12 février 2021, le Programme sur le genre et le développement du Secrétariat de la CARICOM et le Bureau multipays de l’ONU Femmes pour les Caraïbes, ainsi que ParlAmericas, l’Institut caribéen pour le leadership des femmes (CIWiL) et l’Institut pour les études sur le genre et le développement de l’Université des Indes occidentales, organisent une réunion préparatoire en amont de la 65e session de la Commission de la condition de la femme de l’ONU (CSW65), reconnaissant qu’il est important que la région des Caraïbes se réunisse dans un contexte multipartite pour établir ses priorités et élaborer une position concrète avant cet événement mondial.

La CSW65 se déroulera au siège des Nations Unies du 15 au 26 mars, avec la possibilité de participer virtuellement. Le thème prioritaire est « Participation pleine et effective des femmes à la prise de décisions dans la sphère publique, élimination de la violence, réalisation de l’égalité des sexes et autonomisation de toutes les femmes et de toutes les filles ».

Cette réunion préparatoire, intitulée Construire une position coordonnée pour les Caraïbes pour la CSW65, rassemblera des ministres chargés des affaires de genre, des parlementaires, des responsables d’organismes nationaux pour l’égalité des genres, des représentantes et représentants de la société civile et des universitaires. Ces acteurs auront des conversations ciblées sur le processus de la CSW, le thème prioritaire de cette année, et la position de la CARICOM.

Cette réunion comportera différentes sessions, dont un panel parlementaire sur « L’Impact du leadership des femmes ». Ce panel sera modéré par l’honorable sénateur Ranard Henfield (Les Bahamas), vice-président pour les Caraïbes du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas. Il inclura les présentations de l’honorable Pennelope Beckles (Trinité-et-Tobago), membre du parlement et ministre du Logement et de l’Urbanisme; et de l’honorable Dre Vindhya Persaud (Guyana), membre du parlement et ministre des Services humains et de la Sécurité sociale.

Comme l’a dit l’honorable Bridgid Annisette-George, vice-présidente de ParlAmericas, « soutenir le leadership des femmes est un objectif central en soi, et c’est aussi un objectif qui a des myriades d’impacts positifs sur l’inclusivité et la qualité de nos processus décisionnels et de leurs résultats. Il est essentiel de poursuivre la collaboration avec nos partenaires de tous secteurs pour s’assurer de promouvoir davantage la représentation des femmes dans la région, et les processus intergouvernementaux comme la CSW sont une excellente opportunité de dialogue ciblé et de réflexion menant à l’action ».

Le résultat de cette réunion sera l’adoption de la déclaration de la CARICOM pour la CSW65, qui renforcera l’alignement de la région et appuiera des initiatives visant des objectifs liés au leadership politique des femmes, à l’élimination de la violence et à l’autonomisation de toutes les femmes et de toutes les filles.

Pour plus d’information sur le travail de ParlAmericas et pour participer à cette réunion virtuellement, veuillez utiliser #ParlAmericasGEN.


29 janvier 2021

Des fonctionnaires parlementaires d’Amérique latine ont participé virtuellement à la 2e réunion du Réseau de fonctionnaires parlementaires pour le parlement ouvert de ParlAmericas

Le 22 janvier 2021, des fonctionnaires parlementaires de 15 pays d’Amérique latine ont participé à une rencontre virtuelle pour réfléchir aux progrès de l’ouverture législative dans l’hémisphère et contribuer au processus en cours de révision et de mise à jour de la Feuille de route pour la transparence parlementaire de ParlAmericas. En outre, il y a eu pendant cette réunion une présentation sur la méthode révisée de l’Indice latino-américain de transparence législative, élaboré depuis 2011 par le Réseau latino-américain pour la transparence législative.

La sénatrice Blanca Ovelar (Paraguay), présidente de ParlAmericas, a inauguré la réunion en soulignant que « les fonctionnaires parlementaires sont des acteurs clés dans l’ancrage de toutes les idées essentielles que promeut notre mission, et pour garantir l’institutionnalisation de tous les efforts d’ouverture législative ».

Pour présenter la première partie de cette activité, dédiée au processus de mise à jour de la Feuille de route pour l’ouverture législative, Mme Rocío Noriega, conseillère du Groupe bicaméral sur la transparence du Congrès national du Chili, a souligné l’utilité de cette feuille de route pour « aider à comprendre ce qu’est un parlement ouvert et quels sont ses piliers », ainsi que son importance « pendant les processus d’élaboration et de mise en œuvre de plans d’action et d’engagement dans la région ».

Suite à une présentation sur les résultats de l’enquête visant à guider la révision de la feuille de route de Mme Emilie Lemieux, directrice adjointe du parlement ouvert et du développement durable à ParlAmericas, les participantes et participants se sont divisés en cinq groupes de travail afin de recueillir davantage d’idées et de meilleures pratiques, ainsi que pour échanger des expériences servant de références dans le processus de révision. Ces groupes de travail ont été dirigés par des fonctionnaires parlementaires de l’hémisphère. M. Waldir Bezerra Miranda, secrétaire général adjoint du Bureau du Sénat fédéral du Brésil, a dirigé le groupe de travail sur la transparence et l’accès à l’information publique. Mme María Liz Sosa, directrice générale du Renforcement législatif et de la Coopération externe du Sénat du Paraguay, a mené le groupe sur la reddition de comptes. M. Juan Carlos Chavarría, directeur du Département de la participation citoyenne de l’Assemblée législative du Costa Rica, a mené celui sur la participation citoyenne. Mme Rocío Noriega a dirigé le groupe de travail sur l’éthique et la probité. Enfin, M. Mauricio Sarabia, directeur général de la Planification de l’Assemblée nationale de l’Équateur, était chargé du groupe de travail sur la planification stratégique.

Durant la deuxième partie de cette réunion, consacrée à la présentation de la nouvelle méthodologie de l’Indice latino-américain de transparence législative par le Réseau latino-américain pour la transparence législative et EUROsociAL+, des représentantes et représentants d’organisations internationales et de la société civile ont rejoint le groupe. Mme Analina Montes, directrice générale du Congrès national du Honduras, leur a souhaité la bienvenue au nom du Réseau de fonctionnaires parlementaires pour le parlement ouvert. Elle a aussi souligné l’importance de cet indice et de collaborer avec la société civile dans les processus de cocréation de plans d’action et d’engagements pour l’ouverture législative : « ParlAmericas a établi un Protocole d’entente avec le Réseau latino-américain pour la transparence législative, qui inclut des organisations de la société civile de la région afin de consolider davantage des collaborations plus étroites entre les parlements et la société civile. » Sont également intervenus M. Marcelo Espinel, directeur de projets de la fondation Ciudadanía y Desarrollo (« Citoyenneté et Développement »), et M. Borja Diaz Rivillas, responsable de la Bonne gouvernance du Secteur de la gouvernance démocratique au sein d’EUROsociAL+.

M. Roger Celi, coordinateur du secteur législatif de la fondation Ciudadanía y Desarrollo, organisation coordinatrice du Réseau latino-américain pour la transparence législative, et M. Raúl Ferrada, consultant d’EUROsociAL+ sur le projet de renouvellement de l’Indice latino-américain de transparence législative, ont présenté les mises à jour de cet indice et ont répondu aux questions des participants.

Pour clôturer cette réunion, Mme María Gabriela Graell, directrice des Relations internationales de l’Assemblée nationale du Panama, a souligné l’importance des outils complémentaires comme la Feuille de route pour la transparence parlementaire et l’Indice latino-américain de transparence législative. Elle a également insisté sur l’utilité des espaces comme le Réseau de fonctionnaires parlementaires pour le parlement ouvert de ParlAmericas, qui permet d’échanger des idées : « C’est une joie de savoir que ce réseau continue de se développer et qu’il a été très bien reçu, permettant à davantage de parlements et de départements des institutions où nous travaillons de s’impliquer et de s’engager pour des parlements plus ouverts. »

Pour obtenir plus d’information sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


19 janvier 2021

ParlAmericas et l’Assemblée nationale du Panama organisent une réunion parlementaire pour soutenir la réalisation des Objectifs de développement durable au sein de l’Assemblée

Le mardi 19 janvier, ParlAmericas et l’Unité des relations internationales de l’Assemblée nationale du Panama ont tenu une réunion parlementaire intitulée « Accélérer la mise en œuvre de l’Agenda 2030 au sein de l’Assemblée nationale du Panama », afin de soutenir ses efforts visant à établir de nouveaux mécanismes ou pratiques pour favoriser et suivre la mise en œuvre de l’Agenda 2030 pour le développement durable et des 17 Objectifs de développement durable (ODD). Cette réunion a permis aux députées et aux députés du Panama de découvrir les expériences d’autres parlementaires de la région dans la participation à la mise en œuvre de l’Agenda 2030.

Elle a été inaugurée par l’honorable député Fernando Arce (Panama), président de la Commission des relations étrangères et membre du Conseil de ParlAmericas. Ce dernier a souligné qu’« il est maintenant nécessaire d’agir davantage; le monde nous appelle à reconstruire en mieux suite à la pandémie, et nous avons l’opportunité de garantir que nos efforts soient en faveur d’un avenir durable et équitable. À l’Assemblée du Panama, nous avons progressé et travaillé autour des différents éléments de l’Agenda 2030, mais nous pouvons fortement élargir et renforcer ces efforts pour mieux intégrer les objectifs de l’Agenda dans nos activités parlementaires ».

La réunion a été modérée par l’honorable députée Ana Giselle Rosas (Panama), qui a déclaré que « ce dialogue nous permettrait d’aborder les efforts et les obstacles que nous rencontrons dans nos pays dans la réalisation de l’Agenda 2030 et des ODD, afin de chercher collectivement des solutions, étant entendu que les difficultés complexes requièrent des réponses innovantes ». Le membre de l’Assemblée Pabel Muñoz (Équateur), coordinateur du Groupe parlementaire pour l’éradication de la pauvreté et la réalisation des ODD de l’Assemblée nationale de l’Équateur, a également présenté les expériences de l’Assemblée nationale de l’Équateur dans sa progression, ses réussites et ses difficultés lors de la mise en œuvre et du suivi des ODD.

L’Association des députés suppléants de l’Assemblée nationale a aussi participé à cette rencontre, ces derniers étant de plus en plus engagés dans les efforts pour la réalisation de l’Agenda 2030. L’honorable député Melchor Herrera a également souligné l’importance des parlementaires face à cet agenda et les défis qu’ils rencontrent dû à la COVID-19 et au débat mondial autour des effets de la pandémie.

Après cette présentation, les participantes et les participants ont pu dialoguer entre eux. La réunion s’est terminée avec l’intervention de l’honorable député Edison Broce (Panama) et de Maria Gabriela Graell, directrice des relations internationales de l’Assemblée nationale du Panama. Pendant son discours de clôture, le député Broce a déclaré : « Je vous exhorte à poursuivre notre travail d’équipe, car ce n’est qu’en équipe que nous parviendrons à réaliser plusieurs de ces projets, qui ne sont pas isolés. Ils ne changeront peut-être pas tout du jour au lendemain, mais leur ensemble et la pensée vers l’action collective peuvent nous aider à nous rapprocher des ODD. »

La directrice de l’Unité des relations internationales a quant à elle insisté sur la disposition des participantes et des participants à créer des espaces dans leur journée pour aborder les thèmes des Objectifs de développement durable, et les a invités à continuer de créer des partenariats pour progresser dans l’Agenda 2030.

Pour obtenir plus d’information sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


9 décembre 2020

Condoléances suite au décès du membre de l’Assemblée nationale Bairon Valle

Suite au décès du membre de l’Assemblée nationale équatorienne Bairon Valle, ancien membre du Conseil de ParlAmericas, le mardi 8 décembre 2020, ParlAmericas présente ses sincères condoléances et ses sentiments de solidarité aux proches de M. Valle, aux membres de l’Assemblée National de l’Équateur et au peuple équatorien.

Son sens de responsabilité et son engagement envers les principes démocratiques font partie du précieux héritage que M. Valle nous laisse. On se souviendra de lui pour sa chaleur, sa gentillesse, sa disposition et son engagement personnel, en particulier au cours de son travail acharné en tant que représentant de l’Équateur au Conseil de ParlAmericas, où il a activement participé et apporté de précieuses contributions à la vision et à la stratégie de notre institution, ainsi qu’aux diverses réunions, visites d’étude et rencontres interparlementaires de haut niveau. De la même manière, nous nous souvenons de ses importantes contributions et de son travail en faveur de l’ouverture législative à l’Assemblée nationale de l’Équateur.

ParlAmericas et les parlementaires qui ont eu l’honneur de partager des espaces de travail et des échanges avec M. Valle seront éternellement reconnaissants.


9 décembre 2020

ParlAmericas participe au Séminaire international : Justice constitutionnelle et parlement ouvert, organisé par l’Institut national de la transparence, l’accès à l’information et la protection des données personnelles du Mexique

Les lundi 7 et mardi 8 décembre a eu lieu le Séminaire international :Justice constitutionnelle et parlement ouvert, organisé par l’Institut national de la transparence, l’accès à l’information et la protection des données personnelles (INAI) du Mexique, auquel Elizabeth Cabezas (Équateur), membre de l’Assemblée et présidente précédente de ParlAmericas, a participé. Ce séminaire avait pour but d’analyser les progrès en matière de justice et de parlement ouvert au Mexique. Y ont participé des spécialistes nationaux et internationaux représentant des institutions des pouvoirs judiciaire et législatif, des institutions publiques, des organisations de la société civile et le secteur universitaire.

Parmi les interventions magistrales et les panels réalisés le 7 décembre, a eu lieu le panel intitulé « L’institutionnalisation du parlement ouvert en Amérique latine », modéré par la commissaire Blanca Lilia Ibarra Cadena de l’INAI. Il visait à explorer sous plusieurs angles ce qu’est le parlement ouvert, comment les pratiques en la matière ont été améliorées dans la région, ainsi que les difficultés et les défis qui y persistent. Dans ce sens, Mme Cabezas a souligné que « ParlAmericas est parvenue à intégrer la politique du parlement ouvert dans de nombreux pays […]. En tant qu’ancienne présidente de l’Assemblée nationale, j’ai soutenu des modifications importantes de la loi organique sur la fonction législative, de telle sorte que la politique sur le parlement ouvert ne soit pas une initiative personnelle ni propre à la personne présidant l’organe législatif, mais qu’il s’agisse d’un mécanisme obligatoire et d’une façon de procéder ». La sénatrice Mónica Fernández (Mexique), présidente de la Commission de la Gouvernance et de la Commission technique pour l’Observatoire de la transparence législative et du parlement ouvert, a quant à elle rappelé les derniers efforts réalisés par le Sénat pour soutenir des mesures concrètes et des propositions sur la base d’un diagnostic présenté par l’Université autonome du Mexique, dans le cadre du travail de la Commission technique. Dans cet esprit, Mme Mercedes de los Santos, directrice de la Citoyenneté et des Institutions gouvernementales de la fondation Directorio Legislativo, a mentionné que les parlements peuvent garantir la diversité des personnes prises en compte dans l’élaboration des politiques publiques, facteur d’autant plus important dans un contexte difficile causé par la pandémie de COVID-19. Pour finir, le professeur Guillermo Cejudo Ramírez du Centre de recherche et d’enseignement en économie du Mexique a parlé de l’importance de se concentrer sur des initiatives sérieuses pour un parlement ouvert, en tenant compte non seulement de la transparence, mais aussi des espaces de délibération citoyenne et des parlementaires qui promeuvent ces sujets, et en cherchant de manière proactive les personnes qui ne sont pas entendues.

Pour obtenir plus d’information sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


4 décembre 2020

ParlAmericas fait part d’expériences lors d’un séminaire international sur le rôle de la branche législative dans l’évaluation des politiques publiques

Du 2 au 4 décembre, la Chambre des députés du Brésil a organisé le séminaire international sur « Le Rôle du pouvoir législatif dans l’évaluation des politiques publiques » en collaboration avec son Association de consultants législatifs et d’inspecteurs budgétaires et financiers (Aslegis), l’Association de consultants et d’avocats du Sénat fédéral du Brésil (Alesfe), et le Syndicat des fonctionnaires du Congrès et de la Cour des comptes fédérale du Brésil.

Le 3 décembre, Mme Emilie Lemieux, directrice adjointe du Parlement ouvert et du Développement durable, a représenté ParlAmericas lors d’une table ronde sur l’évaluation des politiques publiques aux côtés de M. Richard Kelly, Bibliothèque de la Chambre des communes, Royaume-Uni; de la Dre Helaina Gaspard, directrice de la gouvernance et des institutions à l’Institut des finances publiques et de la démocratie; et de la Pre Fabiana Soares, Legislab, Université fédérale de Minas Gerais. Leur discussion a souligné l’importance du contrôle parlementaire des réponses gouvernementales face à la pandémie de COVID-19; l’intérêt de l’examen budgétaire, où l’argent est utilisé comme un prisme pour évaluer l’efficacité des politiques publiques; l’utilité de créer des mécanismes pour évaluer la mise en œuvre des lois adoptées; l’intérêt de créer des méthodes pour élaborer des textes législatifs favorisant l’accès à l’information et la responsabilité; et l’utilité d’améliorer le programme des formations juridiques pour les avocats qui rédigent des textes législatifs.

Mme Lemieux a exposé les principales difficultés et stratégies signalées par les parlements membres lors de la réunion virtuelle « Renforcer le contrôle des réponses à la pandémie de COVID-19 ». Elle a ensuite expliqué que « l’un des mécanismes par lesquels les parlements peuvent renforcer leurs capacités de contrôle est de définir un plan d’action pour un parlement ouvert ou des engagements législatifs dans un plan d’action pour un gouvernement ouvert, à travers le Partenariat pour un gouvernement ouvert. Au cours des années précédentes, le Congrès du Brésil a opté pour cette deuxième solution. Cela a entraîné la création d’un portail en ligne contenant des outils sur l’ouverture, la transparence et la participation, qui ont été utilisés par de nombreuses législatures locales. Des outils sont également en cours de développement pour améliorer la transparence de la progression des projets de loi tout au long du processus législatif. Ce type de plans, où les engagements sont cocréés par les parlements et des représentants de la société civile, permettent également de renforcer les mesures de responsabilité, ce qui peut consolider le travail de contrôle des parlements. Ils visent à améliorer les fonctions d’un parlement afin de renforcer la confiance entre les citoyens et citoyens et les institutions publiques; et cette confiance est essentielle alors que les nations sortent de cette pandémie mondiale et se reconstruisent. »

Pour plus d’information sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


25 novembre 2020

ParlAmericas célèbre la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes

Le mercredi 25 novembre, la membre du Congrès Arlette Contreras (Pérou) a organisé la Rencontre internationale pour un Agenda femme parlementaire dans le cadre de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. L’objectif de cette rencontre était d’échanger des expériences et les principales avancées des parlementaires latino-américains en termes de réglementation pour assurer la lutte contre la violence envers les femmes. Un panel de parlementaires est intervenu, dont : la députée de province Mercedes Trimarchi (Argentine), la sénatrice et vice-présidente de la Section canadienne de ParlAmericas Rosa Gálvez (Canada), la députée Daniella Cicardini (Chili), la représentante Irma Luz Herrera (Colombie) et la sénatrice Antares Vázquez (Mexique), membre du Conseil de ParlAmericas.

La membre de l’Assemblée Karina Arteaga (Équateur), vice-présidente pour l’Amérique du Sud du Réseau parlementaire pour l’égalité des genres, a également participé à ce panel de spécialistes. Elle a souligné l’importance d’un agenda régional commun permettant aux parlementaires et à la société civile, y compris aux jeunes, de s’unir pour échanger des expériences et des stratégies afin de lutter contre la crise de violence envers les femmes, laquelle a été exacerbée par la pandémie de COVID-19.

De même, pour célébrer le 25 novembre, ParlAmericas a lancé un entretien spécial avec l’activiste et politicienne Minou Tavárez Mirabal, fille de Minerva Mirabal. L’assassinat de Minerva et de ses sœurs, María Teresa et Patria, est à l’origine de la déclaration du 25 novembre comme la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. L’héritage de résistance des filles Mirabal face à la dictature de Trujillo en République dominicaine demeure une source d’inspiration pour les femmes qui œuvrent pour éliminer la violence de genre dans le monde entier. Durant cet entretien, qui a eu lieu à la Casa Museo Hermanas Mirabal, Mme Mirabal rappelle l’importance de maintenir les efforts sociaux et politiques pour éradiquer la violence contre les femmes, chemin inévitable pour atteindre l’égalité des genres.

Tout au long des 16 jours d’activisme contre la violence de genre (du 25 novembre au 10 décembre), ParlAmericas lancera une nouvelle série d’entretiens avec des parlementaires des Amériques et des Caraïbes dans lesquels ils partageront leurs points de vue sur la campagne Tous UNiS « Orangez le monde : financez, intervenez, prévenez, collectez! ». Ces entretiens, disponibles sur YouTube, sont une collaboration avec l’ONU Femmes, le Forum national des femmes des partis politiques du Panama (FONAMUPP) et l’Institut caribéen pour le leadership des femmes (CIWiL, de son sigle anglais),

Pour plus d’information sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


16 novembre 2020

ParlAmericas participe à la 3e Rencontre andine de jeunes ibéro-américains

La membre de l’Assemblée de l’Équateur Ana Belén Marín, présidente du Réseau parlementaire sur le changement climatique de ParlAmericas, a participé en tant qu’intervenante à la 3e Rencontre andine de jeunes ibéro-américains, organisée par l’ONG Jóvenes Iberoamericanos (« Jeunes ibéro-américains »), qui a eu lieu du 9 au 13 novembre 2020.

Ce dialogue a réuni de jeunes intervenants et leaders de Bolivie, de Colombie, du Pérou, de l’Équateur et du Venezuela, pour aborder des thèmes d’intérêt régional liés à l’éducation, à l’égalité des genres, à la durabilité, à la construction de la paix et à l’agriculture circulaire.

Mme Marín a réalisé une présentation lors de la clôture de l’événement, le 13 novembre, sur l’importance de la participation des jeunes en politique, en particulier sur des questions liées à l’égalité des genres et à l’action contre le changement climatique. Lors de son intervention, elle a souligné l’engagement de ParlAmericas à proposer des espaces de participation des jeunes dans les parlements de la région. Elle a mentionné des expériences comme la première édition de Jeunes femmes dans le leadership, qui a eu lieu en mars à Trinité-et-Tobago (YWiLTT, de son sigle anglais), et la 12e Rencontre du Réseau parlementaire pour l’égalité des genres, Concevoir un avenir inclusif en partenariat avec les jeunes, qui a consisté en une série d’événements en ligne en septembre et en octobre de cette année.

Elle a terminé sa présentation en motivant les jeunes participantes et participants à s’engager en politique avec des propositions visant à servir leurs communautés. De la même manière, elle a fait part de stratégies que les parlements peuvent mettre en place pour promouvoir cette participation, comme des parlements de jeunes, des forums politiques et des programmes de mentorat.

Pour obtenir plus d’information sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


3 novembre 2020

ParlAmericas participe au premier Congrès virtuel de l’Assemblée des jeunes du Panama

Les 27, 28 et 29 octobre 2020, a eu lieu le premier Congrès virtuel de l’Assemblée des jeunes du Panama, organisé par la Direction nationale pour la promotion de la participation citoyenne de l’Assemblée nationale du Panama, avec le soutien de ParlAmericas et du Forum national des femmes des partis politiques (FONAMUPP). Ce congrès a réuni plus de 250 jeunes députées, députés, anciennes députées et anciens députés du Panama pour une série de présentations de spécialistes nationaux et internationaux. Les thèmes abordés étaient liés à la participation citoyenne, au leadership des jeunes et à l’inclusion de la dimension de genre dans les institutions parlementaires et les organisations de la société civile.

Au premier jour de l’événement, le mardi 27 octobre, la membre de l’Assemblée Ana Belén Marín (Équateur), présidente du Réseau parlementaire sur le changement climatique de ParlAmericas, a salué les membres de l’Assemblée des jeunes du Panama via une vidéo et a souligné l’importance de la participation des jeunes dans des domaines centraux comme le changement climatique et la promotion de l’égalité des genres. Dans son message, Mme Marín a enjoint aux jeunes de « s’engager en politique pour servir afin que les personnes qui ne sont pas entendues le soient ».

Emilio Rodríguez, chargé du programme de ParlAmericas sur l’égalité des genres, a ensuite modéré un panel sous forme d’entretien avec Selva Montealegre, experte en diversité et en inclusion et jeune activiste, sur l’importance de transversaliser la dimension de genre dans les institutions et les organisations, en particulier les organisations dirigées par des jeunes.

Le deuxième jour de l’événement, le mercredi 28 octobre, la membre du Congrès Arlette Contreras (Pérou) a salué les membres de l’Assemblée de jeunes dans une vidéo et a fait part de sa propre expérience en tant que jeune parlementaire, et a expliqué comment son activisme pour les droits des femmes l’a menée à entrer en politique. Mme Contreras a affirmé qu’« il est très important que l’État donne la priorité à la lutte pour les droits des femmes. C’est pourquoi je promeus l’agenda pour les femmes au sein du Congrès de la République ».

Au dernier jour de l’événement, le jeudi 29 octobre, l’honorable représentant Juan Carlos Losada (Colombie) a exprimé, dans une vidéo, son soutien aux membres de l’Assemblée des jeunes du Panama, soulignant le rôle fondamental des jeunes dans le développement de nos pays, et précisant que dans son cas, c’est l’activisme pour l’environnement qui l’a motivé à s’engager en politique. M. Losada a lancé un appel à « toutes et tous les jeunes de notre continent, pour que leur participation devienne les transformations que nous souhaitons pour l’Amérique latine ».

Natalí Casanova, chargée sénior du programme de ParlAmericas sur le parlement ouvert, a ensuite modéré un panel sous forme d’entretien avec Emerson Salguero, directeur de l’organisation guatémaltèque Involúcrate (« Engage-toi »), qui organise des programmes et des activités visant à promouvoir la participation politique des jeunes. Cet entretien a abordé des thèmes liés à la participation citoyenne et à l’activisme politique, tout en soulignant l’importance de garantir que ces efforts soient inclusifs et égalitaires.

Pour obtenir plus d’informations sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


30 octobre 2020

Le Réseau mondial pour un parlement ouvert organise la Semaine mondiale pour l’ouverture législative (GLOW)

La 5e Semaine mondiale pour l’ouverture législative (GLOW) a été organisée du 26 au 30 octobre par le Réseau mondial pour un parlement ouvert (OPeN), un consortium composé de ParlAmericas, de Directorio Legislativo, du Réseau latino-américain pour la transparence législative, de l’Institut national démocratique, du Bureau des institutions démocratiques et des droits de l’homme et de la Fondation Westminster pour la démocratie, qui travaillent ensemble pour soutenir l’ouverture législative au niveau mondial.

Plus de 20 événements ont eu lieu, rassemblant plus de 2 500 participants, dont des parlementaires, des fonctionnaires des parlements et des OSC. Les activités ont été organisées par les parlements du Brésil, de la Colombie, du Costa Rica, du Chili, de l’Indonésie, de la Macédoine du Nord et du Paraguay; et par des OSC d’Arménie, du Mexique et d’Ukraine, qui ont présenté les concepts du parlement ouvert, contribué à l’élaboration et à la mise en œuvre d’engagements législatifs pour le Partenariat pour un gouvernement ouvert (PGO) et discuté de stratégies numériques visant à garantir la continuité de ces efforts durant la pandémie, entre autres objectifs. GLOW a également coïncidé avec l’adoption d’une nouvelle Réglementation de la participation citoyenne par le Congrès du Chili, une initiative innovante découlant d’un engagement législatif du Plan d’action du Chili à augmenter la participation citoyenne au processus législatif.

Une conclusion principale de GLOW 2020 a émergé lors de la dernière session de la semaine, intitulée « Œuvrer à un État ouvert » (disponible en anglais et en espagnol). Cette session a réuni plus de 80 représentantes et représentants de parlements, de la société civile et du monde universitaire pour explorer comment les parlements peuvent contribuer davantage à mettre en œuvre et à contrôler les engagements nationaux dans le cadre du PGO. En soulignant le rôle essentiel de l’ouverture parlementaire dans les situations de crise, ce webinaire a également identifié la nécessité de renforcer la collaboration entre les branches exécutive, législative et judiciaire des États. La conversation a été modérée par Paul Maassen, chef de l’appui aux pays du PGO, et menée par Irina Pruidze, ancienne membre du Parlement de Géorgie; Paran Umar Tarawallie, greffier du Parlement de Sierra Leone; Cara F. Zwibel de l’Association canadienne des libertés civiles; et Maria Liz Sosa Studotti, membre du personnel du Sénat du Paraguay.

Une « approche d’État ouvert » envisage les défis et les opportunités que représente le gouvernement ouvert de façon globale dans toutes les branches et à tous les niveaux du gouvernement, et constitue une prochaine étape enthousiasmante pour le mouvement pour un parlement ouvert. Toutefois, elle exige également des mécanismes permettant la collaboration, la participation et la communication entre les pouvoirs exécutif, judiciaire et législatif. Ces mécanismes peuvent prendre la forme d’accords nationaux de participation au forum multipartite sur le gouvernement ouvert national, ou d’engagements sur le parlement ouvert et la justice ouverte dans les plans d’action, en autres approches. Pour plus d’information, veuillez consulter la ressource de l’OPeN sur les parlements et le gouvernement ouvert (en anglais). De telles mesures renforceraient sans aucun doute la démocratie à cette époque où nous rencontrons des difficultés sans précédent.

Le contenu de ce communiqué de presse a été rédigé de manière collaborative par les partenaires de l’OPeN.


27 octobre 2020

ParlAmericas partage des expériences au Forum LegisTech 2020 : Conférence mondiale sur la transformation numérique dans le législatif

Les 26 et 27 octobre, Bússola Tech, une organisation brésilienne promouvant l’échange d’expériences et d’initiatives pour rapprocher les citoyens de leurs représentants grâce à la technologie, a organisé le LegisTech for Democracy « Conférence mondiale sur la transformation numérique dans le législatif ». Cet événement a réuni des spécialistes des secteurs public et privé, ainsi que des représentants de parlement du monde entier pour renforcer une communauté internationale pour la transformation numérique du pouvoir législatif. Le forum a fourni plus de 24 heures de contenu pour aborder les prochaines étapes pour les parlements ayant saisi l’opportunité présentée par la pandémie pour innover et passer rapidement aux sessions parlementaires virtuelles. Il a ciblé des stratégies visant à consolider l’ouverture parlementaire et à améliorer davantage l’application d’outils numériques pour renforcer les fonctions législative et de contrôle du parlement.

Mme Alisha Todd, directrice générale de ParlAmericas, a participé en tant qu’intervenante lors d’une session intitulée « La Coopération interparlementaire pour la transformation législative numérique ». Les intervenants Tiago Peixoto de la Banque mondiale et Andy Williamson de l’Union interparlementaire l’ont accompagnée durant cette session modérée par Luís Kimaid, PDG de Bússola Tech. Cette session a permis de réfléchir aux avantages et aux difficultés actuels des systèmes de délibération à distance, aux prochains domaines cibles pour la transformation numérique des parlements et au rôle des institutions multilatérales dans l’appui de ces initiatives. Mme Todd a souligné que « l’ouverture et la transparence doivent absolument rester les principes fondamentaux de toute stratégie de transformation numérique parlementaire, et que l’objectif de la modernisation doit surtout viser à permettre aux parlements de mieux remplir leurs fonctions pour obtenir de meilleurs résultats pour les citoyennes et les citoyens. La pandémie de COVID-19 a été un catalyseur pour l’innovation rapide, qui peut avoir un impact positif durable sur les pratiques parlementaires, en servant de tremplin vers un accès à l’information, une responsabilité et une participation du public renforcés. ParlAmericas continue de soutenir des initiatives comme celle-ci en favorisant la collaboration et les échanges entre pairs entre les parlements d’Amérique et des Caraïbes à travers son Réseau pour un parlement ouvert et son Réseau de fonctionnaires parlementaires pour le parlement ouvert, ainsi que les efforts de coordination de l’e-Réseau pour un parlement ouvert ».

Ce webinaire a permis d’échanger des expériences et des apprentissages pour aider à développer davantage les solutions parlementaires numériques, afin d’appuyer efficacement le travail des parlements du monde entier face aux défis qu’ils rencontrent dans leurs efforts pour poursuivre l’exercice de leurs fonctions essentielles et pour garantir des réponses efficaces et durables soutenant les citoyens et luttant contre cette pandémie.

Pour plus d’information sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


7 octobre 2020

Lancement officiel de la Trousse d’outils sur la transparence législative, initiative du Réseau pour la transparence et l’accès à l’information, d’EUROsociAL+ et de ParlAmericas

Le jeudi 1er octobre 2020, la réunion virtuelle intitulée « Pas de confinement pour la transparence : lancement de la Boîte à outils sur la transparence législative » a eu lieu, initiative du Réseau pour la transparence et l’accès à l’information (RTA), du programme de l’Union européenne EUROsociAL+ et de ParlAmericas, visant à favoriser davantage la création et la mise en place de bonnes pratiques en matière de transparence au sein des parlements nationaux d’Amérique latine et des Caraïbes. Après un an de réunions pour élaborer cette publication, nous avons développé cinq outils en détail, à savoir la transparence active, les demandes d’accès à l’information, les données ouvertes, la communication et accessibilité, et la gestion de documents, qui intègrent une approche de genre et les Objectifs de développement durable de manière transversale. Ces outils contiennent des concepts et des considérations clés pour leur mise en œuvre, ainsi que des indicateurs et plus de 100 bonnes pratiques en la matière sélectionnées en Europe, en Amérique latine et aux Caraïbes. Plus de 80 personnes ont participé à cette réunion, représentant les organes garants de la transparence, des parlements, des organisations internationales et de la société civile, ainsi que des spécialistes et des journalistes de la région.

Pendant le discours de bienvenue, la sénatrice Blanca Ovelar (Paraguay), présidente du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas, a souligné qu’« en étant transparents et en facilitant l’accès à l’information publique, nous cherchons à renforcer l’intégrité publique, la qualité des politiques, et, surtout, c’est une étape essentielle pour rendre le peuple autonome et relier beaucoup plus fortement la politique aux citoyennes et aux citoyens qui nécessitent notre attention ». Le Dr Gabriel Delpiazzo, président du Conseil exécutif de l’Unité d’accès à l’information publique de l’Uruguay, institution qui préside le RTA, a quant à lui souligné l’importance de cette boîte à outils et sa « capacité d’influence, ce qu’elle peut accomplir et le potentiel qu’elle représente à partir de sa mise en œuvre […]. Des parlements plus transparents permettent une plus grande participation citoyenne et une meilleure représentativité, ce qui entraîne une société plus démocratique ». Enfin, Mme Anna Herrero, représentante de la Direction générale de la coopération internationale et du développement de la Commission européenne, a commenté que « nous sommes convaincus que les outils réunis dans ce document seront utiles aux parlementaires et aux fonctionnaires d’Amérique latine et des Caraïbes, et de l’Union européenne dans leurs efforts pour poursuivre les processus de modernisation et l’agenda pour un parlement ouvert, même dans des contextes aussi complexes que celui causé par la pandémie de COVID-19 ».

Suite à ces interventions, les étapes du processus de travail, les organisations impliquées et des aspects importants de la Trousse d’outils sur la transparence législative ont été présentés par Mme María José Méndez, consultante d’EUROsociAL+. Elle a également modéré le panel qui a suivi, auquel ont participé Mme Blanca Lilia Ibarra, commissaire de l’Institut national de la transparence, l’accès à l’information et la protection des données personnelles (INAI) du Mexique; le député Javier Macaya (Chili), vice-président du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas; et M. Marcelo Espinel, directeur de projets de la Fundación Ciudadanía y Desarrollo, organisation qui coordonne le Réseau latino-américain pour la transparence législative. Après cette session, des bonnes pratiques figurant dans la publication ont été présentées par des fonctionnaires de parlements d’Amérique latine et d’Espagne. M. Miguel Ángel Gonzalo, chef de l’Unité de la coordination et de la planification de projets du Cabinet du secrétaire général du Congrès espagnol, a présenté des bonnes pratiques appliquées en Espagne et au Royaume-Uni en lien avec la transparence active et la communication et l’accessibilité. Pour représenter l’Amérique latine, Mme María Liz Sosa, directrice générale du Renforcement législatif et la Coopération externe du Sénat du Paraguay, et M Manuel Cotado, chef de la Direction de la modernisation, l’innovation, la transparence et le renforcement démocratique de la Chambre des députés d’Argentine, ont respectivement présenté la plateforme Congreso2030py et le Portail des données ouvertes, exemples de bonnes pratiques appliquant les ODD et le développement des données ouvertes. Cette session, modérée par M. Juan Carlos Chavarría, directeur du Département de la participation citoyenne de l’Assemblée législative du Costa Rica, a également compté des interventions et des consultations des participants.

Pour terminer cette activité, M. Adrián Alcalá, secrétaire de l’Accès à l’information de l’INAI; Jeremy Bentley, coordinateur de l’Accès public aux documents de l’Unité de la transparence du Parlement européen; et la sénatrice Antares Vázquez (Mexique), membre du Conseil de ParlAmericas, ont remercié les panélistes et les participantes et participants pour leurs contributions lors de cette réunion.

Pour accéder à la Trousse d’outils sur la transparence législative (en anglais, la version en français sera disponible sous peu) et obtenir plus d’information sur le travail du Réseau pour la transparence et l’accès à l’information (site web et Twitter), d’EUROsociAL+ (site web et Twitter) et de ParlAmericas (site web et Twitter), nous vous invitons à cliquer sur ces liens.


1 octobre 2020

ParlAmericas convoque des parlementaires et des jeunes d’Amérique et des Caraïbes à l’occasion de la 12e rencontre de son Réseau parlementaire pour l’égalité des genres

Avec le soutien du Congrès de Colombie et du Parlement de Grenade, ParlAmericas organise la 12e rencontre du Réseau parlementaire pour l’égalité des genres, Concevoir un avenir inclusif en partenariat avec les jeunes. Cette rencontre consistant en une série d’événements en ligne en septembre et en octobre 2020 convoque des parlementaires de plus de 20 pays et des jeunes leaders issus de différentes organisations de jeunes de l’hémisphère.

Elle a été inaugurée avec deux interviews, l’une en anglais et l’autre en espagnol, qui ont permis de tenir d’importants dialogues intergénérationnels entre d’anciennes parlementaires et des femmes leaders. Dans l’interview en espagnol, Solangel Robinson, jeune leader panaméenne et membre du Forum national des femmes des partis politiques du Panama (FONAMUPP), a discuté avec Dre Cecilia López Montaño, économiste, ancienne ministre et ancienne sénatrice colombienne. L’interview en anglais s’est faite entre Dre Jean Augustine, ancienne ministre et ancienne parlementaire canado-grenadienne, et l’activiste Ashlee Burnett, présidente de la section de Trinité-et-Tobago de l’Institut caribéen pour le leadership des femmes (CIWiL, de son sigle anglais). Ces interviews abordent des thèmes comme l’inclusion politique des femmes, la violence de genre et l’économie du soin.

Deux sessions de travail en groupes intitulées « Promouvoir des solutions en matière d’égalité des genres avec des jeunes alliés » ont eu lieu durant la rencontre, l’une en anglais le 23 septembre et l’autre en espagnol le 25 septembre. Sont intervenus lors de la session en espagnol l’honorable représentant Germán Blanco, co-hôte de la rencontre et président de la Chambre des représentants de la Colombie; la députée chilienne Maya Fernández Allende, présidente du Réseau parlementaire pour l’égalité des genres; et Mme Lucía Martelotte, coordinatrice de programmes de l’ONU Femmes Argentine.

La session en anglais a compté des interventions de l’honorable sénateur Chester Humphrey, co-hôte de la rencontre et président du Sénat de Grenade; l’honorable Bridgid Annissette-George, présidente de la Chambre des représentants de Trinité-et-Tobago; et Mme Tonni Brodber, représentante du Bureau multipays pour les Caraïbes de l’ONU Femmes.

Les groupes de travail ont permis aux parlementaires et aux jeunes leaders de participer à des dialogues constructifs autour des sujets suivants, abordés à partir d’une perspective d’égalité des genres : jeunes filles, filières STIM (sciences, technologie, ingénierie et mathématiques) et avenir du travail; changement climatique et catastrophes; les femmes dans le leadership et la prise de décisions; coresponsabilité dans le travail de soin; violence de genre; et la santé des femmes.

La rencontre se terminera avec une session plénière, qui aura lieu le vendredi 2 octobre, et qui permettra d’explorer des mécanismes parlementaires et politiques pour favoriser l’inclusion des jeunes dans les espaces décisionnels, en tenant compte de l’égalité des genres. Cette session sera aussi l’occasion de recevoir les rapports des rapporteurs des groupes de travail et de lire la déclaration finale de la rencontre.

En tant que co-hôte de la rencontre, le président Germán Blanco a déclaré que « les jeunes d’Amérique et des Caraïbes ont, avec leurs réclamations, interpelé l’État et la société dans son ensemble, et pour répondre à cet appel, les parlements de l’hémisphère ont ouvert les portes du Congrès pour les recevoir et les écouter ».

Son co-hôte, le président Chester Humphrey, a fait part des progrès de la Grenade en matière d’inclusion politique des femmes, mais a rappelé « qu’il est essentiel de ne pas perdre de vue ces objectifs pour garantir que le progrès dans la représentation continue; la proéminence de différentes voix dans la prise de décisions est nécessaire pour assurer l’inclusivité des lois et des politiques que nous adoptons. »

En tant que présidente du Réseau parlementaire pour l’égalité des genres de ParlAmericas, la députée Maya Fernández Allende a souligné l’importance de légiférer en tenant compte de la diversité des jeunesses qui « doit impérativement être prise en compte dans les propositions de politiques publiques pour les jeunes. Il faut insister sur la nécessité de disposer de données ventilées rendant compte de cette grande diversité de personnes ».

La membre de l’Assemblée équatorienne Elizabeth Cabezas G., présidente de ParlAmericas, a conclu que « les leçons apprises, les expériences partagées, les solutions innovantes que nous avons échangées pendant ces événements, serviront non seulement à orienter le travail parlementaire, mais aussi à insister sur la nécessité de renforcer des espaces de participation des jeunes dans les instances de délibération des partis politiques et des parlements ».

Pour plus d’information sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


28 septembre 2020

Des représentantes de ParlAmericas participent au Forum régional sur le parlement ouvert « Ouverture législative : expériences et défis pour la décennie à venir »

Le jeudi 24 septembre 2020 a eu lieu de Forum régional sur le parlement ouvert « Ouverture législative : expériences et défis pour la décennie à venir ». Il a été organisé par l’Institut national démocratique (NDI, de son sigle anglais) en Colombie, afin de présenter les avancées et les défis de la promotion de l’agenda pour un parlement ouvert par différents acteurs et pouvoirs législatifs dans la région, en tenant compte des impacts de la pandémie sur ces efforts et du rôle des organisations de la société civile pour réfléchir à l’avenir de l’ouverture législative.

Durant la première session, une conversation entre des parlementaires d’Argentine, du Chili, de Colombie et d’Équateur a eu lieu. La membre de l’Assemblée Elizabeth Cabezas (Équateur), présidente de ParlAmericas, y a participé. Les participantes et participants ont souligné l’importance de continuer de soutenir des initiatives et des engagements pour un parlement ouvert même durant la pandémie, étant donnée la contribution importante que ces efforts apportent pour une démocratie plus forte et inclusive, et leur influence sur les niveaux de confiance citoyenne envers le parlement. Dans cet esprit, Mme Cabezas a affirmé que « tous ces conflits (manque de confiance citoyenne envers la politique et ses institutions, conflits sociaux) doivent nous faire nous demander comment regagner la confiance du public, et surtout comment établir de nouvelles règles de cohabitation avec le public, permettant à cette représentation d’être mieux perçue, plus réelle, plus juste et équitable ». Les intervenants ont terminé cette session avec des réflexions autour des récentes initiatives adoptées pour un parlement ouvert, et des futurs thèmes à développer, comme les mesures réglementant les conflits d’intérêt et la responsabilité, les politiques sur les données ouvertes, le rôle des réseaux sociaux et les efforts pour lutter contre la désinformation, ainsi que l’innovation et la technologie au service de l’ouverture.

Cette conversation a été suivie d’une conférence magistrale sur l’avenir de l’ouverture législative, donnée par le docteur Rafael Rubio, professeur titulaire de l’Université Complutense de Madrid. Elle s’est achevée avec un panel sur la promotion de la transparence législative au sein des organisations de la société civile, modéré par Mme Natalí Casanova, chargée sénior du Programme pour un parlement ouvert de ParlAmericas. Mme Noel Alonso, directrice exécutive de la fondation Directorio Legislativo d’Argentine, et Mme Daniela Moreno, chercheuse de Congreso Visible (« Congrès visible »), un projet de l’Université des Andes de Colombie, ont participé à ce panel. Elles ont présenté les initiatives de leur organisation pour contribuer aux processus d’ouverture des parlements de leur pays, comme l’Indice de transparence législative développé par le Réseau latino-américain pour la transparence législative, comme instrument servant à mesurer la progression de cet agenda dans la région.

Ce forum régional s’est terminé avec les interventions du représentant Germán Blanco, président de la Chambre des représentants de la Colombie et ancien membre du Conseil de ParlAmericas. Il a d’ailleurs souligné la volonté politique soutenue des bureaux du parlement colombien à cocréer des plans d’action, qui a rassemblé non seulement les organisations de la société civile, mais aussi les présidents comme les fonctionnaires des chambres à la tête de bureaux essentiels au fonctionnement du Congrès de Colombie.

Pour obtenir plus d’information sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


23 septembre 2020

ParlAmericas participe au 8e dialogue sur l’Action pour l’autonomisation climatique (ACE) en Amérique et aux Caraïbes

La membre de l’Assemblée nationale Ana Belén Marín (Équateur), présidente de Parlementaire sur le changement climatique, est intervenue lors du 8e dialogue sur l’Action pour l’autonomisation climatique en Amérique et aux Caraïbes, organisé le 23 septembre 2020 par le Secrétariat de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), en collaboration avec l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) et l’Alliance de l’ONU sur l’éducation, la formation et la sensibilisation du public.

Ce dialogue a réuni des fonctionnaires de gouvernement, des représentantes et représentants des Nations Unies et des organisations inter-gouvernementales, des organisations non gouvernementales et des universitaires, pour discuter de recommandations et de points de vue sur le travail à venir pour renforcer la mise en œuvre de l’Action pour l’autonomisation climatique (ACE), qui fait référence au travail prévu par l’Article 6 de la CCNUCC et par l’article 12 de l’Accord de Paris (2015), et à leurs six éléments : éducation sur le changement climatique, formation, sensibilisation du public, accès du public à l’information, participation du public et coopération internationale autour de ces questions.

La membre de l’Assemblée nationale Ana Belén Marín a parlé de l’importance de la cohérence politique de l’ACE dans toutes les branches du gouvernement et d’intégrer davantage les parlements dans ces efforts : « les parlementaires ont une position unique permettant d’influencer l’agenda national, de diffuser des informations aux citoyennes et citoyens, de créer des espaces et des canaux de participation du public à l’élaboration des lois, aux études législatives et au contrôle politique, ainsi que de contribuer à des initiatives nationales tout en tenant compte des besoins et des préoccupations du peuple dans leur circonscription. De plus, à travers leur fonction de contrôle, les parlementaires jouent également un rôle important consistant à suivre la mise en œuvre de l’ACE au niveau national, garantissant ainsi que ces programmes et initiatives soient efficaces et ne laissent personne pour compte. »

Ce dialogue fait partie d’une série de dialogues régionaux organisés dans le monde entier, et éclairera la négociation lors de la 52e session de l’Organe subsidiaire de mise en œuvre (OSMO) de la CCNUCC, chargé de suivre et d’examiner la mise en œuvre du programme de travail de Doha sur l’Article 6 de la CCNUCC.

Pour plus d’information sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


15 septembre 2020

ParlAmericas partage des expériences lors d’un webinaire sur la Technologie législative pour la démocratie à l’occasion de la Journée internationale de la démocratie

Le mardi 15 septembre, Bússola Tech, une organisation brésilienne promouvant l’échange d’expériences et d’initiatives pour rapprocher les citoyennes et citoyens de leurs représentantes et représentants grâce à la technologie, a organisé le webinaire « Technologie législative pour la démocratie », qui a réuni des représentantes  et représentants de plus de 20 parlements du monde entier pour faire part de leurs expériences en matière de systèmes de délibération virtuelle pour les séances parlementaires et les réunions de comités. Mme Emilie Lemieux, directrice adjointe du Parlement ouvert et du Développement durable de ParlAmericas a rejoint des fonctionnaires des parlements du Brésil, d’Argentine, du Chili, d’Équateur, du Mexique et de Trinité-et-Tobago, entre autres, pour parler de ces expériences dans les Amériques et Caraïbes.

Les présentations ont montré que la pandémie de COVID-19 a été un catalyseur pour l’innovation rapide au sein des parlements car de nombreux parlements nationaux sont passés aux sessions et réunions virtuelles en adaptant des technologies ou en en adoptant de nouvelles. Les représentantes et représenants parlementaires ont présenté ces nouveaux systèmes et les processus qui ont permis de les mettre en place, ce qui a parfois nécessité de modifier le règlement ou la loi. Ils ont discuté de plusieurs problématiques concernant la sécurité, les pratiques de vote, la tradition, les écarts de connaissance et la numérisation d’autres aspects des processus administratifs, en plus de celles découlant du paysage politique dans leurs pays respectifs. Ils ont également parlé de la façon dont ces questions sont traitées pour établir des systèmes de délibération à distance efficaces.

Pour introduire ces expériences en Amérique et aux Caraïbes, Mme Lemieux a présenté un aperçu des difficultés et des solutions abordées par les parlements dans l’hémisphère, partagés lors des réunions virtuelles de ParlAmericas et de ses consultations pour l’élaboration de ressources autour des sessions parlementaires virtuelles. Elle a souligné l’importance de la transformation numérique, non pas comme une fin en soi, mais comme moyen pour moderniser les pratiques et permettre au parlement de mieux exercer ses fonctions pour obtenir de meilleurs résultats pour les citoyennes et citoyens : « Ces initiatives font partie d’un ensemble plus large d’efforts visant à créer des parlements plus ouverts et qui collaborent avec la société civile pour améliorer sans cesse leurs pratiques afin d’être plus transparents, de faciliter l’accès à l’information, d’être responsables face au public, de créer des opportunités de participation publique et de maintenir les normes éthiques les plus élevées. Il est important de garder ces objectifs en tête même lorsque les parlements fonctionnent à distance. »

Le webinaire a permis d’échanger des expériences pour appuyer le développement de solutions parlementaires virtuelles dans le monde entier, afin de relever des défis similaires que de nombreux parlements rencontrent dans leurs efforts pour poursuivre l’exercice de leurs fonctions essentielles et pour garantir des réponses efficaces et durables soutenant les citoyennes et citoyens et luttant contre cette pandémie.

Pour plus d’information sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


2 septembre 2020

Des parlementaires des Caraïbes anglophones échangent sur leur expérience nationale en matière d’adoption d’une approche sensible au genre de la gestion des catastrophes et des crises

Le mercredi 2 septembre, des parlementaires, des ministres et autres représentantes et représentants nationaux nommés des Caraïbes anglophones ont participé à une table ronde virtuelle intitulée Soutenir l’adoption nationale d’une planification sensible au genre face aux catastrophes et aux crises. Organisé par ParlAmericas, le Bureau multi-pays de l’ONU Femmes pour les Caraïbes, et le Parlement des Bahamas, ce dialogue ciblé a encouragé des réflexions sur les expériences nationales en matière d’adoption d’une approche intersectorielle de la gestion des catastrophes et des crises, renforçant la résilience et garantissant une réponse aux besoins différenciés de chacune et chacun.

Il a commencé avec une intervention des partenaires organisateurs, qui ont affirmé l’importance de ce sujet. « Il est vraiment essentiel, lorsque nous pensons aux catastrophes, et en particulier aux risques naturels, que nous pensions aux façons dont ces risques touchent différemment la vie des femmes, des hommes, des garçons et des filles. Nous devons essayer de comprendre pourquoi afin de mieux nous préparer. Ainsi, nous constatons que la sensibilité au genre est nécessaire non seulement dans la gestion des catastrophes et des crises, mais aussi dans le développement durable, » a déclaré Tonni Brodber, représentante adjointe du Bureau multi-pays de l’ONU Femmes pour les Caraïbes.

L’honorable Andy Daniel, président de la Chambre de Sainte-Lucie et membre du Conseil d’administration de ParlAmericas, a souligné le rôle que les responsables de décisions peuvent jouer dans cette mission, en ajoutant que « tandis que nous poursuivons nos fonctions de direction, nous devons procéder à un examen critique de notre gestion des risques naturels et biologiques associés à la COVID-19 de façon inclusive et sensible au genre ».

Ce sentiment a été partagé par l’honorable Halson Moultrie (Les Bahamas), président de l’Assemblée des Bahamas et hôte de la réunion, qui a déclaré : « Selon moi, l’objectif de notre parlement doit être d’établir un environnement sensible au genre et collaboratif afin de créer des mécanismes durables non concurrentiel pour une participation et un renforcement des capacités holistique. Ces mécanismes doivent inclure des programmes éducatifs, l’assistance technique aux pays ayant des faiblesses identifiées, l’aide psychosociale et à la coordination, la formation dans le domaine de la santé, et des protocoles et procédures sensibles au genre. »

Le modérateur et sénateur Ranard Henfield (Les Bahamas) a ensuite guidé les participantes et participants durant une discussion structurée visant à partager les principaux domaines de progression et d’opportunités d’amélioration dans l’élaboration et la mise en place de plans inclusifs de gestion des catastrophes et des crises.

Cette réunion s’est terminée avec un discours de la Dre Mildred Hall-Watson, présidente du Sénat des Bahamas. Elle a résumé les initiatives prometteuses abordées durant la rencontre et qui aident activement les populations les plus vulnérables dans la région. Elle a également souligné l’importance de continuer à se demander comment la justice et les services répondent aux besoins fluctuants des femmes et d’autres groupes en situation de crise. Elle a insisté sur le fait que cette réunion doit être considérée comme le début d’un dialogue et non comme une conclusion.

Cette table ronde virtuelle est la deuxième activité issue d’une collaboration entre ParlAmericas et le Bureau multi-pays de l’ONU Femmes pour les Caraïbes visant à aider les parlements et les gouvernements nationaux à institutionnaliser une approche de genre dans leur gestion des catastrophes et des crises; la première concernait l’adoption d’une telle approche durant la pandémie de COVID-19. Les leçons de cette session et les contributions importantes recueillies lors du dialogue en table ronde informeront de nouvelles activités et ressources pour l’action législative et gouvernementale.

Pour plus d’information sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


28 août 2020

Dans le cadre d’un webinaire, ParlAmericas partage des expériences sur la coopération régionale interparlementaire en faveur de la transformation numérique

Le vendredi 28 août, Bússola Tech, organisation brésilienne qui promeut l’échange d’expériences et d’initiatives pour rapprocher les citoyennes et citoyens de leurs représentantes et représentants à l’aide d’outils technologiques, a organisé le webinaire « Coopération régionale interparlementaire en faveur de la transformation numérique ». L’objectif était de dialoguer sur les expériences, défis et opportunités pour faire avancer des stratégies permettant de renforcer l’utilisation des technologies de l’information et de la communication (TIC) dans le cadre de la collaboration et des synergies entre parlements. Les participantes et participants à ce webinaire incluaient Mme Alisha Todd, directrice générale de ParlAmericas ; M. Marcio Coimbra, directeur exécutif du programme Interlegis du Sénat fédéral du Brésil ; et M. Fábio Almeida, responsable de politique publique chez Bússola Tech. Le panel a été animé par M. Luís Kimaid, directeur exécutif de Bússola Tech.

Au cours des interventions, les panélistes ont souligné l’importance de la collaboration au niveau régional comme local entre les parlements sur leurs expériences et défis en lien avec les progrès accomplis pour poursuivre leurs travaux à distance pendant la crise due à la pandémie de COVID-19, dans le cadre de leurs actions en faveur de la transformation numérique. Ils ont également mis en lumière les différents forums et espaces internationaux existants pour favoriser cette collaboration, notamment l’Union interparlementaire, le Partenariat pour un gouvernement ouvert et ParlAmericas. Dans sa réflexion sur ce webinaire, Mme Todd a souligné que « nous vivons actuellement une crise sans précédent, et dans ce cadre les fonctions législatives, de représentation et de contrôle politique des parlements sont plus importantes que jamais, car les gouvernements doivent intervenir de manière rapide et efficace pour atténuer les graves effets socio-économiques de la pandémie. La diplomatie parlementaire est un outil fondamental pour que les législatrices et législateurs échangent idées et bonnes pratiques pour orienter leur travail et renforcer leurs propres pratiques, afin de bâtir un parlement toujours plus ouvert et transparent, qui réponde aux besoins des citoyennes et citoyens. » En outre, ont été mises en lumière les interrelations entre l’agenda numérique et les efforts en faveur d’un parlement ouvert déployés dans la région, et leur potentiel d’accroître la participation publique et les niveaux de confiance dans le pouvoir législatif, une part fondamentale du système démocratique.

Le webinaire s’est achevé en mettant l’accent sur les activités réunissant parlementaires et fonctionnaires des parlements, qui constituent des espaces permettant d’avancer ces objectifs et de favoriser l’innovation ; ainsi que sur l’importance que les bureaux ou personnes chargées des relations extérieures des parlements travaillent conjointement avec ces organisations internationales pour tirer parti des opportunités d’apprentissage et de génération de synergies entre les parlements.

Pour plus d’information sur le travail de ParlAmericas, veuillez consulter notre site www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


25 août 2020

Des parlementaires et fonctionnaires des parlements des Amériques ont participé à une réunion virtuelle sur l’importance du contrôle politique face à la pandémie de COVID-19.

Le vendredi 21 août 2020, ParlAmericas et la Chambre des représentants d’Uruguay ont tenu une réunion virtuelle portant sur la fonction de contrôle politique des parlements dans le contexte de la pandémie de COVID-19. Des parlementaires et fonctionnaires des pouvoirs législatifs de 17 pays des Amériques ont pris part à cette activité.

La réunion a été inaugurée par le représentant Martín Lema (Uruguay), président de la Chambre des représentants, qui a souligné l’importance du contrôle politique pour renforcer la confiance du public : « Même avant la COVID-19, le parlement d’Uruguay s’était proposé de renforcer la portée de ses fonctions de contrôle politique face aux demandes publiques croissantes de plus de transparence et de redevabilité. »

La sénatrice Blanca Ovelar (Paraguay), présidente du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas, a prononcé un discours de bienvenue au cours duquel elle a mis en avant le contrôle politique comme tâche inaliénable des parlements : « En tant que législatrices et législateurs, nous devons prendre des mesures pour exiger au gouvernement la redevabilité nécessaire et nous assurer que ses politiques se conforment aux objectifs attendus ; que ce soit au travers du travail en comité, de la demande de rapports, de la présentation d’interpellations, de l’organisation d’audiences publiques ou de la formation de comités spéciaux, comme nous l’avons fait au Sénat du Paraguay afin de mettre en place un audit approfondi de l’utilisation des ressources. »

La membre de l’Assemblée nationale Elizabeth Cabezas (Équateur), présidente de ParlAmericas, a remercié les participantes et participants et a souligné le rôle essentiel joué par le contrôle politique dans le contexte du grave impact socioéconomique de la pandémie dans la région : « Le contrôle parlementaire, fondamentale pour l’utilisation transparente des ressources publiques, revêt une importance particulière face aux impacts économiques profonds de la pandémie, qui exigent de faire preuve d’efficacité pour répondre aux besoins des citoyennes et citoyens ».

Le panel a été animé par la représentante Silvana Pérez Bonavita (Uruguay) et a inclus les présentations de législatrices et législateurs appartenant à des comités parlementaires chargées d’exercer le contrôle politique des mesures prises dans le cadre de l’état d’urgence face à la COVID-19. Les participantes et participants comprenaient le membre du Congrès Alberto de Belaunde (Pérou), président du Comité spécial multipartite chargée de l’atténuation et de l’adaptation face au changement climatique ; la membre de la Chambre des députés Jimena López (Argentine) du Comité des femmes et de la diversité ; la sénatrice Esperanza Andrade (Colombie) du Comité juridique pour l’égalité des femmes ; le sénateur Confúcio Moura (Brésil), président du Comité mixte pour le suivi de la situation fiscale et de l’exécution budgétaire et financière des mesures relatives au coronavirus ; la sénatrice Antares Vázquez (Mexique) du Comité de la santé et du Groupe pluriel COVID-19 du Sénat de la république et membre du Conseil de ParlAmericas ; la membre de l’Assemblée législative Silvia Vanessa Hernández (Costa Rica), présidente du Comité de questions financières ; et le sénateur Agustín Amado Florentín (Paraguay), président du Comité bicaméral du Congrès de contrôle des ressources prévues par la loi d’urgence sanitaire N° 6524 et membre du Conseil de ParlAmericas.

Suite aux présentations, la représentante Pérez Bonavita a animé une discussion interparlementaire qui a donné lieu à des réflexions supplémentaires de parlementaires sur les défis posés par le contrôle politique dans un contexte de pandémie. La réunion s’est achevée par le discours de clôture du membre de la Chambre des députés Javier Macaya (Chili), vice-président du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas, qui a remercié les participantes et participants de leurs contributions au dialogue.

Pour plus d’information sur le travail de ParlAmericas, veuillez consulter notre site www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


21 août 2020

Réunion interparlementaire pour promouvoir l’action législative en faveur de la conservation de la biodiversité marine dans l’océan Pacifique Sud

Le lundi 17 août, ParlAmericas et l’Assemblée nationale d’Équateur ont tenu une réunion avec les pouvoirs législatifs du Chili, de Costa Rica, d’Équateur et du Pérou pour dialoguer sur les travaux et les expériences de ces parlements en matière d’adoption de mesures encourageant la pêche durable et la protection des espèces marines menacées d’extinction, dans le respect des normes internationales existantes qui incluent des mesures de régulation et de contrôle en vue de la protection des océans.

Le président de l’Assemblée nationale César Litardo (Équateur) a inauguré la réunion en soulignant l’importance de travailler ensemble pour la conservation de la biodiversité marine : « La seule façon de trouver une solution directe à ces processus est de la chercher de façon solidaire et concertée… Au nom de la législature de l’Équateur, au nom de notre présidence, vous pouvez compter sur tout notre appui pour travailler de pair avec la région et nous unir tous autour de l’objectif de protéger nos mers et nos écosystèmes, ainsi que de chercher des stratégies conjointes durables pour le développement de la région et du monde. »

La membre de l’Assemblée nationale Elizabeth Cabezas (Équateur), présidente de ParlAmericas, a mis en avant l’importance de la diplomatie parlementaire pour aborder les questions environnementales et appuyer les progrès de l’Agenda 2030 pour le développement durable, et a souligné que : « Chez ParlAmericas, institution parlementaire composée par les pouvoirs législatifs d’Amérique et des Caraïbes, nous plaidons pour un dialogue politique coopératif et pour le renforcement du système démocratique…. Notre environnement et le changement climatique ne connaissent pas de frontières : la santé environnementale et humaine dépend donc de notre capacité à travailler ensemble pour explorer des moyens d’atteindre un équilibre social, économique et environnemental qui tiennent compte des générations futures. »

La réunion a compris la présentation du Dr Alejandro Flores Nava, officier principal de pêche et d’aquaculture, Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO d’après le sigle en anglais) pour l’Amérique latine et les Caraïbes, qui a évoqué l’état des pêches dans le bassin du Pacifique Sud-Ouest, les défis et les avantages socioéconomiques de la mise en œuvre de mesures visant à préserver et à maintenir des niveaux durables de stocks de poissons.  L’avocate María Amparo Albán, associée principale de l’Institut interaméricain de justice et durabilité (IIJS) a apporté une perspective juridique sur le sujet, en adéquation avec le principe de précaution, et a présenté les cadres légaux et accords environnementaux multilatéraux pertinents pour la conservation marine dans le Pacifique Sud.

Les présentations ont été suivies par un dialogue interparlementaire, au cours duquel sont intervenu(e) les représentant(e)s des parlements invités. Ils et elles ont présenté les mesures prises et les défis rencontrés par les parlements en lien avec la conservation de la biodiversité marine et la régulation de la pêche, pour atteindre l’Objectif de développement durable 14, « Conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines ». La réunion s’est achevée par un discours de clôture de la membre de l’Assemblée nationale Elizabeth Cabezas, présidente de ParlAmericas.

Pour plus d’informations sur le travail de ParlAmericas, veuillez consulter notre site www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


24 juillet 2020

ParlAmericas participe au Forum virtuel organisé par le Congrès de la République du Pérou sur les expériences et les défis post-COVID-19 pour les parlements d’Amérique

Le vendredi 17 juillet, le Congrès de la République du Pérou, avec le soutien de ParlAmericas, a tenu le Forum virtuel « Les Parlements en Amérique : expériences et défis post-COVID-19 ». L’objectif du Forum était de partager et d’échanger des idées essentielles sur l’établissement de priorités et le fonctionnement du parlement, en tenant compte des expériences et défis qui ont surgi avec la pandémie, ainsi que des enjeux futurs. On comptait parmi les conférenciers le membre de la Chambre des députés Javier Macaya (Chili), vice-président du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas ; la sénatrice Rosa Gálvez (Canada), vice-présidente du Réseau parlementaire sur le changement climatique de ParlAmericas ; et le membre du Congrès Leonardo Inga (Pérou), président de la Commission spéciale multipartite COVID-19.

Le chef du Bureau de coopération internationale du Congrès de la République du Pérou, Javier Salinas, s’est chargé de prononcer le discours de bienvenue. Le membre du Congrès péruvien Rolando Ruíz, membre du Conseil de ParlAmericas, est également intervenu, en faisant observer que « dans l’actuel panorama complexe auquel nous sommes confrontés, il s’avère indispensable de pouvoir entendre les expériences des autres pays. Ainsi, nous nous enrichissons de ces échanges en gardant bien à l’esprit que les mesures que nous adoptons doivent fondamentalement contribuer à la récupération économique et sociale, en préservant et garantissant une démocratie saine, qui offre les mêmes opportunités à toutes et tous. »

Au cours de sa présentation, le membre de la Chambre des députés Macaya a souligné que les efforts déployés en faveur de l’ouverture législative ont été essentiels pour que le Congrès national du Chili fonctionne en continu. Il a ajouté que « nous avons anticipé l’avenir en ce qui concerne la transparence et la nécessaire participation des citoyennes et citoyens autonomisés (…) aujourd’hui, le travail que nous accomplissions est scruté de près. C’est pour cette raison que les concepts liés au parlement ouvert, comme la transparence et la probité dans le travail parlementaire, seront de plus en plus présents. » Pour sa part, la sénatrice Gálvez a centré sa présentation sur l’importance du contrôle politique pour une récupération économique durable et inclusive. Elle a remarqué qu’« environ 80 % des Canadiens interrogés par des enquêtes ont répondu qu’ils veulent une récupération verte, plus propre, plus intelligente et plus durable. Cette récupération doit donc aborder trois axes : les engagements climatiques et environnementaux, une transition juste pour les travailleuses et travailleurs, et une économie durable et inclusive. » Enfin, le membre du Congrès Inga a évoqué comment le parlement péruvien fait face à la crise actuelle, en soulignant que « la pandémie a affecté différents secteurs de notre économie, et pour cette raison, nous avons mis en place cinq groupes de travail au sein de notre commission. L’un d’eux contrôle la passation des marchés des biens et services acquis au cours de cette situation d’urgence, tandis qu’un autre se concentre sur le suivi des mesures adoptées par le pouvoir exécutif dans le domaine de la santé. »

Le Forum virtuel s’est achevé par un discours du membre du Congrès Guillermo Aliaga, deuxième vice-président du Congrès de la République du Pérou, qui a remercié les intervenantes et les intervenants de leur participation, ainsi que de leur engagement pour faire face à la crise actuelle.

Pour plus d’information sur le travail de ParlAmericas, veuillez consulter notre site www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


22 juillet 2020

ParlAmericas co-organise une réunion virtuelle sur la sensibilité au genre et la résilience aux catastrophes pendant la crise de la COVID-19

Aujourd’hui, ParlAmericas a tenu une réunion virtuelle en collaboration avec le Bureau multipays pour les Caraïbes (MCO d’après le sigle en anglais) d’ONU Femmes et le Parlement de Sainte-Lucie sur le sujet du renforcement de la résilience pendant la crise de la COVID-19 dans les perspectives de l’égalité des genres et du développement durable. La réunion a rassemblé plus de 85 parlementaires, fonctionnaires des gouvernements et des parlements, et organisations de la société civile provenant des membres anglophones de ParlAmericas. 

L’ordre du jour incluait des présentations sur les bonnes pratiques ainsi que de nouvelles données et des publications récentes susceptibles de soutenir les législateurs et les responsables politiques dans leurs processus de prise de décision pendant la pandémie COVID-19. 

Les exposants étaient Mme Elizabeth Riley de l’Agence caribéenne de gestion des catastrophes et des réponses aux urgences (CDEMA d’après le sigle en anglais) ; Angie Dazé de l’Institut international du développement durable (IIDD) ; Massimiliano Tozzi du projet EnGenDER du Programme des Nations-Unies pour le développement (PNUD) ; et M. Jack Hardcastle de l’Association des parlementaires du Commonwealth (APC), qui a partagé une trousse d’outils adaptée aux besoins des parlementaires des petits états pour éclairer leurs travaux sur le changement climatique.  En outre, des représentants de ParlAmericas et du MCO d’ONU Femmes ont présenté de nouvelles publications sur la réponse à la crise de la COVID-19, notamment une analyse des réponses législatives dans une perspective d’égalité des genres et de la résilience aux ouragans transformatrice en matière de genre.

Suite aux présentations, les participants à la réunion se sont engagés dans un dialogue et ont échangé des informations sur les mesures prises dans leurs pays pour atténuer les conséquences socio-économiques de la COVID-19 et mieux reconstruire. Cela a compris une discussion sur les mesures proactives visant à contrer la double menace que représente pour les Caraïbes la saison des ouragans dans le contexte de la pandémie. 

Dans son discours d’introduction, Mme Tonni Ann Brodber, représentante du Bureau multipays pour les Caraïbes d’ONU Femmes, a souligné l’importance des partenariats multisectoriels pour travailler sur ces thèmes dans la région. Elle a observé « Chez ONU Femmes, comme chez nos agences sœurs et nos partenaires dans cette initiative, nous avons dû adapter notre réponse humanitaire pour gérer l’impact de la COVID-19, en tenant compte des besoins différents mais tout aussi importants des femmes et des hommes, des filles et des garçons. La bonne nouvelle est que pour nous, l’adaptation consistait à déterminer une nouvelle façon de travailler, qui nous a rendus plus résilients. Le contenu de notre travail n’a pas tant évolué, car notre mission est au cœur du développement durable et de l’atteinte des ODD. Planifier, préparer et atténuer les catastrophes en tenant compte les réalités vécues par les hommes, les femmes, les garçons et les filles est une forme de programmation transformatrice en matière de genre. »

L’honorable Andy Daniel, président de l’Assemblée législative de Sainte-Lucie, a ensuite donné un discours d’introduction en sa qualité d’hôte et de vice-président pour les Caraïbes du Réseau parlementaire sur le changement climatique de ParlAmericas. Il a souligné « Dans la mesure où les îles des Caraïbes sont particulièrement vulnérables aux effets du changement climatique et aux catastrophes liées aux risques naturels, nos pays entreprennent une planification soigneuse chaque saison des ouragans pour nous assurer de mettre en place toutes les précautions nécessaires pour protéger nos peuples. Le défi supplémentaire de la COVID-19 implique qu’une préparation mûrement réfléchie est encore plus essentielle. Nous devons être certains de tenir compte des besoins divers de notre population afin d’assurer la sécurité et le bien-être de tous. »

Via une vidéo, la présidente de ParlAmericas Elizabeth Cabezas, membre de l’Assemblée nationale d’Équateur, a salué les délégués présents à la réunion. Mme Cabezas a affirmé que « ParlAmericas croit profondément en l’importance d’examiner toutes les questions en adoptant les perspectives de l’égalité des genres et de la durabilité. Cette réunion ouvre un espace pour un dialogue critique et collaboratif entre divers acteurs de la région sur la manière d’agir face aux différentes formes de catastrophe, qui doit être éclairée par les besoins des femmes et des groupes vulnérables, et inclusive dans sa conception et sa mise en œuvre. » 

Pour plus d’informations sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


16 juillet 2020

ParlAmericas contribue au dialogue avec des représentants des parlements du Chili et de la Colombie au cours de la session de la Commission des amendements constitutionnels d’Équateur relative à la proposition bicamérale au sein du parlement

Le lundi 13 juillet, ParlAmericas a enrichi de perspectives régionales les débats actuels qui se sont tenus lors de la Commission des amendements constitutionnels de l’Assemblée nationale d’Équateur, présidée par la membre de l’Assemblée nationale Elizabeth Cabezas, présidente de ParlAmericas, portant sur un projet de Réforme partielle de la Constitution de la république d’Équateur qui propose le bicaméralisme au sein de l’institution législative. Le sénateur Rodrigo Lara de Colombie et Miguel Landeros, secrétaire général de la Chambre des députés du Chili, ont partagé les visions internationales à cet égard.

Au cours de la session, le sénateur Lara et monsieur Landeros ont présenté les structures et les attributions des chambres hautes et basses de leurs parlements respectifs, en soulignant les avantages et les inconvénients du système bicaméral. Le sénateur Lara a rappelé qu’« en dépit du fait que les deux chambres disposent d’attributions très semblables, en Colombie le bicaméralisme a été un facteur déterminant pour renfoncer la branche législative et atténuer le pouvoir de l’exécutif ». De son côté, monsieur Landeros a considéré qu’« avant de décider de la composition du parlement, il est important d’analyser le régime de gouvernement afin de définir les attributions que le congrès doit posséder en vue d’assurer une gouvernance efficace ».

Par la suite, les membres de la commission au sein de l’Assemblée ont posé des questions aux panélistes dans l’intention de préciser certains détails associés à la procédure et au fonctionnement de la gestion administrative de chaque chambre. Pour finir, la membre de l’assemblée Elizabeth Cabezas a remercié les panélistes de leurs présentations et de leur participation à cet important dialogue et a souligné qu’« ils ont profondément contribué à ce débat cherchant comment renforcer l’institution législative et, ainsi, améliorer le fonctionnement et la gestion du parlement équatorien ».

Pour plus d’information sur le travail de ParlAmericas, veuillez consulter notre site www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


10 juillet 2020

Réunion en ligne avec des fonctionnaires —Protocoles d’action en cas de harcèlement sexuel au sein des parlements latino-américains

Aujourd’hui, ParlAmericas a tenu un webinaire d’ordre technique sur des protocoles d’action en cas de harcèlement sexuel au sein des parlements d’Amérique latine. Cette réunion virtuelle a rassemblé des fonctionnaires  spécialisés  dans  le  domaine  du  genre  venus d’Argentine, du Chili, de la Colombie, du Costa Rica, d’Équateur, du Mexique, du Nicaragua, du Paraguay et du Pérou.

Plusieurs panélistes experts dans le domaine de l’égalité des genres dans les parlements de leurs pays respectifs ont pris la paroledont Jimena Boland y Castilla et Catalina Cirio de l’Observatoire des genres et  de  l’équité  de  la  Chambre  des  députés  de  la  nation  argentine ;  Constanza  Toro  Justiniano, coordinatrice des Politiques de genre de la Chambre des députés du Chili ; Haydeé Hernández, cheffe de l’Unité technique d’égalité des genres de l’Assemblée législative du Costa Rica et enfin Sulma Eunice Campos, directrice titulaire de l’Unité technique pour l’égalité du Sénat de la république du Mexique.

Une   session   de   questions   et   de  réponses  s’est  ensuite  tenue  permettant  aux  fonctionnaires parlementaires d’entamer un dialogue avec les panélistes et de revenir sur leurs expériences au sein de leurs institutions en ce qui concerne l’élaboration et la mise en œuvre de protocoles pour prévenir  le harcèlement sexuel et les agissements sexistes au travail.

Le Secréterait international de ParlAmericas s’engage à poursuivre la promotion d’espaces de dialogue dans  le  but  de  faciliter  l’échange  des  bonnes  pratiques  entre  le  personnel  parlementaire   pour promouvoir l’égalité des genres et les droits des femmes dans les législatures de la région.

Pour  plus  d’information  sur  le  travail  de  ParlAmericas,  veuillez  consulter  notre  site www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


10 juillet 2020

Des parlementaires et des fonctionnaires des parlements d’Amérique participent à une réunion virtuelle pour discuter de stratégies pour mieux reconstruire et intégrer des considérations clés sur le changement climatique et l’environnement dans les plans de relance économique

Le vendredi 10 juillet, ParlAmericas a tenu une réunion virtuelle organisée par la Chambre des députées et députés du Chili sur l’importance de mieux reconstruire pour une reprise économique verte et durable suite à la COVID-19. Des parlementaires et des fonctionnaires des parlements de 14 pays d’Amérique y ont assisté.

Le président de la Chambre des députées et députés Diego Paulsen (Chili) a inauguré cette rencontre en souhaitant la bienvenue aux intervenants et aux participants, et en indiquant les opportunités que pourrait représenter une relance verte dans la région : « Il est essentiel que les gouvernements s’engagent sérieusement dans les Objectifs de développement durable des Nations unies, l’Agenda 2030. C’est une feuille de route pour la prochaine décennie, assurant un développement économique compatible avec le bien-être social et l’équilibre environnemental. Loin d’arrêter la croissance économique, cette transformation représente une opportunité d’avoir un véritable développement incluant l’équité et la création de nouveaux emplois responsables du point de vue de l’environnement en Amérique latine. » La membre de l’Assemblée nationale Elizabeth Cabezas (Équateur), présidente de ParlAmericas, a également prononcé un discours de bienvenue soulignant le rôle des parlementaires dans les réponses à la COVID-19 : « En tant que parlementaires, nous avons un rôle très important à jouer dans la transition qui s’opère dans nos pays, qui va de la réponse aux impacts immédiats de cette pandémie à la préparation de la relance et de la reconstruction de nos sociétés. Nous avons l’opportunité de créer des changements permettant de redéfinir nos systèmes et leurs objectifs, et d’investir dans des secteurs durables pour réorienter nos économies en les rendant respectueuses de l’environnement. »

Le panel d’experts a été modéré par la membre de l’Assemblée nationale Ana Belén Marín (Équateur), présidente du Réseau parlementaire sur le changement climatique de ParlAmericas. Elle a insisté sur le fait que l’action climatique ne doit pas être considérée comme secondaire dans les processus de reprise : « Cette année, chaque pays doit mettre à jour ses Contributions déterminées au niveau national, décrivant les actions qui seront mises en place pour limiter le changement climatique conformément à l’Accord de Paris. Les parlements jouent un rôle important dans ce processus en ce qu’ils peuvent garantir que les mesures adoptées dans le cadre de ces plans soient de plus en plus ambitieuses, fortes et pragmatiques, en tenant compte des populations les plus vulnérables. »

Les intervenants ont abordé plusieurs sujets liés au thème plus vaste de mieux reconstruire. Le directeur du Bureau pour l’Amérique latine et les Caraïbes du Programme des Nations unies pour l’environnement, Leo Heileman, a présenté un aperçu de l’impact de la pandémie sur le changement climatique et la façon dont l’Accord de Paris et l’Agenda 2030 peuvent servir de cadres pour une reprise durable. Raul Salazar, chef de la branche régionale pour l’Amérique latine et les Caraïbes du Bureau des Nations unies pour la réduction des risques de catastrophes, a exposé des leçons à tirer de la COVID-19 pour améliorer la gestion des risques de catastrophe et la résilience communautaire. Les doctorants Brian O’Callaghan et Alex Clark de l’Université d’Oxford ont présenté des recommandations de politiques climatiques conformes aux objectifs de relance économique.

Suite à ces présentations, la membre de l’Assemblée nationale Ana Belén Marín a modéré une période de discussion qui a permis aux participantes et participants de poser des questions aux intervenants et de faire part d’expériences du point de vue de leur pays. La réunion s’est terminée par un discours de clôture de la députée Paola Vega (Costa Rica), vice-présidente du Réseau parlementaire sur le changement climatique de ParlAmericas pour l’Amérique centrale, qui a remercié les intervenants et les participants pour ce dialogue constructif et opportun.

Pour plus d’information sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


9 juillet 2020

Des députées principales et suppléantes de l’Assemblée nationale du Panama se sont réunies pour établir les bases d’un groupe parlementaire de femmes

Mercredi, ParlAmericas, l’Institut républicain international (IRI) et l’Unité des Relations internationales de l’Assemblée nationale du Panama ont coorganisé la réunion virtuelle « Bâtir les fondements du Groupe de femmes députées principales et suppléantes du Panama » dans le but d’en faire avancer le processus de création. Des députées principales et suppléantes panaméennes et un panel éminent représentant le Costa Rica, l’Équateur et le Salvador ont participé à la réunion.

Une représentante de chaque parti de l’Assemblée nationale du Panama a prononcé un discours d’ouverture soulignant l’importance de promouvoir le travail multipartite pour affronter les obstacles à l’égalité et à la participation politique des femmes. Sont intervenues : l’honorable députée Zulay Rodríguez du Parti révolutionnaire démocratique, Corina Cano, du parti Molirena, Yesenia Rodríguez du Parti panamiste, Ana Giselle Rosas du Parti du changement démocratique, et l’honorable députée suppléante Walkiria Chandler, indépendante.

Cette réunion a compris un panel éminent de représentantes de groupes parlementaires de femmes dans la région, modéré par Mme Vonetta Sterling, vice-présidente du Forum national des femmes des partis politiques du Panama (FONAMUPP). L’ancienne députée Maureen Clarke Clarke (Costa Rica), fondatrice du Groupe parlementaire de femmes députées de l’Assemblée du Costa Rica, a parlé du processus d’institutionnalisation d’un groupe de femmes députées allant au-delà des mandats. Mme Carolina Villeda de Rivera, chef de l’unité chargée du genre à l’Assemblée législative du Salvador, a présenté le Groupe parlementaire de femmes de son institution, et son processus pour créer des plans de travail. La membre de l’Assemblée Mónica Alemán (Équateur), présidente du Groupe parlementaire pour la garantie des droits des femmes, a expliqué des stratégies pour créer des partenariats avec des organisations de la société civile.

La réunion s’est achevée avec un dialogue sur les prochaines étapes à suivre pour créer le Groupe de femmes députées principales et suppléantes du Panama.

Pour plus d’information sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


6 juillet 2020

ParAmericas participe à la réunion en ligne : Assemblée nationale, transparence et pandémie, organisée par la Fondation pour le développement et la liberté citoyenne du Panama

La membre de l’Assemblée législative María Inés Solís (Costa Rica), membre du Conseil de ParlAmericas, a pris part le vendredi 3 juillet à un dialogue virtuel sur le parlement ouvert, avec des représentantes et représentants d’organisations de la société civile et de l’Assemblée nationale du Panama.

Cette réunion avait pour objectif de partager des expériences et bonnes pratiques en faveur de l’ouverture législative, notamment les mesures adoptées et les efforts engagés par les parlements pour assurer la transparence et l’accès à l’information publique, ainsi que les mécanismes visant à maintenir une communication continue et efficace avec les citoyennes et citoyens. Parmi les thèmes abordés, a été mise en lumière l’utilisation des outils technologiques pour faciliter la communication et la diffusion d’information de façon constante et permanente, en tenant également compte des défis posés par la pandémie actuelle.

La membre de l’Assemblée législative Solís a présenté le processus suivi par l’Assemblée législative pour l’adoption de la Politique institutionnelle pour le parlement ouvert au Costa Rica, qui a été approuvée en avril 2019. En outre, elle a mis l’accent sur des outils développés par le parlement, comme le protocole d’accès à l’information publique, qui a pour but de réglementer le principe de transparence de la fonction publique et le droit d’accès à l’information générée par les différentes instances de l’Assemblée législative. La membre de l’Assemblée législative Solís a rappelé à toutes et à tous que « ces processus ne sont pas menés à bien du jour au lendemain ; ils prennent du temps et sont de longue haleine. Cependant, miser sur ces questions revient aussi à plaider pour une démocratie saine, inclusive et participative, où le rôle du parlement est crucial, surtout dans des contextes aussi complexes que ceux que nous vivons aujourd’hui en raison de la COVID-19. »

Pour plus d’informations sur le travail de ParlAmericas, veuillez consulter notre site  www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


6 juillet 2020

Les sénatrices, les sénateurs et les fonctionnaires du Sénat de la république du Mexique ont participé à un webinaire organisé par le Réseau numérique pour un parlement ouvert (OPeN, d’après son sigle en anglais) et ledit Sénat qui portait sur l’importance de poursuivre le renforcement et la mise en œuvre d’initiatives pour un parlement ouvert face aux défis de la crise actuelle.

Le lundi 6 juillet 2020 s’est tenu un webinaire à l’intention des fonctionnaires, des conseillères et des conseillers du Sénat de la république du Mexique dont le but consistait d’une part à partager les expériences des plans d’action pour un parlement ouvert mis en œuvre au Chili et au Paraguay et d’autre part à échanger autour des avancées réalisées et des défis rencontrés afin de consolider les efforts d’ouverture législative au Mexique. Ce webinaire a été organisé par le Sénat de la république du Mexique et OPeN, un consortium d’organisations internationales qui favorisent des initiatives et des mesures de parlement ouvert dans le monde et qui, en l’occurrence, était représenté par ParlAmericas, l’Institut national démocrate et la Fondation Directoire législatif.

La sénatrice Mónica Fernández Balboa (Mexique), présidente du Sénat de la république, et la sénatrice Blanca Ovelar (Paraguay), présidente du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas et membre du conseil de leadership parlementaire d’OPeN, ont inauguré la séance. La sénatrice Mónica Fernández a rappelé, lors de ses mots de bienvenue, que « le parlement ouvert favorise l’exercice des valeurs démocratiques et qu’en conséquence les pouvoirs législatifs ont le devoir de promouvoir les moyens de communication et les espaces qui en garantissent et en favorisent la transparence, la responsabilité ainsi que la participation citoyenne et les hauts standards éthiques ». En outre, la sénatrice Blanca Ovelar a souligné l’importance de continuer à promouvoir l’ordre du jour relatif au parlement ouvert, en évoquant l’aspect fondamental de la collaboration avec la société civile et le travail des fonctionnaires des parlements à cet égard : « les fonctionnaires des parlements sont une pièce majeure pour la durabilité et l’implémentation efficace des plans d’action, des engagements et des initiatives pour l’ouverture législative, raison pour laquelle ParlAmericas a établi un Réseau des fonctionnaires de parlement ouvert ».

Le webinaire s’est poursuivi par un dialogue sur les actions de parlement ouvert mises en place au Chili et au Paraguay grâce aux interventions de Luis Rojas, secrétaire général adjoint de la Chambre des députées et des députés du Chili, et de María Liz Sosa, directrice générale du renforcement législatif et de la coopération externe de la Chambre des sénatrices et des sénateurs du Paraguay. Un espace a ensuite été mis à disposition des représentantes et des représentants de différentes institutions et organisations du Mexique afin qu’ils partagent leurs perspectives concernant les progrès et les travaux en cours d’élaboration, ainsi que les opportunités de collaboration contribuant à l’ordre du jour relatif au parlement ouvert. Modéré par la sénatrice Verónica Camino (Mexique), vice-présidente du Réseau parlementaire pour l’égalité des genres de ParlAmericas, ce volet a compté sur la participation de Jaime Mena Álvarez, directeur général au Soutien parlementaire du sénat, qui a présenté un panorama général des récents progrès en termes d’ouverture législative au sein du sénat mexicain ; de Khemvirg Puente, professeur à l’Université nationale autonome du Mexique, qui a abordé les progrès et les défis en matière d’ouverture dans son pays ; de Claudia Ramirez, coordinatrice adjointe de l’Unité pour la transformation des congrès de Transparence mexicaine, qui a évoqué l’expérience des organisations de la société civile mexicaine à l’égard du parlement ouvert et de Blanca Lilia Ibarra, commissaire à l’Institut national d’accès à l’information et à la protection des données (INAI, d’après son sigle espagnol) qui a présenté le Plan d’action pour un gouvernement ouvert au Mexique et la valeur du travail conjoint entre les trois pouvoirs publics.

Il s’en est suivi une session de questions et réponses qui a permis un échange entre les panélistes et les participantes et participants, puis la sénatrice Antares Vázquez (Mexique), membre du Conseil de ParlAmericas, a clos le webinaire en encourageant les progrès de réformes portant sur l’ordre du jour relatif au parlement ouvert au Mexique.

Pour plus d’information sur le travail de ParlAmericas, veuillez consulter notre site www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


12 juin 2020

ParlAmericas participe à une réunion virtuelle organisée par le Réseau des femmes pour la démocratie de l’IRI sur la violence en politique

Aujourd’hui, la sénatrice Antares Vázquez Alatorre (Mexique) et membre du Conseil d’administration de ParlAmericas, a participé à la «Rencontre virtuelle sur l’importance de lutter contre la violence en politique dans la région». Organisée par la branche argentine du Réseau des femmes pour la démocratie (WDN, de son sigle anglais), qui fait partie de l’Institut républicain international (IRI), cette session a réuni des femmes parlementaires et fonctionnaires de gouvernement d’Argentine, de Bolivie, de Colombie et du Mexique, afin d’aborder des stratégies pour prévenir, sanctionner et éliminer la violence en politique dans la région.

La sénatrice Vázquez a prononcé le discours de clôture et a souligné le travail du Réseau parlementaire de ParlAmericas pour l’égalité des genres (RPEG) en matière de prévention de la violence contre les femmes en politique. Elle a parlé de l’importance d’intégrer une approche intersectionnelle dans la proposition de solutions, et de transformer la culture et les rapports de pouvoir traditionnels qui alimententla violence envers les femmes en politique.

Elle a également donné des exemples de bonnes pratiques mises en place par des institutions parlementaires, comme le protocole spécial du Sénat mexicain visant à prévenir et à lutter contre le harcèlement sexuel basé sur le genre, qui contribue à prévenir la violence contre les femmes en politique au sein du parlement.

Pour plus d’information sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.orget suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


11 juin 2020

Des parlementaires et fonctionnaires des parlements des Amériques et des Caraïbes participent à une réunion virtuelle sur des réponses durables pour une récupération économique post-COVID-19

Le jeudi 11 juin, 47 parlementaires et personnels parlementaires de 13 pays d’Amérique et des Caraïbes se sont réunis en ligne afin d’échanger avec des spécialistes et de discuter de réponses législatives et de politique publique promouvant une récupération économique durable et inclusive suite à la COVID-19, tout en tenant compte des répercussions de la pandémie en fonction du genre, et en favorisant la réalisation de l’Agenda 2030.

Cette réunion a débuté avec le discours de bienvenue de la membre de l’Assemblée nationale Elizabeth Cabezas (Équateur), présidente de ParlAmericas, qui a déclaré que « même si cette pandémie est une tragédie, nous pouvons choisir de nous en souvenir ainsi, ou nous pouvons la voir comme une excellente opportunité nous permettant de réfléchir à l’avenir. Nous pouvons légiférer pour améliorer les structures qui nous rendent actuellement si vulnérables et, surtout, nous pouvons envisager l’avenir avec un pays ayant de meilleurs fondements et avec une société plus forte, car le monde ne sera pas le même après cette pandémie de COVID-19 ». L’honorable Alincia Williams-Grant, présidente du Sénat (Antigua-et-Barbuda), a modéré cette session dynamique et a souligné que « cette pandémie a exacerbé les vulnérabilités et inégalités sociales existantes, et touche par conséquent les femmes de façon disproportionnée. Pour que les efforts de récupération soient efficaces, les femmes doivent être en première ligne de la prise de décision, et des considérations climatiques comme la résilience face aux catastrophes doivent être intégrées dans ces efforts afin d’assurer un avenir sûr pour les communautés vulnérables.

La réunion a compté des présentations de l’ambassadeur Irwin LaRocque, secrétaire général de la Communauté caribéenne (CARICOM); Diane Quarless, chef du siège sous-régional caribéen de la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC); Monika Queisser, responsable de la division des politiques sociales de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE); et Therese Turner-Jones, responsable générale du Département géographique/Caraïbes de la Banque interaméricaine de développement (BID). Ces présentations ont exposé les répercussions économiques actuelles et projetées de la COVID-19 dans la région, et ont mis l’accent sur les impacts différentiés sur les femmes. De plus, les intervenants ont mis en avant des stratégies de récupération pouvant être mises en place par les gouvernements pour garantir des réponses inclusives, sensibles au genre et durables du point de vue de l’environnement.

Ce dialogue s’est vu enrichi par une série d’interventions de parlementaires, qui ont permis d’échanger de bonnes pratiques et de discuter davantage des présentations. Le webinaire s’est achevé avec un discours de la sénatrice jamaïcaine Saphire Longmore, membre du Conseil de ParlAmericas.

Pour plus d’information sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


9 juin 2020

ParlAmericas participe à une réunion virtuelle entre les présidentes et présidents des pouvoirs législatifs d’Amérique latine, organisé par l’Assemblée nationale d’Équateur, la présidence du Groupe de l’Amérique latine et des Caraïbes (GRULAC) de l’Union interparlementaire et l’Organisation des États américains (OEA)

Le lundi 8 juin, la membre de l’Assemblée nationale Elizabeth Cabezas (Équateur), présidente de ParlAmericas, a participé à une réunion virtuelle entre les présidentes et présidents des pouvoirs législatifs d’Amérique latine, intitulé Légiférer, représenter et exercer le contrôle politique dans la nouvelle normalité, et organisé par l’Assemblée nationale d’Équateur, la présidence du Groupe de l’Amérique latine et des Caraïbes (GRULAC) de l’Union interparlementaire et le Secrétariat général de l’Organisation des États américains (OEA).

Cet espace avait pour objectif d’aborder trois axes centraux qui se sont vus menacés par la crise actuelle de la COVID-19, à savoir la démocratie, le développement et la communication politique. Il s’agissait ainsi de prendre connaissance du travail réalisé par les parlements de la région pour faire face aux difficultés et défis liés à cette pandémie et continuer à remplir leurs fonctions consistant à légiférer, représenter et exercer le contrôle politique. Cette réunion a également compris des conversations sur le rôle joué par les pouvoirs législatifs pour la coopération et le développement post-COVID-19, ainsi qu’un dialogue sur la communication politique en période de crise.

Dans son intervention, la membre de l’Assemblée nationale Cabezas a souligné que « les parlements nationaux doivent jouer un rôle clé dans la récupération économique, non seulement en légiférant en faveur de nos peuples, mais aussi en nous assurant que les mesures adoptées sont intègres et transparentes, de façon à combattre toute forme de corruption. » De plus, elle a fourni un résumé sur la réunion récente entre les présidentes et présidents des pouvoirs législatifs d’Amérique et la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPAL), organisée par ParlAmericas. Au cours de celle-ci avait été soulignée l’importance de promouvoir la collaboration entre les pays pour œuvrer en faveur d’une plus grande intégration productive, commerciale et technologique dans la région, ainsi que pour assurer une reprise économique plus inclusive et durable.

Les autorités des pouvoirs législatifs des pays participants d’Amérique latine ont également pris part à ce dialogue, ce qui a permis un échange de bonnes pratiques et ouvert des perspectives plus vastes sur la situation actuelle dans la région.

Pour plus d’informations sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


5 juin 2020

Les présidentes et les présidents des pouvoirs législatifs d’Amérique ont participé à une réunion virtuelle avec la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPAL) sur la récupération économique et les mesures parlementaires communes à adopter face à la crise actuelle

Le vendredi 5 juin 2020, ParlAmericas a tenu une réunion virtuelle sur la récupération économique face à la COVID-19, avec la participation des présidentes, présidents, vice-présidentes et vice-présidents de 15 législatures d’Amérique, et une conférence magistrale de Mme Alicia Bárcena, secrétaire exécutive de la CEPAL. Les parlementaires, fonctionnaires parlementaires et ambassadeurs de la région y ont également assisté.

Cette activité a débuté avec un discours de bienvenue de la membre de l’Assemblée Elizabeth Cabezas (Équateur), présidente de ParlAmericas, et s’est poursuivie avec une conférence magistrale de Mme Bárcena. Elle y a souligné l’importance de promouvoir une récupération économique équitable dans la région : « Après cette crise, nous aurons besoin de canaux institutionnels pour écouter et traiter les multiples exigences résultant des sérieuses répercussions économiques et sociales de la COVID-19, et les parlements seront des acteurs essentiels à ce carrefour. Nous avons besoin d’un État providence fondé sur un nouveau pacte social (fiscal, social et productif) comprenant l’universalisation de l’accès à la santé, c’est-à-dire à l’infrastructure de base de la vie. »

Suite à cette conférence magistrale, un dialogue interparlementaire de haut niveau a été modéré par la sénatrice Rosa Gálvez (Canada), vice-présidente du Réseau parlementaire sur le changement climatique de ParlAmericas. Cet espace de partage a permis aux présidents et aux présidentes, présidents, vice-présidentes et vice-présidents des parlements d’échanger sur les mesures législatives prises dans leur pays afin d’atténuer l’impact socioéconomique de la pandémie.

Au cours de cette réunion virtuelle, les participantes et participants ont aussi échangé des informations sur le Compendium de mesures législatives et exécutives des Amériques et des Carïbes en réponse à la COVID-19, une ressource élaborée par ParlAmericas et l’Assemblée nationale de l’Équateur, et qui présente les premières mesures mises en place pour lutter contre les répercussions de la pandémie dans l’hémisphère. Ce compendium contient la législation et les décrets exécutifs qui ont été adoptés en matière de système de santé, de protection sociale et d’emploi, entre autres. Il souligne également des considérations liées à l’État ouvert, l’égalité des genres et la durabilité dans ces réponses, proposant ainsi plusieurs points de départ pour le dialogue sur des possibles actions futures.

Enfin, la membre de l’Assemblée Elizabeth Cabezas a prononcé un dernier discours en remerciant Mme Bárcena, la CEPAL et les présidentes et présidents présents pour ce dialogue productif : « La confusion et la méfiance sont des symptômes qui aggravent la situation économique de la région, qui a besoin de créer en urgence des conditions pour renforcer son économie de façon créative, innovante et capable de remplacer d’anciennes formules par de nouveaux paradigmes plus équitables, plus justes, et donnant la priorité au développement humain au lieu des chiffres bruts de la croissance financière. C’est pourquoi nous, les parlements, sommes plus que jamais dans l’urgence de répondre à notre peuple. Au-delà des différences politiques, les pouvoirs législatifs doivent rapidement proposer et approuver des normes solides fondées sur des données réelles et, surtout, qui représentent des solutions pratiques et concrètes pour le peuple. »

Pour obtenir plus d’information sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


27 mai 2020

ParlAmericas organise un panel parlementaire lors d’une réunion virtuelle sur l’élaboration de lois sensible au genre coordonnée par l’IRI-Panama en collaboration avec l’Assemblée nationale du Panama

Aujourd’hui, la branche panaméenne de l’Institut républicain international (IRI) a organisé un webinaire sur l’élaboration de lois sensible au genre à travers son Réseau des femmes pour la démocratie et en partenariat avec ParlAmericas et l’Assemblée nationale du Panama. Cette réunion virtuelle a réuni des parlementaires, des parlementaires suppléants et des maires du pays pour discuter et être formés à appliquer une approche de genre dans leur travail.

Les discours de bienvenue ont été prononcés par M. Humberto Collado, gestionnaire de programme pour l’IRI-Panama; son excellence Lilly Nicholls, ambassadrice du Canada au Panama; et Fernando Arce, député panaméen et membre du Conseil d’administration de ParlAmericas.

Dans le cadre du webinaire, ParlAmericas a organisé un panel avec des intervenantes locales et internationales qui ont montré comment la prise de décision égalitaire a bénéficié à leur pays. Le panel était modéré par Ana Giselle Rosas, membre de l’Assemblée nationale du Panama, et a compté les interventions de la députée canadienne Rosa Gálvez et de Betzaida Guerrero Moreno, une représentante du Forum des femmes dans les partis politiques du Panama (FONAMUPP). Chacune d’entre elles a souligné des stratégies pour travailler indépendamment des partis pour faire avancer l’égalité des hommes et des femmes et les droits de la personne.

Suite au panel, des facilitateurs et experts invités de l’IRI ont tenu une session de formation en ligne afin d’aider les participants à mettre en place les types de bonnes pratiques présentées lors du panel. Cette session était inspirée du « Manuel d’élaboration de lois sensible au genre » du Réseau des femmes pour la démocratie.  Ce webinaire s’est achevé avec le discours de la députée panaméenne Corina Cano qui a souligné l’importance de créer des alliances et des réseaux de solidarité pour institutionnaliser les bonnes pratiques abordées.


27 mai 2020

ParlAmericas participe au Forum andin sur les femmes parlementaires face à la pandémie de COVID-19

Elizabeth Cabezas, membre de l’Assemblée de l’Équateur et présidente de ParlAmericas, et la députée chilienne Paulina Núñez ont participé au Forum andin sur les femmes parlementaires face à la pandémie de COVID-19 organisé par le Centre du leadership pour les femmes d’Amérique, NDI Colombie, l’Observatoire de la participation politique des femmes en Équateur, PRO Mujer et l’Institut Violeta Correa. Ce forum comptant des participants venant de Bolivie, du Chili, de Colombie, d’Équateur, du Pérou et du Venezuela, a permis d’échanger des bonnes pratiques législatives répondant aux impacts sociaux et économiques de la pandémie de COVID-19, comme la hausse des niveaux de violence contre les femmes.

Lors de son intervention, la membre de l’Assemblée nationale Cabezas a abordé des actions dans le domaine de la santé et de l’emploi, en soulignant des considérations de genre à inclure dans toutes les réponses à cette crise. Elle a recommandé, entre autres, de mettre en place des protections du personnel soignant en première ligne, ce qui a des implications de genre indirectes étant donné que les femmes représentent la moitié des médecins et 80 % de la profession d’infirmier en Amérique latine et dans les Caraïbes. Mme Cabezas a parlé de l’importance d’aider les travailleuses et les travailleurs des économies informelle et du soin, des secteurs fortement touchés par la crise et qui comprennent principalement des femmes.

La députée Paulina Núñez a mis en avant des mesures prises par la Chambre des députés du Chili, comme des campagnes de soutien économique et de santé publique pour les populations vulnérables, une aide économique pour les victimes de violence domestique, et la prolongation du congé postnatal durant l’urgence sanitaire causée par le virus.

Cette rencontre a été très importante pour l’échange de bonnes pratiques aidant à assurer la durabilité et l’inclusivité de la récupération économique face à la COVID-19. Elle a illustré l’importance de la coopération interparlementaire et de l’intégration de l’égalité des genres dans le travail législatif.


22 mai 2020

ParlAmericas soutient la participation des parlementaires aux réunions régionales sur le leadership des femmes durant la pandémie de COVID-19

Cette semaine, ParlAmericas a soutenu la participation de parlementaires à des panels organisés dans le cadre de deux réunions régionales importantes tenues par des organisations partenaires. Ces réunions ont exploré les répercussions de la COVID-19 selon le genre et la nécessité du leadership des femmes dans les réponses face à la pandémie.

La première de ces réunions virtuelles, « Répondre, restructurer, récupérer :les femmes et la réponse face à la COVID-19 dans les Caraïbes, » a eu lieu le 19 mai 2020. Organisée par l’Organisation caribéen pour le leadership des femmes (CIWiL), cette session invitait des acteurs caribéens à dialoguer autour des expériences spécifiques aux femmes dans la région durant la pandémie de COVID-19. L’honorable Samantha Marshall (Antigua-et-Barbuda), députée et ministre de l’agriculture, a proposé une vision parlementaire de la question, en abordant des façons dont les parlementaires peuvent contribuer à développer des réponses nationales inclusives.

Le 21 mai 2020, le webinaire organisé par le Groupe de travail interaméricain sur le leadership des femmes et Women in Global Health, intitulé « COVID-19 :pourquoi le leadership des femmes peut-il faire la différence dans la réponse? Défis et opportunités en Amérique et dans les Caraïbes, au-delà de l’urgence, » a rassemblé des femmes leaders et des expertes du genre et de la santé d’Amérique latine et des Caraïbes. Cette session a été appuyée par ParlAmericas en tant que membre fondateur du groupe de travail. L’honorable Delma Thomas (Grenade), députée et ministre du développement social, du logement de l’autonomisation des communautés, a fait part de son point de vue sur le leadership politique des femmes dans la gestion de la crise causée par la COVID-19, ainsi que de stratégies visant à assurer que les femmes soient au centre de la réponse et des efforts de récupération en cas de futures crises.

Ces réunions ont créé un espace de dialogue essentiel entre les acteurs gouvernementaux, parlementaires, multilatéraux et de la société civile, sur les stratégies pour garantir que la réponse régionale face à la COVID-19 tienne compte des impacts différenciés. Elles ont de plus réaffirmé l’importance de l’engagement actif des femmes et d’autres groupes divers dans la gestion et la mise en œuvre de la réponse et des mesures de récupération.

Pour plus d’information sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


15 mai 2020

Le réseau OPeN organise un webinaire sur les parlements et les pandémies : passer au virtuel et maintenir l’ouverture en période de COVID-19

Le vendredi 8 mai, le webinaire « Parlements et pandémies : passer au virtuel et maintenir l’ouverture en période de COVID-19 » s’est déroulé dans le cadre du Forum numérique Réponse ouverte + Récupération ouverte du Partenariat pour un gouvernement ouvert (PGO). Cet événement a été organisé par l’OPeN (Réseau numérique pour un parlement ouvert), composé de Directorio Legislativo, l’Institut national démocratiqueParlAmericas, la Fondation Westminster pour la démocratie, le Bureau des institutions démocratiques et des droits de l’homme de l’OSCE et le Réseau latino-américain pour la transparence législative.

La session a été modérée par María Baron, directrice exécutive internationale de Directorio Legislativo, et des intervenants du monde entier y ont participé : Marc Serré, député canadien et membre du Conseil de ParlAmericas; Marta González Vázquez, députée espagnole; Leonardo Barbosa, secrétaire général de la Chambre des députés du Brésil; et Sammy Obeng, directeur exécutif du Réseau parlementaire Afrique (PNAfrica). Cette discussion a permis d’analyser en détail comment les parlements du monde entier adaptent leurs pratiques afin de poursuivre leur travail tout en respectant les directives actuelles de distanciation sociale. Elle a également abordé les outils et les stratégies employées dans différents pays, non seulement pour que les parlements demeurent opérationnels durant la crise, mais aussi pour garantir qu’ils continuent à travailler dans l’ouverture et la transparence. Les intervenants ont souligné que l’ouverture, la transparence et l’innovation peuvent aider les institutions à être plus résilientes et mieux préparées à faire face à de nouvelles difficultés, comme celles entraînées par la pandémie de COVID-19. Ce sont des aspects fondamentaux car ils permettent aux législatures de continuer à exercer leurs fonctions à un moment où leurs rôles de représentation, de législation et de contrôle sont essentiels à l’équilibre des pouvoirs et pour assurer la responsabilité et la protection effective des secteurs vulnérables de la société, tout en apportant une réponse agile et rapide face à la situation difficile que la société traverse.

Ce dialogue a été le premier organisé dans le cadre de « La Conversation de 2020 sur le parlement ouvert », une série de séminaires qui aborderont un certain nombre de sujets au cours des prochains mois, afin d’explorer la façon dont les parlements réagissent aux défis qu’ils rencontrent. Vous pouvez visionner le webinaire ici : https://www.youtube.com/watch?v=GlrvWBt1wxQ

 


12 mai 2020

ParlAmericas et l’Institut républicain international ont organisé un séminaire en ligne sur l’importance de l’ouverture législative, en partenariat avec l’Assemblée nationale du Panama

Le mercredi 29 avril 2020, ParlAmericas et l’Institut républicain international (IRI) ont organisé, avec le soutien généreux de l’Assemblée nationale du Panama, un séminaire en ligne sur le parlement ouvert et les plans d’action pour l’ouverture législative, afin de poursuivre les mesures en la matière au Panama.

La sénatrice Blanca Ovelar (Paraguay), présidente du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas, le député Fernando Arce (Panama), membre du Conseil de ParlAmericas, et Beatriz de Anta, directrice résidente de l’IRI au Panama, ont souhaité la bienvenue aux participants. La sénatrice Ovelar a souligné que « ParlAmericas salue les efforts considérables des parlements de la région pour continuer de se réunir virtuellement et les encourage à poursuivre leur travail législatif en respectant les normes de transparence, de responsabilité, de participation citoyenne et d’éthique, qui sont les piliers d’un parlement ouvert ». Le député Arce, quant à lui, a parlé de la période difficile que vivent actuellement nos pays et a précisé qu’« il est important de se rappeler que nous toutes et tous, députées, députés, fonctionnaires, citoyennes et citoyens, devons agir ensemble pour combattre cette crise et prendre soin non seulement de notre santé, mais aussi de celle de notre démocratie ».

Lors de cette activité, Patricio Vallespín, ancien député chilien, a expliqué l’importance de l’ouverture législative pour l’action politique actuelle, où miser sur un parlement ouvert permet de renforcer la crédibilité, la confiance et la légitimité de la part des citoyens. Natalí Casanova, agente de programme principale du programme pour un parlement ouvert de ParlAmericas, a ensuite souligné que faire avancer cet agenda a aussi impliqué d’adopter des mesures pour la modernisation du parlement, ce qui a facilité la transition vers les séances virtuelles que les législatures nationales réalisent aujourd’hui afin de poursuivre leur travail face à la crise que traverse le monde entier. Après ces présentations, les expériences du Chili et du Paraguay ont été exposées par Rocío Noriega, conseillère du Groupe bicaméral sur la transparence du Congrès du Chili, et par María Liz Sosa, directrice générale du renforcement législatif et de la coopération externe de la Chambre des sénateurs du Paraguay. Elles ont toutes deux mis l’accent sur l’importance d’impliquer les organisations de la société civile dans les processus de co-création et de mise en œuvre des engagements envers l’ouverture législative, ainsi que pour aborder d’autres sujets liés, tels que les Objectifs de développement durable.

Cet événement s’est achevé avec un discours de Mme Lilly Nicholls, ambassadrice du Canada au Panama, et de Beatriz de Anta, directrice résidente de l’IRI au Panama.


8 mai 2020

Des mesures législatives pour prévenir la violence contre les femmes pendant la pandémie de COVID-19

Le vendredi 8 mai 2020, ParlAmericas a réalisé sa première réunion virtuelle organisée par le Réseau parlementaire pour l’égalité des genres (RPEG) sur les mesures législatives visant à prévenir la violence contre les femmes pendant la pandémie de COVID-19.

De nombreux parlementaires et fonctionnaires des parlements venant de 14 pays d’Amérique latine y ont participé. Les intervenantes (Yeliz Osman, spécialiste des politiques d’élimination de la violence contre les femmes pour le Bureau régional pour l’Amérique latine et les Caraïbes de l’ONU Femmes; la membre de l’Assemblée nationale Karina Arteaga (Équateur), vice-présidence du RPEG pour l’Amérique du Sud; la députée Marcela Sabat (Chili), vice-présidente adjointe du RPEG pour l’Amérique du Sud; et la sénatrice Verónica Camino (Mexique), vice-présidente du RPEG pour l’Amérique du Nord) ont exposé des expériences et mesures de prévention importantes que les parlements peuvent adopter pour faire face à la hausse des cas de violence contre les femmes durant cette pandémie, en particulier de violence conjugale. La députée Cristina Cornejo (Le Salvador), vice-présidente du RPEG pour l’Amérique centrale, a prononcé le discours de clôture de cette session.

La membre de l’Assemblée nationale Elizabeth Cabezas (Équateur), présidente de ParlAmericas, a aussi signalé qu’« il est évident que la santé publique et les impacts économiques ont accaparé nos efforts dans un premier temps, mais nous ne pouvons pas ignorer d’autres épidémies silencieuses et honteuses qui persistent durant la pandémie de COVID-19. Je parle des violences faites aux femmes, aux garçons, aux filles et aux adolescentes et adolescents ». De même, la députée Maya Fernández Allende (Chilie),  présidente du RPEG, a lancé un appel à « mettre la sécurité et l’intégrité des femmes au centre des réponses parlementaires face à la COVID-19, grâce à des mesures législatives de prévention de la violence basée sur le genre ».

Pour plus d’information sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux.


1 mai 2020

Des présidentes et présidents, membres et des fonctionnaires des parlements se sont rassemblés lors d’une réunion en ligne sur les sessions parlementaires virtuelles durant la pandémie de COVID-19

Le 1er mai 2020, ParlAmericas et l’Association parlementaire du Commonwealth (CPA) ont organisé une réunion en ligne sur les sessions parlementaires virtuelles durant la pandémie de COVID-19 pour les présidentes et présidents parlementaires, les parlementaires et les greffières et greffiers de parlements anglophones des Amériques et des Caraïbes.

Des fonctionnaires parlementaires de 17 parlements de la région y ont participé. Les intervenants spécialistes (l’honorable Juan Watterson, président de la Chambre des Clefs de Tynwald, du Parlement de l’Île de Man; Luiz Fernando Bandeira de Mello, secrétaire général du Conseil d’administration du Sénat brésilien; et Matthew Hamlyn, directeur stratégique de l’équipe chargée des affaires de la Chambre des communes du Royaume-Uni) ont exposé des points de vue intéressants sur les expériences et les difficultés techniques et politiques de leur parlement au moment de réaliser des sessions parlementaires et de comité virtuelles.

Les présentations des intervenants ont été suivies d’une discussion modérée par le président de la réunion, le sénateur Ranard Henfield (Bahamas), vice-président du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas pour les Caraïbes. Il a souligné que « la représentation parlementaire est un service essentiel qui doit être maintenu, particulièrement lorsque le peuple traverse une crise sanitaire et économique ».

L’honorable Brigid Annisette-George, présidente de la Chambre des représentants de Trinité-et-Tobago, membre du Conseil d’administration de ParlAmericas et membre du comité exécutif international de la CPA, a conclu en remerciant les intervenants et les participants de ce « dialogue passionnant sur les difficultés auxquelles nos parlements font face en ce moment. Les espaces de collaboration fournis par ParlAmericas et la CPA sont particulièrement importants et utiles en ce moment, pour soutenir la démocratie et la bonne gouvernance dans notre hémisphère et en dehors ».

Pour plus d’information sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux. Pour plus d’information sur la CPA, rendez-vous sur www.cpahq.org et suivez @CPA_Secretariat sur Twitter.

La CPA a également publié une boîte à outils pour aider les parlementaires à maintenir la démocratie parlementaire pendant la pandémie de COVID-19 (Coronavirus). Veuillez vous rendre sur www.cpahq.org/cpahq/coronavirus pour en télécharger un exemplaire.


23 avril 2020

Le Groupe de travail interaméricain appelle à une représentation égale des femmes dans le processus décisionnel lié à la Covid-19

En tant que membre du Groupe de travail interaméricain sur le leadership des femmes, ParlAmericas est heureux d’appuyer cet appel à la parité des genres dans les réponses à la Covid-19 dans la région. La déclaration du Groupe de travail suit ici (en anglais)


20 avril 2020

Réunion en ligne – Organiser des sessions parlementaires virtuelles pour les fonctionnaires parlementaires

Le jeudi 16 avril 2020, ParlAmericas a organisé sa première réunion virtuelle pour des fonctionnaires parlementaires d’Amérique latine, sur l’organisation de sessions parlementaires virtuelles dans le cadre de la pandémie de COVID-19.

Des fonctionnaires issus des parlements de 16 pays de la région y ont participé. Les intervenants étaient Gustavo Vasconcellos, analyste en technologie et information à la Direction de l’innovation et des TIC de la Chambre des députés du Brésil; Miguel Landeros, secrétaire général de la Chambre des députés du Chili; et Claudio Prieto, coordinateur général de la technologie et de l’information de l’Assemblée nationale de l’Équateur. Ils ont fait part d’expériences très intéressantes en matière de mesures d’adaptation des parlements pour permettre aux législatures de jouer leur rôle important en exerçant leurs fonctions durant cette période sans précédent de notre histoire.

Aussi, la membre de l’Assemblée Elizabeth Cabezas (Équateur), présidente de ParlAmericas, a déclaré durant son intervention que « nous nous engageons à apporter des outils utiles et des espaces de dialogue pour échanger les bonnes pratiques mises en place dans la région pour affronter les difficultés causées par la pandémie de COVID-19, et pour permettre aux parlements de s’adapter à ce nouveau système de télétravail. » De même, au début de la réunion, le président de l’Assemblée nationale de l’Équateur, César Litardo, a fait part de l’expérience fructueuse d’adoption de lois via une nouvelle plateforme de vote, comme pour la loi sur la pêche et l’aquaculture, ou la loi sur l’alimentation scolaire.

Lors des conclusions, la députée María Inés Solís Quirós (Costa Rica), membre du Conseil d’administration de ParlAmericas, a souligné que « l’expérience et les bonnes pratiques partagées par les intervenants et les participants nous permettent d’approfondir nos connaissances tout en continuant d’évaluer les options, et de définir des solutions s’adaptant au mieux à nos parlements et à nos contextes nationaux. »

Pour plus d’information sur le travail de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez-nous sur les réseaux sociaux @ParlAmericas.


26 mars 2020

Publication sur la COVID-19 et le rôle du parlement durant une pandémie

La pandémie mondiale du virus de la COVID-19 représente un défi sans précédent face auquel nous devons développer des techniques innovantes pour assurer nos fonctions respectives en suivant les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour prévenir la contagion du virus. Les parlements étant l’instance suprême de représentation démocratique, nous, parlementaires devons continuer de faire entendre la voix du peuple, et le maintenir informé des mesures adoptées pour protéger la santé publique.

C’est pourquoi ParlAmericas a rédigé une publication sur la COVID-19 et le rôle du parlement durant une pandémie afin de proposer un aperçu général des conséquences socio-économiques et sur la santé publique de cette pandémie; des recommandations d’atténuation et d’adaptation pour poursuivre le travail parlementaire; et une réflexion sur le rôle important des parlementaires durant les crises sanitaires, en tenant compte également de la fonction de contrôle politique des mesures adoptées dans nos pays.

Ce document présente des mesures que les parlements mettent en pratique, telles que l’approbation de dispositions permettant de tenir des sessions plénières et de comité virtuelles, comme c’est le cas au Brésil, au Chili et en Équateur[1]. Nous nous permettons donc de vous apporter notre aide et nos conseils, en vous informant des outils et efforts déployés.

Cette publication sera mise à jour pour refléter les évolutions concernant la COVID-19. Nous serions donc ravis de recevoir vos commentaires et de connaître les mesures d’atténuation et d’adaptation mises en place dans les parlements d’Amérique et des Caraïbes. Veuillez les transmettre à l’adresse parlamericasopn@parlamericas.org.

Nous encourageons les législatures de notre hémisphère à voir en cette situation une opportunité de coordonner leurs actions et de renouveler les activités de coopération pour nos peuples.


[1] Le Parlement équatorien a approuvé le « Règlement pour la mise en œuvre des séances virtuelles et le télétravail émergent ». Il a aussi mis en place des plateformes numériques (séances et votes) et des canaux électroniques de prise en charge. Ces efforts permettent de maintenir la prestation de services institutionnels. Voici des coordonnées à contacter pour obtenir plus d’informations sur l’expérience de l’Équateur : gloria.larenas@asambleanacional.gob.ec et alejandro.galarza@asambleanacional.gob.ec.

Elizabeth Cabezas

Membre de l’Assemblée, Équateur

Présidente de ParlAmericas


12 mars 2020

5e Rencontre du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas reportée

En réponse à la situation mondiale en ce qui concerne l’épidémie et l’expansion du coronavirus (COVID-19), la Chambre des députés du Brésil et ParlAmericas ont le regret de vous informer que la 5e Rencontre du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas: Lutter contre la désinformation pour promouvoir un débat public responsable qui devait avoir lieu à Brasilia, Brésil, du 1er au 3 avril 2020, a été reportée pour la sécurité des délégations parlementaires, des spécialistes et des organisations internationales qui participeraient à la réunion et pour éviter d’amplifier la propagation du virus.

La Chambre des députés du Brésil et ParlAmericas sont en pourparlers pour définir de nouvelles dates pour cette réunion, tout en suivant de près l’évolution de COVID-19 et les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé. Une fois confirmées, les parlements membres et les institutions internationales seront informés des nouvelles dates.

ParlAmericas réaffirme son engagement à continuer de promouvoir l’ouverture législative dans l’hémisphère et à travailler pour atteindre ses buts et objectifs pour 2020.


4 mars 2020

Des jeunes femmes de Trinité-et-Tobago siègent au Parlement pour la Journée internationale des femmes

Les 5, 6 et 9 mars 2020, ParlAmericas et l’Institut caribéen pour le leadership des femmes (CIWiL) accueilleront l’initiative inaugurale Les Jeunes femmes dans le leadership (Young Women in Leadership initiative, ou YWiL) à Port-d’Espagne, en partenariat avec le Parlement de Trinité-et-Tobago. Cette initiative réunira plus de 55 jeunes dirigeantes de tout le pays de 18 à 25 ans, intéressées par la politique et le leadership des communautés, pour participer à des ateliers de renforcement des compétences, des sessions de réseautage, et un dialogue sur des thèmes d’importance nationale. Les ateliers se concluront le 9 mars par une séance parlementaire historique au Parlement de Trinité-et-Tobago, où uniquement des femmes siégeront pour célébrer la Journée internationale des femmes.

Fondée sur le concept du leadership transformationnel pour soutenir la réalisation des droits de la personne et l’égalité totale de tous les individus, les ateliers sur le leadership de la YWiL incluront des sessions sur l’application d’une approche de genre à la prise de décision, la création de compétences de leadership efficaces, et l’exploration des styles de leadership personnels et la planification.

Ces ateliers de leadership sur deux jours prépareront les participantes à la toute première session parlementaire entièrement féminine de la YWiL à la Chambre des représentants, où chacune jouera un rôle de parlementaire ou de haute fonctionnaire du Parlement lors d’un débat sur un projet d’amendement du budget élaboré à travers un processus de budgétisation sensible au genre. Cette simulation de projet proposera des réaffectations budgétaires conformes aux priorités identifiées en matière d’égalité des genres, que les participantes étudieront afin de partager des réponses fondées sur leur expertise et leurs recherches, et en ligne avec leur rôle assigné. La session se terminera par un discours de l’honorable Bridgid Annisette-George, présidente de la Chambre des représentants et membre du Conseil d’administration de ParlAmericas.

Cette initiative fait partie d’une série d’activités similaires qui seront organisées dans des pays de la région, constituant un élément principal du projet commun de ParlAmericas et du CIWiL visant à promouvoir la participation politique des femmes dans les Caraïbes, et appuyé par le Gouvernement canadien par l’entremise d’Affaires mondiales Canada. Chaque activité sera conçue pour encourager les jeunes femmes à envisager une carrière dans le leadership public, et à renforcer leurs connaissances, leurs compétences et les réseaux utiles pour ce travail. Les participantes seront également invitées à faire part de leurs apprentissages afin d’avoir un impact positif sur leur communauté et leur pays.

Suivez cet événement avec #YWiLTT, ou en vous rendant sur les réseaux sociaux de @ParlAmericas et du @_CIWiL.


10 février 2020

ParlAmericas co-organise une réunion multipartite sur le positionnement des Caraïbes concernant Beijing +25 et au-delà

Les 10 et 11 février 2020, ParlAmericas co-organisera une réunion multipartite en collaboration avec le Bureau multi-pays de l’ONU Femmes pour les Caraïbes; l’Institut pour les études sur le genre et le développement : Unité Nita Barroz à l’Université des Indes occidentales – Cave Hill; l’Institut caribéen pour le leadership des femmes (CIWiL); la Fondation Westminster pour la démocratie; et la CARICOM. Cette rencontre intitulée Construire une position coordonnée pour les Caraïbes dans les négociations sur Beijing +25 rassemblera des ministres, des parlementaires et des représentants de la société civile, d’organisations multilatérales, et d’organismes pour l’égalité des genres de pays caribéens anglophones.

Cet événement aura pour objectif de permettre un dialogue ciblé sur les procédures d’examen, les négociations et les prochaines étapes pour la région caribéenne dans le cadre de forums célébrant le 25e anniversaire de la Déclaration et Programme d’action de Beijing, résultat de l’historique quatrième Conférence mondiale sur les femmes.

Le président de l’Assemblée de la Barbade et membre du Conseil d’administration de ParlAmericas, l’honorable Arthur Holder, prononcera un discours de bienvenue au nom de ParlAmericas. Le programme prévoit également plusieurs autres interventions et contributions parlementaires sur les enjeux de l’égalité des genres pour la région.

Nous espérons que les résultats de cette réunion contribueront à l’alignement du plaidoyer et du message politiques à la 64e session de la Commission de la condition de la femme qui aura lieu prochainement, avant plusieurs autres rencontres régionales et internationales autour des engagements pour l’égalité des genres. Ces rencontres incluront des activités associées à Génération Égalité, une initiative multigénérationnelle qui aura cette année plusieurs occasions stimulantes d’aborder les objectifs non atteints en matière d’autonomisation des femmes dans tous les domaines de la vie.

Pour suivre et participer virtuellement à cette rencontre sur les réseaux sociaux de ParlAmericas, vous pouvez utiliser les hashtags #Beijing25Caribbean et #ParlAmericasGEN.


10 février 2020

ParlAmericas fait un appel au dialogue au Salvador

Suite aux évènements qui se sont déroulés à l’Assemblée Législative du Salvador le dimanche 9 février, ParlAmericas souhaite exprimer son inquiétude et appel au dialogue à tous les acteurs et institutions démocratiques du système politique, valorisant son autonomie et agissant pour les meilleurs intérêts de sa citoyenneté afin de surmonter la crise politique.

L’indépendance des parlements est fondamentale dans la démocratie pour garantir un équilibre entre les pouvoirs de l’État. La membre de l’Assemblée nationale de l’Équateur et présidente de ParlAmericas, Elizabeth Cabezas, a affirmé que « en vertu du principe universel de la souveraineté et du droit à l’autodétermination, nous préconisons la recherche d’une solution imminente afin de réduire la tension politique et sociale à la situation actuelle du pays.»

En tant qu’institution qui promeut la diplomatie parlementaire dans le système interaméricain, ParlAmericas réitère sa profonde vocation démocratique et sa volonté de contribuer au renforcement des institutions parlementaires dans toute la région.


31 janvier 2020

ParlAmericas a participé à la 14e Conférence régionale sur les femmes en Amérique latine et aux Caraïbes

Durant la semaine du 25 au 31 janvier 2020, ParlAmericas a participé à la 14e Conférence régionale sur les femmes en Amérique latine et aux Caraïbes, un organe subsidiaire de la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC), convoqué tous les trois ans au moins.

Cette conférence avait pour thème « L’autonomie des femmes dans l’évolution des scénarios économiques » et a été organisée dans la ville de Santiago par le Gouvernement chilien. Des ministres, des parlementaires, des représentantes et représentants de gouvernement, des spécialistes et des activistes de toute la région y ont assisté. Elle a constitué un forum servant à évaluer la situation de l’autonomie et des droits des femmes aux niveaux régional et sous-régional, à présenter des recommandations de politiques publiques pour l’égalité des genres, et à faire des rapports nationaux de l’exécution des plans et accords régionaux et internationaux en la matière. Cette année, l’événement a été particulièrement important étant donné les procédures de révision mondiales qui sont en cours pour marquer le 25e anniversaire de la Déclaration et du Programme d’action de Beijing.

Un résultat central de cette rencontre a été l’adoption de l’Engagement de Santiago, qui reconnaît les avancées et les progrès réalisés dans la région au cours des 25 dernières années, comme le signalent les rapports nationaux remis à la CEPALC et à l’ONU Femmes. Il décrit également les engagements gouvernementaux à adopter des mesures visant à accélérer la mise en œuvre effective du Programme de Beijing et de l’Agenda régional sur le genre.

Le Groupe de travail interaméricain sur l’autonomisation et le leadership des femmes a organisé un événement officiel en parallèle dans le cadre de la conférence, intitulé « Investir dans le leadership des femmes pour faire évoluer les scénarios économiques : leçons et coopération avec le secteur privé ». On comptait parmi les intervenants l’honorable Samantha Marshall, ministre des Affaires de genre (Antigua-et-Barbuda); Carolina Cuevas Merino, sous-secrétaire au Ministère des Femmes et de l’égalité des genres (Chili); Cecilia Flores Castañón, présidente de Women CEO (Pérou); Bridget Lewis, co-fondatrice de SheLeadsIt (Caraïbes); Johnny Méndez, directeur des communications à Medronic (Chili); et Liriola Leoteau de Ávila, défenseuse des droits des femmes (Panama).

Le Groupe de travail, dont ParlAmericas est membre actif, a également tenu une réunion de planification de travail interne en marge de la conférence.


25 janvier 2020

ParlAmericas participe à la 11e session de la Commission interparlementaire de suivi de l’Alliance du Pacifique (CISAP)

Le 23 et 24 janvier 2020, la membre de l’Assemblée Elizabeth Cabezas (Équateur), présidente de ParlAmericas, a participé à la 11e session de la Commission interparlementaire de suivi de l’Alliance du Pacifique (CISAP), qui a eu lieu à Santiago, Chili. A cette occasion, les délégations parlementaires du Chili, Colombie, Équateur et Mexico, ainsi que l’ancienne Ministre et ancienne membre du congrès Ana María Choquehuanca (Pérou) ont participé.

Durant cette rencontre de la CISAP, les déléguées et les délégués ont abordé des thèmes de priorité majeure dans la région, comme l’immigration et le changement climatique. Aussi, il a été question de la situation politique, économique et social en Amérique Latine et l’intérêt des pays membres et associés de l’Alliance du Pacifique à réussir un développement humain selon les attentes de la région.

La membre de l’Assemblée Elizabeth Cabezas (Équateur), a souligné que « des espaces comme celui-ci nous permettent d’accompagner des initiatives multilatérales qui favorisent une grande croissance économique par le biais de la coopération et de l’intégration entre les pays de notre région. Il nous permet également de ratifier à partir du législatif, les mécanismes et les normes par lesquelles se réalisent ces accords de coopération ». La membre du parlement a également souligné la mission de ParlAmericas sur le renforcement de la démocratie et la gouvernance sur l’hémisphère par le dialogue politique coopératif et les bonnes pratiques législatives.

Pour sa part, Mme Choquehuanca a partagé son expérience en mettant en œuvre le Caucus vert multipartite au Congrès de la République du Pérou avec le soutien de ParlAmericas. Elle a expliqué le processus d’établissement des bases pour la mise en œuvre du Caucus, ainsi que les engagements de travail. Elle a également informé de l’engagement du pouvoir exécutif envers le Caucus vert afin de faire progresser la législation relative au changement climatique, aux domaines de compensation environnementales, à la récupération d’écosystèmes forestiers dégradés et à la préservation des zones naturelles protégées. Enfin, elle a évoqué la possibilité de reproduire cette initiative dans d’autres parlements de l’hémisphère.

Pour plus d’information sur le travail de ParlAmericas, visitez www.parlamericas.org et suivez-nous sur les réseaux sociaux à travers de @ParlAmericas.


6 janvier 2020

Communiqué sur le Venezuela

ParlAmericas souhaite exprimer sa profonde inquiétude suite aux événements récents au Venezuela, lors de l’élection du conseil d’administration de l’Assemblée nationale.

Les parlements nationaux sont des institutions essentielles à la démocratie et garantissent l’équilibre entre les pouvoirs de l’État. En vertu du principe universel de souveraineté du peuple et du droit à l’autodétermination, c’est avec respect que ParlAmericas appelle à un dialogue intégrant le pluralisme politique du pays.

La membre de l’Assemblée équatorienne et présidente de ParlAmericas, Elizabeth Cabezas, a affirmé que « nous prônons la reprise du dialogue entre les pouvoirs politiques du Venezuela dans un cadre de respect total des libertés et des mécanismes institutionnels, pour rechercher une solution démocratique et pacifique à la situation actuelle du pays ». Elle a ajouté que « il faut assurer les libertés d’expression et de réunion ». ParlAmericas réitère sa profonde vocation démocratique et sa volonté de contribuer au renforcement des institutions parlementaires dans toute la région.


13 décembre 2019

Des déléguées du Comité exécutif du Réseau parlementaire sur le changement climatique de ParlAmericas ont assisté à la COP25 et appelé à une action climatique forte

Une délégation de parlementaires des Amériques et du Comité exécutif du Réseau parlementaire sur le changement climatique (RPCC) de ParlAmericas ont participé de manière active à des séances officielles de la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques COP25, qui a eu lieu du 2 au 13 décembre à Madrid, en Espagne. Cette délégation était composée de la membre de l’Assemblée nationale (Équateur) Ana Belén Marín, présidente du RPCC; de la sénatrice Rosa Galvez (Canada), vice-présidente du RPCC pour l’Amérique du Nord; et de la membre de l’Assemblée législative Paola Vega (Costa Rica), vice-présidente du RPCC pour l’Amérique centrale.

Cette année, l’objectif premier de la COP était d’élever l’ambition générale de toutes les Parties afin de préparer la mise à jour des Contributions déterminées au niveau national (CDN) en 2020. Lors de la COP25, un appel commun des parties prenantes, y compris des parlementaires de la délégation, visait à rendre les CDN plus inclusives en consultant différents acteurs lors de leur création, et en tenant compte des droits de la personne, de l’égalité des genres et autres dimensions sociales des solutions climatiques proposées.

La sénatrice Galvez a apporté des points de vue parlementaires lors de séances parallèles de haut niveau et de réunions bilatérales. « Nous avons pu aborder les défis les plus urgents que rencontre l’humanité aujourd’hui et nous concentrer sur des façons de transformer les systèmes de l’énergie, des transports, de l’alimentation et de l’agriculture. » Au sujet du bilan de la COP25, la sénatrice Galvez a conclu : « Il est décevant que les pays présents n’aient pas réussi à se mettre d’accord sur des règles solides et des mécanismes de financement fondés sur le respect des droits de la personne et des droits autochtones. Il est plus évident que jamais qu’il faut s’attaquer à l’injustice climatique dont souffrent les nations insulaires et de nombreuses communautés dans le monde entier connaissant déjà de sérieux impacts. Pourtant, ce recul international indique clairement le besoin de dialoguer davantage au sein de nos régions et communautés. Les parlementaires ont des responsabilités uniques d’aider à élever l’ambition de leur pays pour favoriser le dialogue social nécessaire pour aborder ce problème urgent sans causer davantage de divisions sociales. »

ParlAmericas était représenté par la membre de l’Assemblée nationale (Équateur) Ana Belén Marín à l’événement Action Hub Programmes volontaires de gestion du carbone : Contribuer à l’atténuation à travers les marchés du carbone, où elle a décrit la participation de l’organisation à l’initiative Climate Neutral Now, et a lancé le nouveau Guide de consultation sur les parlements verts. Mme Marín a également présenté le point de vue législatif au panel de haut niveau Transition juste vers une économie verte inclusive : Un moteur pour une action climatique ambitieuse et les ODD. « Nous sommes ici pour représenter ParlAmericas et vous faire part de nos connaissances, mais [aussi] pour apprendre des choses sur des sujets extrêmement importants comme la transition juste […] et comment nous pouvons continuer à bâtir des économies vertes, et [contribuer] à des politiques renforçant la neutralité carbone à partir de nos espaces parlementaires. »

La membre de l’Assemblée législative Paola Vega (Costa Rica) a représenté ParlAmericas à la séance parallèle officielle Tendances mondiales en matière de litige et de législation climatique : Renforcer la résilience et l’adaptation, où elle a présenté le Protocole parlementaire pour la réduction des risques de catastrophe et l’adaptation au changement climatique élaboré par ParlAmericas en collaboration avec l’UNISDR. Durant la COP, Mme Vega a également participé à une réunion parlementaire organisée par l’Union interparlementaire, le 10 décembre au Congrès des députés d’Espagne. Elle y a parlé du travail important mené dans l’hémisphère en matière de changement climatique et ses liens avec l’égalité des genres et le parlement ouvert.

Cette délégation a été possible grâce au soutien du Gouvernement canadien par l’entremise d’Affaires mondiales Canada. Pour plus d’informations sur notre travail en matière de changement climatique, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez-nous sur les réseaux sociaux avec le hashtag #ParlAmericasCC.


12 décembre 2019

ParlAmericas a participé à la 2e réunion de la Communauté de pratiques sur la fiabilité du budget

Les 5 et 6 décembre, la députée María Inés Solís Quirós (Costa Rica), membre du Conseil de ParlAmericas, a représenté l’organisation à la deuxième réunion de la Communauté de pratiques sur la fiabilité du budget, organisée par le Partenariat budgétaire international (IBP), à Washington DC aux États-Unis d’Amérique. Des représentantes et des représentants de gouvernements, de la société civile et d’organisations internationales ont participé à cette réunion pour faire part de leurs connaissances en matière de budget, de certains problèmes découlant des dérives budgétaires, et du rôle des différents acteurs de la société dans la collaboration pour exiger le respect du budget adopté.

Un facteur clé de la fiabilité du budget est la confiance du public en les priorités établies dans le budget. L’un des principaux problèmes identifiés par l’IBP, en particulier dans les pays aux ressources faibles, est le manque d’exécution de projets budgétaires de développement économique et social, dû à des écarts par rapport au budget. ParlAmericas a apporté un point de vue législatif aux discussions, tenant compte du rôle important des parlements dans la planification, la mise en œuvre et le contrôle des budgets.

La députée Solís Quirós a participé au panel Le Rôle des acteurs du contrôle budgétaire et a parlé du rôle des parlements dans les différentes phases du budget national, de son élaboration à son adoption et la phase d’audit des dépenses, en mettant l’accent sur le travail de contrôle effectué par le parlement pour exiger des comptes.

Elle a affirmé que « le manque de transparence dans le rendement de comptes sur les changements de priorités entraîne le scepticisme et la méfiance du public envers les engagements des gouvernements. C’est pourquoi les parlements jouent un rôle essentiel dans l’analyse, la modification et le contrôle de l’affectation budgétaire afin d’assurer qu’il soit fiable et exécuté de manière effective. »

De même, elle a présenté la publication Renforcer la responsabilité à travers la transparence fiscale : Trousse d’outils pour les parlementaires d’Amérique et des Caraïbes, élaborée par ParlAmericas en collaboration avec l’Institut des finances publiques et de la démocratie (IFPD) et l’Initiative mondiale pour la transparence fiscale (GIFT, de son sigle anglais). Cette publication présente des opportunités pour améliorer la transparence, la responsabilité et la participation citoyenne dans les différentes phases du budget soumis au parlement, et met en avant la collaboration constante avec des institutions gouvernementales, la société civile et autres parties prenantes.

La réunion s’est achevée avec une discussion sur les prochaines étapes, qui a souligné l’importance de viser davantage de collaboration avec les différents acteurs gouvernementaux du contrôle budgétaire, comme les parlements, car ce sont des entités stratégiques pour exiger la transparence et la responsabilité du gouvernement en matière de dépenses budgétaires.


2 décembre 2019

Des fonctionnaires parlementaires d’Amérique latine se réunissent au Panama pour échanger des expériences et des bonnes pratiques en matière de parlement ouvert

Des fonctionnaires des parlements de plusieurs pays d’Amérique latine se réuniront les 4 et 5 décembre dans la Ville de Panama, au Panama, pour la 1ère Réunion du Réseau de fonctionnaires pour le parlement ouvert.

Le Réseau pour un parlement ouvert (RPO) est un espace dans lequel les parlementaires promeuvent l’ouverture législative en renforçant la transparence, l’accès à l’information publique, la responsabilité, la participation citoyenne, l’éthique et la probité. Pour cela, ils encouragent l’adoption de plans d’action, d’engagements et d’initiatives abordant ces sujets, en étroite collaboration avec la société civile et le public grâce à des processus de co-création. Les fonctionnaires parlementaires jouent un rôle important dans la mise en œuvre de ces mesures, en plus de soutenir leur durabilité et institutionnalisation. C’est pourquoi un réseau de fonctionnaires qui mettent en œuvre des initiatives pour un parlement ouvert a été créé au sein du RPO.

Durant cette réunion, des fonctionnaires parlementaires échangeront leurs expériences dans la mise en œuvre de mesures promouvant l’ouverture législative, y compris des stratégies visant à renforcer les services parlementaires pour le public, à définir des aspects pertinents pour la responsabilité du parlement, à faciliter la participation citoyenne au processus législatif et à contribuer à un kit d’outils sur la transparence législative.

« Je suis honoré d’accueillir des fonctionnaires parlementaires d’Amérique latine au Panama pour cette remarquable occasion qui favorisera l’échange d’expériences sur la mise en œuvre d’initiatives promouvant l’ouverture législative », a déclaré le député panaméen Fernando Arce, membre du Conseil de ParlAmericas.

La membre de l’Assemblée Elizabeth Cabezas (Équateur), présidente de ParlAmericas, a souligné que « Il est essentiel de progresser dans l’ouverture législative car elle contribue à la légitimité du régime politique et à la confiance envers les institutions démocratiques. Ce programme est très important pour ParlAmericas car il apporte aussi des outils pour lutter contre la corruption et est indispensable à l’atteinte des Objectifs de développement durable de l’Agenda 2030.”

La sénatrice Blanca Ovelar (Paraguay), présidente du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas (RPO), a ajouté que : « Les fonctionnaires parlementaires jouent un rôle fondamental dans la mise en œuvre effective et la durabilité des plans d’action, des engagements et des initiatives mises en place pour garantir plus de transparence, de responsabilité, de participation citoyenne et d’éthique dans les pouvoirs législatifs. Le Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas a décidé de créer un espace où ils pourraient également faire part de leurs expériences et apprendre de bonnes pratiques afin de poursuivre cet important travail. »

Le jeudi 5 décembre à 15 h 30, dans la salle Carlos “Titi” Alvarado de l’Assemblée nationale du Panama, aura lieu un panel international ouvert au public sur la progression de l’ouverture législative en Amérique, et au cours duquel le Réseau de fonctionnaires pour le parlement ouvert de ParlAmericas sera officiellement lancé. Pour assister au panel, nous vous prions de communiquer avec Mme María Gabriela Grael, directrice de l’Unité des relations internationales à Mgraell@asamblea.gob.pa.

Pour plus d’information et des mises à jour sur cette activité, nous vous invitons à consulter le programme et à nous suivre sur les réseaux sociaux avec le hashtag #ParlAmericasOPN.


22 novembre 2019

ParlAmericas a participé à un séminaire de haut niveau à Ottawa sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes

À l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, les ambassades de la République dominicaine, de l’Équateur et du Paraguay au Canada ont organisé un premier Séminaire de réflexion sur l’élimination de la violence l’égard des femmes, en collaboration avec le bureau de l’honorable sénatrice Rosa Gálvez (Canada). Il s’est déroulé au Sénat du Canada, avec la présence de dignitaires, de parlementaires, de fonctionnaires et de représentantes et représentants de la société civile.

Les discours d’ouverture ont été prononcés par l’ambassadeur Pedro Vergés Ciman (République dominicaine), l’ambassadeur Diego Stacey (Équateur), l’ambassadrice Inés Martínez Valinotti (Paraguay) et la sénatrice Gálvez, qui est également présidente de la Section canadienne de ParlAmericas et vice-présidente du Réseau parlementaire sur le changement climatique.

Dans son discours, la sénatrice Gálvez a déclaré : « Lorsque nous sommes témoins d’injustices et de violence, nous devons nous manifester et intervenir. Sinon, nous les autorisons à se produire à nouveau.

Le séminaire a été modéré par Lisane Thirsk, directrice adjointe de l’Égalité des genres et de la Communication du Secrétariat de ParlAmericas. Le panel comprenait la sénatrice Gálvez; Alejandra Mora Mora, secrétaire exécutive de la Commission interaméricaine des femmes (CIM); Julia Maciel González, vice-présidente du Comité consultatif pour les questions administratives et budgétaires (CCQAB); Monique Forster, leader communautaire et éducatrice sur les questions de genre et d’intégration sociale; et la députée Anita Vandenbeld (Canada). Chacune des intervenantes a échangé des informations et des réflexions au sujet du problème commun de la violence envers les femmes, ainsi que des solutions prometteuses informées par ses domaines de travail propres.

Pour plus d’information sur le travail de ParlAmericas en matière d’égalité des genres, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez-nous sur les réseaux sociaux avec le hashtag #ParlAmericasGEN.


28 octobre 2019

Des parlementaires de tout l’hémisphère se réuniront au Paraguay pour discuter de la façon d’accélérer la progression de l’Agenda 2030 pour le développement durable.

Plus de 60 parlementaires, fonctionnaires du parlement et experts, de 20 pays d’Amérique et des Caraïbes se réuniront à Asunción, au Paraguay, du 30 octobre au 1er novembre 2019 à l’occasion de la 16e Assemblée plénière de ParlAmericas dont le thème général sera « Accélérer la progression de l’Agenda 2030 : Des bonnes pratiques pour l’action parlementaire ».

Les participants échangeront des bonnes pratiques et parleront de solutions législatives efficaces pour accélérer la réalisation de l’Agenda 2030. Avec l’objectif commun de contribuer à la mise en œuvre des Objectifs de développement durable (ODD) dans l’hémisphère, les participants assisteront à une série de sessions de travail afin d’explorer des solutions globales et innovantes répondant aux différents besoins de nos sociétés. Ces sessions leur permettront également d’explorer l’importance de l’égalité des genres en tant que pilier de la réalisation de chacun des 17 ODD. L’Assemblée plénière débutera avec un discours d’Achim Steiner, administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

« J’ai l’honneur d’accueillir des collègues parlementaires de toute la région au Paraguay pour cette remarquable occasion. En tant que représentantes et représentants de nos citoyennes et citoyens, il est notre devoir de promouvoir et de contribuer à la mise en œuvre des ODD, qui visent à mettre fin à la pauvreté, à bâtir des sociétés pacifiques et à promouvoir la prospérité et le bien-être de toutes et tous, tout en protégeant l’environnement pour les générations actuelles et futures, » a déclaré le sénateur Patrick Kemper (Paraguay), hôte de cette rencontre. La sénatrice Blanca Ovelar (Paraguay), présidente du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas (RPO) a souligné l’importance de l’Assemblée plénière : « Il est essentiel de créer des partenariats et de continuer à promouvoir vigoureusement l’avancée vers un avenir durable, et aujourd’hui, plus que jamais, il est nécessaire de participer à des dialogues ouverts et d’impliquer les citoyennes et citoyens, les acteurs privés et les organisations de la société civile dans la mise en œuvre de l’Agenda 2030. »

Elizabeth Cabezas (Équateur), membre de l’Assemblée nationale et vice-présidente de ParlAmericas, a ensuite ajouté que « nous devons impérativement multiplier notre engagement à promouvoir la progression de l’Agenda 2030 et de ses Objectifs de développement durable dans l’hémisphère. En tant que parlementaires, nous avons un rôle important à jouer pour diriger ces efforts afin de promouvoir, de superviser et d’adopter des lois et politiques axées sur l’être humain conformes à ces objectifs, pour garantir que personne ne soit laissé pour compte. »

L’Assemblée plénière inclura également une session de formation sur le suivi de la progression des ODD à travers les dépenses publiques, qui permettra d’explorer comment les parlementaires peuvent analyser les propositions, les affectations et les dépenses budgétaires pour s’assurer qu’elles soient conformes aux ODD et qu’elles contribuent à leur réalisation.

Pour plus d’informations et de mises à jour sur la 16e Assemblée plénière de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux avec les hashtags #ParlAmericas2019 et #ParlAmericasSDG.


15 octobre 2019

ParlAmericas participe à la pré-COP25 à l’occasion d’un panel intitulé Renforcer la gouvernance climatique, un outil pour effectuer une transition juste vers la décarbonisation

ParlAmericas, en collaboration avec l’Assemblée législative du Costa Rica et le Centre régional de l’Amérique latine et des Caraïbes de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), a organisé un événement parallèle en marge de la pré-COP25 qui a eu lieu à San Jose, au Costa Rica, du 8 au 10 octobre. L’événement de haut niveau intitulé Renforcer la gouvernance climatique, un outil pour réaliser une transition juste vers la décarbonisation comptait sur la participation de Paola Vega, membre de l’Assemblée législative du Costa Rica et vice-présidente du Réseau parlementaire pour le changement climatique pour l’Amérique centrale, Verónica Camino, sénatrice du Mexique et vice-présidente du Réseau parlementaire pour l’égalité des genres, pour l’Amérique du Nord, Jorge Rathgeb, membre de la Chambre des députés du Chili, Haydée Rodriguez, vice-ministre de l’eau et des océans du Costa Rica, Ovais Sarmad, secrétaire exécutif adjoint de la CCNUCC, et Andrea San Gil León, présidente du Centre pour la durabilité urbaine du Costa Rica.

L’événement parallèle a donné lieu à un dialogue dynamique et à un échange de bonnes pratiques entre divers acteurs quant à l’incidence d’une gouvernance climatique efficace et inclusive sur la réalisation d’une transition juste vers un monde décarbonisé. La discussion en panel a aussi mis l’accent sur l’importance d’adopter une perspective fondée sur le genre dans l’élaboration de solutions climatiques qui ne laissent personne à l’écart.

Il a également été question de l’importance d’inclure les parlementaires dans les discussions nationales et régionales sur une transition vers une économie verte. Mme Vega a indiqué qu’il « est essentiel de promouvoir la participation active et inclusive des administrations locales et nationales, des parlements, des agences internationales, du secteur privé et des citoyens dans les discussions sur le climat afin que tous puissent contribuer à la promotion d’une transition juste vers la décarbonisation ».

Pour obtenir davantage d’information sur le travail de ParlAmericas en matière de changements climatiques, visitez www.parlamericas.org et suivez-nous sur les réseaux sociaux : #ParlAmericasCC.


10 octobre 2019

ParlAmericas a participé à la réunion de coordination de l’e-Réseau pour un parlement ouvert (OPeN)

Les 8 et 9 octobre, l’e-Réseau pour un parlement ouvert (OPeN) a organisé une réunion de coordination à laquelle des représentantes et des représentants de ParlAmericas, l’Institut national démocratique, Directorio Legislativo, le Réseau latino-américain pour l’ouverture législative et la Fondation Westminster pour la démocratie ont participé. Ils se sont réunis à Bruxelles, en Belgique, pour coordonner leurs efforts internationaux visant à promouvoir et à soutenir la mise en œuvre d’initiatives pour un parlement ouvert. Au cours de cette rencontre, les organisations partenaires de l’OPeN ont défini les prochaines étapes pour renforcer l’orientation stratégique du réseau, sa coordination interne, ses efforts de communication, ses prochaines activités et projets, ainsi que sa collaboration avec des partenaires externes. Le 9 octobre, l’OPeN a discuté avec Paul Maassen, chef de l’appui aux pays, et avec Lotte Geunis, consultant en parlement ouvert du Partenariat pour un gouvernement ouvert (PGO), afin de renforcer sa collaboration avec le PGO et d’explorer de nouvelles synergies. L’OPeN a ensuite échangé des objectifs stratégiques avec Jonathan Murphy, chef de programme, et Ruth Beeckmans, chargée de programme principale d’Inter Pares à International IDEA pour parler d’opportunités de collaboration en appui aux initiatives pour un parlement ouvert dans le cadre de ce nouveau programme. Cette réunion a permis de développer des étapes concrètes que les organisations partenaires de l’OPeN peuvent suivre pour renforcer le consortium et appuyer l’ouverture parlementaire dans le monde entier.


3 octobre 2019

Un atelier a été organisé pour travailler sur un Kit d’outils sur la transparence et l’accès à l’information parlementaire.

Un atelier a eu lieu les 23 et 24 septembre dans le but d’élaborer un Kit d’outils renforçant la transparence et l’accès à l’information parlementaire, sous l’égide du Programme de coopération entre l’Union européenne et l’Amérique latine EUROsociAL+, et avec le soutien de l’Assemblée législative du Costa Rica et de ParlAmericas. Les fonctionnaires des pouvoirs législatifs de l’Argentine, du Chili, de l’Espagne et du Paraguay ont participé à cette activité, ainsi que des représentantes et représentants des institutions du Réseau pour la transparence et l’accès à l’information (RTA), des spécialistes en la matière et des représentants du parlement et de la société civile du pays d’accueil.

Reconnaissant la transparence et l’accès à l’information comme une condition fondamentale pour aller vers l’ouverture législative dans la région, le RTA, EUROsociAL+ et ParlAmericas se sont proposé de travailler sur le sujet dans un projet commun qui se concrétisera par la publication d’un Kit d’outils prévue pour l’an prochain. Cette activité représente la continuation du projet, à partir de ce qui a été établi lors d’une première réunion qui a eu lieu à Rio de Janeiro au Brésil, en mai 2019.

Durant les deux jours d’atelier, les participantes et les participants ont discuté et échangé afin de pouvoir créer des outils abordant la transparence active, les demandes d’accès à l’information, les données ouvertes, les politiques de gestion de documents, la communication et l’accessibilité, et un modèle de genre et de transparence au sein des pouvoirs législatifs.


24 septembre 2019

ParlAmericas participe à la première session ordinaire du Caucus vert multipartite du Congrès de la République du Pérou

Le vendredi 13 septembre, ParlAmericas a eu le plaisir de participer à la première session ordinaire du Caucus vert multipartite du Congrès de la République du Pérou, à Lima. Ont participé à cette rencontre des parlementaires membres du Caucus vert, des représentantes et représentants du gouvernement national, dont la ministre de l’Environnement, Lucía Ruiz Ostoic, et des représentants d’organisations internationales et de la société civile.

Durant cette session, dirigée par la membre du Congrès Ana María Choquehuanca, coordinatrice du Caucus et vice-présidente du Réseau parlementaire sur le changement climatique de ParlAmericas pour l’Amérique du Sud, les participants ont adopté le document de création du Caucus vert. Ils ont également établi les bases et les engagements de travail et de coordination d’actions avec le pouvoir exécutif, qui s’est engagé à travers la ministre à travailler en collaboration avec le Caucus pour faire progresser la législation relative au changement climatique, aux domaines de compensation environnementale, à la récupération d’écosystèmes forestiers dégradés et à la préservation de zones naturelles protégées. De plus, le pouvoir exécutif s’est engagé à proposer un plan de formation sur des sujets environnementaux prioritaires destiné aux conseillers du Congrès.

Le programme sur le changement climatique de ParlAmericas, en coordination avec le bureau de la membre du Congrès Choquehuanca, a offert un appui technique durant le processus de création de ce groupe multipartite unique dans l’hémisphère. ParlAmericas espère continuer à soutenir le Caucus dans la définition et la mise en œuvre d’actions concrètes permettant de renforcer cet espace important de dialogue entre les parlementaires, et entre ces derniers et les autres acteurs impliqués dans la recherche d’actions climatiques et environnementales efficaces. ParlAmericas réitère son engagement et son soutien aux parlements de la région souhaitant explorer l’adoption de mécanismes similaires.

Pour obtenir davantage d’informations et de nouvelles sur le Réseau parlementaire sur le changement climatique de ParlAmericas, rendez-vous sur http://www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux avec le hashtag #ParlAmericasCC.


11 septembre 2019

ParlAmericas participe à l’atelier international « Des congrès ouverts pour des démocraties actives » au Congrès argentin

ParlAmericas a participé à l’atelier international sur les bonnes pratiques en matière d’ouverture législative, intitulé « Des congrès ouverts pour des démocraties actives ». Cet atelier, organisé par le Congrès argentin et EurosociAL, a abordé des thèmes liés à la transformation de l’État et des parlements dans le monde moderne, et au rôle de la transparence, la responsabilité, la participation citoyenne et l’accès à l’information publique, entre autres.

Le premier panel, intitulé « Difficultés à assumer des engagements et expériences de plans d’action » a été modéré par Mercedes De Los Santos, de la fondation Directorio Legislativo, et a intégré des présentations d’Álvaro Herrero, secrétaire adjoint à la gestion stratégique et à la qualité institutionnelle du gouvernement de la ville de Buenos Aires, Fernando Sánchez, secrétaire au renforcement institutionnel du chef de cabinet des ministres d’Argentine, et Rudi Borrmann, secrétaire adjoint de l’innovation publique et gouvernement ouvert de la présidence de la nation. Le deuxième panel, « Moderniser l’État et ouvrir la gestion » a été modéré par Agustín Frizzera, de l’ONG Democracia en Red et a intégré des présentations de Laura Montero, vice-gouverneure de la province de Mendoza, Florencia Romano, secrétaire administrative de la Chambre des députés d’Argentine, Mariano Heller, secrétaire à la planification du Conseil de la magistrature de la ville de Buenos Aires, et Juan Pedro Tunessi, secrétaire parlementaire de la Chambre des sénateurs.

Lors d’un troisième panel, Emilie Lemieux, gestionnaire du programme pour un parlement ouvert de ParlAmericas, a expliqué en quoi consiste la création d’un plan d’action pour un parlement ouvert et l’importance de son institutionnalisation, via les étapes suivantes : bâtir une confiance politique, réaliser une consultation permanente avec les acteurs impliqués, identifier un organe parlementaire pour diriger le processus de mise en œuvre, créer un point de coordination pour la mise en œuvre du plan d’action, participation de la société civile, définition du processus, et mise en marche du plan d’action. Suite à cette présentation, la consultante du projet EurosociAL+, María José Méndez, a invité les spécialistes présents à créer les directives générales d’un plan d’action pour un parlement ouvert du Congrès argentin, grâce à la méthode du World Café.

Lors de la deuxième journée de cet atelier, la directrice du Programme pour la modernisation parlementaire des députés, Dolores Martínez, a fait un bilan du travail réalisé sur les deux jours, et les prochaines étapes ont été présentées : tous les résultats systématisés de l’atelier seront envoyés, pour ensuite préparer une proposition croisée avec les contributions faites lors de l’atelier et les directives internationales sur le processus d’élaboration de plans d’action.

Pour plus d’information sur cet atelier, veuillez consulter le communiqué de presse envoyé par la Chambre des députés d’Argentine.


3 septembre 2019

Déclaration sur les incendies frappant la région de la forêt amazonienne

Le Réseau parlementaire sur le changement climatique de ParlAmericas souhaite attirer l’attention sur l’intensité et le nombre croissants des incendies qui frappent la région amazonienne en 2019. Ces incendies dévastent de grandes parties de l’Amazonie, une région de haute importance pour le monde entier dû aux nombreux services écosystémiques qu’elle rend. L’Amazonie est essentielle au maintien de la diversité écologique de la planète et à l’atténuation du changement climatique. Cette région, connue comme « le poumon de la Terre », est indispensable pour capturer le dioxyde de carbone; comprend la moitié des forêts tropicales et des écosystèmes d’eau douce du monde entier; et abrite un tiers des plantes, animaux et insectes connus dans le monde, dont beaucoup sont endémiques de la région.

Ce trésor environnemental doit être protégé et c’est pourquoi nous appelons les parlementaires et autres acteurs à agir directement pour défendre l’intégrité de la région amazonienne. Nous devons nous assurer que ce monument naturel, qui abrite une riche biodiversité et qui est de la plus haute importance pour la régulation et la stabilité du climat planétaire, soit conservé pour les générations à venir.

Ana Belén Marín, membre de l’Assemblée législative de l’Équateur et présidente du Réseau parlementaire sur le changement climatique, a déclaré : « Au nom du Réseau parlementaire sur le changement climatique, j’appelle les parlementaires de l’hémisphère à encourager une action gouvernementale pour aider à protéger la région amazonienne ainsi que leurs forêts et espaces naturels. Nous devons promouvoir un dialogue immédiat et inclusif sur cette problématique dans nos pays et trouver des solutions adaptées pour y répondre. »


3 septembre 2019

Parlamericas est solidaire des victimes de l’ouragan Dorian

ParlAmericas exprime ses plus sincères condoléances et exprime sa solidarité avec le peuple des Bahamas et avec tous les autres peuples touchés par la dévastation de l’ouragan Dorian.

Le président de ParlAmericas, l’honorable Robert Nault, député du Canada, a déclaré: «Nous sommes extrêmement préoccupés et empathiques pour tous les peuples qui subissent les graves conséquences de la tempête et pour ceux qui se préparent à son passage. Les parlementaires de notre hémisphère doivent se tenir aux côtés de toutes les personnes touchées, et ParlAmericas réaffirme son engagement à contribuer à la lutte contre les effets du changement climatique.”


26 août 2019

ParlAmericas encourage des actions climatiques législatives ambitieuses lors de la Semaine du climat de l’Amérique latine et des Caraïbes

ParlAmericas a participé activement à la Semaine du climat de l’Amérique latine et des Caraïbes 2019 (LACCW), qui s’est déroulée du 19 au 23 août à Salvador, au Brésil. La sénatrice Verónica Camino (Mexique), vice-présidente du Réseau parlementaire pour l’égalité des genres pour l’Amérique du Nord, a représenté ParlAmericas en tant qu’intervenante experte lors du segment ministériel de haut niveau de la LACCW, « Vers la COP25 et les efforts pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris » ainsi qu’à l’événement parallèle « Progression et avancées pour une action climatique nationale sensible au genre en Amérique latine et aux Caraïbes. »

L’objectif principal de la LACCW de cette année était de favoriser l’interaction entre les acteurs de la région afin d’élever l’ambition et d’échanger des connaissances et bonnes pratiques pouvant contribuer à la mise en œuvre de plans nationaux pour le climat et à la réalisation des objectifs de l’Accord de Paris.

Durant son intervention, la sénatrice Camino a souligné l’importance d’inclure les parlementaires dans les discussions nationales et régionales sur le climat, et dans la promotion d’un agenda climatique inclusif. « Il est essentiel que les gouvernements et les organisations internationales impliquées dans les discussions sur le climat nous voient comme des partenaires clés dans la promotion d’actions climatiques ambitieuses. Nous devons absolument rassembler les besoins et les propositions de nos communautés grâce à l’exercice de notre fonction de représentants, afin d’avancer dans le renforcement d’un agenda climatique global, » a déclaré la sénatrice Camino.

ParlAmericas promeut l’importance d’une intégration effective de considérations liées à l’égalité des genres dans l’agenda sur le changement climatique, en reconnaissant les risques et les impacts du changement sur la population en raison des inégalités socioéconomiques et d’autres facteurs démographiques. Dans ses présentations, la sénatrice Camino a souligné que « ParlAmericas continuera à promouvoir une action climatique participative et inclusive, et l’idée de considérer les femmes comme des agentes clés dans tous les processus de politique publique et dans la prise de décisions liées au climat. »

Pour plus d’informations sur le travail de ParlAmericas en matière de changement climatique, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez-nous sur les réseaux sociaux avec le hashtag #ParlAmericasCC.


7 août 2019

Des parlementaires se rencontrent au Suriname pour discuter des mesures efficaces pour faire progresser l’action climatique dans l’hémisphère

Des parlementaires de 16 pays des Amériques et des Caraïbes se réuniront à Paramaribo, au Suriname, à l’occasion de la quatrième réunion du Réseau parlementaire sur le changement climatique, afin d’échanger de bonnes pratiques et des solutions législatives efficaces pour faire face à l’urgence des changements climatiques et contribuer à la mise en œuvre de l’accord de Paris conformément aux objectifs de développement durable à l’horizon 2030.

Dans le but commun de renforcer l’ambition climatique dans l’hémisphère et de faire progresser l’action pour le climat au moyen de lois et du contrôle parlementaire, des parlementaires, des spécialistes et des représentantes et représentants de la société civile participeront à une série de séances de travail du 8 au 9 août explorant des solutions intégrales et innovantes répondant aux besoins différenciés de nos sociétés.

« Nous nous sommes engagés à favoriser des processus décisionnels inclusifs au sein desquels les voix des femmes, des jeunes, des peuples autochtones et des groupes traditionnellement marginalisés seront écoutées », a déclaré l’honorable Robert Nault, membre du Parlement canadien et président de ParlAmericas. « Cette rencontre est une occasion unique pour les parlementaires d’avoir une discussion ouverte et franche afin d’apprendre sur les structures efficaces de gouvernance climatique qui peuvent être mises en place dans nos pays. »

«En tant que représentantes et représentants de nos communautés, nous avons la responsabilité d’agir et de jouer un rôle clé dans le prochain renouvellement des contributions déterminées au niveau national (CDN), contribuant à la définition d’objectifs ambitieux visant à réduire les émissions de carbone et à prévenir une dégradation de l’environnement, ” a expliqué l’hôte de la réunion, l’honorable Jennifer Simons, présidente de l’Assemblée nationale du Suriname et vice-présidente pour l’Amérique du Sud du Réseau parlementaire de ParlAmericas sur les changements climatiques.

Il est prévu que les parlementaires adopteront une déclaration officielle invitant les gouvernements, leurs collègues parlementaires, les institutions multilatérales, le secteur privé, les universités et les acteurs de la société civile à unir leurs efforts pour dépasser le niveau d’ambition actuel des contributions déterminées au niveau national et atteindre les objectifs de l’accord de Paris. Cette déclaration sera partagée lors de la prochaine COP25 et du prochain Sommet des Nations Unies.

Pour obtenir les mises à jour les plus récentes sur la rencontre, veuillez consulter le programme et suivre @ParlAmericas sur les réseaux sociaux en utilisant l’hashtag #ParlAmericasCC.


17 juin 2019

Des parlementaires exploreront des stratégies collectives pour promouvoir l’autonomisation économique des femmes

ParlAmericas, en collaboration avec le Sénat de la République du Mexique, tiendra la 11e Rencontre du Réseau parlementaire pour l’égalité des genres, intitulée Parvenir à un équilibre dans le monde du travail, du 18 au 20 juin dans la Ville de Mexico, au Mexique. Cette rencontre réunira des parlementaires provenant de plus de 20 pays de l’hémisphère pour explorer des stratégies visant à promouvoir les droits du travail et l’autonomisation des femmes, contribuant ainsi à la croissance économique nationale, au développement et à la réalisation des droits de la personne.

Durant cet événement, des déléguées et délégués provenant de toute l’Amérique et des Caraïbes échangeront des bonnes pratiques législatives lors d’une série de sessions et d’ateliers analysant les barrières culturelles et juridiques à l’entrée des femmes et à leur pleine contribution à la force de travail. La société civile et des parties prenantes multilatérales, y compris des acteurs du Groupe de travail interaméricain sur l’autonomisation et le leadership des femmes, rejoindront les déléguées et délégués parlementaires pour discuter d’actions collectives visant à forger des économies plus inclusives qui favorisent l’autonomie et la dignité de tous les membres de la société de la région dans leur vie professionnelle.

« J’ai l’honneur d’accueillir nos collègues de toute la région au Mexique pour cette remarquable occasion : la 11e rencontre annuelle consacrée à l’égalité des genres. Je suis ravie de participer aux conversations qui auront lieu ces trois prochains jours concernant la façon de travailler ensemble pour atteindre une véritable égalité des chances dans la population active, une condition de la pleine autonomisation économique des femmes en Amérique et aux Caraïbes, » a déclaré la sénatrice Antares Vázquez Alatorre (Mexique), hôtesse de la rencontre et membre du Conseil d’administration de ParlAmericas.

L’honorable député Robert Nault (Canada), président de ParlAmericas, a souligné que, « Alors que nos pays continuent de créer de nouveaux partenariats et mécanismes d’affectation des ressources pour atteindre les droits du travail et économiques des femmes, nous devons absolument partager nos apprentissages pour accélérer la progression. ParlAmericas s’est engagé à créer des espaces propices à ce partage, et cette rencontre est une excellente opportunité de dédier notre attention à notre priorité commune de garantir les droits du travail de toutes les femmes et tous les hommes. »

La rencontre sera précédée d’un atelier sur les cadres pour prévenir et lutter contre le harcèlement sexuel au travail, facilité par des collègues de l’Équipe latino-américaine pour la justice et le genre et de la Commission pour l’égalité des chances de Trinité-et-Tobago.

Pour obtenir les mises à jour les plus récentes sur la rencontre, veuillez consulter le programme et suivre @ParlAmericas sur les réseaux sociaux en utilisant l’hashtag #ParlAmericasGEN.


10 juin 2019

ParlAmericas et le Réseau pour la transparence et l’accès à l’information (RTA) ont organisé des réunions pour promouvoir la transparence au sein des parlements

Les lundi 13 et mardi 14 mai 2019, une délégation composée de fonctionnaires des parlements nationaux membres du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas a échangé des expériences et des idées sur la façon de renforcer la transparence et l’accès à l’information publique avec des organes garants de l’accès à l’information publique membres du RTA, dans le but d’élaborer un kit d’outils sur le sujet. Ces réunions se sont déroulées à Rio de Janeiro au Brésil, dans le cadre de la XVII Rencontre du RTA, et avec le soutien du programme EuroSocial+.

Le lundi 13 mai, des présentations ont été réalisées sur la progression de la transparence dans les parlements participants, faisant part des expériences de l’Argentine, du Chili, du Costa Rica, de l’Espagne et du Paraguay. Elles ont également abordé des points de vue en la matière et des actions adoptées par l’Institut pour l’accès à l’information publique (IAIP) du Honduras et l’Institut national pour la transparence, l’accès à l’information et la protection des données personnelles (INAI) du Mexique, pour garantir la disponibilité de l’information parlementaire. Les députés Gerardo Martínez et Eli Santos du Honduras ont également participé à cette réunion, ainsi que des représentants de la Direction nationale des relations avec la communauté et la participation citoyenne du ministère de l’Intérieur, des Travaux publics et du Logement d’Argentine, du Conseil pour la transparence du Chili, de l’Institut pour l’accès à l’information publique du Salvador, du Conseil pour la transparence et la bonne gouvernance d’Espagne, du Département de la transparence gouvernementale du ministère de la Présidence de République dominicaine, de l’Agence pour le gouvernement électronique et la société de l’information et la connaissance (AGESIC) d’Uruguay, ainsi que du Partenariat pour un gouvernement ouvert et du programme EuroSocial+.

Le mardi 14 mai, les représentants des parlements participants ont assisté à un atelier pour identifier des difficultés, des domaines de travail et des outils à intégrer dans ce kit d’outils de sorte à faciliter sa mise en place effective au sein des parlements de la région. De plus, un panel a été réalisé durant la XVII Rencontre du RTA, pour présenter la portée du projet entre le RTA et ParlAmericas, ainsi que pour discuter des difficultés liées au renforcement de l’accès à l’information et de la transparence parlementaire.

« Garantir la transparence est la première étape à renforcer pour pouvoir avancer vers les autres piliers du parlement ouvert et permettre ainsi aux parlements nationaux de consolider leurs fonctions de représentation, de législation et de contrôle politique en faveur des citoyennes et des citoyens, » a souligné María Liz Sosa, directrice générale du renforcement législatif de la Chambre des sénateurs du Paraguay. Les résultats de ces réunions seront prochainement transmis à d’autres parlements de la région pour recevoir des contributions lors du processus d’élaboration et de validation du kit d’outils sur la transparence parlementaire.


28 mai 2019

Des parlementaires et des représentantes et représentants de la société civile participent à un dialogue sur l’ouverture législative

Les mercredi 29 et jeudi 30 mai, ParlAmericas célébrera la Journée du parlement ouvert et le Volet parlementaire du Sommet mondial du Partenariat pour un gouvernement ouvert (PGO), à Ottawa, au Canada, en collaboration avec le Réseau numérique pour un parlement ouvert (OPeN).

La Journée du parlement ouvert organisée par la Section canadienne de ParlAmericas aura lieu le 29 mai et rassemblera des parlementaires, des fonctionnaires des parlements et des représentantes et représentants de la société civile provenant de plus de 30 pays, qui échangeront leurs expériences en matière de collaboration avec la société civile pour élaborer et mettre en œuvre des plans d’action ou des initiatives pour un parlement ouvert. Ils exploreront la façon dont cette collaboration peut être catalysée pour renforcer les rôles de représentation et de contrôle du parlement afin de bâtir des démocraties plus fortes et inclusives offrant de meilleurs services et politiques publiques, conformément à l’Objectif de développement durable 16 de l’Agenda 2030.

Le 30 mai, des délégations parlementaires participeront à des sessions du Sommet mondial du PGO, où elles échangeront avec leurs pairs, des fonctionnaires des gouvernements, des universitaires, la société civile et d’autres acteurs du gouvernement ouvert, sur les stratégies visant à permettre aux citoyennes et citoyens, à la société civile et aux entreprises de participer à la prise de décision gouvernementale; à habiliter les populations sous-représentées à collaborer avec les gouvernements; et à aider les citoyennes et citoyens à comprendre comment le gouvernement ouvert affecte leur quotidien. Ils aborderont des questions importantes, comme la désinformation, les registres de propriété bénéficiaire, l’égalité des genres, l’élaboration de lois participative et inclusive, l’innovation dans le secteur public, la lutte contre la corruption, l’intelligence artificielle et l’accès à la justice, entre autres.

L’honorable Robert Nault (Canada), député et président de ParlAmericas, a déclaré que « les gouvernements ouverts, participatifs et inclusifs sont fondamentaux pour gagner la confiance des citoyennes et citoyens, améliorer les résultats et renforcer nos pays. C’est pour le Canada un honneur d’accueillir une réunion si importante pour les parlementaires, qui ont un rôle important à jouer dans la promotion et l’élaboration de lois conformes à ces principes, en particulier face aux grands défis que le monde rencontre actuellement comme la désinformation et un sentiment croissant de désenchantement avec les institutions publiques. »

« Un gouvernement ouvert signifie qu’il faut inclure toutes les voix, autonomiser les citoyennes et citoyens et élaborer des politiques publiques qui améliorent leur vie tout en restaurant leur confiance dans les institutions publiques », a ajouté le député Randy Boissonnault, vice-président du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas et vice-président de la Section canadienne de ParlAmericas. « Les parlements jouent un rôle fondamental en fournissant les cadres législatifs nécessaires à la mise en œuvre réussie de ces initiatives. Le contrôle parlementaire garantit que les politiques de gouvernement ouvert conduisent à des résultats qui renforcent nos démocraties. »

« Le Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas offre des espaces pour les échanges entre pairs parlementaires et pour la collaboration avec la société civile afin de promouvoir la transparence, la responsabilité, la participation citoyenne et l’éthique au sein des parlements et de toutes les institutions publiques. Ce sommet mondial est une opportunité de rassembler des points de vue et des expériences du monde entier pour développer des solutions politiques innovantes et atteindre des réformes plus ambitieuses donnant lieu à des sociétés meilleures pour toutes et tous, » a affirmé la sénatrice Blanca Ovelar (Paraguay), présidente du réseau.

Pour plus d’informations ainsi que des mises à jour sur la Journée du parlement ouvert et le Volet parlementaire du Sommet mondial du Partenariat pour un gouvernement ouvert, nous vous invitons à consulter les programmes et à nous suivre sur les réseaux sociaux avec les hashtags #ParlAmericasOPN et #OGPCanada.


9 mai 2019

Le Protocole parlementaire pour la réduction des risques de catastrophe et l’adaptation au changement climatique a été officiellement présenté

Le 14 mars dernier, le Protocole parlementaire pour la réduction des risques de catastrophe et l’adaptation au changement climatique a été présenté à l’occasion de la 4e rencontre du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas. Le protocole a pour but d’orienter le travail parlementaire afin de répondre aux besoins nationaux en matière de réduction des risques de catastrophe et d’adaptation au changement climatique. Le document est le fruit d’une collaboration entre ParlAmericas et le Bureau régional pour les Amériques du Bureau des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophe (UNDRR).

Ana Belén Marín, membre de l’Assemblée nationale de l’Équateur, vice-présidente du Réseau parlementaire sur le changement climatique de ParlAmericas pour l’Amérique du Sud et promotrice de la loi sur la gestion du risque de son pays, a souligné que « l’objectif du document est de fournir aux parlements de tout le continent un outil au diapason des principes du Cadre de Sendai visant à contribuer au dialogue législatif et à l’échange de bonnes pratiques concernant l’élaboration et la modification de mesures législatives relatives à la réduction, à l’atténuation et à la gestion des risques de catastrophe ».

Le protocole est divisé en deux chapitres. Le premier présente des propositions de mesures parlementaires en lien avec les fonctions parlementaires d’adoption de législation, de surveillance, ainsi que les débats et l’approbation des budgets nationaux. Le deuxième chapitre fournit des explications détaillées sur chacune des priorités du Cadre de Sendai et précise leur pertinence pour les parlementaires.

Selon Raúl Salazar, chef du Bureau régional pour les Amériques du Bureau des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophe, « d’importants progrès ont été réalisés dans de nombreux pays, qui ont élaboré des cadres réglementaires fondés sur une approche exhaustive de gestion des risques de catastrophe, conformément aux recommandations du Cadre de Sendai. Il est important que les pays de notre région poursuivent leurs efforts afin d’intégrer la réduction des risques de catastrophe à leurs cadres législatifs et règlementaires nationaux et locaux, puisque ceux-ci permettent aux secteurs public et privé de faire progresser la gouvernance du risque et de renforcer leurs institutions et leurs mécanismes afin de bien orienter, coordonner et surveiller les efforts de réduction des risques de catastrophe et les politiques publiques connexes ».

« Les catastrophes entraînent des millions de personnes dans la pauvreté chaque année, compromettant ainsi le progrès, la paix et la sécurité, ce qui engendre des coûts se chiffrant en milliards de dollars. Les recherches scientifiques indiquent que les changements climatiques augmenteront la fréquence et l’intensité des catastrophes d’origine naturelle », a indiqué l’honorable Robert Nault, député du Canada et président de ParlAmericas. « C’est pourquoi les outils tels que ce protocole sont si précieux pour les parlementaires. En effet, ceux-ci nous donnent l’information dont nous avons besoin pour mieux concevoir et faire approuver des lois et exiger des comptes de nos gouvernements quant à la mise en œuvre de ces lois, afin de nous assurer que nous prenons les mesures nécessaires pour réduire considérablement les risques de catastrophe. Le moment est venu de passer à l’action. Nos citoyens s’attendent à ce que nous agissions et nous devons livrer la marchandise ».

Le protocole est disponible en françaisanglaisespagnol et portugais.

Pour plus d’information concernant les travaux de ParlAmericas sur les changements climatiques, cliquez ici. Pour plus d’information sur le Bureau des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophe (UNDRR), cliquez ici (en anglais seulement).


3 avril 2019

ParlAmericas et la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques ont signé un mémorandum d’entente.

ParlAmericas et la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) ont récemment signé un mémorandum d’entente pour réaffirmer leur collaboration pour promouvoir l’agenda climatique en Amérique latine et dans les Caraïbes.

ParlAmericas a été reconnue en tant qu’organisation observatrice officielle du processus de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) par la Conférence des Parties (COP), lors de sa 24e session en décembre 2018. Ce statut et le mémorandum d’entente récemment signé permettront à ParlAmericas de participer et d’apporter officiellement des points de vue parlementaires lors des conférences et discussions internationales sur le climat, ainsi que de renforcer sa collaboration avec la CCNUCC et d’autres partenaires en Amérique et aux Caraïbes.

« Il s’agit d’une importante reconnaissance de grands efforts parlementaires pour lutter contre le changement climatique au sein de l’hémisphère. En tant que président de ParlAmericas et de sa section canadienne, nous demeurons engagés à promouvoir le travail législatif en matière d’atténuation et d’adaptation au changement climatique à travers la coopération interparlementaire dans l’hémisphère, ainsi qu’à faciliter l’élaboration de politiques innovantes pour lutter contre le changement climatique, » a déclaré l’hon. Bob Nault, député canadien.

ParlAmericas et son Réseau parlementaire sur le changement climatique promeuvent l’action climatique parlementaire à travers des programmes et ressources dynamiques personnalisés en fonction du travail des parlementaires et des façons spécifiques dont leur pays et leur peuple sont touchés par le changement climatique.

« Ce mémorandum permet de nouvelles opportunités de collaborer et présenter le travail essentiel des parlementaires afin d’élever l’ambition politique et d’accélérer les mesures de lutte contre le changement climatique par le biais de l’élaboration de lois, du contrôle, de la budgétisation et de la sensibilisation, » a affirmé Javier Ortega, membre de l’Assemblée nationale du Panama et président du Réseau parlementaire sur le changement climatique de ParlAmericas. « ParlAmericas se réjouit de cette opportunité de continuer à contribuer de manière utile aux débats sur le climat les plus urgents d’un point de vue parlementaire. »

Pour plus d’informations sur le travail de ParlAmericas en matière de changement climatique, cliquez ici. Suivez le Réseau parlementaire sur le changement climatique (RPCC) sur Twitter en utilisant l’hashtag #ParlAmericasCC.


29 mars 2019

ParlAmericas participe au forum régional sur l’égalité des genres et la santé pour atteindre les Objectifs de développement durable

Du 27 au 29 mars, ParlAmericas a participé au 2e Forum régional biannuel sur les Objectifs de développement durable, intitulé Agenda 2030 : Donner la priorité aux investissements dans la santé et l’intégration de l’égalité des genres – Promouvoir la santé et l’équilibre entre les genres dans l’OECO. Ce forum a été organisé par le Ministère de la Santé et des Affaires de genre et le Ministère de la Culture, de la Jeunesse, des Sports, du Développement communautaire et des Télécommunications et des Technologies de l’information du Gouvernement de Niévès, dirigés par l’hon. Hazel Brandy-Williams et l’hon. Eric Evelyn, respectivement, ainsi que par le Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP).

Le forum a réuni des représentantes et des représentants des pays de l’OECO pour coordonner des actions concernant des questions liées à l’égalité des genres et à la santé afin d’appuyer la réalisation collective des Objectifs de développement durable (ODD) correspondant. Chaque journée était consacrée à des acteurs clés qui jouent un rôle dans ce travail, y compris les pouvoirs exécutive et législative, le personnel technique et la société civile, et sur la nécessité de créer des partenariats entre eux.

Le rôle des parlementaires dans la promotion de l’Agenda 2030 a été abordé au premier jour du forum. Un panel parlementaire a souligné les efforts en cours dans les pays de l’OECO pour aborder les questions prioritaires comme la violence basée sur le genre, les systèmes de santé nationaux et la réduction de la pauvreté, entre autres. Les présentations ont insisté sur les façons dont la coopération inter-îles avec d’autres membres de l’OECO a servi de stratégie pour tirer parti des forces individuelles et assurer la réussite continue et la durabilité des efforts de développement. Les intervenants ont également parlé des rôles spécifiques des parlementaires pour favoriser la progression des ODD plus largement grâce à leurs fonctions de représentation, d’élaboration des lois et de contrôle.

Ce forum s’est achevé avec le lancement d’un nouveau portail en ligne par le Ministère du Développement social, visant à sensibiliser le public aux ODD et à permettre le suivi de l’action gouvernementale et de la progression de cet agenda. Le site web est accessible via ce lien : http://www.niasdu.com.


26 mars 2019

ParlAmericas a participé à un atelier régional sur la biodiversité et les connaissances écologiques traditionnelles

Le 13 mars, une délégation de ParlAmericas a participé à un atelier régional sur la biodiversité et les connaissances écologiques traditionnelles à Tegucigalpa, au Honduras. Cet atelier était co-organisé par Environnement et Changement climatique Canada et le Ministère des Ressources naturelles et de l’Environnement du Honduras, et invitait des détenteurs de connaissances écologiques traditionnelles (CET) comme les peuples autochtones, la société civile et les parlementaires et acteurs gouvernementaux d’Amérique centrale à échanger de bonnes pratiques et des leçons retenues pour la collaboration en matière de préservation de la biodiversité.

La membre du Congrès et ancienne ministre des Femmes et des Populations vulnérables, Ana María Choquehuanca (Pérou), a représenté ParlAmericas en tant qu’intervenante lors de deux sessions sur les leçons retenues après avoir travaillé avec des détenteurs de CET pour préserver la biodiversité des forêts, et sur la façon dont les parlementaires peuvent aider les détenteurs de CET à mieux participer à la prise de décision. Mme Choquehuanca a fait part de l’expérience du Pérou en co-gestion communautaire de zones protégées, et a parlé de la façon dont les parlementaires peuvent travailler avec les détenteurs de CET pour créer des textes législatifs inclusifs et globaux. « Les peuples autochtones possèdent un savoir qui peut contribuer de manière positive à la gestion des forêts, et il est donc nécessaire de les autonomiser et de valoriser davantage leurs compétences et connaissances ancestrales lors de l’élaboration de législations et de politiques sur la gestion des forêts, » a déclaré Mme Choquehuanca.

ParlAmericas était également représentée par la membre du Congrès Teresa Cálix (Honduras) qui a modéré la session en petits groupes de l’atelier, portant sur les opportunités et les difficultés à avoir des relations de travail collaboratif entre les gouvernements, les spécialistes professionnels et les détenteurs de CET pour préserver et protéger la biodiversité.

Suivez le Réseau parlementaire sur le changement climatique (RPCC) sur Twitter en utilisant le hashtag #ParlAmericasCC.


13 mars 2019

ParlAmericas participe à des réunions du Task Force interaméricain sur l’autonomisation et le leadership des femmes à la CSW de l’ONU

Le 13 mars, ParlAmericas a participé à une série de réunions organisées par le Task Force interaméricain sur l’autonomisation et le leadership des femmes, avec le soutien des gouvernements du Canada, du Pérou et de la République dominicaine. Ces réunions se sont déroulées lors de la 63e session de la Commission de la condition de la femme (CSW), l’organe intergouvernemental mondial principal consacré à la promotion de l’égalité des genres et à l’autonomisation des femmes. La CSW a lieu chaque année au siège de l’ONU à New York, aux États-Unis.

Le Task Force a convoqué un dialogue ministériel de haut niveau intitulé « Leadership des femmes dans les agendas nationaux des Amérique et des Caraïbes ». Des ministres chargés de l’égalité des genres des Amériques et des Caraïbes ont parlé des priorités de leur pays pour réduire les écarts en matière de leadership des femmes. Des représentants des institutions membres du Task Force, à savoir l’ONU Femmes, le PNUD, la CIM, la CIDH et la CEPALC, sont aussi intervenus durant la session de dialogue.

Le Task Force a également mené une session technique à laquelle ont participé des représentants gouvernementaux et parlementaires pour échanger des expériences relatives aux questions principales de la promotion du leadership des femmes et de la réalisation de l’Objectif de développement durable 5 sur l’égalité des genres. ParlAmericas a encadré les discussions à une table de travail sur le thème de la participation politique.

Les résultats et connaissances partagés lors des sessions ministérielles et techniques serviront à créer de futures initiatives et actions du Task Force.


4 février 2019

La délégation de ParlAmericas a participé à des rencontres et à un panel accueilli par l’Assemblée législative du Costa Rica pour soutenir le développement d’initiatives d’ouverture parlementaire

Le 24 et 25 janvier, une délégation de ParlAmericas a participé à des rencontres et à un panel accueilli par l’Assemblée législative du Costa Rica à San José, pour partager des bonnes pratiques de parlements dans l’hémisphère qui mettent en oeuvre un agenda de parlement ouvert et promouvoir la réflexion sur les prochaines étapes pour consolider cet agenda au Costa Rica.

Le 24 janvier, la délégation a eu une rencontre avec les chefs et chefs adjoints des partis politiques, directeurs et directrices des départements administratifs de l’Assemblée législative, et représentantsd’organismes de la société civile. Ces rencontres ont créé une opportunité pour l’échange d’expériences du Chili, de la Colombie, de l’Équateur, du Paraguay et du Costa Rica sur le développement et la mise en oeuvre de Plans d’actions de parlement ouvert ainsi que des projets de lois et pratiques qui contribuent à l’ouverture législative. Ces rencontres ont culminé avec un panel de discussion sur le progrès de l’ouverture parlementaire en Amérique latine, avec la participation de plusieurs parties prenantes.

Ces échanges ont fourni la base pour un atelier national qui a eu lieu le 25 janvier, où les parlementaires du Costa Rica, fonctionnaires du parlement et représentants de la société civile ont établi des prochaines étapes proposées pour continuer à renforcer et avancer l’agenda de parlement ouvert dans leurs pays.

La présidente de l’Assemblée nationale de l’Équateur, Elizabeth Cabezas a mis l’emphase sur le fait « que suivre les principes d’un parlement ouvert garanti que l’information sur le travail que nous faisons n’est pas mal représentée. Plus de transparence améliorera le partenariat que nous avons avec les citoyennes et citoyens ». Pareillement, la vice-présidente de l’Assemblée législative du Costa Rica, María Inés Solís, a signalé que « la présidence du Conseil d’administration de l’Assemblée législative est engagé à la promotion d’initiatives d’ouverture parlementaire pour que le parlement et ses membres puissent renforcer cet agenda ».

La délégation internationale de ParlAmericas a été menée par Elizabeth Cabezas, présidente de l’Assemblée Nationale de l’Équateur et Vice-Président de ParlAmericas et a inclus Rodrigo Lara, sénateur de la Colombie; Eduardo Cáceres, membre de la Chambre des députés de l’Argentine; Patricio Vallespín, ancien parlementaires du Chili; María Liz Sosa, directrice générale du Bureau du renforcement législatif du Sénat du Paraguay; Rocío Noriega, conseillère au Groupe bicaméral sur la transparence du Congrès du Chili; María Baron, directrice exécutive mondiale de la Fondation directorio legislativo; Anabella Zavagno, directrice adjointe de ParlAmericas; et Emilie Lemieux, gestionnaire de programme – parlement ouvert de ParlAmericas.

Pour plus d’information concernant le travail sur le parlement ouvert de ParlAmericas, cliquez ici. Suivez le Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas sur Twitter en utilisant le hashtag #ParlAmericasOPN


4 décembre 2018

ParlAmericas et le Congrès du Chili organisent une réunion de co-création d’un guide pour l’élaboration de plans d’action pour un parlement ouvert, lequel contribuera à renforcer l’ouverture législative dans l’hémisphère

Du 5 au 7 décembre, ParlAmericas et le Congrès national de la République du Chili accueilleront des législatrices et législateurs, des fonctionnaires parlementaires et des représentantes et représentants de la société civile dans le cadre de deux réunions. Leur objectif sera de promouvoir l’échange de bonnes pratiques et la mise en œuvre d’actions visant à favoriser l’élaboration de plans d’action pour un parlement ouvert.

La Chambre des députés chilienne sera le siège d’une réunion collaborative lors de laquelle des parlementaires, des fonctionnaires parlementaires et des représentantes et représentants de la société civile partageront leurs expériences, leurs difficultés et leurs solutions pour l’élaboration ces plans d’action. Cette rencontre offrira des espaces permettant aux participantes et aux participants de contribuer collectivement à la préparation d’un guide pour élaborer ces plans de manière transparente et inclusive. Ce guide présentera également les principaux processus, critères, priorités et engagements à suivre dans la création de cet outil parlementaire important.

« ParlAmericas œuvre à renforcer la transparence et la responsabilité des parlements et à faire avancer l’ouverture législative. Cette réunion permettra un dialogue franc entre tous les acteurs impliqués dans la consolidation de nos institutions démocratiques, et contribuera à renforcer la confiance citoyenne et notre capacité à contribuer au développement durable, » a affirmé la présidente de la Chambre des députés du Chili, Maya Fernández Allende.

D’autre part, le Sénat de la République du Chili accueillera une réunion lors de laquelle les fonctionnaires parlementaires d’Amérique et des Caraïbes consolideront leurs connaissances grâce au dialogue et à l’échange concernant la conception, le suivi et l’évaluation de pratiques et de processus innovants pour l’ouverture législative.

« Les plans d’action pour un parlement ouvert se sont révélés être des outils utiles pour faire avancer l’ouverture législative via un processus innovant impliquant une forte collaboration avec la société civile. Durant cette réunion, nous travaillerons sur ce guide pratique qui sera une ressource utile pour les parlements souhaitant démarrer ou améliorer leurs processus stratégiques pour identifier et hiérarchiser des initiatives plus transparentes et responsables, permettant au public de participer et promouvant des normes éthiques élevées, » a ajouté la sénatrice Blanca Ovelar (Paraguay), présidence du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas.

Pour obtenir plus d’informations et des mises à jour concernant cette rencontre, nous vous invitons à nous suivre sur les réseaux sociaux avec le hashtag #ParlAmericasOPN et à vous rendre sur notre site web www.parlamericas.org.


15 novembre 2018

La Première ministre de la Barbade, Mia Mottley, accueillera des délégations lors d’une rencontre interparlementaire sur l’égalité des genres co-organisée par ParlAmericas

Le 19 novembre 2018, l’honorable Mia Mottley, Première ministre de la Barbade, ouvrira une rencontre de deux jours sur la progression du leadership et de la gouvernance sensibles au genre, co-organisée par ParlAmericas. Cet événement se déroulera à Bridgetown, à la Barbade, et réunira des représentantes et des représentants de parlements, de ministères, d’organisations nationales sur le genre, de structures multilatérales, de la société civile et d’organisations politiques provenant de plus de 10 pays des Caraïbes.

Intitulée Le leadership transformationnel pour l’égalité des genres dans les Caraïbes : Stratégies et partenariats régionaux, cette activité a été organisée grâce au soutien du Bureau multi-pays de l’ONU Femmes pour les Caraïbes, de l’Institut caribéen pour le leadership des femmes (CIWiL) et du Secrétariat du Commonwealth.

À travers une série d’échanges et des sessions de travail de haut niveau, les déléguées et les délégués créeront des partenariats plus forts et coordonneront leurs agendas afin de promouvoir le leadership politique des femmes et l’égalité des genres en tant que fondement de la réalisation des objectifs de développement. Ils participeront à ces efforts au niveau régional en contribuant à la stratégie préliminaire régionale de la CARICOM sur l’égalité des genres.

En plus de l’intervention de l’honorable Première ministre Mottley, la cérémonie d’ouverture comprendra des discours de Son Honneur Arthur E. Holder, président de la Chambre de l’Assemblée de la Barbade et membre du Conseil d’administration de ParlAmericas; de l’honorable Robert Nault, membre du Parlement canadien et président de ParlAmericas; de Lady Anande Trotman-Joseph, présidente du CIWiL; et de Mme Alison McLean, représentante du Bureau multi-pays de l’ONU Femmes pour les Caraïbes.

L’honorable Dame Billie Miller, ambassadrice extraordinaire et plénipotentiaire de la Barbade, prononcera également un discours lors de l’une des sessions de travail de la rencontre.

Pour plus d’informations et de mises à jour sur cet événement, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux avec les hashtags #ParlAmericasGEN et #RoadtoBeijing25.


7 novembre 2018

ParlAmericas coordonne un panel lors de la 16e Rencontre du Réseau pour la transparence et l’accès à l’information

Le 7 novembre, ParlAmericas a coordonné une session sur l’ouverture parlementaire à l’occasion de la 16e Rencontre du Réseau pour la transparence et l’accès à l’information qui a eu lieu à Asuncion, au Paraguay. Ce réseau est composé d’organismes publics supervisant la mise en œuvre de mesures pour la transparence et l’accès à l’information dans leur pays respectif.

La sénatrice paraguayenne Blanca Ovelar, présidente du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas, ainsi que Carolina Hidalgo, présidente de l’Assemblée législative du Costa Rica, María Dolores Martínez, directrice du programme de modernisation de la Chambre des députés d’Argentine, Rocío Noriega, conseillère auprès du Groupe bicaméral sur la transparence du Congrès chilien, et Rosario Pavese, agent de programme pour l’échange et l’appui gouvernemental au sein du Partenariat pour un gouvernement ouvert ont participé au panel. Cette session a donné un aperçu des principes du parlement ouvert et a permis d’explorer l’utilisation des plans d’action pour faire avancer l’agenda du parlement ouvert, ainsi que des liens avec le Partenariat pour un gouvernement ouvert.

« Respecter le droit de toutes et tous à accéder à l’information publique est un aspect fondamental d’un parlement ouvert. L’information publique appartient aux citoyennes et aux citoyens, qui en ont besoin pour être informés et participer pleinement aux processus démocratiques, ce qui contribue à renforcer la confiance et la légitimité de nos institutions. Échanger de bonnes pratiques avec des organismes appliquant la transparence est essentiel pour assurer l’efficacité de ces efforts, » a conclu la sénatrice Blanca Ovelar. La participation de ParlAmericas à cette activité a ouvert un dialogue avec ces organismes sur l’application aux parlements de normes en la matière et a permis d’explorer des possibilités de collaboration future.


7 novembre 2018

ParlAmericas a apporté des points de vue législatifs à l’atelier régional sur le changement climatique et le renforcement de la résilience

Le 6 novembre, ParlAmericas a participé à un atelier régional sur le changement climatique et le renforcement de la résilience co-organisé par Environnement et Changement climatique Canada (ECCC) et la mission permanente du Canada auprès de l’Organisation des États américains (OEA), avec le soutien du Département du développement durable de l’OEA, à Washington, D.C. Cet atelier a exploré la façon dont la résilience au changement climatique et aux phénomènes météorologiques extrêmes est préparée et abordée par les pays de tout l’hémisphère, et en particulier les communautés côtières, et a inclus des interventions de spécialistes, de praticiens et de décideurs sur des manières pragmatiques d’accéder aux fonds pour le changement climatique, de bâtir des infrastructures résilientes et d’autonomiser les communautés locales.

L’honorable Alincia Williams-Grant, présidente du Sénat d’Antigua-et-Barbuda, a présenté le travail du Réseau sur le changement climatique de ParlAmericas et le rôle des parlementaires en tant que participants actifs du renforcement de la résilience et de l’agenda sur le changement climatique. « Les parlements approuvent le budget national et peuvent veiller à ce que l’affectation des ressources et les postes budgétaires reflètent les priorités établies dans les accords internationaux [… tout en] garantissant que la voix et l’expérience du peuple soient entendues au plus haut niveau. » Lors de son intervention face à l’assemblée de délégués, la sénatrice a ajouté que « l’implication des parlementaires peut être une façon efficace d’élever l’ambition des positions de négociation de nos pays; d’élever les normes et de permettre une surveillance […] pour garantir que ces normes soient respectées. »

Pour plus d’informations sur le travail de ParlAmericas en matière de changement climatique, cliquez ici.  Suivez le Réseau parlementaire sur le changement climatique (RPCC) sur Twitter en utilisant le hashtag #ParlAmericasCC.


15 octobre 2018

Déclaration sur l’ouragan Michael et la reconstruction permanente suite aux phénomènes météorologiques extrêmes

ParlAmericas exprime sa solidarité envers le gouvernement et le peuple des États-Unis, du Honduras, du Nicaragua, du El Salvador et de Cuba, suite aux dégâts et aux pertes de vie causés par l’ouragan de catégorie 4 Michael.

ParlAmericas continue également de soutenir les États et territoires insulaires de petite taille et de faible altitude des Caraïbes engagés dans des processus permanents de reconstruction et de récupération suite aux ouragans Harvey, Irma et Maria en 2017.

En reconnaissance de la fréquence accrue des phénomènes météorologiques extrêmes dans la région, ParlAmericas réaffirme son engagement dans l’action et la coopération interparlementaire avec les gouvernements nationaux, les organisations de la société civile, les universitaires et les communautés locales, pour renforcer les efforts visant à développer et à mettre en œuvre des mesures d’atténuation et d’adaptation, lesquelles sont une base essentielle pour la réduction des risques de catastrophe.

« La semaine dernière, des parlementaires de tout l’hémisphère se sont réunis au Panama [pour la 3e Rencontre du Réseau parlementaire sur le changement climatique] afin de demander des efforts plus ambitieux pour limiter la hausse de la température mondiale à 1,5 ºC, » a déclaré le président de ParlAmericas et député canadien, l’honorable Robert Nault. « Mes collègues m’ont expliqué […] à quel point les ouragans dévastent des communautés entières; et alors qu’elles se reconstruisent, la saison des ouragans suivante arrive. Ce qui est très clair pour tout le monde, c’est que le changement climatique n’a pas de frontière et que nous devons agir maintenant car le temps n’est pas dans notre camp. »


2 octobre 2018

Les parlementaires d’Amérique et des Caraïbes misent sur la promotion d’actions climatiques efficaces

Les 4 et 5 octobre 2018, les parlementaires d’Amérique et des Caraïbes se réuniront dans la ville de Panama, au Panama, pour la 3e Rencontre du Réseau parlementaire sur le changement climatique afin de contribuer avec les conversations du Dialogue de Talanoa, et de développer le rôle des parlements dans la promotion d’agendas climatiques comprenant des actions efficaces et ambitieuses.

La rencontre, organisée par ParlAmericas et Parlatino et intitulée « Promouvoir l’action climatique dans les Amériques et les Caraïbes : Le rôle des parlementaires dans l’agenda climatique », abordera des thèmes comme les défis socio-économiques et les possibilités de limiter la hausse de la température mondiale à 1,5Celsius, la dimension politico-législative des mécanismes pour transformer les risques des économies nationales d’adaptation au changement climatique et la fixation du prix du carbone dans la région.

« Cette rencontre sera une excellente opportunité pour les parlementaires et spécialistes du climat de tout l’hémisphère d’échanger des apprentissages, » a assuré l’honorable Robert Nault, président de ParlAmericas et député canadien.  « Nous avons toutes et tous été témoins de l’impact négatif du changement climatique dans le monde entier et cette réunion nous apportera davantage de connaissances sur la façon d’élaborer des actions efficaces nous permettant d’agir face à nos défis communs et aux circonstances particulières de nos voisins dans la région. »

« Notre travail au sein du Réseau parlementaire sur le changement climatique est de créer des outils, des ressources et des espaces comme cette rencontre, où nous promouvrons un dialogue permettant d’évaluer le statut des négociations internationales sur le changement climatique et le progrès accomplis dans la réalisation des engagements des Contributions déterminées au niveau national dans nos pays, » a déclaré le député panaméen Javier Ortega, président du Réseau parlementaire sur le changement climatique.

Le député panaméen et président de Parlatino Elías Castillo a soutenu que « l’importance de cet espace organisé par ParlAmericas et Parlatino est de développer notre travail de parlementaires dans la promotion d’une gouvernance climatique efficace conforme à l’agenda climatique international. »

Le programme de cette rencontre prévoit une session permettant aux parlementaires de partager leur point de vue politique sur les questions d’évaluation du Dialogue de Talanoa, qui seront abordées au niveau mondial au cours de la phase politique du Dialogue à la COP24 en Pologne, en décembre.

Pour obtenir davantage d’informations et de nouvelles sur la 3e Rencontre du Réseau parlementaire sur le changement climatique de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et www.parlatino.org, et suivez @ParlAmericas et @Parlatino_org sur les réseaux sociaux avec le hashtag #ParlAmericasCC.


11 septembre 2018

Déclaration pour la paix dans l’hémisphère

Le Conseil d’administration de ParlAmericas exprime son inquiétude au sujet de l’escalade de la violence et plaide pour la paix dans l’hémisphère.

La paix durable est une précondition de l’exercice des droits fondamentaux, incluant l’engagement démocratique. En reconnaissant le principe universel de la souveraineté et la situation unique de tous les pays de la région, ParlAmericas demande respectueusement aux acteurs politiques de poursuivre des mesures afin de garantir la sécurité des citoyennes et citoyennes et leur véritable participation dans la vie publique, en portant une attention particulière au genre et aux autres identités intersectionnelles. Ceci inclus des mesures pour assurer l’intégrité personnelle des parlementaires, des candidates et candidats aux élections et des personnes qui s’assemblent de façon paisible afin d’exprimer une opinion politique.
ParlAmericas rejette toute forme de violence et réitère l’importance de l’utilisation responsable du discours et du dialogue politique pour préconiser des sociétés paisibles et inclusives. ParlAmericas réaffirme aussi son soutien de l’Objectif pour un développement durable 16 (paix, justice et institutions fortes), sous lequel les pays de l’hémisphère se sont engagés à réduire la violence, assurer l’accès égal à la justice pour les victimes, et promouvoir une prise de décision sensible, inclusive, participative et représentative.

La paix durable est une précondition de l’exercice des droits fondamentaux, incluant l’engagement démocratique. En reconnaissant le principe universel de la souveraineté et la situation unique de tous les pays de la région, ParlAmericas demande respectueusement aux acteurs politiques de poursuivre des mesures afin de garantir la sécurité des citoyennes et citoyennes et leur véritable participation dans la vie publique, en portant une attention particulière au genre et aux autres identités intersectionnelles. Ceci inclus des mesures pour assurer l’intégrité personnelle des parlementaires, des candidates et candidats aux élections et des personnes qui s’assemblent de façon paisible afin d’exprimer une opinion politique.

ParlAmericas rejette toute forme de violence et réitère l’importance de l’utilisation responsable du discours et du dialogue politique pour préconiser des sociétés paisibles et inclusives. ParlAmericas réaffirme aussi son soutien de l’Objectif pour un développement durable 16 (paix, justice et institutions fortes), sous lequel les pays de l’hémisphère se sont engagés à réduire la violence, assurer l’accès égal à la justice pour les victimes, et promouvoir une prise de décision sensible, inclusive, participative et représentative.


7 septembre 2018

Le Canada accueille des parlementaires des Amériques et des Caraïbes à Victoria, CB, pour promouvoir des sociétés inclusives

Du 9 au 12 septembre 2018, des parlementaires venant des Amériques et des Caraïbes participeront à la 15e Assemblée plénière de ParlAmericas à Victoria, en Colombie-Britannique. Cette conférence visera à encourager l’inclusion en tant que composante intégrale de la croissance économique et sociale, ainsi que du discours politique dans nos pays.

Accueillie par le Parlement du Canada, elle explorera la façon dont les parlements peuvent garantir que tous les individus (y compris les groupes sous-représentés et marginalisés) puissent accéder pleinement aux ressources, aux opportunités et aux droits qui permettront leur contribution égale au développement durable de leur communauté. Des organisations internationales et des représentantes et des représentants de la société civile participeront avec les parlementaires à des discussions sur les réponses législatives et autres pour aborder l’évolution des modèles de déplacement de population et de mouvement transfrontalier dans l’hémisphère.

« L’importance de réaliser cette conférence au Canada est de souligner l’engagement des parlementaires pour l’inclusion, garantissant que les femmes et les hommes de tout horizon aient les mêmes opportunités pour tenir des rôles de leadership, » a déclaré l’honorable Robert Nault, vice-président de ParlAmericas et président de la Section canadienne de ParlAmericas. « Cette conférence permettra également aux parlementaires de partager ce qui fonctionne bien dans leur pays et de dialoguer avec la société civile et des spécialistes, tout en explorant des stratégies et des objectifs communs pour promouvoir des sociétés inclusives. »

« Je suis heureuse de participer à cette rencontre pour discuter du fait que le développement durable n’est atteignable que dans un environnement politique qui reconnaît et promeut la diversité, le pluralisme, la solidarité et l’égalité des chances pour tous. La participation et le leadership des femmes dans la prise de décision doit être une priorité afin de bâtir des sociétés plus inclusives, » a ajouté Mme Tarcila Rivera Zea, activiste autochtone quéchua et intervenante principale.

Le programme de l’Assemblée plénière prévoit une session de formation sur les consultations budgétaires parlementaires, ainsi que des sessions de travail sur les marchés du travail accessibles et équitables, l’amélioration du leadership des femmes autochtones, et l’intégration des migrants et des populations déplacées de force dans la société.

Pour plus d’informations et de mises à jour sur la 15e Assemblée plénière de ParlAmericas, rendez-vous sur www.parlamericas.org et suivez @ParlAmericas sur les réseaux sociaux avec le hashtag #ParlAmericas2018.

Remarque : Cette conférence sera transmise en ligne sur : https://www.youtube.com/channel/UCs7SOcK-pbS1MfDWECc8fOQ/live.


9 août 2018

Des délégations de ParlAmericas participent à des rencontres sur le genre et le développement inclusif au Pérou, au Chili et au Canada

Au cours des dernières semaines, des déléguées de ParlAmericas ont participé à de rencontres régionales et internationales organisées par des organisations partenaires. Chacun de ces événements a été une ocassion d’échanger expériences et bonnes pratiques sur des enjeux importants au sein de l’hémisphère.

Le 23 juillet, le Caucus de femmes (Mesa de Mujeres) du Congrès du Pérou a organisé une rencontre internationale sur la violence politique contre les femmes à Lima, au Pérou. Cet événement a été divisé en deux parties : des discussions visant à instaurer une compréhension du sujet et la révision d’un projet de loi nationale luttant contre ce problème au Pérou. Des déléguées de ParlAmericas –la députée de l’Assemblée nationale Karina Arteaga (Équateur), vice-présidente du Réseau parlementaire pour l’égalité des genres de ParlAmericas pour l’Amérique du Sud; et la députée de la Chambre des députés Lidia Patty Mullisaca (Bolivie)- ont participé à cette rencontre et ont exposé des opinions informées par les expériences de leur pays dans la législation contre la violence envers les femmes en politique.

Les 30 et 31 juillet, ParlAmericas était à Santiago, au Chili, pour la 57e Réunion du Bureau directeur de la Conférence régionale sur les femmes en Amérique latine et les Caraïbes, organisée par le département des affaires de genre de la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC). Durant cette réunion, qui a servi d’espace d’organisation pour la prochaine Conférence régionale sur les femmes, les discussions ont eu pour objet principal l’autonomie des femmes dans des scénarios économiques changeants. La députée de l’Assemblée législative Cristina Cornejo (El Salvador) et la députée Marcela Sabat (Chili), sont intervenues pour souligner, respectivement, l’importance de renforcer la participation politique des femmes et de la lutte contre la violence basée sur le genre afin d’améliorer l’autonomie des femmes dans la région. Mme Cornejo et Mme Sabat, toutes deux vice-présidentes du Réseau parlementaire pour l’égalité des genres, ont expliqué le rôle essentiel des parlementaires pour progresser en la matière à travers les fonctions législatives.

Enfin, du 5 au 7 août, ParlAmericas a assisté à la Conférence mondiale de la Coalition pour les droits égaux (CDE) à Vancouver, au Canada. Présidée conjointement par le Canada et le Chili, la CDE est une coalition intergouvernementale mondiale dédiée aux droits des personnes LGBTI et au développement inclusif. La députée Sandra Morán (Guatemala) est intervenue lors d’un panel explorant comment ces sujets croisent l’indigénéité et proposant des réflexions sur les façons dont les pays membres de la CDE peuvent garantir que l’élaboration des lois et les mécanismes de droits humains reflètent les points de vue des personnes LGBTI autochtones. La délégation de ParlAmericas a également participé à une session qui s’est tenue en marge de la conférence pour permettre aux parlementaires d’encourager la discussion sur la place des parlements dans cet agenda au niveau international.

ParlAmericas remercie Affaires mondiales Canada pour son soutien qui nous a permis de participer à ces rencontres.


19 juillet 2018

ParlAmericas a participé au 5e Sommet mondial du Partenariat pour un gouvernement ouvert à Tbilissi (Géorgie).

Du 17 au 19 juillet, le Gouvernement géorgien a accueilli le 5e Sommet mondial du PGO à Tbilissi (Géorgie). Une délégation de ParlAméricas a participé à ce Sommet, qui a fourni une excellente occasion pour les dirigeants des 75 pays participants du PGO et a permis d’échanger des idées sur la façon dont ils rendent leurs gouvernements plus transparents, plus responsables et plus réceptifs aux citoyens.

Une réunion parlementaire a été organisée par le Parlement géorgien le 17 juillet, où des délégations parlementaires se sont réunies pour discuter de la politique d’engagement législatif du PGO, pour échanger les meilleures pratiques renforçant la transparence et la responsabilité parlementaires, et pour explorer des technologies innovantes afin de moderniser le travail parlementaire. La sénatrice Blanca Ovelar (Paraguay), présidente du Réseau parlementaire pour un parlement ouvert de ParlAmericas, a participé à des pourparlers de haut niveau où elle a discuté de l’état actuel de l’ouverture parlementaire dans les Amériques. « Nous devons progresser en consolidant une culture ouverte et inclusive qui nous permet d’affronter les inégalités et de construire un monde où règne la justice sociale », a déclaré la sénatrice Ovelar.

Le Sommet s’est poursuivi le 18 et le 19 juillet avec des sessions couvrant des sujets tels que l’engagement civique, la lutte contre la corruption et la prestation de services publics, entre autres. Lors d’une séance intitulée Travailler avec les parlements pour renforcer la surveillance de la prestation des services et les plans d’action nationaux, le député Randy Boissonnault (Canada), vice-président du Réseau parlementaire pour un parlement ouvert de ParlAmericas pour l’Amérique du Nord, a présenté les effets positifs des efforts entrepris à travers le PGO, sur les parlements. « Par le biais du PGO, de nombreux pays des Amériques s’efforcent d’améliorer la transparence et l’accès à l’information publique. Ces efforts contribuent à réduire l’écart d’information entre les gouvernements et les parlements, ce qui est crucial pour renforcer les fonctions de contrôle des parlements », a déclaré M. Boissonnault.

ParlAmericas, avec ses partenaires, a le plaisir d’annoncer que le Réseau numérique pour un parlement ouvert (RnPO) a été lancé dans le cadre de ce Sommet. Grâce à cette initiative, nous nous joignons à Directorio Legislativo, au Réseau de transparence législative de l’Amérique latine, à l’institut national démocratique National, au Bureau des institutions démocratiques et des Droits de l’Homme de l’OSCE et à la fondation de Westminster pour la démocratie pour former le RnPO et renforcer la collaboration dans le but de soutenir le nombre croissant d’occasions renforçant le mouvement d’ouverture législative.

Pour plus d’informations, visitez le site https://openparliamentenetwork.squarespace.com/.


10 juillet 2018

ParlAmericas a participé à un atelier sur les expériences concernant la transparence législative et la systématisation de la jurisprudence en matière de transparence et du droit d’accès à l’information

Le 10, le 11 et le 12 juillet, l’atelier sur les expériences concernant la transparence législative et la systématisation de la jurisprudence en matière de transparence et du droit d’accès à l’information a été organisé en Argentine par EUROsociAL+, qui est un programme de coopération entre l’Amérique latine et l’Union européenne, et le Secrétariat des affaires politiques et institutionnelles de l’Argentine. Javier Macaya, membre de la Chambre des députés du Chili et vice-président du Réseau pour un parlement ouvert de ParlAmericas pour l’Amérique du Sud, a participé à cet atelier en tant que panéliste.

Cet atelier était axé sur l’accès à l’information publique et visait à inclure les expériences des législatures en matière de transparence. Dans cette perspective et dans le cadre du travail d’assistance d’EUROsociAL, de bonnes pratiques ont été partagées sur ce sujet, ainsi qu’un processus collaboratif a été établi pour systématiser la jurisprudence en matière de transparence et du droit d’accès à l’information, afin de soutenir la mise en œuvre de la loi argentine sur l’accès à l’information.

Durant sa présentation à la session « Transparence et parlement ouvert », le membre de la Chambre des députés Macaya a souligné l’importance de promouvoir des parlements plus ouverts ; il a présenté la Feuille de route pour la transparence parlementaire de ParlAmericas et a partagé des exemples de la manière dont les parlements de la région plaident pour plus de transparence, de responsabilité, de participation citoyenne et d’éthique. « Parier sur des parlements ouverts devrait être au cœur de notre travail, en tant que législateurs, car cela nous aide à renforcer nos systèmes démocratiques, ainsi qu’à faire progresser l’Agenda 2030 pour le développement durable », a déclaré M. Macaya, membre de la Chambre des députés.

Pour plus d’informations, consultez les réseaux sociaux d’EUROsociAL+.


26 juin 2018

ParlAmericas et le Forum national des femmes dans les partis politiques (FONAMUPP) ont signé un protocole d’entente pour favoriser le leadership et la participation politique des femmes

Le 22 juin 2018, ParlAmericas et le Forum national des femmes dans les partis politiques (FONAMUPP, par son acronyme espagnol) ont signé un protocole d’entente pour renforcer leur collaboration dans le but de promouvoir le leadership et la participation politique des femmes au Panama et dans toute l’Amérique latine. Ce protocole d’entente a été signé en présence de 300 représentantes et représentants de différents partis politiques, du corps diplomatique et d’organisations internationales.

La signature a eu lieu lors de la célébration du 25e anniversaire de la FONAMUPP à la ville de Panama. La FONAMUPP est une organisation panaméenne qui travaille au niveau national pour promouvoir le développement politique des femmes. L’organisation fournit des outils d’analyse, de l’information et une formation pour promouvoir une plus grande participation des femmes dans les partis politiques, les processus électoraux et dans la prise de décision, et pour promouvoir une plus grande représentation des femmes aux postes de direction au niveau national.

Par le biais du protocole d’entente, ParlAmericas et la FONAMUPP se sont engagés à entreprendre des activités coordonnées qui rassemblent des candidats électoraux, des membres des partis politiques, des activistes et des représentantes et représentants de la société civile, ainsi que des parlementaires pour échanger des expériences et des bonnes pratiques tirées des travaux réalisés en faveur de cette cause. En se basant sur ces échanges et conformément à l’objectif 5 du développement durable, le protocole d’entente encourage également l’adoption de mesures et d’engagements en s’appuyant sur les progrès réalisés.

Les organisations étaient représentées par Mariela Vega, membre de l’Assemblée nationale du Panama et membre du Conseil d’administration de ParlAmericas, et par Juana Herrera, présidente de la FONAMUPP. « C’est vraiment un honneur pour ParlAmericas d’étendre notre partenariat avec la FONAMUPP. Ensemble, nos organisations ont une occasion importante de travailler afin d’améliorer la participation citoyenne, la bonne gouvernance et la mesure dans laquelle nos organes décisionnels reflètent la composition et les diverses perspectives de nos sociétés », a déclaré Mme Vega.

Mme Herrera a ajouté que « la FONAMUPP est heureuse de poursuivre le développement de notre partenariat avec ParlAmericas. Les actions concrètes qui résulteront de la signature de ce protocole d’entente soutiendront les candidates d’aujourd’hui au Panama et contribueront à créer un contexte dans lequel les futures générations de femmes leaders pourront plus facilement se voir reflétées dans la vie politique de notre pays.


21 juin 2018

Ouverture du nouvel édifice du Parlement de la Grenade

ParlAmericas aimerait féliciter le peuple de la Grenade pour l’ouverture de leur nouvel édifice du Parlement.

Suivant l’ouragan Ivan en 2004 et les dommages qu’il a causé à l’édifice du Parlement, le Parlement de la Grenada a dû siéger dans un local loué. Avec l’appui financier d’autres pays, la Grenade a réussi à construire un nouvel édifice du Parlement. La cérémonie d’ouverture a eu lieu le 21 juin 2018.

« Le retour de l’édifice du Parlement n’est non seulement un testament de la volonté ferme du peuple de la Grenada, » a déclaré la sénatrice Marcela Guerra, présidente de ParlAmericas, « mais aussi de l’importance et de la force de leur Parlement, concrétisée dans l’édifice qui est maintenant le sien. »

Le Parlement de la Grenade est un membre actif et important de ParlAmericas : l’honorable président du Sénat, Chester Humphrey, est vice-président du Réseau parlementaire pour l’égalité des genres de ParlAmericas, et le Caucus des femmes parlementaires de la Grenade figure dans notre publication récente Caucus multipartites pour l’égalité des genres, avec d’autres études de cas de bonnes pratiques de la région.